Bobo-Dioulasso : La grogne de la « brigade verte »

vendredi 2 septembre 2011 à 02h39min

Des agents travaillant au compte de la commune de Bobo-Dioulasso, constitués de balayeuses de la « brigade verte », de jardiniers, de vigiles, de videurs de corbeilles et de cartonniers, ont pris d’assaut le lundi 29 août 2011, la direction régionale du Trésor. C’est une foule lassée d’attendre ses arriérés de salaires de 2 à 3 mois, qui a fait jusqu’à ce jeudi 1er septembre, le pied de grue devant la trésorerie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Donnez-nous à manger et à boire avant de nous filmer ». Tel était le cri du cœur des femmes de la "brigade verte" à notre endroit, dès notre arrivée au Trésor public de Bobo-Dioulasso, où cette foule attendait de recevoir ses arriérés de salaires de 3 mois. Informées en pleine activité vers 3 heures du matin par les chefs d’équipes, ces journalières de la municipalité ont aussitôt pris d’assaut la direction régionale du Trésor. Notre équipe a voulu savoir davantage sur ce retard dans le paiement de ces personnes qui participent pourtant activement à l’hygiène et à la propreté de la ville de Sya. En cette veille de la fête de l’Aïd-el-fitr, personne ne voulait manquer au rendez-vous.

C’est donc une marée humaine qui s’est retrouvée sur le lieu du rendez-vous, afin de percevoir son dû. « Nous sommes là pour le paiement de notre dur labeur depuis 3 h du matin, mais avec ce rang, nous ne sommes pas sûres de le percevoir aujourd’hui », a dit une balayeuse. Un agent de la « brigade verte » qui a voulu garder l’anonymat, a dit que c’est du-jamais-vu, parce que habituellement, les femmes et les hommes sont programmés différemment, avec des échéances préétablies. « Mais aujourd’hui (NDLR : 29 août), a-t-il précisé, nous prenons avec le même trésorier et c’est par vague de 50 personnes ». Selon le chef d’équipe de la « brigade verte », Salia Sanou, c’est pendant qu’elles travaillaient que son équipe a été informée que le paiement a été fixé au 29 août.

« Elles n’ont donc pas vu la nécessité de retourner à la maison et sont venues directement au trésor », a-t-il affirmé. M. Sanou explique que rien n’est fait au hasard et que le paiement est bien organisé. Pour le président de la commission finances de la commune de Bobo-Dioulasso, Aboubacar Sidiki Traoré, le retard dans le paiement des agents peut s’expliquer par les procédures administratives qui sont en général très lentes, ou le retard de recouvrement des taxes parafiscales, vu la crise qu’a connue notre pays ces mois derniers. Selon d’autres sources, ce changement de lieu est un choix de la mairie pour le paiement de ses travailleurs. Ce ne serait donc pas une délocalisation de paiement de la « brigade verte ». Pourtant, certains affirment que ce changement serait dû à un déficit de caisse.

Issiaka DEMBELE & Ousmane TRAORE (Stagiaires)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés