Ouaga by SOTRACO Bus : Entre retards, surcharges et manque de coordination, les étudiants mettent la pression

vendredi 14 octobre 2011 à 15h49min

Pour l’acte 3 de Ouaga by SOTRACO, sont dans notre ligne de mire les étudiants, toujours prompts à revendiquer. Aussi demandent-ils que la compagnie mette des bus à leur disposition exclusive, beaucoup d’entre eux étant des fidèles abonnés. Ils ont aussi par le passé marché et pris l’avenue Charles de gaulle en otage pour marquer leur mécontentement quand le prix du ticket de bus est passé de 100 à 150 FCFA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce n’est un secret pour personne, les locataires du campus connaissent presque les mêmes difficultés que les autres clients de la SOTRACO : surcharges, longues attentes, … retards.
Ainsi, ce vendredi 8 octobre devant la gare routière de Ouagadougou, nous observons un jeune qui tente d’arrêter un taxi. Depuis plus 15 minutes, plusieurs taxis sont passés. Certains ont stationnés puis sont repartis sans lui. Ils ne partaient pas dans la même direction qu’il souhaitait. Il s’appelle Ernest Ouédraogo, étudiant en 3e année de psychologie à l’université de Ouagadougou et résident à la cité universitaire de la patte d’oie.

Il voudrait bien emprunter le bus pour rallier l’université. Mais pour ce faire, il aurait fallu qu’il marche jusqu’au pied de l’échangeur pour attendre le n°2 barré, descendre sur l’avenue Babangida et marcher à nouveau pour gagner l’université. Outre cette hypothèse, il pouvait prendre le bus à l’arrêt de la cité universitaire (non loin de la gare routière) jusqu’à la place Naba koom. De là il emprunterait un autre bus pour regagner le Temple du savoir. Un parcours de combattant que Ernest Ouédraogo n’est pas prêt à faire chaque jour. « Nous sommes environ 700 étudiants en cité, dit-il. Depuis longtemps, nous avons plaidé pour que la SOTRACO mette à notre disposition une ligne qui rallie directement la cité universitaire au campus. Mais jusque-là, notre requête n’a pas eu un écho favorable » déplore M. Ouédraogo.
À l’opposé de Ernest, Zénabo, étudiante en première année de droit, emprunte régulièrement le bus. Mais elle est catégorique. « C’est parce que je n’ai pas le choix sinon il y a plus de désavantages que d’avantages à emprunter le bus.

Ce matin par exemple j’ai raté mon cours de 7 heures. Pas parce que je ne suis pas arrivée à l’heure à l’arrêt mais parce que c’était plein. Une de mes camardes était obligée de partir avec ce même bus surchargé parce qu’elle avait une évaluation ».
Le bus ne refuse jamais de clients même s’il n’y a plus de places. D’où les situations dignes de films qui surviennent sur ses lignes. Cet étudiant nous apprend avoir été témoin des cas de détournement du bus : « souvent, les étudiants se lèvent tôt parce qu’ils ont cours à la première heure mais le bus fait tellement d’arrêts si bien qu’ils finissent par arriver en retard.

Dans ces situations les étudiants bloquent les entrées et contraignent le chauffeur à les conduire directement au campus ». Un cas extrême. Les étudiants qui empruntent régulièrement les bus de la SOTRACO savent qu’ils ne sont jamais à l’abri de désagréments. Ils prennent ainsi leurs dispositions. Pour Mlle Bambara qui a une évaluation dans la soirée, elle a emprunté le bus n°1 dans la matinée. Tout cela dans le but d’éviter les mauvaises surprises.

Pour certains les surcharges ne sont pas un problème pour peu que les bus soient réguliers. C’est le cas de Hamed Cissé en deuxième année de B.G( Biologie, Géologie) qui pense que les surcharges sont la marque de fabrique des bus partout ailleurs. « Le vrai problème qu’il faut s’atteler à résoudre, c’est accroître le nombre des bus afin qu’ils soient réguliers sur les différentes lignes », conclut-il.

Tiga Cheick Sawadogo, Jean-Pierre Sawadogo (Stagiaires
Ph. Bonaventure PARE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés