Institut 2iE – Université de Tuskegee : Ensemble pour un partenariat gagnant-gagnant

lundi 26 septembre 2011 à 01h09min

Pour les acteurs de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) basé à Ouagadougou et ceux de Tuskegee University des Etats-Unis d’Amérique, ce sont de nouvelles perspectives qui s’ouvrent avec le programme de partenariat universitaire entre les deux établissements dont le top de départ a été donné ce vendredi sur le campus de Kamboinsé de 2iE.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Africa-U.S. Network of Centers of Excellence in Water and Environmental Science and technology”, ainsi s ’intitule en anglais ce partenariat américano-africain en matière de savoirs et de technologies dans les domaines de l’eau et de l’environnement.

D’un montant global de 1,1 million de dollars assuré par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement (USAID), ce projet innovant a pour premier objectif de développer des curricula pour soutenir les programmes actuels au niveau du Bachelor, du Master et du Doctorat de 2iE et de Tuskegee University. En second lieu, le partenariat vise à favoriser des échanges d’étudiants et d’enseignants des deux institutions partenaires. Enfin, il s’agit de pérenniser le partenariat entre les universités américaines et 2iE.

Parmi les résultats attendus de l’initiative, il y a la mise en place par les établissements d’un nouveau Master ou encore la création d’écoles d’été, au bénéfice d’une dizaine de jeunes chercheurs par an. En outre, le programme permettra chaque année la mobilité sortante de quatre enseignants de 2iE vers les USA et la mobilité entrante de quatre enseignants de Tuskegee à Ouagadougou.
Par ailleurs, une seconde phase du projet est envisagée et pourrait élargir le partenariat à trois établissements supplémentaires : Pinceton University (Etats-Unis), Université des Mines (Ghana) et University of Benin (Nigeria).

Pour le lancement de cet ambitieux programme de deux ans, l’on a noté, entre autres, la présence des personnalités suivantes : Adama Compaoré, secrétaire général du Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques (MAHRH) ; de Christoher R. Davis, premier conseiller de l’Ambassade des USA à Ouaga ; de Jeanne-Marie Duval, directrice adjointe de HEC (Higher Education for Développement) ; de Paul Giniès, directeur général de 2iE ; de Pr Amadou H. Maïga et Pr Nosa O. Egiebor, les coordonnateurs du projet.
« Ce partenariat entre 2Ie et l’Université de Tuskegee me permet d’évoquer non seulement la générosité du peuple américain, canalisé par notre Agence du développement international, mais aussi sa volonté de promouvoir le développement durable et de proposer des pistes pour de réelles réformes économiques dans le monde », a relevé Christopher R. Davis.

Et d’insister sur la notion de partenariat qui trouve selon lui sa plus belle expression au pays des Hommes intègres. « Effectivement, c’est au Burkina Faso que le peuple américain trouve un partenaire sérieux et fiable, un partenaire qui partage notre sens de l’importance de l’éducation supérieure », a-t-il souligné, indiquant que pour les deux dernières années le gouvernement américain avait investi environ 20 millions de dollars dans le système éducatif burkinabè par l’intermédiaire de la MCC et de l’USAID. A l’endroit des deux structures partenaires du jour, le conseiller Davis a eu ces mots encourageants : « 2iE et Tuskegee sont de bons partenaires, chacun apportant son expertise et son histoire d’innovation. Tuskegee, fondée en 1881, est devenue une des écoles d’engineering les plus avancées des Etats-Unis et trouve en 2iE un homologue valable et fort. L’avenir vous appartient ».

Le secrétaire général Compaoré a exprimé toute la fierté que représente aujourd’hui 2iE pour le Burkina Faso et l’Afrique, surtout avec la disparition de bien de structures panafricaines, à l’image d’Air Afrique ; évoquant l’historique de l’institution, lui-même étant de la promotion 79 de l’établissement.
Le présent programme, a dit Jeanne-Marie Duval de HEC, fait partie d’un consortium d’initiatives américaines en Afrique pour l’enseignement supérieur.

Présentant son Institut, ses ambitions actuelles, le directeur général des 2iE, Paul Giniès s’est appesanti sur les enjeux du projet. « Cette ouverture vers les universités anglophones est essentielle pour 2iE : elle renforcera la qualité de l’enseignement, la qualité de la recherche et le rayonnement international auquel nous aspirons ».
Et d’inviter les étudiants, venus en grand nombre au lancement, à saisir les opportunités d’échanges qui s’offrent à eux. « Vous avez grâce à ce programme une chance formidable d’aller à la rencontre du reste du monde. Il faut en profiter », leur a-t-il lancé en guise d’encouragement.

Grégoire B. BAZIE
Ph. Cheick Sawadogo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés