Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

mardi 18 octobre 2011 à 02h32min

Les élèves des établissements secondaires du privé de Bobo-Dioulasso, depuis hier lundi 17 octobre 2011, ne suivent plus les cours qui doivent être dispensés par les professeurs. Et pour cause, les professeurs vacataires ont déserté les classes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Que va-t-il se passer si rien n’est fait ? C’est la question qui taraude et les esprits des élèves et de leurs parents après cette grève au sein des établissements privés de la ville de Bobo-Dioulasso. Une grève illimitée, en tout cas, « jusqu’à ce qu’il y ait une satisfaction considérable des attentes » des professeurs qui ne demandent rien d’autre que la hausse à 3500F CFA du taux horaire de la vacation. Devant la bourse du travail ce lundi 17 octobre, ils sont sortis pour exprimer leur mécontentement quant à leur traitement qui se trouve être en deçà du boulot qu’ils estiment abattre.

Abdoulaye Sanogo, membre de la Fédération du syndicat des travailleurs de l’éducation et de la recherche explique : « C’est une grève qui est consécutive à des doléances que nous avons formulées à l’endroit des fondateurs des établissements privés qui malheureusement n’a eu de suite favorable ». Faut-il le rappeler, ces revendications datent d’avril dernier quand ces derniers ont réclamé l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie à travers une lettre adressée aux fondateurs des établissements privés. Dont la plupart n’ont pas de professeurs permanents. Ils font recours aux services des vacataires qu’il faut payer selon un taux établi. « Le taux horaire arrêté par le ministère des Enseignements secondaire et supérieur et celui de l’Economie et des Finances indique que le professeur qui enseigne de la 6e à la 3e bénéficie d’une somme de 1800F/h et de la 3e à la terminale, 2000F/heure.

Mais il est bien écrit qu’il s’agit du taux minimum, c’est-à-dire qu’il peut bien être amélioré », explique Mr Sanogo. Aussi, poursuit-il, « il y a un arrêté sur la fixation des effectifs dans la classe. Soixante dix élèves par classe pour le premier cycle et 60 pour le second cycle. Mais le constat est autre dans le privé. Des élèves sont à plus de 100 dans une classe ; ce qui implique une surcharge du travail. D’où cette demande de 3500F par heure ». Le hic est que la première lettre envoyée en juillet n’a pas eu de suite. La seconde envoyée en septembre non plus. C’est fort de cela que ces acteurs de l’éducation ont entrepris de suspendre les cours pour non seulement se faire entendre, mais aussi pour se faire respecter. « Vous voyez le mépris ? On nous traite même de misérables. La logique voudrait que lorsqu’on vous adresse une lettre, il faut répondre même si c’est la négative », explique Mr Sanogo.

Et Aristide Beremwoudougou, membre de la F-Synter d’ajouter que « même si le taux revenait à 3500F, cela n’enlèvera rien à ce que les fondateurs engrangent comme bénéfice ». Selon lui, si on considère l’effectif réglementaire, le professeur à 27h par semaine, soit 864 heures dans l’année. Si on multiplie par 2000F, cela donne 1 728 000F CFA. A titre d’exemple, dans une classe de 6e où chaque élève paie 70 000F CFA, si on a un effectif de 70 élèves, on obtient un total de 4 900 000F CFA. Sans compter les frais supplémentaires à savoir les rames de papier, les cotisations de parents d’élèves (…). « Malgré tout cela, ils ne peuvent pas bien traiter les professeurs qui forment des hommes de demain ? », s’interroge M. Aristide.

« Si l’enseignant est dans de bonnes conditions, c’est évident qu’il va faire un travail exemplaire », reconnaît-il avant d’ajouter, « c’est le lieu d’interpeller les parents, mais aussi les autorités à réagir pour éviter une éducation tronquée aux enfants ». « Il nous arrive d’accepter de travailler à crédit, mais au moment de nous payer ce qu’on nous doit, on nous ridiculise. Malgré tout, nous continuons de travailler pour le développement du pays », conclut-il.

Mais, à entendre les enseignants, il semblerait que des fondateurs veulent aller chercher des enseignants au Mali. Ce qui ne les effraie pas car disent-ils, « chacun assumera ses responsabilités ». Quant aux élèves qui depuis le matin (hier lundi 17 octobre, ndrl) n’ont pas vu leurs professeurs, ils entendent leur apporter leur soutien si rien n’est fait.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2011 à 06:27, par TAB
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Mais c’est pas logique le raisonnement de monsieur Beremwoudougou, c’est le meme professeur qui enseigne dans une classe ? Il veut nous embrouiller ce monsieur là

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 15:26, par Vérité
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      Connaissez-vous le lycée de la jeunesse de ouagadougou ? C’est l’un des établissements les plus chères du pays. Mais surprise : l’heure de vacation est l’un des plus bas de ouagadougou. Le fondateur, l directeur (un des fils du fondateur) le daf (un autre fils) vivent dans de grosses villa climatisées, et changent les voitures de luxe. Mais figurez vous que malgré les gros salaires qu’ils s’octroient, ils envoient leur factures eau électricité au lycée pour un règlement directement depuis la caisse du lycée. Touts les prof qui ont eu l courage de demander une augmentation on été remercié.

      Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 07:19, par Burkimbila
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    L’etat porte l’entière responsabilité de cette situation car on sent qu’il se desengage de plus en plus de l’enseignement secondaire, laissant les promoteurs privés dicter leur loi. Si non, comment comprendre que dans les grandes villes comme Bobo Ouahigouya Koudougou et Ouaga par exemple, malgré le fait que l’effectif des élèves admis au secondaire s’accroit de manière exponentielle chaque année, le nombre de salle de classes dans les établissements publics reste sans changement ? Ne me dites qu’il manque de l’espace pour construire. Notons aussi que des espaces verts sont declassés et ensuite patagés entre amis (cas de Koudougou)

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 09:40, par unouagalais
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    le point faible des luttes syndicales au Burkina n’est rien d’autre que la mobilisation. il faut des rangs bien sérrés et très longs pour la victoire ! courage aux enseignants de Bobo, restez mobilisés et soudés

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 10:32, par LE FILS DU PAUVRE
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    BON COURAGE A VOUS ET SURTTOUT NE VOUS LAISSEZ PAS DIVISER CAR LA DIVISION CEST LEUR JEU FAVORIS.
    VRAIMENT L ETAT DOIT PRENDRE AU SERIEUX LE PROBLEME DE LA POPULATION. LE PEUPLE SOUFFRE LES BURKINABES SOUFFRENT MESSIEURS LES DIRIGEANTS NOUS SOUFFRONS, LE PEUPLE POUR LE QUEL VOUS ETES LA SOUFFRE.COMMENT DES ETABLISSEMENTS PEUVENT PEUVENT AUGMENTER LA SCOLARITES SANS SANS ARGUMENTS ????
    CE SONT LES COMMERCANTS,LES PROPRIETAIRES DES MAISONS MAINTENANT LES FONDATEURS EUH WENDE VIENT AU SECOURS AU PAYS DES HOMMES INTEGRES CHACUN AUGMENTE A SA GUISE SANS DIALOGUE ET IMPOSE AUX AUTRES(LES PLUS FAIBLES) SACHANT QU ON NE PEUX PAS NE PAS ENVOYER NOS ENFANTS A L ECOLE MEME SI NOUS ALLONS NOUS ENDETTE JUSQU AU COUP ON OU LA ??????
    N EST CE PAS UN SYSTEME DE CAPITALISME EXAGERER ??
    IL EST TANT QUE L ETAT SE REVEILLE POUR TRAQUER CES VOLEURS.
    GENERALEMNT CE SONT EUX QUI NE PAYENT PAS LEURS IMPOTS. MERDRRRRRRRRR
    SI CEST VRAI QU AU LIEU DE 70 ELEVES/CLASSE ILS SE RETROUVENT A 100 AH LA LA YA PROBLEME ENCORE OU EST LE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT DANS TOUT CA ????? METTEZ DE LORDRE COMME DANS CERTAINS MINISTERES
    PAIN ET LIBERTE POUR LE PEUPLE NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 11:55
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    bonjour,
    vous savez mes chers enseignants, vous vous etes soumis à cet exclavage depuis quand ? 2000 francs/heure ! non ! c’est inadmimissible et la scolarité est chère comme ça !moi je pensais que le minimum c’était 5000frs/heure ! Djaaaaah moi je ne suis pas dans le pays là.Non si c’est ça qu’ils diminuent la scolarité sinon nous parents, on n’est pas d’accord !ouaiiii ! yaako, yaaakooo !2milllllllllllllllllll francs ! ah là ! vs êtes des braves personnes.si vous n’avez pas eu de suite à vos requêtes c’est tout simplement que l’État est complice avec ces acteurs du privé là, qu’est ce vous croyez ?? c’est des partenaires là ! mais il faut que vous soyez solidaire et rester sur votre position ! les élèves vont vs soutenir car ces mêmes élèves ont des parents enseignants ! vous dites qu’ils veulent aller chercher des enseignants au mali ! ils font rires, ces enseignants ils ont des cornes ou des pattes à la places des pieds, ou ils sont plus instruits que vous ? c’est des souffrants hein ces responsables là dès !!s’ils peuvent faire ça cela voudra dire qu’ils sont capable de vous payer à plus de 3500frs là, car les maliens vont pas venir ici et puis prendre ces maigreurs là ! Non !voyez à quel point on ne peut pas se développer dans ce pays là ; on préfère aller arranger ailleurs que d’arranger pour nous même ! c’est honteux souvent quand je moi burkinabè quoi ! regardez le bas esprit que nous avons ! qu’ils aillent chercher des professeurs somaliens plutôt que maliens !
    merci de poster si vous avez de la consideratin pour nos enfants et nos enseignants.

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 13:32, par justice
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      Effectivement c’est ridicule de mettre cette menace (aller amener des enseignants Maliens) à exécution ; c’est pour augmenter encore le nombre de chômeurs inutilement ! Il faut éviter les facilités dans pareilles situations, parce qu’elles peuvent être dommageables pour toute la société. Il faut que les promoteurs des établissements d’enseignement privé revisitent leurs comptes d’exploitation et voir s’il n ’est pas possible d’améliorer les conditions de travail des enseignants. Ca doit être faisable sans grandes difficultés. Le ministère a donné un taux minimal mais ça ne veut pas dire qu’il faut se figer à ce taux. Il faut ajuster les traitements salariaux de ces enseignants en fonction de l’évolution de la situation de l’enseignement : augmentations des frais de scolarité et des effectifs des classes constatées d’année en année. Il ne faut pas jouer sur le taux de chômage pour faire du chantage et continuer de les exploiter parce qu’ils forment les hommes de demain. Vraiment je souhaite de tout cœur que les fondateurs et autres gestionnaires des établissements privés fassent quelque chose pour les enseignants ; Cependant, comme les fondateurs aiment se contenter du minimum, en cas de statu quo, je propose que l’État revoit les textes pour relever le niveau planché du taux horaire. Bne journée !

      Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 12:20, par tièkadiyé
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Bassératou ! Dites à ces profs qu’ils sont malhonnêtes, médiocres, et de mauvaise foi. Allez créer vos établissements et payez vos profs comme vous le dites, en fixant les frais de scolarité à 70000f. Remarquez que 1728000*5 profs minimum, est largement au dessus de 4900000f supposés engrangés par les fondateurs. Et les surveillants, intendants, secrétaires, directeurs, gardiens, jardiniers ? Et les amortissements, entretiens, electricité, eau ? Vous ne savez que reclamez l’argent et toujours l’argent, pourtant on voit vos résultats à chaque examen, toujours en déça de 40%. Je vous conseille de visiter le blogue de Burkina faché. Vous ne savez que donnez des NST à des élèves (très souvent mineurs), vous abandonnez le public pour le mercenariat dans le privé, exactement comme les médecins (que vous critiquez d’ailleurs). Bande de paresseux, vous travaillez huit mois et vous voulez les sous pour douze mois. Honte à vous.

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 12:41
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      SEUL LE SILENCE PEUT REPONDRE A DES BOUCHES INTELLECTUELS COMME TOI

      Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 13:59, par un prof
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      êtes-vous allé à l’école ? si oui, vous êtes alors le fruit du travail d’un prof que vous qualifiez de malhonnête, de médiocre, et ayant une mauvaise foi(imaginez ce que je veux dire...).si vous aviez un peu de matière grise, vous évitériez ces genres de propos qui en disent long sur quel genre d’individu vous êtes.

      Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 14:05, par fido
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      S’il vous plait ! que ceux qui n’ont pas de tête pour réfléchir ferme leur gueule ; chaque classe, même s’il a 1000 professeurs possede environ 27heures de cours par semaine. si on supose 4semaines dans le moi et 8 mois dans l’anné scolaire, on obtiens bien les estimations faite par le prof.
      Mais c’est évident que si on ne sait pas faire ce petit calcul, on ne peut pas comprendre les intéllectuels. ce n’est pas de ta faute m Tiékadiyé. Vas donc t’inscrire pour aprendre a calculer. Tu mérite pas ton poste car un travailleur qui merite son poste sait au moins faire ce calcul. Bande de vaux rien !!!!! au diable !!!!

      Répondre à ce message

      • Le 18 octobre 2011 à 18:21, par tièkadiyé
        En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

        Ms les profs, je viens dire qu’effectivement je me suis trompé dans le calcul. Mais cela est dû au fait que le journaliste a écit "le professeur" au singulier. La planification dans mon service fait que je travaille 50heures par semaine, tant que je suis en bonne santé, et présent. Vous conviendrez avec moi qu’il m’est difficile de lire méticuleusement les écrits.

        Ceci étant, je reste sur ma position quand bien même j’ai été enseigné par un prof. D’ailleurs je pourrais dénnoncer certains de mes anciens profs qui couchaient avec avec des filles de la classe et qui sont encore vivants. Je peux aussi vous citer des profs qui ont fait des détournements de mineurs avant que les vaccances n’apportent du répis. Il y a une qui est enceinte actuellement, et aucun des deux profs accusés n’a formellement démenti quoi que ce soit. Moi je suis d’un village et je travaille dans un village. Nous vivons des choses qu’il ne serait pas bon que le procureur sache.

        Enfin, dites moi ce que vous faites de votre temps pendant les vaccances ? Vous dormez et rien de plus. Les heures creuses en pagaille dans le publique c’est dû à quoi ? Héi, on a vu des profs, prêts à lyncher des intendants. J’ai du boulot et je ne peux plus continuer. Bandes de cupides. J’ai dit ça pian.

        Répondre à ce message

        • Le 18 octobre 2011 à 19:36, par Tapsoba
          En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

          Quel est le rapport entre l article et ton post-ci ? Tu réagis bêtement sans réfléchir,on te corrige ,tu reconnais ton erreur mais pour te dédoiner, tu viens avec des prétextes falacieux que c est parce que tu travailles 50heures par semaine que tu n arrives pas à bien cerner le sujet.Soit ! Mais d où vient cette absurdité de comportement non orthodoxe de tes soi-disant profs ? On t a dit que ces profs sont mals payés parce que tes profs étaient reprochables ? Tu n arrives pas à te concentrer et malgré tout tu conserves ton emploi ? N es tu pas par hasard un de ces « pistonés du système » ? C est à dire que tu devrais occuper une place que tu ne mérites pas.Ton raisonnement minable vient attester que tu n es rien d autres.Pauvre type,dégage !!

          Répondre à ce message

        • Le 18 octobre 2011 à 20:02, par un prof
          En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

          si je comprends bien, ton pseudo signifie la vérité est bonne. Tu détiens des vinformations qui intéressent le procureur. tu attends quoi pour saisir le procureur pour que ces profs répondent de leurs actes ? Ou bien tiémagni ?

          Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 14:14, par samir
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      mon ami au lieu d’etre extravagant, cherche à faire ne serait-ce qu’une analyse equivalent à ton niveau qui n’est d’ailleurs pas assez élevé avant de te deverser de la sorte.quand il dit 1728000frs, ça veut dire que ça fait l’à peu près du cout par classe de tous les enseignants qui enseignent cette classe.on devait tout simplement mulitiplier la somme qu’il a donné par le nombre de toutes les classes et ça fait les frais annuelles dûs à tous les professeurs.et aussi multiplier les 4900000frs par le nombre de classe et ça fait la somme totale payée par les élèves par an.et vas-y maintenant faire le reste des calculs.

      Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 15:04, par Vérité
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      Médiocre toi même. Si tu as pu t’exprimer sur ce site, cela veux dire que t’es passé entre les mains d’un enseignant. J’imagine que c’est les notes sexuellement transmise qui t’ont données le niveau que tu as. En plus il faut savoir lire. Une classe de 6 ème toutes matières confondues ne fait pas plus de 30 heures de cours par semaine. Reprend ta calculatrice (je suppose que tu as eu un prof en math qui t’as appris à calculer) et fait le calcul.

      Répondre à ce message

    • Le 19 octobre 2011 à 12:28, par tassouma
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      Salut Tiékadiyé ! Vous devriez avoir honte de traiter les enseignants de"malhonnetes,médiocres,mauvaise foi,paresseux".Vous dites qu’ils ne peuvent distribuer que des NST.Alors honnetété pour honnétété fermons tout et attendons de bons professeurs...Votre fiel vous a aveuglé.

      Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 12:35, par MATIERE GRISE
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Le problème de l’enseignement privé devrait être une priorité pour nos autorités aujourd’hui. Nous savons que ce premier ministre peut faire quelque chose. Une vrai anarchie. C’est vrai nous voulons que nos enfants partent à l’école mais nous sommes laissés dans les mains des prédateurs " Madame Directrice Mari fondateur Enfant Indentant/ Censeur. Petite soeur Présidente APE. Le tour est joué pour escroquer une population déjà fatiquée par les hausses chaque jour des biens de premières nécessité. Des Maisons inachevées tiennent lieu de campus universitaires . Des publicités mensongères sur les établissements et les reconnaissances de diplômes .
    Tenez aujourd’hui l’inscription en Licence il y a trois ans de cela était à 360 000 en 2010 2011 nous sommes à 780 000 Francs. Le Master est entre 1 500 000 à 2 000 000 de francs . Hormis les frais farfelu cravate - costume - chaussures- kit assurance- etc. Le Burkina se dégrade . Les prédateurs sont décidés . Aujourd’hui aucune université privé au Burkina Faso n’a L’aura d’imposer de tels frais exorbitants au pauvres citoyens.Ils profitent de la méconnaissance ou du manque d’intérêt de nos dirigeants pour nous imposer leur loi. Au secondaire des frais de 300 000 francs pour la sixième ahhhhhh nous sommes dans quel monde ou allons nous ? Voulons nous l’avenir de ce Pays Voulons nous l’avenir de nos enfants.
    Pendant que ces prédateurs engrangent d’énormes bénéfices ils refusent de bien renumerer leurs vacataires ? Qu’ils sachent tant que le profit n’est pas bien distribue il auront des problemes.
    Excellence Mr le PM penchez vous sur la question de la fixation des frais de scolarité dans les ecoles et universités privés. Fermez les etablissements donc les locaux sont inachevés car il en va de la sécurité de vos enfants pardon de nos enfants.
    Faites des assives sur le privé pour la détermination des couts de scolarités. Nous sommes pour une ecole perenne et qui formera de bons cadres.
    il est temps d’agir et votre courage les vaincra. Aujourd’hui ce sont les enseignants qui refusent demain les élèves
    A BAS TOUS CES VAMPIRES
    MATIERE GRISE

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 12:52
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Bonjour à tous !
    Vraiment cette situation est embarrassante. Pourquoi du massacre pour nos enfants ? la relève de demain ? où va notre cher Faso ? A vrai dire, quand on constate que les établissements poussent partout comme des champignons au Faso, les fondateurs (qui ont bcp de lycée à la fois) ne peuvent pas nous mentir qu’ils ne gagnent pas !!! le malheur, est qu’ils ne sont que la plupart des "commerçants" sans véritables soucis de l’avenir des enfants....sinon, les profs font pitié au Faso(ça se voit !)
    Moi je veux interpeller à mes frères éleves et aux parents d’être vigilants. S’ils constatent que de nouveaux profs remplacent les anciens, ils doivent déserter les classes et dire aux parents de protester. N’acceptez jamais qu’on amène n’importe qui pour vous "tuer" intellectuellement. J’en sais quelque chose. Ces fondateurs commerçants vont prendre des enseignants "moins chers" sans connaissance, vous massacrer !!!! vigilance

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:01
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Je demande à l’Etat de faire un resencement des les établissements privés en fonction de nombre d’élèves par classe, le nombre d’enseignants en précisant le salaire horaire et leur niveau. Il y a des lycées qui paye comme salaire horaire 1000f cfa, dans ces conditions comment un enseignant peut il dispensé un cours de qualité ? Ces vacateurs sont généralement des étudiants en fin de formation qui cherche un revenu de subsidence d’ou cette exploitation par les fondateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:02, par katayé
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    M. Beremwoudougou, j’aurai préféré que vous évaluez la charge financière juste par semaine pour l’ensemble des enseignants d’une classe et vous la ramenez à l’année pour comparer avec le montant annuel par classe versé par les parents d’élève. Cela aurait été plus logique. Voyez vous pour une classe le prof de maths, n’a pas le même volume horaire que le prof d’anglais, ni le prof d’EPS. Par conséquent il ne sied pas de généralisé sur le volume horaire annuel d’un prof vacataire dans un lycée. Sur cette base en prenant de la 6ème à la 3ème , avec 1 prof de maths, français, anglais, SVT, HG, EPS de la 6ème à la 5ème plus un prof de PC en 4ème et 3ème on pourrait avoir une idée de ce que les profs gagnent et ce que ce montant représente sur la charge d’un établissement sur la base de 70 000 F CFA / élève avec un classe moyenne de 70 élèves. Le prof de maths à 5h/ semaine, français 5 h/semaine, EPS 2 h/ semaine si je ne me trompe pas, SVT 4h/semaine, HG 4h/semaine, anglais 4 h/semaine si ce décompte est exact cela me fait 48 000 F CFA par semaine pour une classe de 6ème et 5ème et environ 27 heures pour la classe de 4ème et 3ème soit 54 000 F CFA/ semaine pour l’ensemble des profs. Ces sommes il faut le ramener au nombre de semaines de cours par an, et voir la charge que cela représente sur le montant perçu par l’établissement. C’est plus juste à mon avis. Tu pourras même mettre un facteur pour tenir compte de jour férié et grève, et congé pour la période d’arrêt des cours pour les calculs de moyenne etc.

    Répondre à ce message

    • Le 18 octobre 2011 à 18:33
      En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

      mon chère c’est le même calcul sauf que tu as été plus explicite que lui. Si tu ramène sa à une année de 8 mois sa fait exactement 1 728 000 francs/classe si on exagère pour toutes les classes (6e, 5e, 4e et 3e). S’il ya 70 élèves par classe et 70 000 francs/élève, le fondateur encaisse 4 900 000 francs. Sans oublier que les classes des privés avoisinent aujourd’hui 90 élevés /classe en moyenne. les enseignants ont raison de réclamer ses sous là.

      Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:08
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Que l’etat prenne ses responsabilites vis a vis de cette situation. Si l’Etat a la responsabilite reelle du systeme de l’enseignement ce que les enseignants demande n’est pas trop et tout est discutable. Aucun vacatere ne devra venir d’ailleur suite a cette situation. Quelle qualification ont-ils et quelle qualite d’enseignement vont-ils dispenser pour les hommes de demain de ce BURKINA ?. Connaisent -ils la methode ’enseigner ? Si jamais cela arrivait c’est une preuve de comprendre que nos dirigents n’ont aucun soucis pour notre education pire le devenir du FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:09
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Je demande à l’Etat de faire un resencement des les établissements privés en fonction de nombre d’élèves par classe, le nombre d’enseignants en précisant le salaire horaire et leur niveau. Il y a des lycées qui paye comme salaire horaire 1000f cfa, dans ces conditions comment un enseignant peut il dispensé un cours de qualité ? Ces vacateurs sont généralement des étudiants en fin de formation qui cherche un revenu de subsidence d’ou cette exploitation par les fondateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:15, par L Patriote
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Je demande à l’Etat de faire un resencement des les établissements privés en fonction de nombre d’élèves par classe, le nombre d’enseignants en précisant le salaire horaire et leur niveau. Il y a des lycées qui paye comme salaire horaire 1000f cfa, dans ces conditions comment un enseignant peut il dispensé un cours de qualité ? Ces vacateurs sont généralement des étudiants en fin de formation qui cherche un revenu de subsidence d’ou cette exploitation par les fondateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 13:45, par anonyme
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Il faut que la réglementation soit appliquée (taux et volume horaires, contenus des programmes, qualification du personnel, inspections effectives, ...)
    Tl faut contraindre les gens à respecter la réglementation.
    Je rappelle à toute personne qui l’ignore que la plus part des enseignants ont bravé des dures conditions de vie et d’études aussi bien au secondaire qu’à l’université, car venant majoritairement des couches pauvre. Se retrouver après 20 ans d’étude dans les mains de personnes exploiteurs est vraiment frustrant.
    J’invite donc tous les acteurs de l’enseignement secondaire à travailler honnêtement et franchement à résoudre ces problèmes récurrents.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 17:15
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    He,
    je ne comprends le problèeme de M. Berehoudougou.
    Si un prof touche environ 1 728 000F/an et si l’on sait que duréee des cours d’une année est d’environ 8 mois (seulon les calculs M. Berehoudougou 27x4x8= 864) le salaire moyen mensuel revient alors à 216 000F TTC, cela comparé au salaire moyen d’un fonctionaire burkinabé catégorie A n’est pas mal.
    Par ailleurs n’oublions pas que les fondateurs ont inveti de l’argent pour les immobiliers qu’il rentabiliser et tenir compte des frais d’amortissement et des charges annexes liées au fonctionnement de l’établissement.
    Bref si vous demandiez une augmentations de vos honoraires, pensez aussi à la poche des parents d’élèves

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 18:15
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Dans ce brouhaha a qui le fautif ?je crois que la faute revient aux partenaires financiers et aussi à l’état burkinabè qui s’est laissé instrumentaliser par ces partenaires financiers.Parceque si je comprends bien ce problème de rémunération médiocre et le problème qui est posé dans un autre article si il faut oui ou non laisser passer les éleves en 6ème sans filtre,comprenez qu’on arrive a cette situation ubuesque.Le robinet est ouvert de tous les cotés et l’état ne peut pas faire face.Le meme problème se pose pour le bac où on n’a des cancres qui ont le bac alors que l’état n’a pas les structures nécessaires pour acceuillir tout le monde.Désolé,je préfère l’ancien temps où la sélection était ardue.On n’avait pas autant de problème que maintenant.Il est quand même triste de lire certaines personnes avec des fautes inadmissibles mais ces mêmes personnes diront qu’ils sont cadres A.Quelle honte.Ne parlons meme pas de ces professeurs ou instituteurs,tous nuls,pathétiques.Ils sont là que pour le fric,sans vocation.Sincèrement l’Etat ne doit pas être esclave de l’unicef et autres partenaires.Il y va de notre survie,de notre indépendance éducative

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 18:23, par nambia
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    De l’argent, de l’argent et toujours de l’argent oui mais voyons de façon posée :
    Sur la base des estimations de M. Belemwoudougou si les classes de 6è et 5è reviennent à 48000/semaine et celles de 4è et 3è à 54000/semaine et que chaque élève paye 70.000 F toutes classe confondu pour un effectif moyen de 70 élèves vous avez 36 semaines de cours le fondateur engrange 19.600.000 pour 04 classes et dépense uniquement pour l’administration des cours dans ces 4 classes 7.344.000 F. Si nous estimons à 4.000.000 les autres salaires, les aménagements, les taxes, la craie, les fournitures de bureau etc, le fondateur se retrouve avec 8 256.000 pour une année. Sans compter l’amortissement et la solde du prêt pour construire les bâtiments. Nous comprenons les effectifs pléthoriques et autres arnaques qu’on connait ?
    Alors sans être un défenseur des fondateurs soyons raisonnables avec un si gros investissement on ne peut pas dire qu’il vit sur le dos des pauvres populations.
    Dans tous les cas à vous de voir. Vous pouvez raisonnablement accepter 2500 ou 3000. Sinon il ne faut non plus pas tuer la poule aux oeufs d’ore.
    Franchement les profs aussi vous exagérez un peu.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 18:32, par yeral dicko
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Bonnes gens faites vite quelques choses avant que ça ne gâte !Amener des prof du mali !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! je rêves ou quoi ? Connaissez-vous le niveau de l’enseignement chez nos voisins ??Attention,attention celui qui rate le bac au Burkina sort major de sa promotion au Mali avec mention très bien ! Allez à l’information et ne laisser pas tronquer l’éducation des enfants !Tan-pie pour la censure !

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 20:25, par Alain
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Excusez-moi d’intervenir dans ce débat pour apporter quelques élements d’informations. J’ai été enseigné par des professeurs que je salue au passage d’ailleurs. Mais il faut pousser le raisonnement plus loin pour prendre en compte certaines charges telles que la construction même des établissements privés qui se chiffrent en millions à rembourser sur plusieurs années, les impôts à payer, les salaires du personnel administratif et j’en passe. Donc il ne faut pas focaliser les débats sur ce que l’on doit payer aux professeurs au risque de prendre le décor. A cet allure, je pense que l’on fermera les etablissements publics et privés, tant les revandications sont insoutenables. A vouloir trop gagner, on finira par tout perdre. Pour des gens qui émargent déjà gracement au budget de l’Etat, je ne comprends pas ces revendications maximalistes. Il faut que les professeurs sachent qu’en plus de leur fonction d’enseignant, ils sont des parents d’élèves. Et comme, ils n’enseigent pas toutes les matières, leurs enfants feront partie des victimes de leur débrayage intempestible. Qui a osé inventé l’argent qui fait tant de misère ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 20:59, par Taryam Tiyanfôh
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Salut,
    Je pense que cette lutte juste n’ira pas loin car la plus part des vacataires dans le privé ne se font pas respecter et travailleront à casser la lutte. Nombreux sont ceux qui sont prêts à accepter un taux horaire de 800 ou 1000 F CFA pour les classes de 6ème à la 3ème et 1500 ou 1750 F CFA pour les classes de 2nde à la Tle. Ces vacataires se fondent sur le fait qu’ils cherchent à joindre les 2 bouts et qu’ils sont prêts à une prostitution intellectuelle. Pitié !
    Comment accepter créer de la richesse pour un fondateur et ne pas exiger qu’il vous verse une part significative de cette richesse dont vous êtes la cheville ouvrière ! Réfléchissez sur cette phrase "Un commerçant illettré peut créer un établissement privé ! Mais est-ce qu’un commerçant illettré peut enseigner ? Son argent peut-il enseigner les élèves ?"
    S’aviez-vous que beaucoup de "commerçants dans l’éducation", pardon, beaucoup de fondateurs d’établissements privés fixent, de façon incontrôlée,des frais de scolarité exorbitants comme s’il s’agissait d’un supérieur ? Imaginez un "commerçant dans l’éducation" qui fait payer au parents d’élèves 280 000 F CFA (pour la 6ème à la 3ème) et 350 000 F CFA (pour la 2nde à la Tle)et qui a le kilo de verser 2000 F CFA ou 2500 F CFA à ses enseignants vacataires ! Euh ! ces enseignants souffrants ! Que le journaliste fasse des enquêtes du côté du Lycée de la Jeunesse ou du Lycée Universalis à Ouagadougou et il sera bien déçu, l’opinion nationale avec ! Quelle souffrance pour ces vacataires qui sont exploités ou sur-exploités ! Euh ! WENDE !
    Puisse le Gouvernement de SEM le PM LAT revoir cette question pour une solution juste à l’égard des enseignants.
    ça me fait marrer quand il est signalé que les fondateurs feront venir des enseignants du Mali. Pourront-ils assurer les charges liées à cela ! Ne seront-ils pas amenés à supporter plus de 3500 F CFA/Heure comme charges relatives à ces enseignants maliens ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2011 à 21:55, par un passant
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Une des questions est de savoir si les enseignants (du primaire au superieur) vont laisser l’enseignements a des commercants ?

    J’ai toujours entendu des enseignants se plaindre du mauvais traitement dont ils font l’objet de la part de fondateurs sans scrupules. La question qui me revient souvent est des savoir pourquoi des enseignants ne pourraient pas se regrouper et former des etablissements---les associations de cotonculteurs ont pousse pour avoir des parts a la Sofitex... pkoi les enseignants ne suivraient pas le meme exemple ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2011 à 08:46
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    L’ETAT DOIT JOUER ICI SON ROLE REGALIEN. IL LUI FAUT REVOIR LES CAHIERS DE CHARGES VEILLER AU RESPECT SANS SCRUPULE DE CEUX CI. IL FAUT TROUVER VITE LA BONNE SOLUTION CAR LES ENFANTS NE DOIVENT PAS PAYER LES POTS CASSES.
    MAIS IL FAUT QUE L’ETAT REVOIT SA POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DE L’EDUCATION. CAR ON NE PEUT SE DEVELOPPER SI L’EDUCATION SE DEVELOPPE JUSQU’ AU cm2. LE GOUVERNEMENT DOIT MAINTTENANT INVESTIR AU SECONDAIRE. IL FAUT QUE LES FONDS DU PDDEB SOIENT UNTILISES POUR DEVELOPPER LE PREMIER ET SECOND CYCLE PENDANT 10 ANS. PUIS VOUS PRIORISEREZ LE SUPERIEUR POUR UN TEMPS. IL NE S’AGIT PAS DE DESHABILLER PIERRE POUR HABILLER PAUL. MAIS CE PASSAGE EST OBLIGATOIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2011 à 00:26, par Sir Jonathan
    En réponse à : Enseignement secondaire privé : Une grève illimitée pour la satisfaction des revendications

    Cher Tiékadiè
    Disons que tu le prototype de ce qu^il est convenu d’appeler un ignare à l’esprit constipé. Tu ne participes pas au debat pour un enrichissement evntuel, mais tu as plutot brille par ta myopie intellectuelle en réalisant un parfait coq-à-l’ane magistral. Tu n’as aucun bon sens ni aucun respect pour les batisseurs de la nation qui sont les braves enseignants et qui ont fait de toi ce que tu es aujourd ;hui. Sois reconnaissant envers eux sinon tu ne serais pas ce lettre d’aujourd’hui.On te parle d’une greve juste de revendication pour l’amelioration des conditions de vie et de travail des enseignants vacataires et tu te mets betement a les insulter. Il faut faire preuve d’un peu de matiere grise dans tes grossieretes envers des personnes a qui toute la nation doit reconnaissance. Si tu ne sais pas reflechir et t’abstenir, ferme ta gueule car ce sont des gens responsables et consciencieux que tu vilipendes de la sorte. Les fondateurs sont des exploiteurs et des arnaqueurs, il faot qu’ils rendent justice aux enseignants en relevant le taux horaire par rapport aux sacrifices que consentent ces derniers. Ils ont augmente les frais de scolarite a cet effet qui, de5000f, 10000f, 15000f et meme 20 000f. Ils ont aussi exige de chaque eleve une rame de papiers ou 3500f a la place. Cela n’est pas normal, vivement que l’Etat mette un terme a tout ce pillage, a toute cette arnaque des parents. A bon entendeur, salut ! Sans rancune...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés