COMMUNE DE ROLLO DANS LE BAM : Un orpailleur coupe la tête d’un cadavre

vendredi 23 septembre 2011 à 03h54min

Dans la nuit du 17 au 18 septembre 2011, une tombe a été profanée dans la commune de Rollo province du Bam. Le présumé auteur qui a coupé la tête du défunt avait pour objectif de s’en servir pour s’enrichir. Mais avant d’en arriver à ses fins, il a été appréhendé par les forces de l’ordre de Bourzanga.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le fait remonte au 17 septembre 2011 dans le village de Gondkoubé de la commune rurale de Rollo au Bam. En effet, un jeune homme de 22 ans répondant au nom de Sawadogo Lougri a exhumé le corps d’un enfant de deux ans dans son propre village. Ce dernier qui vivait de l’orpaillage artisanal a voulu passer de sa situation de pauvre à super riche par le biais de son activité d’orpailleur. C’est ainsi qu’il a été consulter un féticheur du nom de Maiga Issaka résidant dans la même commune afin que son wackman l’aide à prospérer dans le domaine de l’or. M. Maiga lui a donc recommandé une tête humaine plus 15 000 F CFA et d’autres articles.

A en croire M. Sawadogo, il a été motivé parce que le féticheur lui aurait montré un crâne humain qu’un orpailleur de la province du Bam aurait envoyé pour la même cause et aurait trouvé satisfaction. Dès lors, M. Sawadogo s’est mis à rechercher "les produits de richesse". Un mois plus tard c’est-à-dire le 17 septembre 2011, un enfant de deux ans meurt dans son village. M. Sawadogo prend le devant des choses. Il creuse la tombe presque tout seul en refusant toute aide. Quand le corps est arrivé au cimetière, il était également parmi ceux qui devaient coucher le bambin dans sa dernière demeure et ce en préparation de sa salle “opération“.

Mais à la grande surprise de tous, M. Sawadogo retourne au cimetière à 1 heure du matin, exhume le corps de l’enfant tranche la tête avec une machette, la met dans son sac et rentre chez lui. Ensuite il va voir son frère à Bourzanga pour lui demander de lui compléter les 15 000f pour qu’il puisse terminer son travail. Et c’est de ce frère en question qui était au courant de l’exhumation du corps au village, que l’information est parvenue aux forces de l’ordre de Bourzanga qui ont vite procédé à l’arrestation de Lougri et de son féticheur. Comparant devant le Tribunal de grande instance de Kongoussi le mercredi 21 septembre dernier, sawadogo Lougri reconnaît tous les faits qui lui sont reprochés. Quant au féticheur, il a nié avoir demandé une tête à Lougri mais tout simplement de l’argent et d’autres produits. Néanmoins, les deux complices ont écopé chacun de 5 ans de prison ferme et d’une amende de 1 500 000 F CFA.

Asmado RABO

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés