FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

mercredi 5 octobre 2011 à 02h55min

Le Directeur général de la Police nationale, le commissaire Paul Sondo, entouré de représentants de forces de l’ordre et de forces paramilitaires, a animé une conférence de presse le 4 octobre 2011 à Ouagadougou pour faire le point d’une opération de lutte contre les faux médicaments et la criminalité pharmaceutique au Burkina. Une importante quantité de faux médicaments a été saisie dans les villes de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’opération "Cobra" a été planifiée et menée en collaboration avec de nombreuses forces paramilitaires auxquelles a été joint INTERPOL. 2,5 tonnes de produits prohibés ont été saisies grâce à cette opération. Celle-ci visait à identifier les réseaux impliqués dans la contrefaçon des médicaments ainsi que les formes connexes de la criminalité pharmaceutique au Burkina, d’enquêter sur lesdits réseaux et les démanteler et surtout prendre les mesures pour contrer le fléau et assurer une saine santé à la population.

"Cobra" est une opération menée à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso et de façon simultanée dans six pays d’Afrique : Burkina, Ghana, Cameroun, Nigeria, Togo et Sénégal. Selon le commissaire Paul Sondo, Directeur général de la Police nationale, les médicaments contrefaits, censés protéger les populations contre de nombreuses maladies, sont devenus de nos jours un grand danger pour la santé de celles-ci. D’où la nécessité de conjuguer les efforts pour combattre un tel fléau. Pour réussir "Cobra", des dispositions ont été prises parmi lesquelles un séminaire afin d’outiller les hommes concernés.

Composé de 285 hommes en deux équipes, "Cobra" a pu recenser les points de vente des faux médicaments et les grossistes. Résultat : les faux médicaments sont stockés dans les marchés et les propriétaires ont été identifiés. En ce qui concerne l’opération de Bobo-Dioulasso menée les 28 et 29 septembre 2011, la quantité de faux médicaments saisie est de 500kg et 15 personnes ont été mises aux arrêts pour être présentées à la Police judiciaire. Quant à celle de Ouagadougou, de faux produits d’environ deux tonnes ont été saisis et huit personnes sont également aux arrêts. Pour le commissaire Paul Sondo, DG de la Police nationale, "Cobra" a connu un succès car des moyens ont été mis pour cela.

La présence et le soutien d’INTERPOL ont été pour beaucoup dans la traque des contrefacteurs de produits. Interrogé sur les attentes d’INTERPOL sur cette opération, le représentant de la Police internationale, Esaïe Ovono, confie que les résultats sont à mettre à l’actif des autorités nationales qui leur ont permis de donner leur contribution à la traque. Esaïe Ovono explique que le phénomène des faux médicaments a pris de l’ampleur à telle enseigne qu’il est en passe de remplacer le trafic d’armes, d’où la nécessité d’actions vigoureuses. "C’est le trafic le plus lucratif de nos jours", mentionne-t-il avant d’ajouter qu’INTERPOL reste toujours disponible afin de soutenir de telles actions dès que les pays lui feront appel.

Même son de cloche chez le commissaire Paul Sondo qui souligne que "l’on peut manquer de tout dans un village au Burkina, sauf les médicaments". Mais Esaïe Ovono suggère que des efforts soient faits par les pays pour combler les vides juridiques quant à la lutte contre les faux médicaments. Sur la nature planifiée de l’opération, le DG de la Police nationale a fait remarquer que de telles opérations se poursuivront en marge des opérations ponctuelles. II a en sus confié que la lutte se poursuivra et que les agents des forces de l’ordre et de sécurité seront de plus en plus outillés pour traquer le phénomène des faux médicaments jusqu’à son dernier retranchement. Sur la base des pièces d’identité retrouvées sur les contrefacteurs, les responsables de l’opération ont souligné que plusieurs nationalités se retrouvent parmi les personnes arrêtées.


Le témoignage du Dr Casimir Sawadogo sur la prise d’un faux Viagra

"Un patient s’est présenté au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo pour maux dont l’origine était difficilement détectable. A force d’insistance, le constat fait état d’une insuffisance rénale. Une tentative de dialyse échoue et le patient confie qu’il a pris du Viagra dosé à 6 000mg. Le mal étant trop fort, le patient a succombé."

Dorielle POGOBIN

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2011 à 03:55
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    Vive la médecine traditionnelle.En tout cas je salue l’opération COBRA car ces nigérians pour la plupart commencent à nous empoisonner.Il faut nettoyer tous ces marchands ambulants au karcher

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 09:59, par Bazoulé
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    Bonjour et félicitations à nos forces. Mais nous restons sur notre soif : autant on montre les présumés coupables (délinquants à la gendarmerie ou à la police) à visage découvert à la télé, autant devrait-on pareil avec ces vendeurs de faux médicaments. Je ne vois pas la différence entre cette catégorie de personnes. Soyez plus incisifs dans vos compte rendus.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:10, par waricotèsongoyalo
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    Toutes mes félicitations et encouragements à l’opération COBRA. Vivement que cette très belle initiative se pérénise. Aussi il faudra travailler à une large sensibilisation des populations du pays avec tous les échantillons de produits contre façonnés afin de leu permettre d’identifier et apprendre à connaître ces types de produits et ne plus rester dans l’ignorance dès qu’un vendeur ou trafiquant se présente à eux . Encore une fois de plus félicitations aux initiateurs e cette opération et que Dieu vous garde et vous bénisse

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:47, par OFFICINE++
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    L’opéra Cobra est à féliciter mais il faut le ministère de la santé nous crée davantgae d’officines pharmaceutiques. On en a marre de faire de longue distance et de long rang pour s’acheter du paracétamol pendant que le Burkina forme des pharmaciens chaque année.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:00, par OFFICINE++
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    L’opéra Cobra est à féliciter mais il faut le ministère de la santé nous crée davantgae d’officines pharmaceutiques. On en a marre de faire de longue distance et de long rang pour s’acheter du paracétamol pendant que le Burkina forme des pharmaciens chaque année.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:47, par un citoyen
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    FELICITATIONS à l’opération cobra. Mais PEUT MIEUX FAIRE. Pas besoin d’une opération cobra ou tigre pour ça. Ya qu’à se planquer aux abords des grands carrefours comme Pont de BASKUI, Pont SILMANDE, Barrage de TANGUIN, Rond point patte d’oie, etc... et on prenra 20 tonnes en UNE SOIREE.

    Mais....Mais ....IL SUFFIT D’AVOIR LE COURAGE ET LA VOLONTE.

    COURAGE Monsieur SONDO.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:50, par joweder
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    Toutes mes félicitations à cette police. Et aussi mes encouragements dans cette politique de communication qui ferra son effet, car il faudrait que la population fasse confiance à notre police qui oeuvre tous les jours pour notre sécurité.
    De telles opérations, il faudrait continuer sur cette lancée. Regardez aussi les produits de grande consommation contrfaits, car bcp en meurt de nos jours.
    Bien à vous dans cette positive lancée.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 12:16, par DANTON
    En réponse à : Paul SONDO n’est pas commissaire de police

    Messieurs les journalistes, renseignez-vous avant d’écrire quoi que ce soit. Paul SONDO, le DG de la police nationale, n’est pas commissaire de police mais plutôt Contrôleur-Général de police (comme Palguim SAMBARE et WANGARAWA). Ce grade équivaut dans la police à celui de général de brigade dans l’armée.
    Merci de corriger.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 13:32
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    comment se fait-il que dans certaines pharamcies les produits coûtent du simple au double ? n’y a t-il pas controle ?dans une pharmacie à karpala, un produit dont j’ai demandé le prix etait fixé 500 francs, le meme produit je l’ ai acheté dans une autre pharmacie à 200F. vraiment c’est dommage, on ne peut vendre des medicament comme n’importe quel produit de commerce. entre 200 et 500 la difference est trop grande à mon avis

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 20:23, par mackiavel
    En réponse à : FAUX MEDICAMENTS : La Police met la main sur 2,5 tonnes

    Le problème des faux médicaments c’est qu’on établi toujours un mauvais diagnostic et par conséquent, la solution reflète les mauvaises analyses de départ. Premièrement, pourquoi les faux médicaments rentrent-ils chez nous. C’est parce qu’il y a des consommateurs. Et pourquoi y –t-il des consommateurs ? Parce que les gens sont pauvres et ne peuvent pas s’adresser aux officines pharmaceutiques dont certains par appât de gain prennent souvent les faux médicaments où vous allez trouver de grandes marches de différences dans les prix. Le marché du médicament est très règlementé et en principe les importations sont subventionnées par « péréquation » en prélevant des taxes sur des produits de grande consommation (riz, carburant…).
    Solution, l’Etat devra maintenir sa politique de subvention et baisser le prix des vrais médicaments. Ensuite, maintenir une politique d’information en faisant en sorte que les consommateurs changent d’attitude vis-à-vis des vendeurs de rue. Enfin, déclarer les médicaments de la rue illégaux comme les stupéfiants. Qui a vu le hachich en vente libre au Faso ? Il faut « buter ces vendeur jusque dans leurs chiottes, comme le dirait Potine à propos des Tchétchènes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés