Vente de bétail pour la fête : Un mouton à quatre cent mille FCFA cherche acquéreur !

lundi 29 août 2011 à 03h36min

A quelques jours de la célébration de la fête de l’Aïd-el-fitr (Ramadan), sur les marchés de bétail de Tanghin et Tampouy de la ville de Ouagadougou, le constat le même : peu de clients affluent et les prix des animaux excessifs.

La clientèle laisse à désirer sur les marchés de bétail de Tanghin et de Tampouy de la ville de Ouagadougou. A quelques jours de la fête, les fidèles musulmans ne se bousculent pas dans ces lieux de vente à bétail. Clients et vendeurs sont unanimes, les moutons coûtent excessivement cher. Les délégués des marchés de Tanghin et de Tampouy, en l’occurrence Issaka Tiemtoré et Oumarou Ouédraogo, reconnaissent que les prix sont élevés cette année. Et M. Tiemtoré de préciser que ce sont les bêtes de haute taille des régions du Nord et du Sahel (Dori, Djibo, Ouahigouya, etc.) qui coûtent le plus cher, entre soixante mille (60 000) F CFA et quatre cent mille (400 000) F CFA . Il justifie cette situation par le fait qu’avant leur mise sur le marché, les animaux sont nourris au son.

Il cite en exemple le son cubain et le son de maïs. Or, relève t-il, les prix ont quasiment doublé sur les marchés, le son cubain est passé de 3 000 F CFA à 6 000 F FCA. En plus, un commerçant du marché de Tampouy, Idrissa Kouanda, signale que dans les campagnes, les éleveurs qui les ravitaillent ont augmenté les prix des animaux. Il dit : « si tu achète un mouton à 25 000 F CFA et le transport à 1000 F CFA, le mouton te revient à 26 000 F CFA. Que faire si tu veux faire des bénéfices ? » Le responsable de ce marché, M. Ouédrago ajoute que les exportations du bétail vers les pays voisins, notamment la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin, créent des situations de pénurie. Un client, Issaka Savadogo, le confirme : « il n’y a pas assez de moutons. L’année dernière, il y en avait plus ».

ll pointe du doigt un espace désert qui, selon lui, était bondé de moutons à pareil moment de l’année précédente. Il mentionne que l’année d’avant, les prix n’étaient aussi élevés. M. Savadogo, intéressé par une première bête, d’un coût de 70 000 F CFA, a fini par se rabattre sur une autre, plus petite, qu’il espère acheter à 30 000F CFA. Il confie qu’il n’était pas question de se rabattre sur les volailles même s’il ne parvenait pas à s’offrir celle-ci et qu’il prendrait un mouton à la mesure de sa bourse. A quelques mètres de là, Moussa Ouédraogo qui voulait acheter un mouton de race locale déclare que son argent n’a pas atteint la somme requise : « le commerçant dit que c’est 35 000 FCFA, or je n’ai que 25 000 FCFA ».

Il hésite, s’en va et revient plus tard pour acheter quand même. Au marché de Tanghin tout comme à Tampouy, est le même son de cloche : « le mouton, trop cher ». Des clients viennent et retournent les mains vides ou avec des animaux en deçà de leur prétention. Les vendeurs de montonts ne cachent pas leurs découragent. A Tampouy, le responsable du site fait savoir que la moyenne journalière de bêtes écoulées est de 30 à 40 tandis qu’à Tanghin, le délégué avance le chiffre de 20 à 30. Ils disent attendre la veille de la fête pour voir évoluer la tendance qu’ils fixent aux alentours de 100 à 150.

Adama BAYALA (badam1021@yahoo.fr)

Sidwaya

Messages

  • Y a pas a s’inquieter, lui dieu meme sais que l’argent se fait rare, si on arrive pas a sacrifie un mouton alors ces commercant de mouton ramenera leurs moutons de la meme maniere qu’ils les ont amene a ouaga.

    • << les vendeurs de moutons ne cachent pas leur découragent >> qu’est ce que cela veut dire ? Pourquoi un journaliste ne peut pas prendre cinq bonnes minutes pour relire son texte avant publication ?????? Meme si on comprend ce qu’il veut dire c’est son devoir de faire les choses propres et en ordre.

    • Aucun sacrifice n’est nécessaire, ce n’est pas la tabaski !!!

    • Voilà un esprit critique, qui parle juste pour critiquer.
      Peux tu nous dire en quoi ton commentaire contribue à améliorer cet article ?
      Franchement, il faut arrêter un peu de parler en mal de tout, juste pour râler et rouspéter. Je pense que les fautes d’intatention arrivent à tout le monde, même au meilleur journaliste du monde.

  • A qui la faute ?

  • Un mouton gonflé aux hormones et vendu à 400 000fcfa,je demande aux gens de.ne pas acheter ces genres de moutons,leur viande est sans goût

    • Hé les gars, qui de vous a pratiqué l’élevage ou l’embouche. J’ai acheté 2 brebis à 180000 fcfa et un bélier à 125000 f qui sont toujours dans ma cour. Le sac de son coûte 7500 à 8000 f ici à Koupéla. J’étais obligé d’aller chercher du pastovin qui connait une rupture sur le plan national à Bobo. Ces animaux sont stabilisés avec une surveillance et un suivi sanitaire approprié. Pensez-vous que je puisse les vendre à quel prix au bout de six mois pour recouvrir mon investissement et faire une marge me permettant de subsister ? Alors, si vous étiez du milieu, vous auriez pensé autrement c’est sûr.

    • ce n’est plus le gout de la viande qui incite l’achat mais plutot la quantite

  • Togognini ya
    immoler un mouton à l’Eid El fitr n’est pas une obligation
    donc je suis désolé mais leur mouton aux hormones ils peuvent repartir avec

  • c est une occasion pour les DAF des ministeres de faire cadeau à leur ministre et sur le budjet de l’etat avec comme rubrique motivation du personnel pour demeurer a leur poste

  • certain commerçant se disent Musulman mas bon quand il s’agit de se faire de l’argent Dieu passe après. hier c’était le sucre aujourd’hui les moutons.
    si nous égorgeons le mouton c’est pas pour sa chaire alors qu’il soit hormoner ou pas là n’est pas la question.
    mais bon à l’impossible nul est tenu

  • Avant tout propos que la fête se passe dans la paix et dans la joie.

    Je suis cadre dans le privé et eleveur amateur. C’est l’occasion de souligner que les producteurs n’ont pas le choix en vendant leurs bêtes à des prix élevés selon certains. Vous imaginez que le sac de touteau s’élève à 8000F et embouché un mouton sur une période de 3 à 4 mois il en faut 3 sacs. Pour un boeuf, il faut un sac tous les 10 jrs.
    Vivement que l’Etat subventionne l’alimentation des animaux pour encourager les producteurs afin de rendre accessible leur prix.

    • On veut les vrai moutons qui ont manger les herbes naturel et pas vos merdes qui ont mangé du n’importe quoi et qui rend les gens obèses

  • Tout est relatif et se comprend aisément. Il y a 20 ans, ce mouton couterait autour de 25000, et avec ce montant le propriétaire peut recouvrer son argent investi et couvrir les dépenses de la fête pour sa famille.
    Aujourd’hui avec 400000 je ne suis pas sur qu’il rentre dans ses fonds, encore moins couvrir les dépenses de sa famille.
    C’est la vie ainsi et c’est normal. A ceux qui ne veulent pas comprendre, continuez de fermer les yeux. Il y a 20 ans vous ne consommiez pas OGM, mais aujourd’hui dans vos plats ou dans vos habits, ca y est. C’est dommage, mais les hormones, vous n’en éviterai pendant cette fête. Si le monton n’en a pas, à la cuisine on en mettra et vous sucerez bien vos doigts. Bon appétit !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés