Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

mercredi 12 octobre 2011 à 03h50min

La rentrée est effective. Mais pas encore pour eux, ces trente étudiants de l’Institut supérieur des sciences de la santé (INSSA) de Bobo-Dioulasso. Ils ont été tous admis au redoublement pour une question de numérus clausus. Alors qu’ils ont eu la moyenne pour aller en classe supérieure.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Trente étudiants de l’Institut des sciences de la santé de Bobo-Dioulasso sont en train de revendiquer leur passage en 2ème année de médecine, alors qu’ils devraient redoubler. La raison principale de ce redoublement est que le Centre hospitalier universitaire Sourô Sanou de Bobo ne peut accueillir plus de trente stagiaires en médecine par an.

Voici brièvement les faits. A la rentrée académique 2010-2011, la présidence de l’Université de Bobo-Dioulasso soutenue par le Président du Conseil d’administration, exige de la direction de l’INSSA de recruter plus des 30 étudiants qu’elle a l’habitude de recruter depuis la création de l’Institut en 2005. C’est ainsi que l’effectif de la sixième promotion est passé à 75 étudiants. En fin d’année, le jury de délibération prononce les résultats en conformité avec le nouveau régime des études à l’INSSA qui précise en son article 11 alinéa 3 que le passage de la 1 ère à la 2ème année est conditionnée par le nombre de places disponibles pour les stages hospitaliers. Les mêmes étudiants auraient été informés en début d’année que le passage de la première année à la deuxième était régi entre autres par cet article-là. Aussi, les étudiants qui n’ont pas été classés dans la limite des places disponibles, qui sont trente et qui ont tous eu leur moyenne sans note éliminatoire se retrouvent dans une situation incertaine. Ils doivent redoubler. Face à cette situation, les étudiants et leurs parents réclament leur passage en deuxième année.

A quelques nuances près, c’est aussi la position de la présidence de l’Université de Bobo. Quant au Conseil scientifique de l’INSSA, réuni le 28 septembre, il ne veut en entendre parler tant que le nombre de places de stages hospitaliers au CHUSS n’a pas augmenté. Ce nombre est fonction de celui des lits au CHUSS. De à 530 lits à l’ouverture de l’INSSA en 2005, ce nombre est aujourd’hui de 490. Autrement, le Sourô Sanou, au contraire n’offre aucune possibilité d’augmentation du nombre d’étudiants à l’INSSA.

En effet, le cahier des charges de la création de l’INSSA précise qu’un Centre hospitalo-universitaire devrait être créé pour accompagner la formation des étudiants. Ce qui, pour l’instant n’est pas le cas. Mais le président de l’UPB argumente l’augmentation du nombre d’étudiants par le fait que l’Etat a investi depuis 2005 plus de 800 millions de F CFA pour permettre à l’INSSA de se retrouver sur son site ; en outre, le corps enseignant avoisine la trentaine après seulement six ans d’existence. Pour les stages des étudiants, la présidence de l’UPB estime que « au regard de ces efforts, il juge nécessaire que les effectifs de recrutement de l’INSSA puisse évoluer pour répondre aux attentes des nombreuses sollicitations ». Pour les stages, « il a même, avec le directeur de l’INSSA essayé de prospecter du côté de l’hôpital de Banfora », précise le compte-rendu de la rencontre hospitalo-universitaire CHUSS-UPB du 23 septembre 2011.

Le samedi 24 septembre, le ministre Albert Ouédraogo des Enseignements secondaire et supérieur, réunit autour de lui le président de l’UPB, le vice-président chargé des enseignements et le directeur de l’INSSA. A l’ordre du jour, « les problèmes liés aux délibérations des étudiants de la 1ère année 2010-2011 et les effectifs pour la rentrée 2011-2012 ». Au cours de cette rencontre le ministre Albert Ouédraogo « a souligné les désagréments de ce numérus clausus qui ne cadre pas du tout avec la recherche de solutions pour une rentrée apaisée. Il a ensuite rappelé aux participants les inconvénients que ce dispositif a entrainé à l’université de Ouagadougou » lit-on dans le compte rendu de cette réunion. Aussi, a-t-il « suggéré au directeur de l’INSSA de tout mettre en œuvre pour trouver une solution concertée avec les partenaires hospitalo-universitaires ».

Dans la recherche de solution, le ministre a « estimé que la prospection avec les Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA) devrait être envisagée ». Pour cela, « il s’est engagé à poursuivre les procédures administratives (convention spécifique) pour permettre aux CMA d’appuyer l’encadrement des stagiaires. Ce stage débutant au second semestre, le ministre estime que d’ici là, des solutions idoines pourraient être trouvées pour l’exécution de stage infirmier des étudiants de 2ème année ».

Sur cette question, le conseil scientifique est catégorique. Aussi, « de façon unanime », ses membres entre autres décisions : « ont approuvé la décision de la commission hospitalo-universitaire de respecter l’effectif de 30 étudiants par ans, donc de ne pas admettre en 2ème année les étudiants revendicateurs ; s’étonnent que le contingentement des étudiants de la 1ère année en 2ème année soit considéré comme illégal alors que c’est le président de l’UPB qui l’a introduit ; quoi qu’il en soit, la décision du jury ne saurait être remise en cause, surtout par le président lui-même ; maintiennent à 30 l’effectif pour le recrutement du contingent 2011-2012, et ce jusqu’à augmentation des capacités d’accueil ; s’inquiètent que cette caution d’étudiants remettant en cause une décision d’un jury d’examen ne soit de nature à fragiliser l’autorité des enseignants et fragiliser le système éducatif de notre pays ; se proposent d’impliquer dans la résolution du problème, le président de l’Ordre des médecins du Burkina qui a certainement la préoccupation de la qualité de l’encadrement hospitalier des étudiants ».

Les trente étudiants qui se sont présentés le jour de la rentrée ne sont pas admis dans les salles. C’est sans autorisation qu’ils ont investi les salles. Le lendemain, à leur arrivée, seuls les tables des trente autorisés étaient dans la salle. Le bras de fer se poursuit puisque les parents sont prêts à leur acheter des chaises et des tables pour qu’ils puissent suivre les cours en deuxième année. A noter que les étudiants qui ont été recrutés en sus de trente habituels, ont été informés dès la rentrée en 2010 de la mesure de contingentement après la première année. Conformément à l’article 11 alinéa 3 du nouveau régime des études à l’INSSA.
Séri Aymard BOGNINI


Pr Robert T. Guiguemdé, directeur de l’INSSA

« Qu’on sache que nous formons des médecins pour soigner des personnes »

La situation des trente étudiants recalés préoccupe le directeur de l’INSSA, le professeur Robert Tinga Guiguemdé. Pour lui, il n’y a pas de problème, « ce sont les autres qui ont créé le problème et font porter la responsabilité sur d’autres ». En effet, « dès la rentrée 2010-2011, tous les étudiants ont été informés qu’à l’issue de la première année, il y aura une sorte de concours pour retenir les trente premiers méritants. C’est ce que nous avons fait ». Le communiqué du 20 septembre 2010, signé du président de l’Université polytechnique de Bobo dit que « le passage de la 1 ère année à la 2 ème année est fonction du nombre de places disponibles ».

Plus loin, il stipule qu’au « moment du dépôt des dossiers, il est demandé aux candidats de s’informer au préalable sur le régime ^particulier des études médicales à l’INSSA ». Et l’article 11, alinéa 3 de l’arrêté n°2011-000034/MESS/SG/UPB/P fixant le régime des études à l’Institut supérieur des sciences de la santé (INSSA) dit « pour passer de la 1ère année (PCEM1) à la 2ème année (PCEM2), il faut être classé dans la limite du nombre de places disponibles pour les stages hospitaliers ». « Nous n’avons fait que respecter les textes qui nous régissent », a souligné le professeur Guiguemdé.
Pour ce qui est de la possibilité des stages au CHR de Banfora, le professeur pense que « ce n’est p as réaliste ». Ses raisons : « non seulement le CHR de Banfora ne dispose que de trois spécialistes ce qui est insuffisant pour encadrer des stagiaires en médecine, mais le temps ne le permet pas.

Les stages se déroulent habituellement le matin, et les cours le soir. Comment allons-nous gérer une telle situation ? », s’interroge-t-il. A la création de l’INSSA, il était prévu la construction d’un CHU régional, « aujourd’hui, nous n’avons même pas un brouillon de ce projet. Et nous devons former des médecins », s’insurge le professeur directeur. « Jusque-là, nous recrutons pour un minimum d’encadrement pour faire un minimum de qualité », s’est-il résigné.

« Véritablement, nous n’avons rien contre les étudiants qui veulent aller en 2ème année, mais je dis aussi que nous devons tenir compte des possibilités d’accueil de l’hôpital qui fait 70% de la formation. Les hospitalo-universitaires sont des partenaires incontournables dont nous devons tenir compte du point de vue ». Aussi, pour le directeur, « si ces conditions sont réunies, il n’y a aucun problème. Nous sommes des formateurs, nous ferons notre travail ». Mais ce qu’il ne voudrait pas, « qu’on vienne nous dire de laisser passer des étudiants, de recruter encore en surplus alors que par le passé, on a pris des engagements qui n’ont pas été respectés et qui créent les problèmes que nous connaissons aujourd’hui ». Pour lui, les deux ministères, que sont celui de la Santé et de l’Enseignement supérieur doivent se retrouver et trouver des solutions appropriées « pour nous permettre de former des médecins à la hauteur capables de soigner les populations ».

Séri Aymard BOGNINI

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 octobre 2011 à 04:51, par Rossignol
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Soyez prudent avec votre style de rédaction (...admis au redoublement...)cher journaliste,surtout dans le domaine de de l’enseignement. On est admis, c’est à dire accepter, soit à un examen, soit à un concours.
    C’est regretable et meme inadmissible qu’on abandonne en cours de route des étudiants, non pour cause d’inaptitude professionnelle, mais par manque de moyens matériels pour assurer leur formation, alors qu’on qu’on parle quotidiennement de manque de médecins. Dans un tel systhème, un étudiant pourrait facilement reprendre une classe meme avec une mention très bien. De telles clauses, limitatives de place sont à proscrire. C’est un coup dur pour la jeunesse burkinabè qui se bat jour et nuit. Encourageons nos vaillants étudiants. Ne soyons pas surpris de la fuite criarde des cerveaux.

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 17:07
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      La fuite des cerveaux ?Tu vas vite en besogne car c’est pas ces cancres qui pourront fuir le Faso et pour aller où ?et dispenser quoi comme talent ?Je vais te dire que même en France,il manque de medecins mais ce système de numérus clausus est pratiqué et sévèrement.Dans l’amphi 1ère année de medécine à Toulouse,il y a plus de 450 étudiants pour moins de 100 places pour la 2ème année.La lutte est apre et acharnée pour être parmi le top des top.A quoi sert de prendre des cancres même avec leur 12/20 pour qu’ils tuent les gens après ?Réfléchissez un peu

      Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 16:12, par jd
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      On a un manque de médecins cela est juste ! mais sachez chère monsieur qu’un médecin mal formé est pire qu’un tueur en série !! Le vrai problème ne concerne pas les 30 étudiants qui ne sont que des victimes !! le vrai problème c’est ce système de médiocrité qui veut être mis en place !! Le centre hospitalier universitaire de l’INSSA devait être fini en 2013 !! Nous n’avons pas de projet de première pierre !!
      Dans un pays ou la profession de médecin est bafouée et ou la santé se résume a des "programmes" dont on ignore l’efficacité réelle, le général se présente comme visionnaire et l’INSSA comme une lanterne pour guider vers un avenir meilleur ! Ils étaient au courant du numérus clausus, ils sont restés !! pourquoi ? ils ont vu une qualité en l’INSSA ! Nous comprenons leur insatisfaction mais cette même qualité qu’ils ont trouvé à l’INSSA nous la conserverons !! Désolé pour eux mais reprendre une année en médecine ne prédispose pas à ètre mauvais médecin !

      Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 16:17, par lemoine
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      mon frère Rossignol,.vous, qui voulez qu’on néglige la qualité des stages êtes vous prêts à vous laisser soigner par des medecins approximatifs.je n’en suis pas sur car c’est encore des gens comme vous qui vous êtes insurgés quand dame sita traoré est décedée dans les bras des accoucheuses du secteur 21 de bobo.ce drame a remi sur la table la qualité de la formation des agents de santé.
      ou vous voulez des medecins de qualité ou vous voulez des assassins en puissance. Choisissez !

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 05:08
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Pourquoi redoublé ?
    Vs pourriez procéder comme suit : A la fin de l’année organiser un concours et retenir le nombre souhaité. Condition pour passer le concours : avoir eu au moins 10 de moyenne. ceux qui n’auront pas réussi le concours pourront être réorienté ailleurs SVT par exemple.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 06:08
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Incroyable ! franchement, nous avons besoin d’évoluer.
    Enfin..

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 10:26, par tièkadiyé
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Rapaces ! On vous a vu venir. Depuis longtemps vous parlez de contingentement et cela nous énerve. pourquoi recruter 75 étudiants pour redoubler 45 ? Et cette année, pensez-vous que les nouveaux bacheliers pourront compétir avec eux ? c’est comme ça que vous perpétuez la médiocritée dans ce pays. Ces faux types n’ont pas connu de contingentement et ils veulent rester toujours à leurs postes, empêchant les autres d’avancer. Méchantes personnes. Le pays manque cruellement de médecins et vous refusez d’en former. Pourquoi ? Que les mânnes des Ancêtres s’abattent sur vous.

    C’est parce que nos syndicats sont tous bêtes, quand ils ne sont pas inféodés au CDP que tout ça nous arrive. Au lieu de revendiquer 25% d’augmentation sur les salaires, pourquoi ne pouvons-nous pas soutenir les étudiants dans leurs revendications ? Je m’explique. S’il y a beaucoup de médecins, nos hopitaux auront assez de personnels. Si les hopitaux ont asssez de personnels, le surplus ira en clinique et de nouveaux hopitaux seront érigés dans d’autres localités. L’offre et la qualité des soins seront améliorées, de même que les coûts. résultat : moins de déplacements pour des rendez-vous manqués, rendemments améliorés des agents (conscients comme moi), moins de déplacements et de longs séjours de nos proches à ouaga pour des raisons de santé et, le meilleur, économies substencielles pour les bons gestionnaires.

    Si vous prétendez être des intellectuels, ne soyez pas égoistes, trouvez nous des remèdes à nos maux. On veut bien se soigner, partout, par des agents compétants et humanistes, et à des coûts acceptables

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 10:33, par un frère
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Dites-moi !
    Pourquoi n’y a-t-il pas un seul secteur au Burkina qui fonctionne correctement ? Est-ce le fait du hasard ?
    Le constat est là : on n’a pas assez de médecins qualifiés et c’est vrai.
    Comment peut-on Construire et Détruire en même temps et esperer un developpement durable ?
    Allez svp y comprendre cette décision tu as réussi mais en fait tu n’as pas réussi, même Senghor s’y perdrait.
    Monsieur le directeur le problème s’est posé depuis le départ (au moment du recrutement) et vous avez fermé l’œil (ou n’avez pas eu les couilles de réagir) et maintenant vous vous présentez comme une victime. Je suis désolé vous n’en ’êtes pas une, les victimes se sont ses étudiants dignes qui ont brillament reussis.Vous ! vous n’êtes qu’un irresponsable, vous auriez dû refuser les étudiants tout simplement, bien que les ordres venait du ministre (ce que vous essayez de nous faire croire), mais vous oubliez de dire que vous avez accepté ses ordres parce que vous ne vouliez pas perdre votre poste et surtout ses avantages.
    Vous êtes le premier responsable de la situation alors trouvez une solution pendant qu’il est temps.
    Sinon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 10:46, par unouagalais
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    comme l’a souligné le directeur de l’institut, y en a qui ont l’art de creer les problèmes et de laisser à leur voisin le soin d’y apporter une solution. c’est vraiment le drame du Burkina. le chu de bobo est incapable d’acceuillir 30 étudiants supplémentaires, si cela n’est pas malheureux, exiger à inssa de prendre 30 étudiants supplémentaires sans se souciller de leur avenir, quelle inconscience. savoir que le numérus clausus est en application et se dire ’ca va aller’ pour se mettre à pleurer après, que d’inconséquence !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 10:49, par Alino
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Comment se fait t-il que vous recrutez jusqu’à 75 étudiants tout en sachant les places sont limitées pour la 2ème année (30).Quelle partie du règlement stipule qu’il faut recruter jusqu’à 75 étudiants. A ma connaissance c’est 5 étudiants qui n’ont pas eu la moyenne. Ils sont des cracks ces enfants.

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 14:45
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Le numerus clausus est comme un concours il ne suffit pas d’avoir la moyenne il faut être parmi les meilleurs et c’est comme ça dans la plupart des fac de médecine. En 1ère année le nombre n’est limité que par la capacité d’accueil des infrastructures (amphi) et en 2è année déjà on doit prendre en compte les capacités d’encadrement sur le terrain. Un médecin ça se forme dans un CHU les cours théoriques sont largement insuffisants. Si nous ne voulons pas de médecins au rabais encourageons nos frères à accepter la réalité du terrain et à poser le problème autrement (augmentation des capacités d’accueil des CHU). Les 1ères victimes d’un médecin incompétent ce sont ses proches (famille, amis, ...) à qui il veut rendre service. A bon entendeur !

      Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 15:14
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Les 75 élèves qui ont accepté de s’inscrire savaient déjà les règles pour passer en 2ème année.Aucun étudiant n’a été forcé à s’inscrire.Donc les règles de jeu doivent être respectées.Qu’ils aillent en philo,en lettres modernes ou je ne sais quoi et avec leur 10/20,ils passeront en 2ème année.Il est inadmissible de fabriquer des médecins médiocres déjà que la formation est nulle et d’ailleurs vous seriez les premiers à les traiter d’assassins d’autant que les barons qui nous gouvernent,parent se soigner en Europe même un moindre rhume.C’est dire qu’ils sont conscients que notre système médical est défaillant avec tous ces faux médecins en blouse blanche.Alors n’ajoutons un mal à un autre mal et cherchons à améliorer la qualité plutôt que la quantité

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 10:58, par unouagalais
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    comme l’a souligné le directeur de l’institut, y en a qui ont l’art de creer les problèmes et de laisser à leur voisin le soin d’y apporter une solution. c’est vraiment le drame du Burkina. le chu de bobo est incapable d’acceuillir 30 étudiants supplémentaires, si cela n’est pas malheureux, exiger à inssa de prendre 30 étudiants supplémentaires sans se souciller de leur avenir, quelle inconscience. savoir que le numérus clausus est en application et se dire ’ca va aller’ pour se mettre à pleurer après, que d’inconséquence !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 11:04
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Déplorable que ce soit le Président de l’UPB qui créé tous ces problèmes et recherche des solutions inappropriées. Comment les CMA peuvent bien former des médecins sans être suffisamment dotés de moyens techniques et humains. Comment des étudiants peuvent être á la fois à Banfora et Bobo ? Je pense que le President est sclérosé après quelques années à la Présidence. C’est la raison pour laquelle il ose forcer des recrutement supllémentaire en dépit des textes. A mon avis le président doit DEMISSIONER pour faute grave. Il peut y d’autres exactions que la presse peut essayer d’investiguer notamment les constructions. Ces fameux 800 millions ont t ils été bien utilisés pour qu’il pense que vue le montant l’effectif doit accroître ?

    Pr Robert T. Guiguemdé, j’admire votre franc parler.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 11:07
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Comment se fait t-il que vous recrutez jusqu’à 75 étudiants tout en connaissant les capacités d’accueil du CHUSSS et en sachant que les places sont limitées pour la 2ème année (30).Quelle partie du règlement stipule qu’il faut recruter jusqu’à 75 étudiants. A ma connaissance c’est 5 étudiants qui n’ont pas eu la moyenne. Ils sont des cracks ces enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 12:52, par Lorenzo
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Pour une fois il faut reconnaitre que le conseil scientifique et l’administration de l’INSSA ont entièrement raison. Si au départ tout le monde a été informé qu’il s’agit d’être parmis les 30 "élus", c’est pas à la fin que vous allez venir pleurnicher. Allez bosser pour améliorer vos performances l’année prochaine, c’est tout ! Il faut que nous africains apprenions à respecter nos textes. Et si les textes vous semblent injustes,on doit faire en sorte de "poser le problème avant que le problème ne se pose".

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 13:14
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Yaaako pour mes pauvres frères et fils...... La population n’a que ses yeux pour pleurer. Qui peut m’expliquer en français clair, simple et familier le problème ? Je me demande ce que doivent faire ces étudiants ? Et pour cette rentrée, on recrute ou pas pour l’INSSA de Bobo ?
    Que Dieu se tourne et regarde le Burkina où nous pleurons et l’implorons nuit et jour. C’est grave des choses comme ça.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 13:37
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Vraiment quand on dit que le niveau scolaire est en baisse vertigieuse,vous avez bien là un bel exemple.J’invite les gens à lire et à relire l’article de ce monsieur le journaliste et vous remarquerez qu’il est entrain de cafouiller dans ses écrits.Comme il faut faire preuve d’imaginations pour le comprendre,je pense comprendre qu’il y a des étudiants qui veulent remettre en cause les régles dont eux-mêmes ont pris connaissance avant de s’incrire à la première année de médecine.Alors il n’y a pas débat et ils doivent se plier aux régles sinon où va t’on ?Parcequ’ils ont eu la moyenne,ils veulent être des médecins.Qu’ils redoublent et qu’ils bossent pour être parmi les premiers au lieu de faire la bamboula car il ne suffit pas d’avoir la moyenne pour exiger de passer en 2ème année de médicine.On ne va pas continuer à former les gens au rabais et surtout pas dans le domaine de la santé au Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 14:04, par UO
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Du n’importe quoi. Il aurait été plus simple de limiter les places en 1 ere année.

    Moi je me vois mal redoublé une classe alors que j’ai la moyenne. Il faut revoir tout le système. A défaut remplacer tout ce beau monde qui à mon avis est incompétent

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 14:17, par NELO
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Bien dit mon Professeur !
    Quoi de plus normal que de respecter les textes en la matière dans un domaine très très sensible qu’est la santé. Vous n’avez fait que votre travail. Vous avez su le dire, ici au pays, les gens créent problèmes et font endosser à d’autres. Il faut que ça cesse, chacun doit assumer ce qu’il a autorisé de faire.
    Que ces deux Ministères prennent leur responsabilité et c’est tout !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 14:32
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    C’est vraiment dommage pour ces étudiants qui ont eu la moyenne et ne peuvent aller en classe supérieure ; rien ne prouve par ailleurs que s’ils redoublent ils seront tous élus l’an prochain. N’est il pas possible d’envisager leur transfert à l’UFR/SDS où le numerus clausus n’est pas en vigueur ?
    Bon courage mes frères

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 15:14, par Un compatriote hors du pays
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Qui peut m’eclairer un peu sur cet institut supérieur des sciences de la santé de Bobo. C’est la fac de medecine que a été delocalisée a bobo ? si non, merci aux internautes de m’éclairer davantage

      Répondre à ce message

      • Le 13 octobre 2011 à 11:23
        En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

        mon ami décentralisation oblige ! c’est aussi une fac de médecine à Bobo. indépendante de celle de Ouagadougou.

        Le gros problème pour moi c’est les parents qui encouragent leurs enfants dans cette médiocrité d’idée. Au départ ça été une convention acceptée par les étudiants et leurs parents pour le contingentement. Pourquoi au finish ils veulent le contraire ? Soyons plus sérieux que ça !

        Quand les marionnettes parlent de CMA. Dites moi clairement de quels infrastructures ces centres disposent-ils pour du point de vu matériels que humains pour former des sauveurs potentiels de vie ; de gens de derniers recours pour sauver une vie !
        Monsieur Albert ; je vous prie de mieux vous informer sur le pourquoi cette situation est arrivée et du point de départ des choses avant de vous pointer à la télé pour encourager une tel médiocrité idéologique des parents et des enfants.
        Ne devient pas médecin qui le veut mais qui le peut !!!!!

        Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 16:04, par Un compatriote
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Prodesseur, je crois que vous n’avez pas usurpé votre titre.Vous n’estes pas professeur pour rien. Ce qu’on attend d’un vrai professeur c’est son objectivité de jusgement et surtout sa grande capacité d’analyse que peut permettre d’anticiper les chaoses. Pas quelqu’un qui reçoit et execute aveuglement des ordres de la hierarchie sans donner courageusement son avis quitte à perdre son poste. Si j’etais à votre place je refuserai de mettre en application de telles instructions.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 15:34
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Reconnaissez une fois que les autorités universitaires ont parfaitement raison ! Imaginez un instant qu’en première année, ils ne recrutent que les 30 ! Si à la fin de l’année il n’ya que 10 ou 20 qui ont la moyenne ! Cela voudrais aussi dire que le CHU allait accueillir en déca de sa capacité et c’est les étudiants qui allaient être les premiers à pleurnicher aussi. S’ils sont allés jusqu’à 75, c’est pour faire une bonne sélection afin que les meilleures puissent passer !Si les étudiants étaient bien informés dès la rentrée qu’eux tous n’allaient pas passer en 2e année et ils se sont tuent, alors qu’ils continuent de se taire parce que l’université n’a pas manqué à ses obligations ! De grâce, dites toujours la vérité, même si ça blesse souvent !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 16:01
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Un étudiant qui a la moyenne et qui n’a pas de notes éliminatoires doit nécessairement passer en classe supérieure. Tenez bon on vous soutient. Ils vont redoubler pour quelle raison ? Ce n’est qu’au Burkina qu’on voit ça !!!

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 17:21
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Ce n’est qu’au Burkina qu’on voit cela ?Parceque tu n’es jamais sorti hors du Burkina.Alors tais toi stp au lieu de raconter tes balivernes

      Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 17:36
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Et après vous serez les premiers à aller brûler un hôpital parce que ces médecins "incompétents" par manque d’encadrement ont commis une faute ! Ha, le Burkina !! on ne change pas les règles d’un jeu en cours du jeu. S’il étaient informés du numerus clausus ils ne peuvent pas maintenant se plaindre. De grâce posons autrement le problème. Il faut d’abord résoudre la question des infrastructures d’accueil quand on veut ouvrir un institut de formation dans des domaines aussi spécifiques, sinon après ce ne sont que des problèmes.
      Courage Professeur !

      Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 17:44
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Je pense qu’il y a des gens qui n’ont rien compris du numerus clausus. C’est comme ça dans les fac de médecine dans tous les pays. Si sur seulement 75 étudiants, quelqu’un n’a pas être parmi les 30 premiers c’est misérables pour ces étudiants pas très brillants. Qu’ils respectent les textes tout simplement et collent la paix. C’est dans quel pays nous sommes où personne ne respecte plus rien.

      Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 22:43, par xmen
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Ils vont redoubler parce qu’on veu que les trentes premiers et ils le savaient avant de s’incrire c’est aussi simple que ca.

      Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 01:02, par lesétudiantsdelinssasexpriment
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Il ne faut pas réagir de la sorte !Ces étudiants étaient bien informés des conditions de passage dès le départ je le sais puisque je suis étudiant dans cet institut.Nous devons soutenir le Pr Guigmedé dans sa lutte pour garantir un minimum de qualité dans formation.Pour rentrer à l’INSSA j’ai passé un test on était 240 mais on a retenu que 27 mais le 28ème avait plus de 10 de moyenne au test je vous assure.Reconnaissez qu’il y a de la malhonnêteté de la part de nos 30 camarades qui se sont sans doute laissés berner par les propos flatteurs du président de l’UPB dont le départ est demandé par l’ensemble des étudiants de l’INSSA.Visiblement il use de tout démagogie,du dilatoire et de tromperie pour nuire l’œuvre patriotique que mène le Pr Guigmdé qui du reste est le plus ancien et dans le grade le plus élevé des médecin du Burkina et dont l’avis technique compte Beaucoup.Le Pr Boly ne veut pas admettre qu’il y aie un institut de l’UPB ou il ne puisse pas placer un bachelier parce que le général est stricte intègre et patriote.Des hommes comme le général sont peu au Faso donc soutenons le.Merci.

      Répondre à ce message

      • Le 13 octobre 2011 à 11:19, par OUATTARA
        En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

        TRÈS BIEN DIT !

        Le directeur est innocent dans cette histoire :

        - le général professeur directeur a toujours été ferme, stricte, rigoureux et compétent quant à la gestion de cet institut. Et pour cela même il est détesté à beaucoup d’endroits par ces corrompus et incompétents responsable de l’éducation supérieure.

        - pour ce problème, il a été franc avec tout le monde. Au président, dès le départ, il lui a bien fait comprendre que c’est pas possible. Le président a insisté, donc il a fini par accepter mais a proposé que LES ÉTUDIANTS SOIENT AU COURANT AU MOMENT DU RECRUTEMENT. Chose faite, les étudiants qui plaignent actuellement n’ont pas du tout raison. Car ayant accepter d’adhérer à ce texte insultant et aberrant.

        La solution actuellement est de ne pas recruter au délàs de leur capacité de formation. ET chercher RAPIDEMENT à ce que le projet de construction du CHU régional puisse se réaliser, afin de pouvoir former beaucoup plus de médecin de qualité.

        Pour nos camarades étudiants plaignants, vous n’avez pas du tout raison. Car vous été conscients de tout cela. Si vous étiez les 30 premiers, c’est sûr que vous serez actuellement en train de suivre calmement votre cours en 2ème année, car c’est ce que vous avez espéré en venant faire le test d’entrée. Mais comme cela n’a pas marché, vous voulez vous plaindre. NON ! Soyez honnêtes.

        OUATTARA

        Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 16:20, par s1
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      mon ga renseigne toi. dans tout les pays serieux monde il y a se système.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 16:04
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Les étudiants n’ont qu’à poser le problème à leur syndicat en l’occurrence l’ANEB qui pourra les aider à résoudre ce problème. C’est un syndicat qui défend les intérêts moraux et matériels des étudiants

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre 2011 à 18:32, par moussa
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      Mais quelle est la position des 30 admis à passer en 2e année ? Sont-ils solidaires de leurs camarades brimés ou bien ils les abandonnent par égoisme ? S’ils ne les soutiennent pas, demain ce sera leur tour d’être "admis au redoublement" bien qu’ayant les capacités requises pour aller en classe supérieure. si le rapport de force est de votre côté, vous triompherez. N’est-ce pas ce qu’a dit Laya Sawadogo (ex-MESSRS) en 2004-2005 lorsque la question de contingentement faisait rage à l’UO, précisement en SDS (science de la santé)
      Seule la lutte paie, courage.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 17:25
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Que l’ANEB s’élève et defend ces étudiants. Je pense que la première des choses est d’exiger la DEMISSION INCONDITIONNELLE du Président de l’Université pour faute grave. Pourquoi amène t il ces pauvres à l’abattoir.
    Le nouveau Président prendra des mésures pour le respect des textes. C’est quoi ca ces gens qui se croient tout permis.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 18:06, par VP
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Hé !! vous là,laissez les gens en paix.Tout dernièrement,j’avais proposé que d’utiliser les miliards de votre carte biométrique pour les élections sans enjeux à venir pour construire des amphis et les équiper.Personne ne m’a soutenu.C’est bien fais pour ces étudiants qui ne connaissent que suivre les partis de l’opposition pour revendiquer le pouvoir.Je pense que les étudiants feront mieux de chercher à revendiquer les meilleures conditions d’étude et laisser nos politiciens faire la leur.
    D’ailleurs meme celui qui veut que son enfant soit médecin doit débourser beaucoup d’argent.Allez y les inscrire dans les Universités privées ou à l’extérieur,comme çà,à la fin de leurs études,ils ouvriront des clyniques privées pour se vanger sur nous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 20:03, par benito
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    KEL ANEB ?VOUS VOULEZ TOUT FOUTRE EN L’AIR ?CE SYSTEME EXISTE BEL ET BIEN DANS D’AUTRES PAYS !CEST GRAVE AU PAYS DES ETUDIANTS KI NE VEULENT PAS RESPECTER DES TEXTES !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 20:42, par Abdoul
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    En attendant d’être édifiés sur le mode de fonctionnement de l’INSSA,nous pouvons dores et déjà dire que son Administration a à la fois tort et raison.

    Elle a tort si nous considerons l’attitude qu’elle aurait pu avoir avant l’application des textes litigieux. En effet, plusieurs questions nous taraudent l’esprit lorsque nous voyons le nombre de place disponible en 2ème année par rapport au nombre d’étudiants recrutés :
    - quelles sont les motivations de ce surnombre par rapport au nombre de places disponibles ?
    - recherchait-elle réellement des étudiants excellents ? si tel était le cas, pourquoi n’avoir pas organisé un test d’entrée à l’Institut et limitatif du nombre d’admis à 30 ?
    - Ou bien visait-on tout simplement le renflouement des caisses de l’Institut ? si tel était le cas, il serait bon d’admettre que tous les étudiants qui ont obtenu la moyenne puissent passer en 2ème année.

    En revanche, nous pouvons dédouaner cette Administration si nous nous en tenons à l’attitude qu’elle devrait adopter au moment de l’application des textes. En effet, comme le dit l’adage, " La loi est dure, mais c’est la loi", cette Administration n’a fait qu’appliquer la loi.Si tant est que les étudiants qui se sont inscrits ont été prévenus de cette clause limitative du nombre en 2ème année, cela voudrait dire que chacun a agi en connaissance de cause et donc doit assumer ses responsabilités.

    Mais au-delà de tout cela, il faut reconnaître qu’il y a de la mauvaise volonté quelque part. Sinon comment vouloir d’une chose et de son contraire ? c’est-à-dire comment vouloir donner la place aux étudiant en en recrutant jusqu’à 75 et en même temps leur refuser la place en ne prenant que 30 en 2ème année ?

    Que Dieu inspirent tous les décideurs du Burkina Faso afin qu’ils puissent prendre des décisions empruntes de sagesse, pour le bonheur de tous !

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2011 à 21:33
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Dommage pour notre pays. J’ai une soeur qui était première de sa classe à Ouaga de la seconde à la Ternimale. Elle obtient son bac avec 14 sur 20 de moyenne. Elle s’oriente en médecine. Tenez-vous bien ! En 1ère année elle a eu 0,25 sur 20 de moyenne. Bien sûr que nous avons tout fait pour qu’elle quitte le pays. Elle nous reviendra avec un doctorat. En plus, elle même eu une bourse de mérite du pays ou elle est allée étudier.

    Pauvre BF. Tous nos tontons sont presque tous dépassés. Au lieu d’être des solutions, ils sont de véritables problèmes pour nous jeunes !
    Quand ces prof d’Universités réfléchissent de la sorte, l’on comprend la "misère" de notre pays. GOD bless BF !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 02:24
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Ce problème est délicat. Cependant, si l’on va dans la logique des formateurs, qui depuis l’ouverture de l’Institut jusqu’à nos jours voient les conditions se détériorer, alors il leur revient de démissionner pour ne pas avaliser une formation dans de mauvaises conditions. C’est très facile de refuser le passage à 30 étudiants. La bonne foi voudrait qu’eux même partent, pour montrer leur souci de la qualité de formation. C’est ce comportement que nous devons tous apprendre à adopter. Ici les étudiants sont doublement victimes : victimes de l’Etat et du corps professoral.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 12:04
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    Au moment où on remet en cause la compétence des agents de la santé certaines personnes œuvrent pour engendrer le KO. Pendant que le corps enseignants de l’INSSA cherche à redresser la pente on leur jette la pierre. On oublie qu’ils sont eux même médecins et sont pour la plus part au CHU Sourô SANOU.

    Comment un vétérinaire et un professeur de lettre peuvent-ils croire qu’ils sont mieux placés que des médecins pour orienter la formation des médecins. Comment peut on dire que : « …le Burkina est ce qu’il est ! Il sera difficile de former les médecins du Burkina comme on forme les médecins aux Etats Unis, en France et à Londres. Il nous faut nécessairement revoir notre vision et tropicaliser nos formations ! ».Ces termes viennent du 1er responsable de l’enseignement supérieur du Burkina qui est lui-même professeur d’université ancien doyen de la Fac de lettre de l’UO. Ses propos sont clairs, il ne faut pas rêver qu’un médecin formé au Burkina puisse avoir la compétence d’un médecin formé en Europe ou aux USA. Et c’est ce reproche qui est fait au corps enseignant de l’INSSA. Ceci doit orienter chacun de nous sur sa conduite à tenir. Je comprends maintenant pourquoi nos diplômes ne sont valables qu’en Afrique. On manque d’ambition et on tue l’ambition de ceux qui en ont. On a tué l’ambition des enseignants de l’UFR-SDS en 2005 et on n’est sur le point de le faire avec ceux de l’INSSA en 2011. Bravo Monsieur le Ministre, Bravo Monsieur le Président de l’UPB ! J’espère au moins vous aurez l’honnêteté d’accepter vous faire soigner au Burkina par des « médecins tropicalisés » !
    En attendant, j’espère que l’ordre des médecins du Burkina va rappeler aux gens ce que c’est qu’un médecin et comment il doit être formé.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 16:55
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      juste pour applaudir, on ne peut pas être plus clair ;ce sont des médecins que nous voulons pas des tueurs en série car tout le monde sait que la formation des agents de santé est plus pratique que théorique et s’il n’y a pas assez de place à l’hôpital pour les accueillir et bien les former pourquoi forcer ? ce sont bien les pauvres qui en pâtiront.Pourquoi pensez que le Burkina ne peut pas prétendre à l’excellence dans l’enseignement ? Pourquoi vouloir saboter les efforts de ce Professeur qui n’aspire qu’à former une relève de qualité ; pour une fois que notre pays tendait vers les autres dans un domaine.ON VEUT DE BONS MEDECINS OU RIEN ET SOYONS HONNETES.
      c’est l’intégrité des burkinabé qui est en jeu là !

      Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 13:05, par LHM
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    arrêtons les blablabla, et encourageons le staff de l’INSSA a persister dans sa position qui est on n’en peut plus justifiée et assez clair ! même s’ils avaient recruter 1000 au depart pour en prendre 30 par la suite c’est bien ! car ils donnent la chance à tout le monde de figurer parmi les meilleurs y’a rien de mauvais en cela. la fac de medecine partout dans le monde connait tj le numerus clausus mais pourquoi pas au Burkina ! Ou alors nous avons besoin de moins bon medecin que les autres pays ?
    le Prof Guiguemdé est un grand Homme de ce pays et non un leche botte comme en rencontre partout. Courage à lui et à son staff car ces politiciens verreux foutent leur nez partout ! A commencer par le president de l’UPB

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2011 à 13:59
    En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

    C’est extraordinaire de s’entrendire dire que dans un pays comme le Burkina Faso avec les indicateurs qu’on connait, on trouve des cadres formés au bons soins de l’impôt de capitation devenu "grands" trouver que former des médecins au pays exigent des conditions sinon a la maison les étudiants !
    Tous les formateurs qui ont pris posotion pour faire redoubler les etudiants je parie qu’ils ont fait leur études à Bègué et pour ca ils sont la crême et leurs enfants sont a "Bègué" pour venir prendre la relève. Continuer comme cela et vous serez étonnés de constater que ceux qui sont restes au pays trouveront l’energie necessaires pour leur barrer la route lorque vous serez a vous vieux jours. Vous n’aidez ni la nation ni vos progenitures avec une telle attitude. Si ceux qui vous ont formé avaient une telle attitude vous serez presentement a semer des du mil et regarder au ciel pour voir si votre progeniture aura a manger pendant l’année

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre 2011 à 16:59, par jd
      En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

      absurde et ridicule !! toujours les même rengaines !! Sachez que parmis les 30 qui reprennent se trouvent des enfants de médecins-enseignants ! je préférerai ne pas citer de noms !! les gens manquent d’honnêteté intellectuelle !!

      Répondre à ce message

      • Le 13 octobre 2011 à 17:39
        En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

        ce qui se passe à l’INSSA est la traduction de la médiocrité généralisée au Faso. L’erreur la plus grave a été d’avoir levé le numérus clausus en médecine à Ouaga et meme les notes élimnatoires. Moralité un étudiant peut passer en classe supérieur avec 2/20 en anatomie ( étude du corps humanain) qui est une matière fondamentale en médecine. A Ouaga aujourd’hui dans les services hospitaliers il y a plus d’étudiants que de malades. Ainsi vous pouvez ne pas etre assidu au stage pendant des jours voir des mois et personne se s’en rendra compte.
        C’est pour éviter ces dérives que les concepteurs de l’INSSA ont mis ces gardes-fou. Malheureusement quand on mèle politique et science, on peut proposer n’importe quoi.
        La position de la direction de l’INSSA est juste et la population doit la soutenir. Par ailleurs il semble exister une volonté du président de l’UBP de "mettre au pas l’INSSA" car il estime que la direction de cet institut est trop indépendante. Si les autorités persistent à imposer la médiocrité à l’INSSA, les enseignants de l’INSSA vont simplement partir vers d’autres horizons comme l’a fait le premier directeur adjoint de l’INSSA qui occupe maintenant un poste dans une université américaine

        Répondre à ce message

        • Le 15 octobre 2011 à 02:09, par le koro
          En réponse à : Institut supérieur des sciences de la santé : Trente étudiants admis au redoublement refusent leur situation

          cher ami, à ouaga ils ont créé cette situation pour permettre aux étudiants de l’USTA de Saaba de venir faire leur stage au CHUYO. attend, quand l’UCAO va ouvrir sa fac de médecine, le chuss va avoir subitement de la place pour encadrer ces étudiants.
          oui y a probablement un problème d’encadreur ? qui en est responsable. ce ne sont pas les parents encore moins leurs rejetons. les responsables c’est d’abord les dirigeants ; demandé à a quatrième république, en 25 ans de pouvoir combien de spécialistes ils ont formés ; le général va à la retraite comme beaucoup de ses confrères. ils ont formés combien de spécialistes.
          vous pensez que la jeunesse va continuer à écouter les arguties de papy. l’UPB existe depuis 1995, au lieu de mettre les moyens pour en faire une bonne université, le régime crée des micro instituts par region (pour des raisons inavouées. c’est quand, nous allons agir avec grandeur ? y a des pays ou vous avez plus d’étudiants que d’infrastructures mais ils gèrent ; pourquoi, nos dirigeants aiment les solutions faciles ? la population de bobo doit exiger une faculté de médecine en bonne et due forme et maintenant

          Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés