Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

mercredi 5 octobre 2011 à 02h53min

Dépités de vivre en voisinage avec les « travailleuses du sexe », des chambres de passes et autres maisons closes, les riverains de la rue Zom-Koom, au secteur 3 de Dapoya, ont crié leurs ras-le-bol il y a quelques jours, dans une missive adressée au Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao. Une équipe de Fasozine.com a rencontré une délégation de ces riverains chez le premier responsable du quartier, le Kamnaba de Dapoya, le lundi 3 octobre 2011.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La situation que vivent les riverains des quartiers Norghin et Dapoya, et surtout ceux de la rue Zom-Koom, est assez troublante. Valse de voitures, vociférations, invectives et détritus de toutes sortes sont le lot quotidien de ce quartier, une fois la nuit tombée.

JPEG - 30.5 ko
Le Kamnaba de Dapoya

Selon ses habitants, des travailleuses du sexe, de plus en plus provocantes, enfreignent l’interdiction de racoler au pas des maisons. « Certains jours, les filles vont travailler alors qu’il fait encore jour et que les enfants sont toujours en train de jouer », se plaint un père de famille. « Il arrive souvent qu’au détour d’un six-mètres, l’on croise un couple en train de faire l’amour, et aussi des voitures se garer sur la chaussée pendant que leurs conducteurs se masturbent en regardant passer les prostituées », déplore une autre habitante, qui a requis, tout comme son voisin, l’anonymat.

« Ce qui me choque, c’est l’agressivité d’une partie des clients. Car ils ne discernent pas les prostituées des simples riveraines. Il suffit de stationner quelques secondes sur le trottoir pour se faire harponner et insulter par des hommes à qui l’on explique poliment que l’on ne tapine pas. Même les prostituées vous agressent, soi-disant pour protéger leur territoire », affirme Christine Bougoumpiga, dont la cour jouxte le marché Sankar Yaaré. Pour cette mère de famille, la floraison des maisons closes à proximité des habitations a changé leurs habitudes.

JPEG - 24.6 ko
Christine Bougoumpiga

Face à tout cela, les populations avouent avoir approché leurs conseillers municipaux, puis le maire de la ville de Ouagadougou, Simon Compaoré, et aujourd’hui le Premier ministre, et sont toujours dans l’attente d’une réponse de leur part. Le problème, selon Félix Zeba, un autre résident de Dapoya, vient de l’attitude de certains propriétaires qui, habitant dans d’autres quartiers pour la plupart, n’hésitent pas à louer leurs domiciles à des gérants de ces maisons qui n’ont que faire des états d’âme des riverains. Soucieux de l’éducation de leurs enfants, ils ont formulé le vœu qu’une solution soit vite trouvée face à cette pratique qui s’est invitée jusque devant leurs concessions. « Une chose est sûre, si rien n’est fait d’ici là, la situation va s’aggraver », a promis ce dernier.

Elza Sandrine Sawadogo

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2011 à 04:30
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Faites l’amour et pas la guerre.Peace and Love

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 04:49, par Boulougou Compaoré
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Salut les amis,

    Le problème de Dapoya est le même que tous les vieux quartiers de Ouaga ! Je me rappelle que les quartiers partant de coulouba jusqu’à Saint Léon, ont toujours été pire que Dapoya. Je me rappelle aussi que la police faisait régulièrement des rafles, mais ça n’a jamais diminué le nombre de prostituées des vieux quartiers. C’est aussi les premiers quartiers à avoir des routes goudronnées.

    Il est vrai que c’est un fléau difficile à combattre mais il faut reconnaitre aussi que c’est pas impossible à éradiquer. Et pour ça, il faut que la bonne fois de tout le monde y participe, quel soit ton personnage et quel que soit le quartier où l’on habite. Aujourd’hui les habitants de Dapoya se pleignent, demain ça sera les habitants de quels quartiers ?

    La vie coute chère au faso, et les gens se débrouillent comme ils peuvent mais il faut se débrouiller tout en respectant l’éducation de nos enfants ! Un minimum qu’en même !

    Boulougou Compaoré

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 11:36, par Nongma
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      Je ne sais pas ce que la loi dit par rapport à une telle situation, mais si rien n’est prévu, c’est à la population de s’organiser pour donner une réponse sans violence. Les habitant du secteur 8 de Gounghin (Ouagadougou), pour les même raisons, ont vidé leur quartier de ses prostutués en 2002 (ou en 2003). Le départ des prostitués qui occupaient les rues et les cours à coté du centre artisanal a été bien coordonné. Le bilan a été positif.
      Nous voyons que dans certains quartiers, les gens barrent les rues pour exiger la réparation des voies ou la mise en place de "gendarmes couchés", les habitant de Dapoya peuvent manifester dans l’ordre pour empécher le travail de sexe pendant une semaine par exemple pour voir si les vendeuses et les vendeurs ne font pas quitter.
      La liberté des uns s’arrête ou commence les droits des autres. Nos enfants ont droit à une bonne éducation.
      Bonne chance.

      Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:28, par le jeune
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    le problème de la prostitution est très complexe.j’ai fait le tours dimanche nuit dans le quartier et comble de l’horreur c’est inimaginable ce qui se passe.je conseille aux riverains de se réunir et de faire face à ce problème. ils peuvent faire un sit in tous les soirs afin d’empcecher ces dérives. c’est vrai qu’on ne ne peut pas éradiquer la prostitution mais c’est mieux de la canaliser.
    avis aussi au trésor public il y’a de impots à prelever dans le milieu

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:36, par mackiavel
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    franchement, je crois que jusqu’à présent, il y a plus d’intox que d’info dans cette affaire. Vous ne donnez que le point de vue des riverains et que dites-vous de celui des filles qui sont accusée et que d’aucun ont appelé les prostitué, terme très polémiste.
    Je pose une question aux internautes : les Gouroux qui hébergent des maîtresses dans des villas luxueuses de Ouaga 2000 et y passent juste 1h ou 2 avant de rentrer à la maison ; le tout contre espèces sonnantes et trébuchantes, vous les appelez ça comment ?
    ménageons les travailleuses du sexe qui, du point de vue sociologiques nous mettent à l’abri de certaines dérives comme le viol et les infidélités de voisinage. Bon, on peut poursuivre la discussion mais, je dis bien prudence...

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 18:45, par X
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      Mr Machiavel, votre analyse est décevante. D’abord vous n’avez pas compris l’article quand vous comparez la situation de la prostitution à Dapoya et le cas des gourous qui hébergent des filles à Ouaga 2000. Les habitants de Dapoya se plaignent parce que leurs enfants et eux même sont exposés à plusieurs nuisances (risques que leurs enfants tombent dans la prostition, nuisances sonores, difficultés de circuler, etc.) ce qui est loin d’être le cas pour la situation à ouaga 2000.
      je suis désolé, on ne doit pas ménager la prostitution comme elle se pratique à Dapoya. je suppose que vous y avez fait un tour. Sinon, allez-y et vous changerez de position. Si à Dapoya, les travailleurs du sexe peuvent exercer leur métier sans nuire aux riverains, personne ne s’en plaindra.
      Pourquoi les gens ne se plaignent pas du cas de Ouaga 2000 que vous évoquez ? c’est parce qu’aucun riverain n’est lésé.
      Il faut arrêter de défendre le diable.

      Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:37, par Togsida
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Nos autorités refusent souvent de voire la vérité en face. Depuis combien de temps le Maire de Ouagadougou tente d’éradiquer le fléau en vain. Si l’on ne peut pas y mettre fin, la solution c’est de professionnaliser le métier. Non seulement cela permettra de résoudre des problèmes comme ceux vécus par les habitants de Dapoya, mais aussi d’alimenter les caisses de la municipalité. Quelle est mon idée : Organiser le métier en créant un cadre où ces femmes et ces hommes pourront évoluer. Ceux qui mèneront cette activité auront à payer des taxes, et ceux qui seront pris en dehors de ce cadre devront pouvoir être poursuivis et sanctionner conformément aux textes en vigueur.Peines à proscrire : les amendes. Mettre surtout l’accent sur les peines privatives de liberté.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:43
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    c’est vrais que la liberté ,c’est aussi le respet de l’autre donc comme quelcun là dit fait la paix et pas la guerre.Si non avec les prostitués aucune force n’a jamais resolut le problème que ce sois à koulouba ou dapoya il faut que nous l’acception que toute les societé evoluent en harmonie avec son environnement donc ouaga ne peux pas se defaire de cette pratique si c’est pas dapoya ce serais la patte d’oie ou tampuy

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:46
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Bonjour
    comme le dit on souvent la prostitution est le plus vieux métier du monde.On est né trouvé et on partira laisser ça.Mais le problème majeur c’est que ça se passe sous les yeux des pauvres enfants innocents qui suivront le même chemin si toute fois ya échec dans leur vie scolaire et que les pauvres parents n’ont pas les moyens pour s’occuper d’eux ce qui reste à faire c’est de faire comme les autres juste à coté .Le maire SIMON compaoré n’a qu’a faire pardon aller racler les coins comme matata et les chambres de pass à coté puis les envoyer à 15 km de ouaga en dehors de la ville.là celui qui veut faire des conneries de ce genre se déplace.
    Cela protégera un temps soit peu nos pauvres enfants.
    Que dieu bénisse le Burkina et que dieu aident les prostituées à laisser ce sal boulot.

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 16:36, par Erick
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      tu réagir comme un bébête tu pense que on peux supprime se métier ? qui apprend les enfants de notre jour a fait l’amour au bas age, tu ferra mieux de supprimé la télévision par se que se qui se passe aujourd’hui ne viens pas de ses femmes là si toi tu gagne du cabato pour manger tous les jour ses tes oignons et arrête de te comporté comme un broussard gawa là vous parlé comme si vaux parents ne fréquente pas ses lieu là demande a tes parents si il n’y son jamais partie.

      Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:47, par Belco
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    La solution est simple, il faut tout simplement raser ce quartier qui est en pleine ville et qui ne se développe pas. NB:Quand la prostitution se developpe dans un quartier cela veut dire :
    1- que c’est un vieux quartier ;
    2-les habitants du quartier y sont responsables de la situation ;
    3- c’est un quartier sale ;
    4- il ya tout les vices qui se developpent en ce moment.
    Solution donc il faut raser le quartier pour en faire une ZACA 2 n’en déplaise aux autochtones.
    Ca toujours été comme ca dans tout les pays du monde, il faut raser et reconstruire rapidement, prenez l’exemple d’à coté la rue princesse d’Abidjan et même Coulouba qui malheuresement tarde à connaitre son épilogue.

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 12:59, par l’aigri
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      Raser le quartier est peut-être la solution. ce que vous ne comprenez pas c’est que même nos gourous y vont c’est la raison de leur silence. la mairie perçoit-elle des taxes de ces prostituéés si oui, il leur est difficile de s’y opposer, si non alors qu’attende t-il. les enfants c’est l’venir de ce pays, leur assurez une bonne éducation y va va de l’interêt de tous, alors ayez pitié de ces pauvres et innoncents enfants qui ne demandent qu’une bonne éducation dans un endroit sain et de pourvu de toutes ces imbecilités.
      que le tout puissant nous epargne de ces filles filles et hommes qui n’ont que leur devants pour reflechir.

      Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 13:27
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      Pas tout à fait d’accord avec vos propos :
      Le quartier se développe : le nombre d’immeubles qui se construisent dépasse la moyenne nationale.

      1) Ce n’est parce que c’est un vieux quartier qu’il ya la prostitution, c’est parce que c’est un quartier du centre ville. Même rasée, la zone de la Zaca fourmille de prostituées et de dealers. La belle avenue kwamé Nkrumah,est pleine de prostituées, une fois la nuit tombée et ce sera suicidaire que de se promener à pied dans les alentours non éclairés à partir d’une certaine heure.

      2) Les habitants ne sont pas tous responsables. Même si l’extrême précarité peut pousser certains à céder leur maisons aux prostituées. Il n’est pas certains que ceux qui construisent ces bordels y habitent.

      3) C’est un quartier sale, il est vrai, mais ça n’a rien à voir (quartier surpeuplé, vidange des toilettes dans la rue souvent en plein jour, etc.) Les prostituées ne sont pas attirés par la saleté, mais par la disponibilité de locaux à moindre coûts et l’assurance d’avoir une clientèle.

      4) Dapoya n’est pas "Sodome & Gomorrhe".

      5) Avant de raser Dapoya pensez à l’insécurité de la zone ZACA. La nature a horreur du vide.

      Je pense que le problème réside dans l’ouverture des bars (lieu de prédilection de la prostitution) au milieu des habitations.

      Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 10:58
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Démolisser les maisons

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:22, par kôrô penseur
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    bien dit mon frère, il faut soit lotir le quartier, soit le raser complètement. c’est l’insalubrité dans toutes ses formes qui amène tout ça. sinon pour le moment ya pa de prostitués a waga 2000 ou en zone du bois dans les rues.
    aussi à la municipalité d"électrifier toutes les voies et la police d’y mener des patrouilles.
    courage les gars !

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:22, par Korka
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    l’arbre ne doit pas cacher la forêt et soyons vrais : si ces travailleuses du sexe prospèrent c’est que la demande est croissante ; les clients sont assez souvent des pères de famille qui ont surement des enfants à éduquer quelque part.
    On ne pourra jamais éradiquer la prostitution tant qu’il y aura des gens qui en demandent. Tenez ailleurs elles peuvent cotiser pour leurs vieux jours. Allons voir à Berlin.
    Somme toute le degré de perversion ou de dépravation (appelons comme on veut) dans une société se perçoit ou se mesure à la libido collective au "ça" collectif. Ne nous trompons pas de combat.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 11:45
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Totalement d’accord mon frère.... raser et raser

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 12:36, par Le Zoung
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Il faut éclairer les voies...

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 12:38, par Une burkinabè
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Il y’ a prostitution car client ! Ce qui veut dire, qu’ il nous faudra éduquer toute la population ! On peut être enfant de prostituée mais être bien éduqué ! Donc éduquez vos enfants sur les risques de la prostitution et laissez les prostituer tranquille ! Ditez à nos hommes de se contenter de ce qu’ ils ont à la maison ! Conclusion : pas de solution !

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 12:51, par elcohote
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    pour mettre fin à tout cela il faut simplement légaliser la prostitution au FASO. c’est la seule solution sensée qui puisse juguler le fléau.
    Partons du théorème du Baiseur : "Plus de prostituées tue la prostitution". Cela signifie que si l’offre de prostitution est sup à la demande, la courbe d’équilibre sur le marché de la prostitution se déplace à droite et l’équilibre s’établit au point "G" correspondant à un maximum de jouissance. et cela fait rentrer bcp d’impôts pour l’état avec la vente des cartes de prostitution et cela fait augmenter le prix du service minimum de la prostituée, ce qui va rétracter la demande des prostituée et par conséquent elles vont chercher autre métier.
    en Définitif SIMON COMPAORE aura gagné sa lutte et les quartiers seront saint.

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre 2011 à 20:55
      En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

      tu oublies que c’est le plus vieux métier et donc ton théorème ne tient pas la route.en plus,ce dont qu’on parle maintenant,c’est la face visible du phénomène.je t’invite à aller à ouaga2000 et tu verras la prostitution de luxe sans oublier les autres aspects.alors je vous invite à laisser ces malheureuses personnes en paix

      Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 13:02, par siida
    En réponse à : aQuartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    je suis parfaitement d’accord avec belco il faut raser ce quartier c’est difficile mais il faut ça parce que c’est un vieux quartier dont les descendant n’arrive pas a investir parce chaque fois des conflit je suis pour un zaka 2

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 14:50, par L homme integre
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Vous avez la chance d avoir des prostitues, moi si ma femme m attrape la-bas, elle me coupe les c.ouilles, d apres elle Donc comme je ne veux pas etre castre et puis elle est bati comme Tyson, kan elle allonge sa bouche ca vaut dapoya ouaga 2000, kan elle gifle on dirait marteau, je reste trankil et puis evite Dapoya.
    Qui est fou

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 14:58
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Ce qui est ecoeurant c’est que pour ces prostituées tout est benef 100%, elles ne paient pas taxes, roulent sur des motos à la mode, et portent des tenues cherement achetées= c’est qu’elles ont du fric, on dois les imposer,en fonction de leur chiffres d’affaires. au besoin, on leur construira quelque part à waga des locaux, avec cotisation forcée à la CNSS et retraite forcée à partir de 42 ans.Aux habitants de dapoya ma solution : recruter 100 jeunes dotés en fouets pour "dissauder" les prostituées qui les empechent de dormir tranquillment après une journée des travail.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 15:18, par burkinabé de l´ext....
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    je suis parfaitement d´accord avec Tocsida.il faut simplement l´egaliser la chose la.sinon je ne vois en aucune maniere comment on pourra eradiquer cela.faite le tour de waga dans tous les maquis ce ne sont k des prostitués.
    alors traitons le probleme au fond.meme si on les chassse a dapoya on aura toujours le meme probleme dans les autres quartiers

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 16:09
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    La proliferation des enfants de la rue est un phenomene pire que la prostitition

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 16:38, par Madi
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Tout ça c’est woba-woba ! Ce sont le mêmes qui à la tombée de la nuit se présentent chez ces pauvres filles pour "tirer vite un coup" et repartir.

    Laissez les prostituées tranquille ; si elles y sont, c’est qu’il y a de la "clientèle" et que la zone est un potentiel "bon marché" ! Elles ne se prostituent pas entre elles, mais avec...des hommes, de Dapoya majoritairement ! Au lieu de jouer sur l’offre de prostitution, il faut EGALEMENT agir sur la demande de prostitution qui elle est permanente et même plus forte que vous ne le pensez !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 18:04
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    CHomme c est difficile de supprimer la prostitution, je propose qu on crée un quartier pour les prostituer en dehors de la ville. Ceux qui iront làbas soit ils sont prostitué soit ils sont clients et comme cela la mairie pourra mieux les contrôler au point de vue sanitaire, taxes d impôts , assistance en tout genre.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 19:19, par rendak
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    la prostitution est un phénomène complexe et tout ceux qui font des propositions ici ne font que suivant leurs intérets. s’il y a des prostituées c’est qu’il y a des clients, des gens qui sont incapables de maîtriser leur libido et qui préfèrent une solution facile. s’il y a des chambres de passe c’est qu’il y a des gens qui transforment leur habitation en une autre destination.et tous ces maquis ne s’ouvrent à ouaga comme des kiosques...très souvent les gens qui sont dans le système gagnent plus que celles là même qui attirent les clients. raser un quartier ou fermer des chambres n’a jamais été une solution car les locataires se redéploient ailleurs:la prostitution est liée à des personnes plus qu’à des lieux. est-ce qu’on se demande aussi dans quelles conditions des filles viennent à se prostituer ?est-ce qu’elles le veulent ? peuvent-elles arrêter cette pratique ? d’où viennent-elles ? la société moderne n’est pas étrangère à l’expansion de ce phénomène. pensons loin et en prenant en compte tout le monde si nous voulons réellement éradiquer ou au moins réduire ce phénomène dans notre cité.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 19:43, par pita
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    vous voyez les gens ne sont pas justes. la prostitution est le plus vieux metier du monde, et les femmes au foyer sont les plus mauvaise quant il s’agit du lit conjugual : elle te dira je me sens, je viens de manger, je suis indisposee( souvent pendant 10 jours) et maintenant ces hommes maries sortent et on se plaind. vous verrez que la majeur partie de la demande sont des hommes maries. eduquons les filles et les femmes, arretons de dire que la femme = l’homme ; sinon cette prostitution contribue decisivement a l’equilibre social.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 20:03, par Alpha et Oméga !
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    La prostitution est le travail de celle qui n’a pas trouvé mieux. La femme a conscience de sa dignité et elle sait que la prostitution n’est pas un métier digne. C’est un métier ténébreux. Attaquer de front ce métier, c’est lutter contre les ténèbres. Or, on ne lutte pas contre les ténèbres. On met de la lumière et les ténèbres disparaissent toutes seules. Donnez du travail digne aux prostituées et la prostitution disparaîtra toute seule. "Faites les personnes heureuses, vous les faites meilleures !"

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2011 à 17:45, par robrabin
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Bonjour mes amis, je partage parfaitement votre inquiétude et comme l’a dit quelqu’un donner du travail digne et elles vont cesser de pratiquer la vente de leurs sexe, elles n’ont que ça pour manger, vous avez lotis leurs champs paternels et fait des parcelles, vous voulez qu’elles volent ou mendient ? Redonnez leur dû, et en plus si ya femmes prostituées c’est qu’il ya hommes prostitués, si tu vents et ya pas raaga(marhé) tu vas arreter, comprenons les.

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 08:47, par NIKIEMA Jean Marie
    En réponse à : Quartier Dapoya : Difficile cohabitation entre prostituées et riverains

    Je suis né à Dapoya, et je vie à Dapoya, vraiment le problème de la prostitution est un grand problème, ont ne sais plus quoi dire ; mais la base du font, je me dis que ces les responsables des familles, je veux dire les chefs des familles, si ils sont les propriétaires de la cour, et il ne dire rien, qu’es ce que les autres peuvent dire ?VIEUX, VEILLES, PÈRE ET MÈRE ils sont tous complice au carré, je vois et j’attends des mères qui dises à leurs filles de ne jamais suivre quelqu’un qui n’as pas les moyens (l’argent), tout en sachant que personne n’aie né avec l’argent, ces les parents qui apprennent leurs filles à être des matérialiste, vous allez voir un père qui demande de l’argent à sa fille, tout en sachant que sa fille travaille pas, elle va faire comment ? Y a tout ces choses qui amené aux filles d’aller se prostitué pour avoir de l’argent !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés