OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

mercredi 19 octobre 2011 à 00h43min

Karim Porgo, membre du Conseil régional du Nord, a eu maille à partir avec un agent de police du nom de Hamidou Sérémé. Dans le malentendu, l’homme de tenue aurait sorti son arme et tiré sur son vis-à-vis, à en croire la quinzaine de témoignages que nous avons recueillis le 4 octobre 2011 à Dinguiri. Au fur et à mesure que les jours passent, l’affaire prend de l’ampleur et est prise très au sérieux par les autorités régionales.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le mardi 4 octobre dernier, les habitants de Dinguiri éprouvaient un sentiment de frustration et de révolte. Selon les témoins oculaires rencontrés, les faits remontent au 26 septembre dernier, aux environs de 16h00. Un agent de police agissant au nom d’une société minière, accompagné de deux vigiles, arrive sur le site d’or de la localité. L’homme a l’intention d’implanter un hangar en vue de sécuriser le site. Cette décision est mal vue par les orpailleurs qui, dans l’illégalité, continuent de chercher de l’or au mépris de l’arrêté ministériel qui interdit l’exploitation artisanale en saison pluvieuse. Un coup de fil a suffi pour informer Karim Porgo, conseiller régional de son état.

Séance tenante, celui–ci arrive dare-dare sur les lieux. Après les civilités, il tente de comprendre celui qui a mandaté le policier à venir installer sa tente. Dans les explications, les deux hommes ne se sont pas compris, d’où cette rixe. Le conseiller régional trouve que le policier est présent sur le site à l’insu de la société minière et de sa hiérarchie. Il décide alors de démarrer sa moto pour partir. Selon la version de Porgo, c’est alors que l’agent de police est venu retirer la clé de sa moto et lui a administré une gifle. Et comme si tout cela ne suffisait pas, soutient Porgo, l’homme de tenue a fait sortir son arme et menace de tuer ce conseiller zélé. Selon l’agressé, il aurait tiré par trois fois. En l’air ou a-t-il visé Karim Porgo ? "Il m’a visé et voulait me tuer à bout portant", soutient-il. Pourquoi l’arme n’a pas crépié ? Etait-il ‘’wacké’’ ?

A cette question, Karim Porgo répond : "Le policier ne le sait pas, mais là ou nous étions, c’est un lieu sacré. Il y est formellement interdit de faire la bagarre. C’est d’ailleurs pour cela que les orpailleurs et moi-même avions choisi de ne pas toucher au policier. Seul un étranger prend le risque de porter la main sur quelqu’un en ces lieux.’’ Et Porgo de poursuivre : "Après cela, j’ai immédiatement saisi le président de la coordination de la société civile du Nord, Sawadogo Tasséré dit Tass Tass, qui m’a instruit de faire recours à la justice. Ma plainte a été déposée le 27 septembre et l’affaire suit son cours.’’

Ces propos de Karim Porgo sont entièrement soutenus par quelques témoins oculaires. C’est le cas par exemple de Adama Wermi : "Au début, je croyais que le policier plaisantait. C’est quand le coup est parti que je me suis rendu compte que ce n’est plus le stade de la plaisanterie. J’atteste que même un seul cheveu du policier n’a été touché.’’ Madi Porgo pour sa part témoigne : "Quand le policier est arrivé, il a cherché à nous rencontrer. Beaucoup d’entre nous avaient refusé parce que ce policier était venu une fois nous extorquer de l’argent. Il a fait savoir que sa mission est de sécuriser le site. Je lui ai personnellement demandé de partir parce que les autorités coutumières ne sont pas au courant de sa venue. Il m’a répliqué qu’il n’avait rien à voir avec ces autorités’’.

Dans le même ordre d’idées, Assami Porgo est catégorique : "Karim n’a même pas offensé le policier lorsqu’il a sorti son arme pour tirer trois fois. Celui qui dit le contraire a menti. En dehors de ce que nous savons, nous ne savons plus s’il y a une autre affaire entre eux. Nous les avons séparés pour éviter le pire.’’ Awa Ouédraogo, elle, affirme que Karim a reçu un coup de la part du policier et n’a pas cherché à riposter. Nous avons tous assisté à la scène et personne ne peut dire autre chose. "Au cours de la bousculade, Karim a été dépossédé de son portable et de sa moto", souligne cette dame.

Le policier se fond en excuses devant le chef

Le chef coutumier de Dinguiri que nous avons rencontré a fait savoir que le policier est venu le voir le 2 octobre pour lui présenter ses excuses. "J’ai aujourd’hui 97 ans et à mon âge, je n’ai pas le droit de mentir. Quand le policier est arrivé devant moi, il était accompagné d’un forgeron de Ouahigouya. Tous se sont mis à se prosterner pour me supplier de demander à Karim Porgo de laisser tomber l’affaire, Aussi il reconnaît son erreur. Car, si cette affaire devait aller loin, il pourrait avoir de sérieux problèmes à son service. Je leur ai répondu ouvertement que nous ne refusons pas le pardon, mais le pardon tel que nous le connaissons ne se demande pas de cette façon. Votre envoyé devrait être seul et pas accompagné de vous.

C’est ainsi que je les ai reçus.’’ Les propos de Naba Wonbga ont été fortement appuyés par son porte-parole. Nous avons également approché les responsables de la police. Pour eux, la version du policier est tout autre. L’agent de police dit avoir été agressé par le sieur Karim Porgo. Ce dernier aurait demandé au policier de disparaître immédiatement des lieux au risque de connaître un sort dramatique. Il s’en est suivi une agression physique au cours de laquelle le policier a vu ses épaulettes déchirées. Pièces à conviction présentées devant le procureur du Faso, depuis, qui a entamé l’audition des différents témoins pour tirer l’affaire au clair. A la date du mardi 19 octobre, au moins une dizaine de témoins ont été entendus. Selon le procureur Arsène Francis Sanou, tout sera mis en œuvre pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Il appelle également la population à la retenue. Nous avons aussi tenté d’avoir les responsables de la société minière. Malgré nos nombreux appels téléphoniques, le coordonateur chargé des activités dans la zone nous a toujours donné des rendez-vous qu’il n’a jamais respectés.

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 octobre 2011 à 01:47
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

    Connaissant les conseilles ``demi-Dieu``, je crois plus aux dires du policier. La population ne peut que suivre le conseille car c’est la population qu’il etait venu pour defendre. Pauvre policier. Le gouvernement qui se cherche va tout mettre sur toi, bouc emissaire !

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2011 à 14:44, par Docker2
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

      Pauvre policier, il ne peut que y perdre des plumes... Vous verrez, on va le sanctionner soit disant pour la paix sociale. Vous brimer les uns pour une paix sociale de façade.
      Voyez pour les pauvres accoucheuses révoquées à Bobo dans la précipitation pour les mêmes raisons. Le gouvernement ne craint-il pas le revers de la médaille ? Ses fonctionnaires que vous licenciez à tour de bras soutiennent plusieurs personnes dans la même population....

      Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2011 à 07:08
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

    C’est quoi ça encore comme histoire.A mon humble avis,le flic est en service et il fait son boulot d’autant que les sites minères doivent être fermés pendant la saison des pluies.Que faisaient ces gens là bas ?En plus je trouve tout à fait méprisant les propos de ce chef coutumier,faiseur des rois.L’occasion pour moi de condamner la constitutionnalisation de ces bonnets rouges qui se prépare avec le ccrp.Nous avons déjà un chef monarchique à la tête du Faso depuis 24 ans,si il faut encore monarchiser la république qu’on supprime alors les procureurs de la république,les juges,les hauts commissaires,les préfets etc et qu’on laisse la justice dans les mains de ces gens-là.C’est vraiment du n’importe dans ce pays car on ne sait plus à quelle autorité s’adresser quand il y a un problème.Tout se délescope dans un nébuleux brouillard

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2011 à 09:04, par le yadga
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

    Encore la une histoire de policier ,ca m’etonnerais qu’un individu agresse un policier ici au faso surtout aussi dans un village,on attend vraiment les resultats de l’enquete ,et que c’est ce meme individu qui part deposer de plainte ?!!! ,si bien le policier a ete agresse et ses tenus dechires au noms du seul Dieu qui existe la police allait faire une decente muscle comme ce n’est pas permis ,hey le sida la n est pas encor arrive .Je ne sais pas que veut dire policier ici au faso mais normalement ils devraient s’auto corriger ,mais comme il faut se proteger entre amis voila c est tout le system qui est mis en mal .Ce policier a ses superieurs et si ce sont ses superieurs qui l’ont permis d’aller deposer ces tenus dechires chez le procureur alors la ils sont tous complices.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2011 à 16:16, par benchico
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

    bizarre qu’un policier par suite d’une simple dispute brandisse son arme contre un homme sans défense.en ce qui me concerne je ne crois pas que le climat actuel du pays offre un tel zèle a un policier,connaissant le zèle de certaines personnes en ces temps qui courent je pense que l’on veut faire porter a ce policier un chapeau qui ne convient pas,faisant référence a cette situation de pelegtinga.Messieurs les policiers pourquoi voulez vous toujours risquer pour des gens qui vous méprisent que voulais-tu sécuriser seul dans ce site,y a un arrêté ministériel qui interdit toute exploitation artisanale mais ces orpailleurs ne respectent pas et tu pense que toi un individu(même Policier) tu pourrais les impressionner ouf mon type ! cherches toi sinon si tu meurs ah ya ?retiens ceci "celui qui défie un ÉTAT n’a pas peur de celui qui le représente" Peace and love a notre peuple

    Répondre à ce message

    • Le 19 octobre 2011 à 17:36, par Le fatigué
      En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

      Pauvre flic. Pourquoi un policier dégainerait-il son arme pour tirer sur une personne qui ne représente aucun danger pour lui ? M. le conseiller vous devriez plutot aider le policier à faire respecter une décision de l’Etat. A priori rien ne vous opposait à ce policier. Dites la vérité et laissez les gens travailler. Le Burkina appartient à tous.

      Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2011 à 18:22
    En réponse à : OUAHIGOUYA : Rixe entre un policier et un conseiller régional

    Hahiii ! Ca c’est une fausse histoire ! La population Aussi n’a qu’a respecter les hommes de tenues ; trop c’est trop. La seule erreur du policier c’est d’être aller chez ce chef ; ne donnez pas trot de pouvoir a ces gens la ! Chef de village a part, la loi a part !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés