Le pouls de la cité : Haro sur les crachats en circulation !

vendredi 26 août 2011 à 02h11min

Sur nos routes, il arrive des fois que des individus, sans se poser des questions, se mettent à cracher sur la place publique, notamment sur la voie, les arrêts de bus etc.
Combien de personnes ont déjà été victimes de ces salives que l’on vous verse dessus pendant que vous circulez. Résultat, il faut souvent slalomer pour éviter les crachats. Que chacun de nous fasse sienne des règles d’hygiène car même chez soi, on ne devrait pas cracher au hasard, à plus forte raison dans des lieux publics.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

On peut comprendre qu’une personne, à un moment donné, ait envie de posez cet acte, mais pourquoi ne pas le faire discrètement sans forcement gêner les autres usagers de la route ? D’autant plus qu’en dehors de l’aspect indécent de la chose, cela pose véritable un problème de santé publique. Il est connu que certaines maladies comme la tuberculose ou la grippe A (H1N1) peuvent se transmettre par les crachats. Alors, sachons raison garder et contrôlons mieux notre glaire.


Image de la cité

Décidément, le ramassage de sable sur la voie publique continue d’être dans le quotidien de certains Burkinabè. Il est temps que les autorités se penchent sur la question parce que rien ne peut justifier cet acte. Bien au contraire, cet acte est à placer au compte de l’incivisme. On a souvent avancé le prétexte de la pauvreté pour mener cette activité, mais ce sont les usagers de la route qui paient les pots cassés. Car, disons le, cette activité est à la base des nids de poules. Les accidents dus à cette situation ne sont également pas à négliger.


Vider les poubelles au risque de sa vie

A Ouagadougou il n’est pas rare de voir des pancartes qui invitent les citoyens à s’engager pour la propreté de la ville. Cela est une bonne chose !
L’hygiène est le premier remède de la santé. Le hic c’est qu’il y a des femmes à Ouagadougou qui, pour rendre la ville propre, s’exposent à des risques très graves. Elles, ce sont les femmes qui vident les poubelles dans nos quartiers. En effet, ces dames le plus souvent organisées en association, sont employées par des sociétés ou des particuliers.

Elles vident les poubelles sans gants, bottes, cache-nez ou d’autres formes de protection. Quand on sait que dans ces poubelles se trouvent des objets tranchants, toute forme de décomposition et tout ce qui peut être désagréable au contact de la peau ; il ya de quoi craindre pour la santé de ces braves dames. Ces femmes ignorent peut- être le risque qu’elles courent, mais pas ceux qui les emploient.
Il serait grand temps que la mairie et tous ceux qui les emploient songent à des séances de formation et de sensibilisation. Ainsi elles pourront contribuer en toute quiétude à l’assainissement de la ville de Ouagadougou. C’est pour cette ignorance qu’elles déversent ces ordures dans les espaces vides. Elles créent ainsi un autre travail à la mairie. Alors tout le monde y gagne si ce secteur est organisé.

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés