Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

mercredi 5 octobre 2011 à 03h03min

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays africains, a célébré le mardi 4 octobre 2011 à Ouagadougou, la neuvième Journée africaine de la médecine traditionnelle, sous le thème « Conservation des plantes médicinales : héritage africain ». Prestation de serment de tradipraticiens de santé, remise de prix aux acteurs œuvrant à la promotion de cette médecine sont les moments inoubliables de cette commémoration.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’acte est inédit ! A l’image d’un médecin, après au minimum sept ans d’études, prêtant le serment d’Hippocrate, trente- deux tradipraticiens de santé (TS) se sont engagés, le lundi 4 octobre 2011. Ils ont juré de préserver et promouvoir la vie humaine, de reconnaître leurs limites, de ne pas arnaquer les patients, etc. « Pendant longtemps, on ne pouvait pas imaginer qu’un tradipraticien pouvait avoir un certificat de pratique de son métier », s’est exprimé un tradipraticien de santé. En effet, une centaine de dossiers ont été déposés auprès des chercheurs pour examen. Et les « admis », pour la toute première fois dans l’histoire du Burkina, ont pris publiquement un engagement déontologique à exercer leur métier.

Leurs attestations en main, ils ont été autorisés à pratiquer la médecine traditionnelle sur l’ensemble du territoire burkinabè. Le ministre de la Santé, Pr Adama Traoré, a invité la population urbaine ou rurale à ne plus se cacher pour ses consultations chez les tradipraticiens de santé. « La médecine traditionnelle, longtemps considérée à tort par certains comme une pratique d’un autre âge, sort aujourd’hui de l’ombre pour occuper sa place dans notre système de santé, conformément aux recommandations de l’OMS », a d’emblée rassuré le ministre de la Santé.

L’événement a eu lieu à la neuvième Journée africaine de la médecine traditionnelle où chercheurs, scientifiques, autorités et tradipraticiens se sont mobilisés pour magnifier le savoir médical traditionnel à travers le thème : « Conservation des plantes médicinales : héritage africain ». Un sujet qui pose la problématique de la raréfaction inquiétante des plantes médicinales, principales sources de matières premières pour la fabrication des médicaments traditionnels. Il interpelle donc les TS, au premier plan. Le président de l’Association des tradipraticiens du Kadiogo, Samuel Sawadogo et le phytothérapeute, Jean Marie Compaoré, ont montré l’importance de ce thème pour eux détenteurs du savoir médical des ancêtres. Pour Jean Marie Compaoré, les guérisseurs d’antan n’avaient pas besoin de parcourir plusieurs kilomètres pour retrouver des ressources végétales nécessaires pour préparer leurs remèdes.

Il suffisait de faire le tour de la concession pour récolter les tisanes nécessaires. « Les guérisseurs des temps anciens ne détruisaient pas la brousse. La nature était protégée par beaucoup de lois coutumières », précise-t-il.
Aujourd’hui, tel n’est plus le cas. La forêt, notamment les plantes médicinales sont en train de disparaître, sous l’action de l’homme, sa cupidité et du changement climatique.

Cependant, les tradipraticiens de santé encadrés par le ministère de la Santé, poursuit-il, ont acquis des connaissances sur les bonnes pratiques de la récolte, du séchage et de la préparation des recettes. Toute chose qui leur permet de préserver la nature et de lutter contre la désertification. Les TS font des jardins botaniques.

Les tradipraticiens veulent un ministre délégué

Et le Burkina compte à ce jour, une trentaine de jardins. « Je lance un appel à chaque tradipraticien de santé, à non seulement créer un jardin botanique dans sa localité d’exercice, mais aussi, à promouvoir les bonnes pratiques de récolts des plantes médicinales », a insisté le ministre de la Santé, Pr Adama Traoré. Au plan africain, la représentante de l’OMS au Burkina, Djamila Cabral, a souligné que treize pays ont adopté des politiques nationales de conservation des plantes médicinales et les lignes directives de l’OMS relatives aux bonnes pratiques agricoles et de collecte des plantes médicinales. Dix-sept autres pays cultivent des plantes médicinales à divers degrés. En dépit de ces progrès, très peu de pays africains sont dotés de la législation nécessaire à la protection des espèces médicinales menacées de disparition.

C’est ainsi que dans son message, le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, Luis Gomes Sambo a encouragé le secteur privé à investir dans la recherche et dans la formation à la médecine traditionnelle, ainsi que dans la culture et la conservation des plantes médicinales.
La Journée africaine de la médecine traditionnelle apporte une visibilité aux bonnes pratiques et contribue également, au renforcement de l’esprit de collaboration entre les praticiens de la médecine moderne et ceux de la médecine traditionnelle. C’est pourquoi de plus en plus la méfiance qui prévalait entre ces deux systèmes de soins se dissipe progressivement.

Le Pr Adama Traoré a rappelé que la présente célébration se tient dans un contexte caractérisé par l’adoption d’une politique nationale de santé et d’un plan national de développement sanitaire 2011-2020. Et ces références nationales de planification, découlant de la Stratégie accélérée et de développement durable (SCADD) prennent en compte le développement de la médecine. « Les conditions sont réunies pour faire du savoir médical traditionnel, un levier de développement au profit du progrès social », a-t-il affirmé. Malgré tout, les doléances ne manquent pas. Les tradipraticiens demandent entre autres, au président du Faso, de créer un centre national de médecine traditionnelle, de protéger leurs médicaments par des brevets, de créer un fonds de soutien à la médecine traditionnelle. Ils souhaitent aussi avoir un ministre délégué.

La célébration de la Journée africaine de la médecine traditionnelle s’est terminée par des décorations, des remises du prix du mérite du ministre de la Santé et du prix Kamanga Théophile Ouédraogo aux journalistes œuvrant à la promotion de la médecine traditionnelle. Le botaniste Ouétian Bognounou a été élevé au rang de commandeur de l’Ordre national, les tradipraticiens Mariam Sankara, Sansan Kambou et Moussa Konfé ont été faits chevaliers de l’Ordre du mérite de la santé et de l’action sociale avec agrafe santé.

Boureima SANGA (bsanga2003@yahoo.fr)


Engagement déontologique des tradipraticiens de santé

Vu la politique nationale en matière de médecine et de pharmacopée traditionnelle ;
Vu la réglementation sur la médecine et la pharmacopée traditionnelle ;
Vu l’engagement des autorités politiques à promouvoir et valoriser la médecine et la pharmacopée traditionnelle
Nous tradipraticiens de santé, nous nous engageons à :

- Préserver, protéger et promouvoir la vie humaine

- Ne pas faire de la publicité mensongère

- Ne pas faire des pratiques traditionnelles néfastes (excision, scarifications, etc.)

- Eviter la vente illicite des médicaments

- Ne pas faire d’usurpation de titre, à nous contenter de notre titre de tradipraticien de santé

- Ne pas arnaquer les patients, à ne pas nous faire rémunérer plus que nécessaire

- Ne pas corrompre et ni se laisser corrompre

- Reconnaître les limites de nos compétences et référer les malades vers un autre praticien

- Faire la notification des maladies à déclaration obligatoire

- Respecter les bonnes pratiques en matière de médecine et de pharmacopée traditionnelle

- Sauvegarder l’environnement

- Protéger le savoir médical traditionnel
Pour tout ceci, nous nous engageons et nous en faisons le serment, en ce jour 4 octobre 2011.


Deux questions au botaniste Ouetian Bognounou, commandeur de l’Ordre national

Vous venez d’être décoré commandeur de l’Ordre national. Quels sont vos sentiments ?

Je suis très heureux de cette distinction à moi faite par le Burkina Faso, à travers le président du Faso. En fait, j’ai été nommément cité. Sinon, mes travaux de recherche ont impliqué des collègues chercheurs comme la Pr Odile Nacoulma, des techniciens comme Ouattara Simon, Ouattara Issouf, malheureusement décédé, mais aussi ceux de l’Institut de recherche en sciences de la santé, avec qui on a travaillé sur le « Faca », ce médicament qui sert à soigner ou du moins, à atténuer les douleurs dues à la drépanocytose. En tout cas, c’est un honneur qui est fait aux chercheurs. Nous sommes nombreux en contact de tradipraticiens, notamment ceux du Kadiogo. Donc, on a fait un travail vraiment remarquable, le Pr Nacoulma, moi-même et bien d’autres chercheurs. Nous souhaitons que les médias, notamment Sidwaya, continuent à rendre compte de cette valeur scientifique, culturelle de l’Afrique qu’on a souvent eu tendance à ignorer. Par la médecine traditionnelle, nous arrivons à réaliser beaucoup de choses et elle complète la médecine moderne qui, il faut le reconnaître, est efficace, mais d’un coût qui n’est pas donné à tout le monde.

La disparition des plantes médicinales vous inquiète-elle ?

C’est certain. Il y a une plante comme « Pélèga », en mooré et « Djôrô » en dioula, très recherchée pour ses vertus anti-venin. Malheureusement qui est en train de disparaître. C’est rare de trouver un pied de cette plante où les racines n’ont pas été déterrées. Voilà une plante qu’il faut essayer de protéger, mieux, la cultiver. Aussi, une plante comme le « Wale bissim » en mooré est très efficace contre la dysenterie amibienne, mais que j’ai cherchée en vain à Ouagadougou. C’est le cas également de « Wale touko » en mooré. Il est efficace pour dissoudre les calculs biliaires. Il a des propriétés vraiment intéressantes, qui sont très recherchées. Le « Wale touko » est beaucoup exporté vers la France et d’autres pays. Mais il faut les cultiver, sinon ils vont disparaître totalement et c’est nous qui perdons. Chacun dans sa cour devrait avoir quelques plantes médicinales de ce type, réputées et confirmées par les pharmacopées de l’Union africaine et de la pharmacopée française. Il faut vraiment s’inquiéter de leur disparition.

B.S.


Les lauréats du prix de monsieur le ministre de la Santé

L’Association des tradipraticiens du Centre-Nord : une attestation, plus 150 000 FCFA

L’Association des tradipraticiens et herboristes de la province de Houet : une attestation, plus 150 000 FCFA

L’Association jardin du monde, basée à Koudougou : une attestation, plus 150 000 FCFA

Lauréats du Prix Théophile Kamanga Ouédraogo

Abdoul Wahab Nombré, Radio municipale : une attestation, plus 150 000 FCFA

Angélina Zoma, Radio nationale : une attestation, plus 150 000 FCFA

Boureima Sanga, Editions Sidwaya : une attestation, plus 150 000 FCFA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2011 à 03:43
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Très bonne initiative à encourager,à renforcer et à amplifier parceque je commence à en avoir marre de nos medecins,infirmiers,sage femmes qui ont perdu leur côté humain et qui sont presque tous tombés dans le racket,capables de dépouiller même un cadavre.Par contre,je ne suis pas d’accord pour la nomination d’un ministre délégué,le gouvernement est déjà pléthorique avec beaucoup de ministres désoeuvrés mais qui font semblant d’être utiles.
    Vive la médecine de nos ancêtres

    • Le 5 octobre 2011 à 14:04
      En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

      Bravo et félicitations à tous ceux qui ont oeuvré et qui oeuvrent dans le cadre de la recherche et des soins par les plantes naturelles. Est-il possible de nous communiquer les noms et adresses de ceux qui ont été certifiés par le Ministère de la Santé ?
      Merci et bonne continuation.

  • Le 5 octobre 2011 à 05:01, par Furasso
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Quand on met les hommes à la place qu’il faut, on avance !Un médecin ou un Pharmacien ministre de la santé, les choses avancent !
    Maintenant que les TS sont certifiés, il faut proteger leur médicaments, sinon les occidentaux nous les subtileront ! Pour se faire,il faut dresser un catalogue de ces propriétés intellectuelles( pharmacopée traditionnelles burkinabè), impulser la recherche pharmacologique sur les médicaments traditionnels de sorte à isoler les bonnes molécules thérapeutiques qui SONT facilement brevetages que les préparations brutes !
    Sinon chercher à installer de petites unités de productions industrielles des médicaments traditionnels ( formulation galénique) car des fois le produit brute est meilleurs que que la seule molécules d’interet !
    En bref, il faut encadrer ces TS, parrainer chaque TS par un pharmacien et ou un médécin et ou un chercheur en pharmacologie ou en formulation pharmaceutique afin respectivement de sécuriser la pratique de la médécin traditions, et valoriser scientifiquement ces produits traditionnelS et faciliter l’accès à ces produits ancestraux.
    Et pour terminer, octroyer des bourses de recherche universitaire aux étudiants qui désirent mener des études pharmacologiques sur les plantes traditionnelles du BURKINA.

    • Le 5 octobre 2011 à 10:10, par wendbenedo
      En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

      Mon cher Furasso !
      Vous pensez connaitre mieux que ces tradipraticiens au point de dire que chaque tradipraticien doit être parainné par un pharmacien ou medecin ! eh bien vous vous trompez énormement comme ceux qui pensent qu’avoir un brevet c’est synonyme d’être un bon therapeute traditionnel ! de très bon traditherapeutes, il y en a dans les confins du burkina mais ceux-ci ne viendront pas se pavanner dans nos salons feutrés pour une quelconque reconnaissance ! C’est aux pharmaciens et biologistes du burkina d’approcher nos anciens pour comprendre la quintessence de leur science et non le contraire ! vous aviez encore beaucoup à apprendre de la science traditionnelle et des vertus de la nature avec les anciens !!!
      Aussi TS rime avec Travailleuse de sexe : ayez du respect pour nos traditherapeutes !!!!

  • Le 5 octobre 2011 à 10:10, par wendbenedo
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Mon cher Furasso !
    Vous pensez connaitre mieux que ces tradipraticiens au point de dire que chaque tradipraticien doit être parainné par un pharmacien ou medecin ! eh bien vous vous trompez énormement comme ceux qui pensent qu’avoir un brevet c’est synonyme d’être un bon therapeute traditionnel ! de très bon traditherapeutes, il y en a dans les confins du burkina mais ceux-ci ne viendront pas se pavanner dans nos salons feutrés pour une quelconque reconnaissance ! C’est aux pharmaciens et biologistes du burkina d’approcher nos anciens pour comprendre la quintessence de leur science et non le contraire ! vous aviez encore beaucoup à apprendre de la science traditionnelle et des vertus de la nature avec les anciens !!!
    Aussi TS rime avec Travailleuse de sexe : ayez du respect pour nos traditherapeutes !!!!

  • Le 5 octobre 2011 à 10:33, par el kabor
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Bravo à la medecine traditionnelle.je me rappelle en 1994 c’est grace à une tisane de PHYTOSALUS nommée HEPAR 8 que j’ai retrouvé la santé après de longs mois d’agonie.Depuis lors je me soigne au naturel.

  • Le 5 octobre 2011 à 11:39, par joweder
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Très bonne initiative. du courage et que ne s’arrete de si bon chemeni. bien à vous pour la santé de la population

  • Le 5 octobre 2011 à 13:29, par K. Yamyélé
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Je reconnais celui qui est assis à l’extrême droite : c’est Kambou Sansan. Il est à Gaoua.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Le 5 octobre 2011 à 14:04
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Bravo et félicitations à tous ceux qui ont oeuvré et qui oeuvrent dans le cadre de la recherche et des soins par les plantes naturelles. Est-il possible de nous communiquer les noms et adresses de ceux qui ont été certifiés par le Ministère de la Santé ?
    Merci et bonne continuation.

  • Le 5 octobre 2011 à 22:03
    En réponse à : Médecine traditionnelle : Le Burkina certifie ses premiers tradipraticiens

    Mon cher Wendbenedo,
    Il ne faut pas voir tout en noir. la proposition de furasso, que je ne suis pas, propose que chaque pratricien traditionnel soit accompagné d’un moderne. Je crois par exemple que si un moderne n’usurpe pas la place et travaille véritablement ave un ancien pour "brevété" son savoir nous gagnerons tous. Connaissez-vous les médicaments du père Césaire, du Dr DAKYO et du FACA dont parle l’éminent BOGNINI ? qu’est-ce qui rend leurs médicaments "acceptables" ? C’est le fait qu’il sont analysés et leurs vertus thérapeutiques décrites. Il faut encourager l’alliance entre le moderne et le tradi. Pour moi, l’idée de créer des bourses pour les étudiants m’enchante. en tous cas si j’avais de l’’argent, je donnerai pareille bourse au lieu de mettre l’argent dans le ballon ou dans le Djanjoba !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés