Taïwan - Burkina : Une coopération exemplaire selon le Président du Faso

vendredi 14 octobre 2011 à 15h49min

Au terme de son séjour du 8 au 12 octobre 2011 à Taïwan où il a assisté aux festivités commémoratives des cent ans de la République de Chine, le Président du Faso, Blaise COMPAORE, a échangé avec les journalistes de la presse nationale. Dans cet entretien, le Président du Faso s’est appesanti sur la coopération bilatérale exemplaire entre notre pays et Taïwan à travers les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’énergie, des infrastructures.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

D’abord, sur le sens de sa participation au centenaire de la République de Chine, Blaise COMPAORE a répondu :

« Je constate que la participation du Burkina Faso a été bien accueillie à cet événement marquant le centenaire de la proclamation de la République. Personnellement, je me réjouis d’être présent et d’être surtout témoin de cet événement marquant les dix décennies de combat, mais surtout de résultats car nous avons pu constater que sur cette terre que nous avons un peuple sérieux, un peuple qui est fier des résultats acquis sur le plan économique, social, sur le plan aussi de ses résultats avec les peuples de la région. Je crois que nous pouvons dire que les résultats obtenus par ce peuple peuvent servir utilement à d’autres peuples. Je pense particulièrement que le Burkina Faso depuis quelques années a pu tirer profit des avancées de ce pays notamment dans des secteurs prioritaires pour nous comme la santé, l’éducation, la formation professionnelle. Je dois dire que nous sommes très heureux de cette coopération excellente entre nos deux pays. »

Sur ses sentiments après la visite qu’il a effectuée au siège de la société de production des plaques solaires, SpeedTech Corp, le Président du Faso a indiqué :

« Aujourd’hui, il n’y a pas de voie de progrès, de développement si l’on ne prend pas en compte l’intérêt pour le Burkina Faso de mettre à contribution les nouvelles technologies qui peuvent servir plus particulièrement le domaine de l’énergie. Je pense qu’il n’y a pas de développement quand on se rend compte que lorsqu’on parle de développement que ce soit sur le terrain économique, social, culturel, on a aujourd’hui besoin d’énergie. Et connaissant les limites objectives de notre pays dans le domaine de la production énergétique, il est certain que disposant plus que la plupart des pays du monde d’immenses quantités de soleil, nous pouvons opter ce type de technologies qui ont fait leurs preuves.

Nous pouvons nous organiser pour faire en sorte que depuis les écoles jusque dans les villages, nous puissions servir de l’électricité à nos concitoyens afin qu’à partir de là, ils puissent non seulement, créer davantage de travail mais surtout créer aussi des emplois et aussi améliorer les conditions de vie des uns et des autres. SpeedTech Corp est une entreprise privée et qui a l’intention à partir du Burkina Faso de travailler aussi pour toute la région. Nous ne pouvons que l’encourager, surtout que déjà, sa petite expérience que ce soit à Ouaga, à Cissin, et même dans les écoles est en train de donner plus de possibilités aux enfants de pouvoir étudier à domicile. Je crois que tout cela peut bien aider à la vulgarisation de cette denrée rare qui est aujourd’hui utile si nous voulons faire avancer notre pays. »

À propos de la mécanisation de l’agriculture grâce à l’appui de la coopération taïwanaise, Blaise COMPAORE, est optimiste. Il a ainsi déclaré :

« Nous avons eu des échanges qui n’ont pas été très formels parce que nous avons la commission mixte qui doit se réunir en 2012 pour évoquer ce genre de questions. La république de Chine s’est montrée très disponible pour accompagner le Burkina Faso dans ces domaines que nous avons jugés prioritaires pour notre pays. L’agriculture, la santé, la formation professionnelle, sont des domaines dans lesquels nous avons besoin des appuis à travers des mécanismes financiers et voir comment travailler à la réinsertion des jeunes qui vont sortir des centres de formation. Donc, c’est vous dire que nous avons une coopération exemplaire et qui va certainement donner davantage de résultats et d’acquis pour notre pays. »

Enfin, appréciant le bilan général de la coopération, le Président du Faso a répondu en ces termes :

« Je pense que si vous preniez les coopérations bilatérales que nous avons établies avec des pays dans le monde et lorsque vous faites le bilan de notre coopération avec Taïwan, sur le plan de la santé, vous voyez que nous avons non seulement cet hôpital universitaire qui va nous nous aider à mieux former nos médecins, mais mieux, dans certaines localités du Burkina, il y a déjà eu près d’une cinquantaine de CSPS construites grâce à cette coopération.

Dans le domaine de l’agriculture, en faisant le point, on voit qu’en dehors des grands aménagements, il y a l’encadrement pour la pisciculture et son développement dans notre pays. Il est certain que l’appui à la recherche de variétés dans le domaine du riz vise la vulgarisation pour en produire davantage au profit des aménagements de bas-fonds où nous sommes à dix mille hectares aujourd’hui. Je crois que tout cela contribue fortement à l’accroissement de la production dans un domaine grandement déficitaire et actuellement nous sentons des progrès visibles en termes de satisfaction de nos besoins dans le domaine du riz.

Il y a la formation professionnelle dont le programme est très vaste et c’est sûr qu’il nous faudra du temps pour récolter les résultats, mais il est certain qu’en multipliant ces centres de formation à travers le pays, nous allons donner au Burkina Faso, dans les années à venir, des capacités exceptionnelles d’expertises dans des domaines divers qui sont généralement utiles pour faire bouger notre société en terme d’emplois, en terme d’augmentation de richesses.

C’est sûr que dans les domaines des infrastructures aussi, nous avons vu que l’appui à la réalisation d’échangeurs, comme celui de la route de l’Est, permet une fluidité du trafic sur cette partie de la capitale. Ce qu’il faut retenir, c’est que Taïwan est un pays très ouvert et c’est cela qui fait que dans cette région, malgré une situation historique très complexe, ce pays arrive, grâce à une politique de sagesse diplomatique, à entretenir des relations les plus amicales et de partenariat avec les pays de la région asiatique. Nous pensons que sur le terrain du bilan, nous pouvons exprimer notre satisfaction et féliciter le gouvernement et le peuple taïwanais pour cette grande disponibilité. »

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

www.presidence.bf

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés