Carnet santé : Les kilos pèsent sur le sexe…

mardi 11 octobre 2011 à 01h49min

Pour un bon épanouissement sexuel, rien de tel bien souvent, que de perdre un peu de poids. Il semble bien que ce soit vrai en tout cas, pour les diabétiques de type 2, fréquemment atteints d’obésité ! Ce constat ressort d’un travail australien. Les auteurs ont suivi des hommes à la fois diabétiques et obèses, qui ont suivi un régime alimentaire consistant à réduire d’environ 600 calories par jour leurs apports énergétiques. Après huit semaines, les patients ont très rapidement constaté une amélioration de leurs érections. Autre bénéfice notable, leur désir sexuel a enregistré une nette progression. Et enfin, tous ces participants ont rapporté une moins grande fréquence de leurs symptômes et troubles urinaires. Voilà qui confirme bien que notre hygiène de vie peut gravement affecter notre activité sexuelle et donc notre qualité de vie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La natation, c’est bon aussi pour les articulations

La natation est un sport complet. Elle fait pratiquement travailler tous les muscles du corps. Elle sollicite aussi les systèmes cardio-vasculaire et pulmonaire. Mais saviez-vous qu’elle est également l’alliée de nos articulations ? Dans l’eau, notre corps est plus léger. Il « pèse » moins sur nos articulations, d’autant moins même, que nous sommes allongés... La natation est ce que l’on appelle un sport « porté », de sorte que nos articulations sont libérées du poids de notre corps… Même si c’est là une activité tout en douceur, un petit échauffement des muscles et des articulations s’impose. Vous éviterez ainsi les crampes, voire certains traumatismes. A l’occasion des virages en bout de bassin, par exemple :

- les poignets permettent à la main de bien se positionner dans l’eau. Préparez-les en leur faisant faire de petites rotations sur eux-mêmes ;

- les coudes seront sollicités lors de la prise d’appui sur l’eau. Là encore, quelques mouvements doux avant de vous jeter à l’eau ne seront pas inutiles ;

- n’oubliez pas les épaules. Bras tendus, effectuez de grands cercles réguliers, sans à-coups. D’abord de l’arrière vers l’avant, puis l’inverse ;

- des genoux bien préparés vous garantiront une bonne poussée vers l’avant. Effectuez donc quelques flexions avant de plonger ;

- enfin, les chevilles sont sollicitées au moment des virages. Pour bien les préparer à l’effort, montez sur la pointe des pieds, puis redescendez les talons. Faites ce mouvement une dizaine de fois.
La natation est bénéfique à tous, et surtout à ceux qui souffrent de douleurs articulaires. L’arthrose par exemple, peut être très améliorée par sa pratique régulière. D’ailleurs, ce n’est évidemment pas un hasard si elle est généralement conseillée à tous les sportifs qui doivent entreprendre une rééducation après une blessure.

Hygiène de l’oreille : faites dans la simplicité

Notre oreille est un organe complexe. Elle mérite notre plus grande attention, notamment sur le plan de l’hygiène. On ne le répètera jamais assez, limitez l’utilisation des cotons-tiges au seul pavillon de l’oreille. Pour le conduit auditif, l’utilisation d’eau ou de solutions à base d’eau suffisent le plus souvent. Contrairement à une idée assez répandue mais… fausse, le cérumen n’est pas un ennemi. Cette matière jaunâtre secrétée par les glandes sébacées, protège notre conduit auditif des agressions extérieures. Des poussières par exemple, qu’elle repousse vers l’extérieur. C’est ainsi que dans la plupart des cas, le cérumen s’évacue naturellement de l’oreille. Sauf production anormalement élevée de ce dernier, les médecins vous conseilleront de limiter l’hygiène interne de l’oreille au strict minimum : de l’eau avec la pomme de douche, ou bien la projection une à trois fois par semaine, d’une solution à base de sérum physiologique. L’objectif est de fluidifier le cérumen et donc de faciliter son évacuation.

Lorsqu’il est présent à l’entrée du conduit auditif, vous pouvez toutefois l’ôter en utilisant un coin de serviette ou de gant, légèrement humide. Quant aux fameux cotons-tiges, réservez-les au pavillon de l’oreille. Leur utilisation inappropriée à l’intérieur du conduit auditif pousserait le cérumen au fond du conduit, risquant ainsi de provoquer la formation d’un bouchon. Dans ce cas et si vous ressentez une gêne à l’audition, demandez conseil à votre pharmacien. Dans la plupart des cas, il pourra vous conseiller un produit adapté.

Ménopause : évitez le soja !

La consommation de soja n’influe en rien les concentrations hormonales chez la femme ménopausée. Pourtant de nombreuses femmes s’en remettent à ses prétendues vertus pour espèrent-elles, contrer les inconvénients de la ménopause. Des chercheurs américains ont donc évalué durant 2 ans et sur 248 femmes, l’efficacité réelle de compléments alimentaires contenant des isoflavones de soja. Résultat ? Par rapport à un placebo, aucune différence au niveau des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, de la baisse de la libido, de la sécheresse vaginale ou de la densité minérale osseuse.

Le vécu de la ménopause a été pratiquement le même dans les deux groupes, à cette différence près que ces compléments alimentaires sembleraient augmenter les cas de constipation. Dès 2005, un rapport scientiftifique invitait les femmes à limiter leur consommation de cette source d’isoflavones. Certaines agences scientifiques recommandent « de ne pas cumuler les sources de phyto-estrogènes ». Autant de bonnes raisons pour ne pas essayer…

Gourmandises « allégées » : évitez le piège

C’est peu dire que d’affirmer que les produits dits « allégé » envahissent les rayons des supermarchés. Or, les diététiciens nutritionnistes « en dehors des repas, ces produits favorisent le grignotage et donc un déséquilibre alimentaire ». Sans surprise, le culte de la minceur et les problèmes d’obésité font les beaux jours de ces aliments allégés et donc des grands noms qui les commercialisent. Or le marketing en la matière, n’est pas vraiment à la diète. Ne tombez pas dans le panneau ! Les diététiques français sont formels, « ces produits sont insidieux. Les consommateurs se disent que, puisqu’il n’y a ni sucres – ce qui est souvent faux - ni graisses ils peuvent en manger à volonté. Ils risquent en fait, de devenir victimes de troubles du comportement alimentaire. » Ce qui peut favoriser la prise de poids, même avec des biscuits peu caloriques. Un comble, tout de même !

Autre problème : le grignotage. Sur l’exemple des biscuits allégés, il est important que les consommateurs les introduisent au cours d’un repas, comme le petit-déjeuner par exemple. Voici quelques conseils :

- premièrement, on doit manger pour vivre et deuxièmement, on doit manger équilibré et varié pour apporter les principaux nutriments dont l’organisme a besoin ;

- cela passe évidemment, par le maintien de trois repas durant la journée. Avec un petit-déjeuner solide ;

- si vous grignotez, c’est peut-être parce que vous n’avez pas assez mangé à l’un de ces trois repas. Un message simple en somme mais qui a toujours du mal s’imposer.

Boureima SANGA
Source : Destination santé

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés