Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

mardi 27 septembre 2011 à 01h58min

Suite au décès de la parturiente Sita Traoré à la maternité Sylla Sanon de Bobo, le jeudi 1er septembre dernier, le ministre de la Santé le professeur Adama Traoré a rencontré l’ensemble des agents de santé des Hauts-Bassins, le jeudi 22 septembre 2011 à Bobo-Dioulasso. Les échanges se sont axés surtout sur cet événement malheureux, les conditions de travail et aussi l’éthique et la déontologie de la profession.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Si l’objet principal de cette rencontre du ministre était le décès de la femme en travail à la maternité Sylla Sanon, les agents de santé reprochent beaucoup à la presse. Pour eux, les faits ne se seraient pas passés tels que relatés dans les journaux. A les comprendre, les journalistes se sont juste fiés aux déclarations des victimes sans pour autant vérifier si elles étaient avérées. « Ils sont allés trop vite dans les faits. La dame n’attendait pas de jumeaux, c’était une grossesse monofoetale et elle n’est pas tombée de la table d’accouchement », explique un autre. Depuis cet événement, les accoucheuses s’abstiennent d’assister les femmes en travail par peur d’avoir des ennuis.

Qu’a cela ne tienne, le ministre de la Santé Adama Traoré a tenu à rencontrer tous les acteurs du système sanitaire pour rappeler les responsabilités et rétablir la confiance. Il dit être venu pour non seulement les encourager pour leur travail mais aussi et surtout les inviter à continuer dans le bon sens. Seulement, a-t-il ajouté : « L’erreur et les fautes qui ont été commises doivent servir de leçons ». C’est pourquoi, il les a appelés au respect de l’éthique et de la déontologie afin d’offrir un service de qualité aux populations dans le professionnalisme, pour rétablir, du même coup, la confiance entre soignants et patients.

De l’insécurité dans les formations sanitaires

A entendre les différents responsables des structures de santé, des efforts sont faits pour le respect de l’éthique et la déontologie dans les formations sanitaires, mais des difficultés tendent à les saper. Il s’agit notamment de l’insécurité qui s’est installée dans les services de santé depuis le décès de la dame. Adama Sana, médecin chef du centre médical avec antenne chirurgicale a indiqué que depuis 2009, seul deux cas de décès par suite d’accouchement ont été enregistrés. Et ce ne serait qu’en cette année 2011 que ces décès sont survenus dont celui de Sita Traoré. En 2009, tout comme en 2010 il n’y aurait pas eu de décès par suite d’accouchement à la maternité Sylla Sanon. « Les témoignages qui affirment que les décès par suite d’accouchement sont fréquents dans cette maternité ne sont pas avérés », dit-il. Dr Hermann Ouattara a quant à lui précisé que la salle n’était pas fermée à clé et que la femme n’est pas tombée de la table d’accouchement.

Le corps était bien sur le lit et non à terre. Avant la rencontre, le ministre a fait un tour à la maternité pour constater par lui-même que la porte ne se ferme pas à clé puisque s’agissant d’une porte à deux battants va-et-vient. Seule la salle de garde se ferme à clé.

Un manque criard de spécialistes

Trois gynécologues, cinq chirurgiens et deux cardiologues pour 700 000 habitants : c’est toute la réalité du nombre insuffisant de médecins spécialisés depuis 20 ans dans la ville de Sya, selon le Dr Alexis Rouamba. A cela s’ajoute la faible rémunération des agents de santé, ce qui, sans le justifier, les amène à poser des actes ignobles, et contre la moralité. Critiquant la célérité avec laquelle les accoucheuses ont été révoquées, les agents souhaitent aussi que des sanctions soient prises à l’encontre de ceux qui ont incendié la maternité. Pour eux, la révocation des deux accoucheuses n’est qu’une décision politique pour apaiser les populations. Sinon, ont-ils dit, il aurait été judicieux d’attendre que la justice statue d’abord avant que le gouvernement décide ensuite de leur sort.

Aussi, ajoute Dr Sanou Clément, au Burkina les agents de santé travaillent « par délégation de pouvoir ». C’est dire que dans les normes, les accoucheuses ne devraient pas exercer sans l’assistance de Sage-femme. L’Etat a alors une part de responsabilité dans cette histoire. Les élèves de l’école nationale de la santé publique (ENSP) ont eux aussi fait une plaidoirie pour l’amélioration de leur condition d’étude et souhaité une augmentation de leur pécule. Pour cette panoplie de difficultés évoquées, les agents de santé souhaitent que des solutions soient apportées afin d’améliorer les services de façon générale. Même si le ministre les a rassurés de sa disponibilité à les résoudre, il estime cependant qu’ « il y a eu faute.

C’est la non assistance lorsque la dame rendait l’âme ». Il a donc invité tous les agents de santé à réserver un bon accueil aux patients, à l’entretien des équipements de santé et surtout au sens élevé du professionnalisme.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 septembre 2011 à 10:20, par Tapsoba
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    À ceux qui défendent les accoucheuses licenciées pour faute grave,en parlant de célérité dans la décision du gouvernement,êtes vous sûrs que si vous releviez de cet hopital,pénalement,votre responsabilité ne serait pas engagée ,en tant que responsables hiérarchiques ? Devrait-on laisser ces inconscientes professionnelles continuer le massacre en attendant que la justice statue sur leur culpabilité ou non ? N était-ce pas mieux cette décision quitte à ce que la justice les disculpe après (peu probable d ailleurs dès lors qu elles étaient absentes au moment où la malheureuse se débattait )s il s avère qu elle sont innocentes ? Et dans ce cas ,le gouvernement aurait le devoir de les retablir dans leurs droits.Votre attitude laise penser que vous n acceptez pas que les choses ne soient plus comme avant dans nos hopitaux.Et pour preuve,voilà la réaction d un agent de santé indélicat lorsqu une dame s est présentée à lui pour un accouchement après avoir payé 10.000fcfa comme frais de consultation dans un centre de santé de la place :« Donc vous pensez que ce qui s est passé à Bobo va tout changer quoi ? » A-t-il lancé devant les protestations de sa famille .in "Lettre pour laye" de lobservateur paalga du 23-09-2011.Le comble ,la malheureuse perdra ensuite son bébé

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 10:31, par INFIRMIER REVOLTé
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    On se partage des 6000 M2 de parcelle par là, on envoie du gombo dans des djembé par ci, on pique des bourses d’étude pour des enfants non méritants par endroit, on construit à Ouaga 2000 AVEC DES Salaires de 100000 f par ci et on demande à l’agent de santé de se sacrifier parce qu’il fait un boulot social et noble. Même Jésus qui a été envoyé pour sauver les pauvres se donnait des moments de plaisir. On a évoqué des notions de vins, de fêtes et autres dans la bible. L’agent de santé a besoin de s’épanouir car il fait un boulot difficile. Quand vous non agents de santé vous rentrez à l’hôpital pour visiter un malade, après vous nous dites que vous avez fait 1 semaine sans appétit parce que vous avez senti les odeurs de l’hôpital. Nous on les sent tous les jours. Quand vous voyez un accidenté grave, vous dites après vous êtes traumatisé. Nous on les voit tous les jours. Quand vous voyez un cadavre, vous dites que vous avez fait plusieurs jours sans dormir. Nous on les voit tous les jours et dans tous les états. Vous croyez qu’on va passer le temps à se blesser psychologiquement et vous vous allez vous sucrer avec les parcelles ou les sous du pays ? Mais si on ne parle pas, on n’est pas bête.

    Répondre à ce message

    • Le 27 septembre 2011 à 18:58
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      infirmier révolté,je pense que vous faites parti des ces infirmiers racketteurs et inconscients, qui vous a dit d’être infirmier ? changez de métier,ou bien quelqu’un a composé au concours à votre place ? vous avez prêté serment pour soigné des malades sans distinction,taisez vous ’c’est mieux,ces femmes ont eu la chance qu’elles n’ont pas été lynchées,suis personnellement prêt à casser de l’infirmier si l’on fait cela à ma femme.

      Répondre à ce message

    • Le 28 septembre 2011 à 07:29, par damson_b
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      Monsieur , vous vous en prenez à qui ? Vous avez oublié votre serment ? Je comprends que vous n’êtes pas venu dans le domaine par vocation . Cela est rès grave . On peut vous considérer de criminel . Ne vous affolez pas comme ca . Le comportement du visiteur est normal ou pas ? Vous ne ressemblez pas à un agent de la santé

      Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 11:05, par tchegwe
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Ce qui s’est passé à la maternité Sylla Sanon est regrettable. Rien ne peut excuser la mort d’un être humain.
    Il ne faut pas que cela fasse oublier les nombreux agents de santé que sommes, qui nous battons chaque jour pour améliorer la santé de la population que nous avons juré de soigner.
    Tirons des leçons, améliorons nous et perseverons dans notre tache.
    Condoléances à la famille éplorée.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 11:36
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Vous avez quelle éthique et quelle déontologie ?que de gros mots car on se connait tous au Faso.Racketter de pauvres malades est déontologique ?Pour ce qui est du nombre des décès,je conteste aussi les chiffres.C’est du pipeau.En vérité,vous n’avez aucune conscience professionnelle et c’est là que le bas blesse

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 12:48
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    bonjour,nous fréquentons tous les structures de santé et nous voyons comment les agents de santé se comportent avec les patients, mauvais accueil, menaces, perte de temps pour recevoir les patients, rackets, j’ai servi dans une structure de santé et je sais de quoi je parle,je pense que l’État a pris une bonne décision en révoquant ces agents,ça doit servir d’exemple,le bas salaire ne peut justifier certains actes, tout le monde est mal payé au Burkina.quant aux vandales, ils ont réagi ainsi parce que la justice n’a aucun pouvoir au Faso, on a vu des agents de santé commettre des actes condamnables, mais on les a juste muté dans une autre structure.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 13:38, par leregard
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Peut-être que cette maternité est exemplaire à lire ce que disent les médecins qui travaillent. Mais, il faut le reconnaître que dans les maternités au Faso, le sages-femmes et autres agents sont particulièrement irrespectueux, grossiers dans leur langage et occupés le plus souvent dans des causeries qui n’ont rien à voir avec leur présence à la maternité. Si les agents de santé travaillent par procuration, il appartient aux responsables de la santé de régler cette question. Il y a la déontologie et la pratique. Les médecins de garde ne sont pas toujours au lieu où ils doivent être. il faut aller les chercher en cas de complication. Ils arrivent souvent trop tard. Mais personne ne les a trainés devant les tribunaux, alors que c’est cela qu’il fallait faire, ne serait-ce par l’ordre des médecins !!!Les agents de santé comme tous les agents de la fonction publique doivent savoir qu’ils sont comptables de leurs actes. Plusieurs personnes perdent la vie dans nos hôpitaux et dispensaires et autres centres de santé de par la faute de l’agent traitant sans que personne ne réagisse. Devons-nous continuer comme cela ? Non. Cette situation dramatique ne vient que mettre au jour un comportement des plus déplorables, et rappeler à tous ses responsabilités devant ses actes. On peut être devant les tribunaux(cela se passe fréquemment dans les pays développés. Ici, la fatalité, et surtout une certaine solidarité de corps fait et la peur des parents de victimes font que ces derniers ne saisissent pas les tribunaux. La peur des parents de pas pouvoir se soigner ou que l’expertise (autopsie)demandée ne conclut à une mort naturelle (solidarité de corps) ! On se protège, alors qu’on sait que le collègue a commis une faute grave qui a coûté la vie à quelqu’un ou l’a rendu infirme à vie, etc.). Une complicité qui, dans les pays développé aurait coûté cher !! Les médecins au moins savent qu’ils ont une responsabilité et qu’il peuvent se trouver devant un tribunal en cas de faute professionnelle, comme tout corps de métier d’ailleurs. Mais, on se comporte comme si la vie ne valait rien. On la banalise, voire on fait des hôpitaux des mouroirs (c’est vrai que les hôpitaux sont les lieux les plus indiqués pour mourir !) mais le minimum de précaution n’est pas pris. J’ai moi-même fait l’expérience une fois, mon épouse conduite en urgence dans une clinique d’un Professeur à Ouaga, la première chose que le médecin de garde voulait faire, était de lui faire une perfusion de glucosé. J’ai dû réagir et rappeler au médecin qu’il devait s’assurer que qu’elle n’a pas d’antécédent diabétique !! Des cas comme cela, il y en a plusieurs et chaque jour, surtout dans les cliniques qui sont plus des lieux de commerce qu’autre chose : plusieurs personnes sont entrées sur pied dans des hôpitaux à ouaga pour soigner un palu et en sont sorties les pieds devant. Leur a-t-on administré un produit contre-indiqué ? Comme il n’y a pas d’expertise (autopsie), alors rien ne se passe. ¨Pire aux urgences, des gens meurent tout simplement parce qu’ils n’ont personne à côté pour aller acheter les médicaments, je ne parle pas de ceux qui n’ont pas d’argent ! Mais des gens qui ont de quoi payer les médicaments, mais comme ils sont arrivés seuls, alors, il n’y a personne à l’hôpital pour aller chercher les produits dans une pharmacie qui est dans l’enceinte de l’hopital !! Quand les agents de santé se plaignent, ils doivent savoir que c’est tout à fait normal que la population se fâche et devienne plus exigeante. Ils ne doivent pas oublier ce qui s’est passé au Faso il y a quelques mois. Les choses sont entrain de changer. La population exigera de plus en plus ses droits et l’administration. Il faut tout simplement comprendre cela et changer. Le ministre a certainement servi dans un hôpital ou dispensaire. Il connait le comportement des agents de santé (cela est valable pour d’autres corps de métier) . Il lui appartient d’inculquer une nouvelle manière de travailler. : être au service du malade. Il n’ y a rien d’autre. C’est quasiment un sacerdoce. celui qui n’est pas prêt pour cela, qu’il change de métier !!

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 14:07, par Bénéwindé
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Messieurs de la santé, c’est pas la peine de vous justifier ; que la porte se ferme à clé ou pas, que le corps de la pauvre sois à terre ou sur le lit, il y a eu faute comme l’a reconnu le ministre. Vous gagnerez à faire amende honorable pour (re)gagner la confiance de la population. Et arrêter le racket et la vente des médicaments aux patients sous pretexte que vous êtes mal payés ; les enseignants ne sont pas mieux lotis que vous. Si vous voulez être riche quittez le public pour le privé en devenant commerçants par exemple. Eux au moins ne s’entourent pas de scrupule pour s’enrichir sur le dos de l’Etat et des consommateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 14:08
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    C’est de bonne guerre que les agents de santé de Bobo soutiennent leurs collègues licenciées. Mais force est de savoir que leur argumentaire est loin de tenir la route. Y a-t-il eu mort d’homme des suite de négligence ou pas ? N’accusez pas la presse pour rien ! Que la porte ait été fermée ou pas ; que la regrettée soit tombée du lit ou pas, ce qui a traumatisé la conscience des Burkinabè (et même au-delà) c’est la non-assistance à une parturiente jusqu’à ce que mort s’en suive ! A-t-elle eu droit à une assistance quand elle rendait l’âme ? C’est vrai que je condamne l’incendie de la maternité (que les gens apprennent à se référer à la justice), mais il faut reconnaître que contrairement aux hommes, les femmes exerçant dans la santé (surtout les accoucheuses et les sages-femmes) ont une attitude presqu’inhumaine vis-à-vis de leurs sœurs parturientes (elles ne sont pas toutes méchantes, mais une grande majorité l’est). Lorsque vous accompagnez votre femme à la maternité, vous avez souvent pitié d’elle ! Voilà pourquoi les femmes préfèrent se faire aider beaucoup plus par des maïeuticiens que par des accoucheuses ou sages-femmes. Elles affirment que les hommes ont plus pitié d’elles que leurs propres sœurs qui ont pourtant déjà enduré la souffrance de l’accouchement. Je me suis souvent demandé si la femme n’est pas un loup pour la femme ! A se demander s’il ne faut pas réserver ce métier uniquement aux hommes, au vu de ces expériences douloureuses. Ce que les agents de santé de Bobo pouvaient réclamer, c’était une indulgence pour l’AIS dont le boulot n’est pas prioritairement l’assistance à une femme en couche ! C’est tout ! Tout le reste n’est que diversion et réaction d’orgueil et de mea-culpa. Que les sanctions pleuvent désormais dans tous les services de la fonction publique et privée en cas de dérives volontaires, en commençant par le 1er des Burkinabè ! Tout le monde est coupable !
    Sidsaya

    Répondre à ce message

    • Le 29 septembre 2011 à 18:52, par sack-sida
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      que c’est passionnant le lynchage collectif des agents de santé constitué d’une espèce d’hommes et de femmes sans aucune moralité, sans conscience ignorant tout ce qui s’appelle humanisme et dont la seule culture qu’ils connaissent et celle du racket, et de la médisance à l’endroit des pauvres malades. mais s’est-t-on posé un jour la question de savoir pourquoi sont-ils tous comme cela ces extra terrestres ? c’est ce que j’ai compris des différents commentaires.
      - où reçoivent-ils leur éducation ?
      - sont-ils issu de notre sociétés au nobles valeurs humanitaires ?
      - n’y a-t-il pas un seul qui y va par vocation ?
      - et que devient leur enthousiasme au bout de quelques années d’exercices ?
      si vous vous donner la peines de rechercher en vous même les réponses à ces quelques questions, vos réflexions seraient plus rationnelles.
      loin de moi de dédouaner les brebis galeuses de la profession comme il en existe partout. cependant, dites vous que l’agent de santé c’est votre voisin, votre frère, votre cousin qui est gentille au quartier et qui devient un monstre, le diable même en personne dès qu’il pose sur ses épaules cette blouses blanche qui a fait rêver et continue de faire rêver tant de jeunes.

      Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 14:23
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Rien ne tient ici. Que chacun fasse correctement et intelligemment son travail. Franchement, je m’attendais à des excuses au nom des accoucheuses et sages femmes de la maternité "Sylla Sanon". C’est parce que vos femmes n’ont jamais accouché à la maternité "Sylla Sanon" ou si c’est le cas elles s’occuperont bien de vos femmes car c’est "la femme de mon patron". J’ai accouché mon premier enfant à la maternité "Sylla Sanon" en 2007 mais franchement l’acceuil n’y est pas. L’accoucheuse a failli porter la main sur moi parce que je ne comprenais pas ce qu’elle voulait que je fasse. quand je lui ai fait savoir que je ne supportais plus sa mauvais humeur, elle a decidé de m’abandonner à mon sort... et m’a traité de "mal élevé". Vous qui essayez de les défendre, je vous suggère de passer de temps en temps (sans les prevenir) constater vous même. Beaucoup de femmes au sect 21 depassent cette maternité pour aller consulter au cma 22 à la cnss... tout cela pour éviter le mauvais traitement.*

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 14:24
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Rien ne tient ici. Que chacun fasse correctement et intelligemment son travail. Franchement, je m’attendais à des excuses au nom des accoucheuses et sages femmes de la maternité "Sylla Sanon". C’est parce que vos femmes n’ont jamais accouché à la maternité "Sylla Sanon" ou si c’est le cas elles s’occuperont bien de vos femmes car c’est "la femme de mon patron". J’ai accouché mon premier enfant à la maternité "Sylla Sanon" en 2007 mais franchement l’acceuil n’y est pas. L’accoucheuse a failli porter la main sur moi parce que je ne comprenais pas ce qu’elle voulait que je fasse. quand je lui ai fait savoir que je ne supportais plus sa mauvais humeur, elle a decidé de m’abandonner à mon sort... et m’a traité de "mal élevé". Vous qui essayez de les défendre, je vous suggère de passer de temps en temps (sans les prevenir) constater vous même. c’est par ignorance que je me suis retrouvée à cette maternité pour accoucher je préfère accoucher à la maison sans assistance que d’aller à SS

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 14:41, par Lafibébé
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    1MEDECIN POUR 14.000HABITANTS au Burkina.Si aucour de cette année 2011 il doit recevoir 5% de cette population son cabinet serait toujours ouvert à YALGADO tout comme à SANOU SOUROU.Mais non et non,c’est dans sa clinique ou dans celle de son collègue qu’il est assidu,ponctuel ,concentré et appliqué...son engagement décénal,le serment, la déontologie l’éthique sont virés dans le coffre de la clinique (on paye bien la-bas)que les perdiemmes du VIM KOEGA de fonction publique. Les petits aussi voient , copient et suivent les pas de leur grand DOC ou MEDECIN = DONC PAS D’ARGENT PATIENT N’A QU A MOURIR OU BIEN IL VA EN CLINIQUE. Soyons humains car l’ argent ne paye pas l’audela.N’est-ce pas accoucheuse,sagefemme, infirmier,médécin ,docteur ?

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre 2011 à 15:51
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      Alors n’allez plus consulter dans uns clinique privée. Attendez à l’hôpital (yalgado ou souro sanou)pour être consulté. Pourquoi ne pas demander au gouvernement d’interdire les cliniques privés ou alors motiver les praticiens.
      si un magistrat (moins de 7 ans d’études) est mieux payé qu’un médecin (au moins 8 ans d’études au BF)pour soit disant le préserver de la corruption alors comprenez que le médecin qui "n’est pas protégé" de la corruption aille voir là où il gagne plus !!! c’est pas contre nature pourvu qu’il ne vole pas et qu’il fasse le travail pour lequel on le paie la bas. médecin c’est un sacerdoce certes, mais il a une famille qui vit aussi au BF et qui aspire aussi à un bien être ! Un médecin insolvable ne peut pas travailler sereinement pourtant c’est ce qu’exige ce métier.

      Répondre à ce message

    • Le 29 septembre 2011 à 19:07, par sack-sida
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      en attendant, petit argent, petit travail et on complète le reste ailleurs. le médecin ou l’agent de santé comme vous le dite a acquis un savoir et un savoir faire au prix de sacrifices que vous ne pouvez imaginer de dehors. et les quelques heures qu’il donne à l’état sont extrêmement au delà du salaire qu’il reçoit. alors ça suffit. nulle part sous ce soleil on ne donne gratuitement le savoir. liguidi bilfou, doua bilfou. DIEU qui est juste sait que l’agent de santé fait ce qu’il doit faire. la preuve même à l’église, ceux qui prêchent pour DIEU ont une juste remuneration

      Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 15:23
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    au Burkina les agents de santé travaillent « par délégation de pouvoir ». c’est ça la realité

    Répondre à ce message

    • Le 27 septembre 2011 à 20:37, par kayla
      En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

      Rien ne peut excuser le mauvais traitement de nos soueurs et meres dans nos maternites...le bon accueil ,ou un sourire d’encouragement ne coutent pas grand chose...on est mechant gratuitement o faso c’est tout...sous d’autres cieux,lorsque tu arrives pour accoucher,on t’accueil tellement bien que tu crois rever....demandez à toutes celles qui ont accouche’ au burkina et ailleurs ; elles vous diront la difference...ces exeriences pareilles vous donnent envie de faire 10 enfants....il ya vraiment deux mondes.....

      Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 17:49, par afrika
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    quand il se passe un accident grave dans un service de soin ,il faut vraimentsavoir ce qui c’est passé.quelles étaient les personnes présentes ? que faisaient elles ? ou sont les transmissions de soins ?qui est responsable ? et surtout que faire ensemble pour améliorer les prises en charge des patientes. quelles sont les valeurs que le service defend dans son projet de soin ? certes il ya les moyens qui manquent , mais mais pour la valeur humanité il n"y apas besoin de grand budget : juste des concours de recrutement basés sur la motivation et l’empathie des personnes vous ne croyez pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 19:07, par Alexio
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Je suis bobolais,rien ne m etonnes a bobo.Une ville delaisssee depuis la chute Maurice Yameogo.Tout a commencer avec le desimplatation des entreprise a Ouagadougou suivant les affecrations des fonctionaires doues.A l arrivee de Sangoule Lamiza au pouvoir les caisse s de l etat eteit presque vides-Malgre cette carence,l ecole et la sante etaient doter des fonctionaires fiers de l etre.Je rappeles un doteur etait surnomme en dioula"Docteur keme ni mougan"Docteur 600francs,parse qu il reklamait cette somme d argent a ses patients.La coruption,les pots de vins et autres irregularites gangrene ce secteur qui manquent des normes et le control strict des docteurs et medecins qui travaillent dans les prives en meme temps dans le public.Cette duperie recalcitrante doit etre sanctioner par la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 20:06, par lambda
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Selon notre compréhension des faits, la mort d’une personne dans un service de santé est dommageable ; c’est peut être les conditions qui entourent ce décès qui posent problème.Nous avons vu dans ce pays des familles remercier par voie de presse ou de communiqué des personnels de santé qui se sont occupés de leur regretté ! Bref, pour dire que s’il y a eu faute, il y a eu faute !
    Cependant la réaction des gens pour la plupart pose problème ; le ministre de la santé en tant qu’enseignant et psychologue a compris qu’il faut remonter le moral de ses troupes ! Sinon !!! Sinon car la réaction des gens est un couteau à double tranchant :
    - d’abord, dans quelle administration du Burkina Faso le mauvais accueil n’existe pas ? Que chacun se réponde en âme et conscience ! Veut-on que les agents de santé soient des "extra-terrestres" de cette administration ? Si oui, pourquoi leur dénigre t-on le droit de réclamer de meilleurs salaires en disant que tous les salaires sont bas au Faso ? Si non, ne leur demandons pas d’être extraordinaire dans une administration où c’est le népotisme, la magouille, le favoritisme, la course à l’enrichissement, et que sais-je encore, ont droit de citer.
    J’ai lu dans une réaction d’un internaute sur un article du journal Le Pays de la semaine passée qui traitait de la gestion des bourses d’études, que dans le même ministère de la santé, il faut déposer de l’argent frais pour qu’on te libère pour un poste dans une organisation internationale où ton dossier a été retenu. Il interpelait le Premier ministre à ce sujet. Y a t-il eu réaction de ce dernier ? Comment voulez-vous qu’avec ces genres de faits au vu et au su de plusieurs agents, vous demandez à ce qui sont en bas de l’échelle administratif sanitaire d’être propres et d’être des anges ? Ceux qui ont sanctionné ces agents de la santé peuvent ils prouver leur probité dans cette histoire de pots de vin ? S’ils vous plait c’est sale dans la maison santé en commençant depuis le ministère et en descendant.
    - ensuite, je dis aux gens attention ! Si vous créé une crise de confiance avec les agents de santé, les premiers à en pâtir risque d’être la population. Je m’explique : à supposer que je suis agent de santé à 100km de Ouaga ou de Bobo, une femme vient pour accoucher. Il se trouve que cette femme ne coopère pas bien dans les gestes à elle demandés pour l’aider à accoucher ou n’a pas confiance au personnel qui s’y trouve ; la réaction de ce personnel c’est la rétraction, donc ne pas trop se casser la tête. On remplit une fiche de référence sur Yalgado avec les frais que cela occasionne. On ne peut pas condamner ce personnel d’avoir référer cette dame car il estime qu’il ne peut pas. Malheureusement, de plus en plus face au politique qui a jeté les personnels de santé en pâture, personne ne "veut plus prendre des risques". Je propose à messieurs les journalistes d’approcher la maternité Yalgado pour les statistiques des références depuis ces fameuses sanctions. Il est dit qu’une femme de moins de 1,5 mètre enceinte est un accouchement à risque ; demandez dans nos villages combien de femmes de moins de 1,5m les agents de santé ont fait accouché sans référence à Yalgado ou à Souro Sanou ? Désormais si toutes ces femmes sont systématiquement référées, Yalgado ou Souro Sanou ne tiendront pas ! Je pense que c’est cela que le Ministre de la santé a compris en allant rencontrer ses agents de santé pour les encourager. Ils font parfois du travail exceptionnel dans l’anonymat, sans la moindre lettre de félicitation du ministère, avec les salaires que tout le monde connaît, mais quand le politique à des problèmes ils deviennent des fusibles, car on a oublié "hier".
    L’autre exemple pour rendre compréhensible mon 2ème propos, c’est le cas de ce patient qui n’a pas les moyens financiers pour faire tous les examens avant son intervention ; le médecin au-delà ce ce qui est prescrit dans les livres, vu la situation du patient peut essayer de limiter les examens recommandés afin qu’il puisse être opéré. Dans le contexte actuel je ne suis pas sûr que beaucoup le feraient car il suffit que ce patient décède pour qu’on dise que c’est parce que le médecin n’a pas réalisé tous les examens recommandés. Qui perd ? C’est la population.
    Pour dire enfin que si les soins devraient être prodigués comme il se doit, cela a un coût que ni l’État, ni certaines de nos populations ne sont sûrement pas prêts à supporter !
    Merci à l’administrateur du site de laisser passer ce message pour amener à des réflexions et des propos plus nuancés.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre 2011 à 21:03, par kmi
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    vous vous en prenez aux mauvaises personnes. les corps professionnels que le gouvernement trouve important il les a mis dans les conditions (statut et grille salariale particuliers).
    les agents de santé sont soit de garde, soit d’astreinte. et quand ils sont d’astreinte c’est l’ambulance qui part les chercher en cas de besoin ! parce qu’ils n’ont pas de logement dans l’enceinte des structures de santé ou qu’ils n’ont pas de moto ou véhicules de service.
    Quand les agents de santé evoquent les conditions financières, beaucoup balaient cela en mettant en avant le serment et le caractère social de la profession ! un agent de santé en particulier un médecin qui est en SND qui n’a pas de logement dans sa localité et qui ne sait pas de quoi son lendemain sera fait,et on va demander a ce médecin d’etre a l’ecoute des problemes sociaux ! et médicaux de ses patients, d’etre accueillant, empathique ????
    et comme on le dit : un médecin qui a faim est un danger pour lui meme et pour ses patients.
    ainsi en plus de décrier le comportement des agents de santé il faudrait egalement les soutenir pour de meilleurs conditions de vie !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2011 à 00:50, par COULOU LE SAGE
    En réponse à : QU’ELLES PORTENT DONC PLAINTE !

    Les accoucheuses du secteur 21 de Bobo auraient des circonstances atténuantes ? Voire, elles seraient innocentes ? Tiens donc ! Moij’ai toujours incriminé la chaîne de commandement. Je trouve aussi que la décision du conseil des ministres est hâtive. Certains juristes de mes relations trouvent même que la révocation des deux dames est attaquable. Alors qu’elles attaquent donc l’état en justice pour licenciement abusif ! Nous aurons ainsi le fin mot de cette histoire. Nous sauront enfin jusqu’où la chaîne de commandement est défaillante. Et pourquoi ceux qui meurent dans les formations sanitaires de leur pays doivent garder un silence "citoyen" !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2011 à 09:04, par Alexio
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Je suis bobolais,rien ne m etonnes a bobo.Une ville delaisssee depuis la chute Maurice Yameogo.Tout a commencer avec le desimplatation des entreprise a Ouagadougou suivant les affecrations des fonctionaires doues.A l arrivee de Sangoule Lamiza au pouvoir les caisse s de l etat eteit presque vides-Malgre cette carence,l ecole et la sante etaient doter des fonctionaires fiers de l etre.Je rappeles un doteur etait surnomme en dioula"Docteur keme ni mougan"Docteur 600francs,parse qu il reklamait cette somme d argent a ses patients.La coruption,les pots de vins et autres irregularites gangrene ce secteur qui manquent des normes et le control strict des docteurs et medecins qui travaillent dans les prives en meme temps dans le public.Cette duperie recalcitrante doit etre sanctioner par la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2011 à 11:41, par malade revolté
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    l’infirmier revolté, on s’en balance complètement ! Qui t’a attaché laba. Tu n’étais pas obligé de passer le concour des infirmiers ou tu n’as pas fait l’école pour savoir que c’est le travail des infirmiers à veiller sur les malades leur soins et que la maladie (toute sorte de maladie : accident, folie, sida.....)emporte souvent dans les hopitaux. vous avez été formés pour cela donc faites votre travail ou vous demissionnez, beaucoup de jeunes cherche n’importe quel boulot. Qu’est ce que tu diras des militaires qu’on envoi souvent en guerre ? Les gens qui vident les WC avec un seau ?Il ne suffit de rester aigri dans son bureau sous prétexte qu’on n’est mal payé et manquer du respect aux malades voir même les tuer, au burkina aucun fonctionnaire n’est bien payé mais on fait avec. Toi un infirmier qui n’a pas fait de longues étude (niveau tle ou bepc) tu parles ainsi et ceux qui sortent avec le doctorat diront quoi à la fin ? Il faut que chacun fasse consciencieusement son travail ou demissionne au lieu de tuer. J’interviens rarement,mais votre réponse inconsciente m’a poussée à agir, car j’ai été une des victime de cette maternité. J’ai accouché par le siège une nuit. Si elles avaient consulté mon carnet avec mon accouchement, elles allaient constater la gravité de la chose, mais non, elles ont préferé me sermoner pour ne pas dire m’insulter. J’ai failli perdre la vie. C’est Dieu qui nous a sauvé (mon bébé et moi) donc ne m’en veut pas trop si je vois que vous les defendez ça me fume trop. Comme ca j’ai vraiment envi de déposer plainte contre cette maternité. Mais generalement, c’est la raison du plus fort. Si on était dans un pays européen, j’aurai le courage de les ester. De grâce arrêtez l’hypocrisie vous savez très bien que ya des brébis galeux.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2011 à 14:36
    En réponse à : Santé de la population : Les agents subissent actuellement des menaces

    Personnellement j’ai accouché à la maternité Sylla SANON le 27 octobre 2003 et je vous assure que sans connaitre personne parmi le personnel soignat on s’est très bien occupé de moi. Je suis allée en taxi et c’est l’accoucheuse elle même qui est venu prendre mon seau du taxi pour me conduire dans la salle d’accouchement à 6heure par là et j’ai accouché sans difficulté à 6h25 après avoir suivi sans fantaisie les consignes de l’accoucheuse.
    Après mon accouchement il y a une dame sur qui l’accoucheuse a crié parce qu’au moment que l’enfant sortait elle a voulu se redresser et l’accoucheuse était obligé de la poussée vite pour éviter qu’elle casse le cou de son bébé. Je suis sûre que cette femme aussi dira qu’elle a été violenté par les accoucheuses. Ce que je veut dire par ce message c’est que chaque femme mérite ce qu’elle subit à la maternité parfois. Je ne défends pas du tout le cas présent loin de là, mais pour les femmes qui ont accouché dans les maternités publiques posez leur la question sur le comportement de certaines femmes qui viennent se comporter là bas et elles vous diront que parfois nous qui partons pour accoucher nous exagérons souvent. Sans rancune

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés