Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Basile Zoma, photographe de la paix

Accueil > Actualités > Portraits • • vendredi 9 septembre 2011 à 19h49min

Les premiers pas de Basile Zoma dans la photographie ? Ils remontent à son adolescence, au Burkina Faso où il est né le 29 janvier à Pompoi 1979. Séduit par ce métier, il se forme à l’école de maîtres de référence et se perfectionne dans un institut professionnel.

En 2000, c’est un autre virus qui le pique. Celui de la presse. Basile Zoma entre d’abord au journal « Le Populaire nouvelle formule », un quotidien ivoirien d’informations générales, la même année en tant que reporter photographe. Mais au terme de nombreuses péripéties, il se retrouve en 2001, dans son pays, pour le Fespaco. Il invite un ami à Ouagadougou, pour suivre le festival panafricain du cinéma de Ouagadougou. Le pote en question est un confrère. Il s’agit de Christophe Pons qui fut chef d’antenne de la BBC à Abidjan avant de regagner Londres.

Après le Fespaco, Basile Zoma ne se montre pas pressé de revenir en Côte d’Ivoire pour intégrer un autre journal. Mais Christophe Pons le convainc de retourner sur les bords de la lagune Ebrié et le met en contact avec un ami à l’Agence Reuters. Mais Zoma n’y entrera pas, pour diverses raisons. C’est plutôt au quotidien ivoirien d’informations générales « 24 heures » qu’il pose ses valises en 2002. Il y gravit les échelons et devient chef du service photo.

Toujours à la tâche, il est marqué par l’événement que la presse ivoirienne a baptisé « le hold up du siècle ». Il s’agit du casse de la Bceao d’Abidjan par le désormais célèbre Sia Popo. Sur le terrain, Basile est l’un des rares reporters photo a pouvoir fixer l’image de l’exfiltration de Sia Popo au Gatl devant un public pressant.

Deux ans plus tard, en 2004, il est approché par l’Agence Galb basée à Helsinki en Finlande qui tombe d’admiration pour son style de travail et la qualité de ses prises de vue. Mais il reste sous contrat avec 24 heures jusqu’à 2006. Il prête aussi ses services à l’Agence Afrique Images qui l’approche dès 2005.

Mais 2006, l’année où il quitte « 24 heures » en novembre, est l’année du déclic. Il retient l’attention du photographe officiel de l’opération des nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), Kyung Chung, qu’il a souvent rencontré, au cours de ses nombreuses missions dans le cadre de la résolution de la crise ivoirienne. Le photographe officiel de l’onuci a de l’estime pour Basile Zoma. Mieux, il veut travailler avec lui. Et lui donne une chance d’intégrer la mission. Au bout de 4 jours, Basile conquiert tout le monde à l’ONUCI. Il est témoin des adieux de Pierre Schori, alors représentant spécial du Secrétaire Général des nations unies en Côte d’Ivoire. Basile assiste à l’arrivée de Choi, en remplacement de celui-ci. Puis, il couvre sa prise de contact avec le facilitateur du dialogue direct, en 2007. La couverture qu’il en fait est une réussite et ses images font le tour du monde.

Basile Zoma est au four et au moulin sur le « théâtre des opérations ». Il est présent lors du démantèlement des milices à Guiglo, et à l’ouest, du désarmement des ex-combattants au Nord. Il « flashe » la flamme de la paix ou Soro et Gbagbo sont côte à côte pour brûler les armes à Bouaké en 2008.

Basile Zoma qui a su se faire respecter de ses pairs et du public, est nommé photographe officiel de l’onuci, quand son ami et maître Kyung Chung, quitte la Côte d’Ivoire, après de bons et loyaux services. Mais la tâche est ardue pour le tout nouveau responsable de l’unité photo de l’onuci qui est en plein dans le processus de paix en Côte d’Ivoire, en 2010. Et il se montre à la hauteur. Il ne se dérobe pas, lorsque l’hélicoptère de l’onuci à bord duquel il prend place pour un survol de la ville d’Abidjan essuie des tirs. Il a la vie sauve car Dieu le protège. Il fallait sans doute qu’il soit témoin de la visite du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, lors de l’investiture du président de la république, Alassane Ouattara, pour fixer des images inoubliables à Yamoussoukro.

Coté jardin

Et on peut dire que ce jeune reporter photographe confirmé, toujours entre deux avions dans le cadre de sa mission onusienne, vise loin.

Lire la suite

Vos commentaires

  • Le 10 septembre 2011 à 07:03, par Zoma En réponse à : Basile Zoma, photographe de la paix

    Vraiment du courage Mr Bazile Zoma. Mes felicitation a lequipe fasonet egalement. Ca fait tres plaisir de voir des freres qui evoluent tres bien a l’exterieur. Allez courage Mr Basile ton petit frere te soutien.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2011 à 11:45, par Kyn BORRIS En réponse à : Basile Zoma, photographe de la paix

    Basile ZOMA n’est attitré d’aucune agence qui sont citées. Un monsieur que je connais bien pour l’avoir côtoyé dans beaucoup de circonstances.C’est un photographe comme tous les autres qui se baladent de cérémonie en cérémonies.Il a certainement proposé des photos qui ont intéréssées des gens. Mais cela ne vaut pas un contrat.De la modestie pour Basile mais surtout du professionalisme pour le journaliste qui a un devoir de vérifier les informations qu’on lui fournit.
    Depuis Yard Street en Californie, je suis les échos du Burkina Faso

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Djamilatou Tondé : De vigile à fondatrice de société de gardiennage
Esther Rouamba : Une commerçante dans l’âme
Portrait de femme : Jeanne Koulidiaty, père et mère « sans enfant »
Christiane Coulibaly : La reine de la mangue séchée
Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !
Jean-Baptiste Ouédraogo : La pauvreté, c’est pas ses oignons !
Mireille Virginie Bakawan : La promotrice de Zinbiss yaar.com, premier site burkinabè de vente en ligne de produits agroalimentaires
Tibo Jean-Paul Tapsoba, député MPP : « La chefferie coutumière a pour essence la politique »
Portrait : Yezouma Coulibaly, le militaire radié devenu grand agriculteur
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Député Goula Odagou : « Au Burkina, les partis politiques (…) sont l’incarnation des desiderata d’un seul individu »
Portrait : Ousmane Zerbo, l’homme qui a décidé d’assainir Dédougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés