Palais de justice : Il vend des « clitoris » à 150 000 F

vendredi 9 septembre 2011 à 03h30min

Il semblerait que l’organe génital de la femme, en l’occurrence le clitoris attire l’or lorsqu’on le dépose dans une mine d’or. Informé par sa grande mère, Daouda Konaté le prévenu (il a 43 ans, cultivateur et père de quatre enfants) ne tardera pas à l’expérimenter. Auparavant, en plus de son activité de cultivateur, il circoncisait aussi des jeunes garçons de temps à autre. Histoire de joindre les deux bouts au regard des caprices de dame pluie de nos jours. Ainsi, de l’état de « circonciseur », Daouda va passez à celui d’ « exciseur » avec pour objectif d’avoir des clitoris pour se faire des sous. Etonné de voir un homme exciseur, alors que l’excision est interdite, le président du tribunal va lui demander de s’expliquer.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« On m’a appelé du village pour exciser les filles au nombre de quatre, parce que j’ai l’habitude de faire pour les garçons. Je mène d’ailleurs cette activité, il y a plus de 20 ans. Mais je n’ai jamais fait pour les filles, c’était la première fois et je ne voulais pas, vu que la loi l’interdit », a-t-il déclaré. Mais poursuit-il : « j’ai excisé chaque fille avec une lame à raison de 2000F ». Pourtant, il ressort des procès verbaux et de ses propres déclarations qu’il a l’habitude de le faire. Il coupe l’organe et le cache pour après le vendre aux orpailleurs à 150 000 F CFA discutable.

En effet, avec une volonté de vouloir narguer le tribunal, l’audience a été suspendue pour cinq minutes. A la reprise, le parquet a décidé du renvoi du dossier pour complément de scellés à savoir les clitoris et pour poursuites complémentaires. A noter que Daouda seul n’a pas comparu, il avait à ses côtés les parents des filles, Hyacinthe, Mariam, Kassoum et Salimata. Ils sont poursuivis eux, pour complicité d’excision. Le dossier a été renvoyé pour le vendredi 16 septembre 2011.


Il se proclame dieu de la réalité

Déjà condamné à deux ans de prison ferme pour vol de porte métallique en 2007, Clément a été libéré en 2009. Deux ans après sa libération, soit le 4 juillet dernier, il vol encore une autre porte métallique. Entendu à la barre le mardi 7 septembre 2011, il dira aux juges qu’il est le dieu de la réalité et de la représentation de l’ordre national. « Voler la porte est un état de mobilisation en vue de bien cerner la réalité », a-t-il déclaré. Clément n’est pas fou, il jouit de toutes ses facultés. Mais il soutient qu’il a « une situation de correspondance qui correspond à beaucoup de choses ».

Mais qu’au-delà de tout cela, il est conscient qu’il a volé, et sait bien que son acte est punissable par la loi. Voulant toujours narguer le tribunal par ces paroles incohérentes, le parquet s’est vu obligé de le ramener à la raison par des menaces. C’est là que Clément avoue qu’il a volé la porte et voulait la vendre à 25 000F pour se nourrir. Pour le procureur, Clément n’est ni un ange, encore moins un dieu, mais un habitué de la Maison d’arrêt et de correction de Bobo. Il a su bien jouer sa comédie, qui ne l’empêchera pas d’écoper d’une peine de 12 mois de prison ferme. Depuis donc le mardi dernier, Clément séjourne à nouveau à la Maison d’arrêt et de correction pour un an.


24 mois de prison avec sursis pour détention de drogue

Oumarou est cultivateur domicilié à Dan. Père de 16 enfants, il était devant les juges pour les faits de détention de chanvre indien. En effet, le 19 août dernier, alors qu’il quittait le Ghana où il est allé acheter de la drogue en vue d’en faire un troc contre de la poudre de poisson au Mali, Oumarou sera appréhendé par la douane. Déféré devant le parquet, puis à la barre, il est resté constant sur ses déclarations. Il dit avoir acheté la drogue au Ghana avec pour intention de l’échanger contre de la poudre de poisson. Se confondant en des excuses tout au long des débats et au regard de sa bonne foi, le parquet a requis une peine de 6 mois avec sursis. Le tribunal, lui en a plutôt infligé 24 mois en guise d’avertissement.

Rassemblés par Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés