Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Aminata Bourgou/Lankoandé, Une conseillère municipale battante

Accueil > Actualités > Portraits • • vendredi 21 octobre 2011 à 02h26min

Le cas des conseillères municipales de la commune de Yalgo (elles sont dix dans un conseil de vingt membres) et plus spécifiquement celui de Aminata Bourgou/Lankoandé (55 ans), première adjointe au maire de ladite commune, est la preuve que les femmes burkinabè, même en milieu rural, n’avaient pas forcément besoin de la loi des quotas de 30% en leur faveur, pour se faire de la place dans les sphères de décision. Parfait exemple de la ténacité et de la combativité féminine en politique, la conseillère Lankoandé se prépare déjà, avec l’annonce des municipales de 2012, à repartir encore à la conquête du fauteuil de maire, après un premier échec en 2008.

Cette année là la première adjointe avait cru que son heure avait sonné avec le décès de l’ancien maire, Guingri Yaméogo. Mais, malheureusement pour Aminata, elle était femme et n’était pas originaire de Yalgo. On préféra alors l’actuel maire, Hamidou Yaméogo, bien qu’il soit moins instruit et du même parti qu’elle, à savoir le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Malgré cette injustice inqualifiable, la mère de huit enfants qu’est Mme Lankoandé ne s’est pas découragée et continue de se battre comme elle peut. « Nous sommes dix femmes sur 20 personnes au sein du conseil municipal.

Les autres femmes n’aiment pas parler. Je suis la seule à faire souvent entendre ma voix », nous raconte t-elle. Mais, est-ce que vous êtes écoutée ?, avons-nous voulu comprendre. « On n’écoute pas toujours les femmes. Mais, je me bats quand même. En tout cas, je mets toujours la pression ».

Et le 11 Octobre dernier lors de notre bref séjour à Yalgo dans le cadre d’une rencontre du Comité de pilotage de l’ITIE-BF avec les autorités et populations locales, la conseillère Lankoandé a effectivement pris la parole pour poser des préoccupations dont celle relative à la panne de l’ambulance de la cité. C’est ainsi que nous l’avons d’ailleurs découverte.
Pour une femme, faire de la politique, même dans nos villes, n’est pas chose aisée ; à plus forte raison en campagne, surtout avec les pesanteurs socioculturelles. Aminata dit ne pas échapper à ces pesanteurs socioculturelles. Mais, n’étant pas personne à se laisser abattre par les difficultés, elle arrive à y faire face avec le soutien et la compréhension de son mari, un agent du ministère de l’Agriculture à la retraite.

Mais, pourquoi un tel engagement politique chez cette dame ?
« Je me suis engagée pour défendre les intérêts des femmes », se justifie t-elle. Comme acquis de ses dix ans de lutte, Aminata nous dit qu’elle a formé des femmes et aidé certaines à constituer des groupements et associations de femmes. Même avec ces efforts louables, Mme Lankoandé pense qu’elle aurait pu faire davantage pour la communauté s’elle avait poursuivi ses études. En effet, titulaire du CEP obtenu dans les années 1972, elle a dû se marier quelque temps après. Alors qu’elle aurait pu aller au collège. Sur cette question de l’interruption précoce de ses études, la conseillère municipale a une explication : ses parents ne comprenaient pas l’importance de l’école parce que, dit-elle, ils avaient les moyens de la soutenir.

Erreur que son mari et elle ont évité en soutenant aussi longtemps que possible leurs enfants dans les études, certains ayant étudié jusqu’à l’université. De réels motifs de consolation pour la mère qu’elle est. Mais, quand Mme Lankoandé pense aujourd’hui à son bref cursus scolaire, elle ne peut s’empêcher de nourrir des regrets. Mais, quel métier aimerait-elle exercer s’elle avait pu poursuivre son école. « Sage Femme », avance t-elle, sans hésitation.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tibo Jean-Paul Tapsoba, député MPP : « La chefferie coutumière a pour essence la politique »
Portrait : Yezouma Coulibaly, le militaire radié devenu grand agriculteur
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Député Goula Odagou : « Au Burkina, les partis politiques (…) sont l’incarnation des desiderata d’un seul individu »
Portrait : Ousmane Zerbo, l’homme qui a décidé d’assainir Dédougou
Lassina Gondé : « Le sport a fait de moi un homme politique »
Désiré Traoré, Député de l’UNIR/PS : La politique comme l’expression de l’engagement citoyen
Jean-Luc Bambara : L’art de la case maternelle, aux quatre coins du monde
Sécurité routière : Ousmane Sawadogo, un modèle d’engagement citoyen
Virginie De Clercq née Coulibaly, une géante dans l’agro-alimentaire à Toussiana
Fatoumata Alice Riouall/Diallo : De marchande ambulante à chef d’entreprise, le parcours d’une battante
École primaire de Zinka dans le Noumbiel : 100 % de succès au CEP pour la neuvième année consécutive
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés