LUTTE CONTRE LA PRATIQUE DE L’EXCISION : Le Burkina et le Mali brisent les frontières

jeudi 6 octobre 2011 à 01h12min

Le Secrétariat permanent du conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (SP/CNLPE) du Burkina et le Programme national de lutte contre la pratique de l’excision (PNLE) du Mali ont mis en place un projet conjoint de promotion de l’abandon de la pratique transfrontalière de l’excision entre les deux pays. La cérémonie de lancement officiel de cette phase pilote du projet est intervenue le vendredi 30 septembre 2011 à Hèrèmakono, au Mali.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Renforcer la mobilisation sociale des autorités administratives, politiques, communautaires et des populations des deux pays, le Burkina Faso et le Mali, dans la lutte contre la pratique de l’excision. Tel est le contexte justificatif du projet conjoint de promotion de l’abandon de la pratique de l’excision transfrontalière, dont le lancement officiel de la phase pilote a eu lieu le 30 septembre dernier à Hèrèmakono, village frontalier du Mali. La cérémonie était placée sous la coprésidence de Clémence Traoré/Somé, ministre burkinabè de l’Action sociale et de la solidarité nationale, et du ministre malien de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mariam Konaré/Kalapo.

Il était environ 9 heures quand les autorités burkinabè foulaient le sol malien, accueillies par celles du Mali juste à l’entrée de la frontière. Des cris de joie, chants et autres sons ont accompagné les autorités des deux pays, venues pour mettre en place un projet qui va désormais œuvrer à la protection de l’intégrité physique de la petite fille et de la femme en général. Dans son mot de bienvenue, le maire de Finkolo (dont relève Hèrèmakono), Siaka Traoré, a exprimé son adhésion au programme, dont sa commune a eu l’insigne honneur d’abriter la cérémonie officielle de lancement. Pour lui, ces efforts conjugués augurent d’ores et déjà de bons résultats pour l’éradication de cette pratique entre les deux pays.

Dans sa présentation, la directrice du Programme national de lutte contre l’excision, Joséphine Kéita/ Traoré du Mali, a défini les mutilations génitales féminines comme étant des pratiques traditionnelles qui ont encore cours dans, au moins, 28 pays africains dont le Burkina et le Mali. Selon sa présentation, les statistiques montrent un taux de prévalence de 85% pour le Mali et 49,5% pour le Burkina Faso. Selon une étude sur la pratique transfrontalière de l’excision, le fléau prendrait des proportions inquiétantes dans les zones frontalières entre le Mali et le Burkina, notamment dans la commune rurale de Finkolo (Mali) et celle de Orodara (Burkina Faso). Une situation due à un certain nombre de facteurs dont la libre circulation des biens et des personnes, les liens socioculturels et historiques liant les populations des deux côtés de la frontière Burkina/Mali, et aussi à l’absence d’un dispositif législatif punissant l’excision au Mali.

Pour la directrice pays ONU-Femmes au Mali, Rachel Miadiagone, le projet ainsi intitulé, va faire tache d’huile dans la lutte contre cette pratique néfaste. Elle a réaffirmé son soutien au projet, pour l’atteinte de ses objectifs. Le ministre burkinabè de l’Action sociale et de la solidarité nationale s’est réjoui du soutien du projet par le Mali, toute chose qui constitue un acquis dans le combat engagé. En effet, c’est en mars 2011 que le projet a été présenté aux autorités maliennes, et elles ont systématiquement donné leur accord à la synergie d’action. Au-delà des résultats attendus de ce projet conjoint, c’est un signe de la bonne marche de l’intégration sous-régionale, selon le constat de Clémence Traoré/ Somé.

Du côté malien, le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille fonde l’espoir que l’initiative puisse contribuer à former, informer, sensibiliser et éduquer les populations sur les conséquences néfastes liées à l’excision, en vue d’insuffler une dynamique locale pour trouver des réponses endogènes. Elle a annoncé l’adoption prochaine d’une loi spécifique punissant l’excision comme au Burkina Faso.

Josias Zounzaola DABIRE

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés