VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

jeudi 13 octobre 2011 à 02h50min

La boutique de Idrissa Barry, située à Karpala, a été braquée dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 août 2011 aux environs de 2 heures du matin. Le boutiquier ayant pu alerter le voisinage, a amené les bandits à prendre la poudre d’escampette. Mais dans leur fuite, ces derniers, faute de carburant, ont dû laisser leur véhicule fond rouge immatriculé 11A 6826 BF appartenant au Conseil constitutionnel. Deux personnes ont été inculpées dans cette affaire par le parquet. Il s’agit de Camille Zombré, chauffeur à l’ENAM et de Abdoulaye Sawadogo, chauffeur au Conseil constitutionnel et conducteur du véhicule mis en cause. Le tribunal de Ouagadougou a statué sur cette affaire le mercredi 12 octobre 2011. Après 5 heures d’audience, le président du tribunal a prononcé l’acquittement des deux présumés coupables au bénéfice du doute.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le véhicule immatriculé 11A 6826 BF est celui mis en cause dans le braquage de la boutique du sieur Idrissa Barry à Karpala. Les présumés coupables sont Camille Zombré, chauffeur à l’ENAM et Abdoulaye Sawadogo, chauffeur au Conseil constitutionnel et conducteur dudit véhicule mis en cause. Ces deux personnes sont accusées de tentative de vol suivant la loi portant sur le grand banditisme. Le jugement de cette affaire est intervenu le 12 octobre dernier au tribunal de Ouagadougou.

Les faits relatés par le plaignant Idrissa Barry

" Dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 août 2011, pendant que je dormais, j’ai été réveillé aux environs de 2 heures du matin par un bruit. Par la fenêtre de la boutique, j’ai vu un véhicule se garer et une personne est descendue et s’est approchée de ma porte avec une barre de fer m’ordonnant d’ouvrir, chose que j’ai refusée. Je me suis mis à crier et j’ai pu ainsi alerter le voisinage et appeler mon grand frère. Deux voisins sont aussitôt sortis dont le nommé Boureima Ouédraogo.

Ayant constaté leur présence, les bandits ont tenté de fuir et ont même demandé l’aide du sieur Boureima Ouédraogo. Une fois que ce dernier s’est approché, le bandit qui tenait le volant a tiré un coup de feu, j’ai ainsi vu Boureima Ouédraogo s’enfuir. Après cela, les bandits ont essayé de démarrer leur véhicule mais en vain, alors ils l’ont poussé jusqu’au troisième six-métres de la voie et l’y ont abandonné. Mon frère qui a appelé le 10 10 de la police nationale est arrivé à la boutique à 2 heures 15 et la police à 2 heures 35 minutes. Deux autres véhicules de la police sont arrivés ensuite.

Malheureusement, on n’a pas pu mettre la main sur les voleurs et la police a tracté le véhicule jusqu’au commissariat central". Tels sont les faits relatés par Idrissa Barry, propriétaire de la boutique qui a fait l’objet du braquage. Une fois sur les lieux, la police s’est rendu compte que le véhicule qui a servi de braquage est de fond rouge et immatriculé 11A6826 BF. Après instruction du dossier par le parquet et la police judiciaire, ces derniers se sont rendu compte que le véhicule relevait du Conseil constitutionnel.

Des propos contradictoires

C’est à 9 heures que les sieurs Abdoulaye Sawadogo et Camille Zombré ont été appelés à la barre par le président du tribunal. A la question de savoir s’ils reconnaissent les faits qui leur sont reprochés, ces derniers répondent non. Abdoulaye Sawadogo, conducteur du véhicule mis en cause dans cette affaire a livré sa version des faits à la Cour : "Je suis chauffeur du protocole du président du Conseil constitutionnel, le petit véhicule que je conduisais est tombé en panne et le vendredi 26 août, on m’a affecté la Prado Land Cruiser 4x4. A la descente, je suis allé ranger le véhicule au parc automobile et j’ai salué le vigile qui m’a même demandé de l’argent pour "casser" le carême.

Je lui ai répondu que ce soir je n’avais rien et je suis rentré à la maison. Mon père étant malade, je suis arrivé au service le lundi 29 août vers 9 heures du matin. C’est ainsi que j’ai constaté que mon véhicule a disparu du parking du parc automobile de l’Etat. J’ai aussitôt alerté mes supérieurs hiérarchiques. Quant à Camille Zombré, ce dernier a souligné qu’il n’est ni de près ni de loin mêlé à cette affaire. Ce dernier a affirmé qu’il était pris dans l’organisation des concours directs. Il faut savoir qu’ils sont assistés par les avocats Halidou Ouédraogo, Ambroise Farama et Minoungou, pendant que le plaignant Idrissa Barry a pour conseil Me Kirsi Traoré. A la suite des présumés coupables, les témoins, tous du Conseil constitutionnel, ont été appelés à la barre. Beaucoup de contradictions sont ressorties de leurs propos.

Le vigile a déclaré avoir effectivement vu Abdoulaye Sawadogo prendre sa moto mais dit être convaincu qu’il n’a pas laissé son véhicule de service le soir du vendredi 26 août 2011 au parking. Il affirme qu’après son départ il a dénombré 8 véhicules et le lendemain il remarque la présence de 7 véhicules. Tout le monde est resté dans ce flou car la grande préoccupation du président du tribunal, du procureur du Faso et des différents conseils était de savoir quelle est la personne qui a fait sortir le véhicule du Conseil constitutionnel pour commettre le forfait. A cette équation, les uns et les autres sont restés très évasifs jusqu’à la plaidoirie. Elle a commencé à 13h 50. Le procureur du Faso a remis en cause la gestion logistique du parc automobile du Conseil constitutionnel.

Pour lui, il est inconcevable que malgré la présence des vigiles, quelqu’un puisse faire sortir un véhicule pour faire ce qu’il veut avec. Il a conclu qu’il y a un bénéfice du doute ; par conséquent, le procureur a demandé leur relaxe pure et simple. La défense, assurée par Me Halidou Ouédraogo, Ambroise Farama et Minoungou, a incriminé la manière dont la police judiciaire et le parquet ont conduit les investigations. C’est ainsi qu’ils ont demandé que les investigations se poursuivent pour identifier le véritable coupable.

Car de leur avis, leurs clients sont loin d’être les présumés coupables de cette affaire. Pour Me Minoungou, son client n’est pas coupable, il dit fonder cela sur le manque de preuve matérielle. La partie civile assurée par Me Kirsi Traoré a estimé que compte tenu du fait que son client (Idrissa Barry) n’a pas subi de conséquence financière, de ce fait, il s’engage à ne rien demander en contrepartie. Et s’est constitué en partie civile. A 14h 30, le président du tribunal donne le verdict en prononçant la relaxe pure et simple des sieurs Abdoulaye Sawadogo et Camille Zombré au bénéfice du doute.

Ambèternifa Crépin SOMDA (Collaborateur)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2011 à 09:19
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    que du bordélisme d’abord au niveau du conseil constitutionnel avec des voitures qu’on sort comme des petits pains et je pense que le vigile n’a pas été cuisiné parceque je le soupçonne d’être dans le coup avec surement d’autres complices ;
    au niveau de la pj,quel amateurisme car quand même il doit y avoir des empreintes du dernier chauffeur sur le volant sans oublié certains indices précieux laissés dans la voiture ;
    enfin au niveau du tribunal,le jugement est très expéditif.
    En conclusion,quel gachis,quelle perte de temps

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 09:51, par Rossignol
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Les chauffeurs, avant leur jugement, jouissaient de la "présomption d’innocence". Ils n’étaient donc pas "présumés coupables". La presomption d’innocence, principe cardinal du droit pénal, exclut "toute presomption de culpabilité" dans notre droit positif.
    Les mots prévenu et relaxe relèvent des "délits" tandis que
    inculpé et acquittement sont du ressort des crimes.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 12:46, par sri amos
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    SVP monsieur les journalistes un cours d’organisation judiciaire du Burkina Faso vous fera du bien. La cour et le Tribunal ça fait deux juridictions différentes.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 20:38, par Yéti
      En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

      M. le juge laisse nous avec tes cours d’organisation judiciaire ou quoi là ahi ! que se soit cours ou tribunal vous y faites les mêmes injustices. Ici par contre l’instruction n’a pas été faite. Comment peut on réaliser rapidement une telle arnaque ? veut camoufler les vrais coupables ? Est ce que ça là c’était un dossier urgent ? prenez le temps d’investiguer et siégez pour de vrai affaires au lieu de ce ....

      Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 13:08, par Sniper
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Et voila !

    Deux (très) probables malfaiteurs ont échappé à la justice. Quelle justice d’ailleurs ? Et pourtant, personne ne se demande comment le véhicule est arrivé à Karpaala, ni où étaient les présumés coupables au moment des faits, etc.

    Les citoyens coopèrent, la police fait son travail et les délinquants sont en liberté !!! Tel est notre Faso

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 13:35
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Cela n’est pas du tout clair. Il faut que la justice nous montre sa bonne foi, et mette la main sur celui qui a fait sortir le véhicule en question afin de mettre aux arrêts ces malfrats. On ne peut pas comprendre que dans un service gardé par des vigiles, un tel acte puisse être posé. Ou on veut cacher quelque chose,ou tout le monde est complice. Il faut que la justice fasse ton travail, et éviter de prendre l’acte posé à la légère.On ne peut pas nous dire qu’il n’y a pas de preuve, le véhicule en est une. Nous attendons la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 13:39, par abdoul
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    De grâce chères autorités !cette affaire est très claire et on n’a même pas besoin de 2 h de procès pour ça.3 personnes devront être à la barre à savoir le vigile et les 2 autres, le coupable est parmi les 3.si c’est bien le véhicule qui a été le moyen de déplacement de ces malfrats c’est qu’il y a une complicité quelque part !le pays est en danger.nous sommes très inquiets M le PRÉSIDENT du FASO.Le vigile est le 1er coupable et s’il est complice il dénoncera les autres.
    Et puis où est ce que l’on met la nouvelle technologie ?On n’a pas de matériel ?Si non facilement on peut savoir qui conduisait le véhicule.Tout simplement parce que c’est un chauffeur du protocole du président du .........ce sont des criminels.ils ont tiré un coup de feu parce qu’ils n’étaient pas trop menacés si non .......? ILS ALLAIENT SE DEFENDRENT ET COMMENT ?De grâce ayez pitié de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 14:27, par jelgel
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    votre titre n’est pas juste.vol avec le véhicule du Conseil et non ce que vous avez écrit.C’est grave on vole un vehicule fond rouge et aucune plainte n’est deposé.Demain serait ce avec des holdup avec une voiture présidentiel ?un char de combat ou une Jeep de la gendarmerie ? ou allons nous si on arrive pas à situer les responsabilités dans un vol avec un véhicule dont le propriétaire est connu.S’il s’agissait d’un véhicule privé est -ce qu’il allait etre relaxé aussi facilement !j’en doute fort,il allait moisir en prison

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 14:50
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Mr le juge, combien avez vous recu comme dessous de table pour ce jugement si expeditif

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 17:02, par simpos
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Mais bon Dieu ! Nous sommes dans quel pays les gars ? C’est quel bordel le parquet a foutu comme sa ? Vous voulez me dire qu’on ne pouvait pas relever les empreintes du dernier conducteur du vehicule pour les comparer a ces deux chauffeurs ? Non mais attendez là. Arreter vite ces conneries et fouter moi les delinquants en prison. Le dernier des idiots ne passeras pas par quatre voix pour denicher le coupable dans cette affaire. Qu’on me dise que placide et sa horde conjugué à Paul Sondo et ses éléments n’ont pas pu la demeller, j’en tombe simplement des nues. On est ou la ? Et sa se dit magistrat ! mon oeil oui !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 18:09
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    Quand les magistrats rivalisent avec les avocats pour rouler dans les voitures americaines, voila ce qui arrive. Mais, j’ oubliais que la justice est ce que les juges qui travailent a la court de justicene veulentmeme pas attendre. Ca meme.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 18:39, par ZORO
    En réponse à : VOL D’UN VEHICULE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Les présumés coupables relaxés

    ce n’est pas sérieux ce jugement. Dans quel pays sommes nous.
    Écoutez, reprenez rapidement cette enquête et dénicher nous les coupables. Quel juge expéditif pour un dossier aussi important que ça. je fais donc appel. Que et le système se ressaisisse du dossier. Affaire à suivre, ça ne peut pas finir comme cela.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés