Démographie galopante dans le monde : Deux stratégies distinctes pour un futur acceptable

vendredi 28 octobre 2011 à 01h33min

Alors que la population mondiale dépasse les 7 milliards d’individus, deux stratégies distinctes pour un futur acceptable se présentent à nous. Un meilleur choix reproducteur et des mesures permettant la réduction de la consommation des ressources et des déchets sont essentiels afin de permettre la réduction de l’impact environnemental de l’espèce humaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Washington, D.C.----Alors que la population mondiale dépassera les 7 milliards d’individus aux alentours de la fin du mois d’Octobre, relever les défis associés à une population mondiale en constante croissance nécessite une réponse en deux temps, selon les experts de l’Institut de Worldwatch. Les mesures combinées octroyant aux femmes la possibilité de décider par elles-mêmes de la maternité ainsi que la réduction de façon significative de la consommation mondiale d’énergie et des ressources naturelles rapprocheront plutôt qu’éloigneront l’humanité vers une société durable au niveau environnemental répondant aux besoins de l’Homme.

Environ 4.5 milliards de personnes se sont ajoutés à la population mondiale au cours des 60 dernières années, selon les estimations des Nations Unies, entrainant une pression croissante sur les écosystèmes et les ressources mondiales. En raison du fait que l’être humain entre en interaction avec son environnement de façon plus intense que les autres espèces, et qu’il utilise une grande quantité de carbone, de nitrogène, d’eau et d’autres ressources, nous sommes sur le chemin non seulement de changer le climat mondial et d’épuiser les ressources d’énergie essentielles et autres ressources naturelles, mais aussi d’éliminer des milliers de plantes et d’espèces animales au cours des prochaines décennies. Dans une certaine mesure, ces conséquences sont à présent inévitables ; nous devons nous y adapter. Cependant afin de réduire la probabilité d’une catastrophe, nous devons travailler simultanément afin d’influer sur l’évolution future de la population et d’examiner les impacts environnementaux et sociaux de la croissance de la population.

« C’est précisément parce que la population humaine est tellement importante, et s’accroit aussi rapidement, que nous devons prendre soin en tant qu’individu, et en tant que nation, du manque de synchronisation face aux capacités environnementales, » dit Robert Engelman, Président du Worldwatch , un expert en population mondiale. « Le défi devient plus important encore à chaque génération, mais heureusement, il existe des moyens permettant de réduire de façon pratique et humaine la croissance de la population et réduire les impacts liés à cette croissance produite. »

En début d’année, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a lancé 7 milliards d’actions, une campagne mettant l’accent sur des actions positives réalisées par des individus et des organisations faisant face à des défis liés au développement. En partageant ces innovations sur un forum ouvert, cette campagne à l’intention d’assurer la communication et la collaboration alors que la planète devient de plus en plus peuplée et interdépendante.

« Faire face à la croissance mondiale de la population n’est pas la même chose que ’contrôler la population’ », déclare Engelman. « Le moyen le plus direct et immédiat afin de réduire le taux de natalité est de s’assurer que les grossesses dans leur plus grande proportion soit désirée, et de garantir que la femme soit en mesure de faire ses propres choix à savoir si elle désire ou non porter un enfant. Dans le même temps, nous avons besoin de rapidement transformer notre consommation d’énergie, d’eau et de matériaux grâce à une meilleure utilisation de conservation, d’efficacité et de technologies écologiques. Nous ne devons pas considérer ceci comme des efforts séquentiels,----concernant tout d’abord la consommation, dans l’attente de changements liés à la dynamique démographique----mais plutôt comme des tâches simultanées à réaliser sur des fronts multiples. »

Worldwatch recommande deux approches principales afin d’atténuer les impacts de la population globale en augmentation :

Permettre aux femmes de prendre leurs propres décisions quant à la maternité. Plus de deux grossesses sur cinq à travers le monde est involontaire par la femme la subissant, et la moitié ou plus, des grossesses entraine des naissances provoquant une croissance continue de la population. Engelman a calculé que si toutes les femmes avaient la capacité de décider par elles-mêmes du moment où elles désirent tomber enceinte, la moyenne mondiale de grossesse tomberait immédiatement sous la valeur de « fertilité de renouvellement » fixé à un peu plus de deux enfants par femme. La population prendrait alors un chemin menant vers un pic suivi d’un déclin graduel, probablement bien avant 2050. Les femmes doivent être en mesure de prendre leurs propres décisions sur la liberté de grossesse, sans crainte ni coercition ou pression de la part de leurs partenaires, famille, et société. Elles doivent avoir un accès facilité à l’éventail de méthodes de contraception sûres, efficaces et abordables ainsi qu’à l’information et les conseils nécessaires concernant leur utilisation.

Consommer moins de ressources et gaspiller moins de nourriture.
Les Hommes s’approprient partout entre 24 et près de 40 pourcents des productions photosynthétiques de la planète pour les besoins en nourriture et autres motifs, en plus de la moitié des ressources accessibles en eaux de ruissellement renouvelables de la planète. En plus du fait d’abuser des ressources limitées, les Hommes gaspillent de grandes quantités de nourriture chaque année. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, les pays industrialisés gaspillent 222 millions de tonnes de nourriture chaque année. Si moins de ressources et moins de nourriture étaient gaspillées, le monde serait en mesure de nourrir plus de personnes et utiliser moins de ressources. Avec près d’1 milliard de personnes souffrant de la faim à travers le monde, gaspiller moins de nourriture signifierait aussi l’utilisation des ressources existantes----pas de nouvelles----pour les nourrir.


Notes des Editeurs :

Afin de poser des questions à Robert Engelman ou à d’autres chercheurs du Worldwatch, contactez Supriya Kumar sur skumar@worldwatch.org.

A propos de l’Institut Worldwatch :
Worldwatch est une organisation de recherche indépendante basée à Washington, D.C., travaillant sur les problèmes d’énergie, de ressource et de l’environnement. Le rapport de l’Etat du Monde de l’Institut est publié tous les ans dans plus de 20 langues. Pour de plus amples informations, visitez le site www.worldwatch.org.

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés