Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

lundi 22 août 2011 à 02h37min

Le Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao, a séjourné le 21 août 2011 à Pouni, son village natal, où il a parrainé la première édition du Forum des jeunes de la commune (FOJECOP) ainsi que la cérémonie de plantation d’arbres de l’association « Ni n’du ». Son séjour a pris fin par une rencontre avec les ressortissants de la localité où les priorités de développement ont été exposées suivies d’esquisse de solutions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, a, pendant son séjour, à Pouni, le 21 août 2011, parlé à cœur ouvert à ses parents, afin que main dans la main, le développement de la localité et des communes environnantes soit propulsé au bénéfice du Burkina Faso tout entier. Pour se faire, il faut que les cœurs s’apaisent afin que les uns et les autres puissent se regarder et se parler. C’est ainsi que le Premier ministre Tiao a, devant ses parents, abordé le sujet suivant en ces termes : « Comment ne pas évoquer ici, aujourd’hui, un homme qui a servi d’exemple et a ouvert la voie de la réussite à nombre de cadres de cette région ? Je veux parler, paix à son âme, du lieutenant-colonel de gendarmerie, Nézien Badembié, ancien chef d’état-major de la gendarmerie et ministre de la Défense sous le CMPRN, connu pour sa droiture, son intégrité et sa compétence, fauché à l’avènement du Conseil de salut du peuple(CSP) en 1982, par cette vague de violences qui a marqué notre pays à un moment de son histoire.

Par l’élan de réconciliation nationale et de pardon instauré par le président du Faso, puisse que sa mémoire soit réhabilitée pour que son âme repose définitivement en paix et que le cœur de ses épouses, de ses enfants, frères et sœurs s’apaisent ». Cette annonce a été accueillie par des applaudissements et des cris de joie. Ainsi le député Béli Etienne Gué, n’a pas hésité de proposer ses services, lui qui dit y avoir déjà pensé dans le temps, rassurant Luc Adolphe Tiao de son soutien pour entamer des démarches afin de réhabiliter Nézien Badembié. A entendre M. Tiao, l’environnement est favorable pour gérer la situation. En tous les cas, le Premier ministre a fortement remercié ses parents pour l’accueil chaleureux à lui reservé tout en appelant les fils et filles de la région à le soutenir afin qu’il réussisse sa mission.

« Devant mes frères et sœurs, je témoigne de nouveau, au Président du Faso, Blaise Compaoré, toute ma profonde gratitude et reconnaissance infinie d’avoir été distingué parmi tant de compétences dont regorge le Burkina Faso. J’ai un seul serment, c’est de ne jamais trahir cette confiance qu’il a placée en moi. Je me sacrifierai, s’il le faut, pour consolider ce que le Président du Faso a construit pour ce beau pays », a affirmé Luc Adolphe Tiao, en prenant ses parent à témoin.

Des priorités exposées au Premier ministre

Après avoir visité des champs expérimentaux de recherche et de modélisation des systèmes semenciers et procédé à une plantation symbolique d’arbre initiée par l’association « Ni n’du » qui veut dire solidarité, entente, union et fraternité en Nuni, dont Julienne Traore/Gué est la présidente, le Premier ministre a eu une rencontre avec les ressortissants de la localité, notamment ceux de Pouni, Zawara et Zamo. Les préoccupations des trois communes ont été exposées à Luc Adolphe Tiao. Il s’agit essentiellement de soucis liés à l’éducation, à la santé, au désenclavement, à l’électrification et à l’économie. Pour ce qui est de l’éducation, les populations ont souhaité la construction de collèges et la réfection des infrastructures scolaires en piteux état.

Quant à la santé, les ressortissants ont souhaité la construction de nouveaux centres de santé et de maternités dans la zone. L’enclavement semble une préoccupation forte des populations de Pouni, notamment Zawara qui n’a pas de pont et qui est difficile d’accès en saison des pluies. Le besoin de microcrédits et l’aménagement des terres pour la maraichéculture tiennent également les populations à cœur. La plupart des problèmes posés par les ressortissants ont été diagnostiqués par le FOJECOP, dont la première édition s’est tenue les 20 et 21 août 2011 à Pouni. Luc Adolphe Tiao, tout en notant que les préoccupations sont les mêmes dans toutes les régions, a avant tout, appelé les populations à prendre, elles-mêmes leur destin en main, car le gouvernement ne peut pas tout faire.

Néanmoins, tout en évitant de faire des promesses qui pourraient paraître démagogiques si elles ne se réalisaient pas, M. Tiao a promis, incessamment, de gérer les situations d’urgence à savoir la réparation de la toiture du collège de Zamo, décoiffée depuis 2010 avant la rentrée prochaine. L’électrification de Pouni et de Tita a aussi été annoncée pour au plus tard 2012. S’adressant au FOJECOP dont il est le parrain, le Premier ministre s’est exprimé ainsi : « Chers filleuls, permettez-moi de rappeler à votre attention que la jeunesse n’est pas une période de la vie, plutôt un état d’esprit. La jeunesse est un état d’esprit où le courage prévaut sur la timidité et le goût de l’aventure sur la recherche du confort.

On ne vieillit pas parce que les années s’ajoutent, mais parce qu’on abandonne ses idéaux. Ainsi, si vous abandonnez vos rêves et ceux des autres et que vos espoirs s’envolent, si la flamme de vos ambitions s’éteint, alors, vous êtes vieux dans votre jeunesse […] Afin d’embrasser la vie et vivre avec passion, vous devez savoir perdre avec classe et vaincre en osant, car le monde appartient à ceux qui osent ! » L’association « Ni n’du » a planté 400 arbres sous les conseils du co-parrain de l’activité, le ministre de l’Environnement et du Développement durable dont la philosophie du département est de planter peu pour mieux entretenir. Le Premier ministre a été accompagné à Pouni par de nombreux amis dont des membres du gouvernement.

Ali TRAORE (traore_ali2005@yahoo.fr)


Le devoir de mémoire
de Luc Adophe Tiao

« …Il n’y a rien de plus mauvais au monde que l’ingratitude de l’homme, surtout celle à l’encontre de ses géniteurs ! Justement, la sagesse populaire dit que celui qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va. De même, le devoir de mémoire et de la reconnaissance sont des valeurs que nous africains savons témoigner à l’occasion des grands événements. Comment pourrais-je m’adresser à vous aujourd’hui 21 août 2011, sans avoir une pensée forte pour ceux qui ont marqué ma vie et contribué à faire de moi ce que je suis de nos jours ? Que l’on me pardonne d’ouvrir une parenthèse qui n’a peut-être rien à avoir avec cette cérémonie, mais j’y tenais depuis que j’ai été nommé.

Je m’adresse à mes parents et je voudrais leur dire des choses que je porte dans mon cœur depuis des années. Je voudrais saluer, ici, la mémoire de mon père, André Badémé, un des tout premiers cadres de la région, connu pour sa générosité, son humanisme et sa disponibilité à toujours rendre service au premier venu. M. Badémé, en son temps, payait l’impôt de nombre de villageois ici pour les empêcher de subir les humiliations de la colonisation. Il a été fauché en pleine fleur de l’âge, c’est-à-dire à 36 ans, alors qu’il avait un avenir tout tracé devant lui. Comment pourrais-je ne pas évoquer la mémoire de celle qui ne m’a pas enfanté, mais qui m’a nourri de son sein ? Celle qui m’a aimé plus que son fils et a programmé la voie de ma réussite ! Je veux parler de la première épouse de mon père, maman Elibié Marie Nagalo … »

A.T.

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 août 2011 à 12:43, par ko
    En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

    Courage à son excellence pour l’engagement pris devant les siens d’examiner profondement les préoccupations des populations de ces localités.
    Pour la réhabilitation de la mémoire NEZIEN Badembié, nous y croyons et attendons avec impatience cet heureux jour.
    Que Dieu guide vos pas Excellence !

    Répondre à ce message

    • Le 22 août 2011 à 14:49, par Le sage
      En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

      C’est normal, c’est l’oncle du Premier Ministre et réhabiliter Ninzien BADEMBIE c’est aussi penser à réhabiliter d’autre burkinabé, tombés sous les violences aveugles des politiciens en mal de pouvoir. En ce qui concerne le discours sur la jeunesse, je demande seulement que les actes soient joints aux paroles et au beaux discours. L’ambition est devenue une tare pour certains qui veulent toujours écraser les générations montantes. Mais la jeunesse doit prendre son destin en main et ne pas attendre que les hommes politiques leur facilite leurs ambitions. Suivez nos regards et aidez-nous.

      Répondre à ce message

  • Le 22 août 2011 à 14:15, par leburkinabè
    En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

    Très bon discours Monsieur le Premier Ministre. Bon vent à vous et à tout le Gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2011 à 16:02, par Alliendé
    En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

    Cher journaliste, on vous avait dit que LAT est natif du Boulgou ; et vous persistez dans l’ignorance ou vous dementez ?!
    merci pour l’article

    Répondre à ce message

    • Le 22 août 2011 à 17:12, par BHO
      En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

      Alliendé, LAT est né à Tenkodogo (dans le Boulgou)parce que tout simplement ses parents s’y trouvaient, point ! Si le Boulgou était un pays, il pouvait donner à LAT la nationalité boulgoulaise. Sinon c’est comme beaucoup de burkinabé qui sont nés en CI, mais qui ne sont pas ivoirien, même si certains se créent la nationalité "diaspo"

      Répondre à ce message

      • Le 22 août 2011 à 22:56
        En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

        Donc, c’est pas son Poni natal puisqu’il est né à TENKODOGO.
        Que vous le voulez ou pas, c’est commença et vous ne pourrez pas changer ce lieu de naissance. D’ailleurs, nous l’attendons dans le boulgou aussi car il y a pleins de projets de développement à mettre en oeuvre ! Alors, LAT, à quand la visite du Boulgou NATAL ?

        Répondre à ce message

      • Le 23 août 2011 à 01:18, par lintègre
        En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

        BHO, que veut dire diaspo ? arrêtez vos stigmatisations et de jouer aux oiseaux de mauvais augure ! Merde !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        Répondre à ce message

    • Le 22 août 2011 à 17:27, par bangba
      En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

      Mon frère, LAT Mange pas arachide donc n’est du Boulgou.
      par contre il a beaucoup d’esclaves dont le premier venu nous servir est BAY c’est son BOY cuisinier(Bédouma Olain YODA) .
      Mais, il prépare très bien le yangom au feuille d’arachide dêh.Après le jeûne nous allons vous invités découvrir les mets de notre BOY à Garango nâaaa Tenkogo DjêDjêDjêDjê !!!!!
      merci.

      Répondre à ce message

      • Le 22 août 2011 à 18:45, par Charles
        En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

        Mes frères et amis vous savez pourquoi le Premier Ministre est né dans le Boulgou ? C’est parce que les Boussanga (Bissa, deformation française) avaient besoin d’un de leur chef ! et Dieu leur a envoyé LAT. Les Boussanga deposez des sacs d’arachide devant la Primature pour LAT.

        Répondre à ce message

        • Le 22 août 2011 à 21:29, par Patrondegourounsi
          En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

          Toi, tu n’as rien compris ! Relis ton cours d’histoire du CE2 et tu verras que le père de LAT était un captif du chef de Garango. C’est lorsqu’il a bénéficié d’une "liberté provisoire qu’il est allé s’installer à Tenkodogo, d’où nacquit le PM actuel. Cesse donc d’étaler ta carence et deviens un instruit comme un bissa. Sans rancune.

          Répondre à ce message

          • Le 22 août 2011 à 23:05, par baarka guta
            En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

            Et j’ajoute dans cette saga gourounsi-bissa qui ne se sont d’ailleurs jamais fait la guerre que le père de LAT ayant servi comme commandant de cercle à Tenkodogo avait la charge des bissa, donc le serviteur servile des bissa. Cependant, la fonction primant la relation à plaisanterie, c’est avec honneur et respect que nous recevrons LAT à TENKODOGO, la vielle terre de tous les burkinabé car le Mogho Naba lui-même en sait quelque chose puisqu’il enlève son bonnet devant le Chef de TENKODOGO ; on ne parle même pas du Chef originaire de Ouahygouya,Yadéga, petit fils de RIALE, chasseur et mari de circonstance de YENNEGA.
            Enfin, c’est une plaisanterie de mauvais goût de considérer mon grand Frère YODA comme le boy cuisinier de LAT car quand il était ministre d’Etat, LAT était ambassadeur à Paris sous son protectorat. Allons, un peu de sérieux, les gourinsins, grincheux !

            Répondre à ce message

  • Le 23 août 2011 à 02:16, par YN
    En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

    Merci pour la visite à la maison. J’ai pas eu d’information sur cette visite malheureusement. J’ai bien voulu y être pour entendre les voeufs des populations et aussi les reponses apportées. J’ose croire que la difficulté principale des populations du departement de ZAWARA a été évoquée à savoir la non résidence du prefet. Il préfere dormir à TITA pour ce que le Goudron y passe et laisser les populations avec un bureau vide et des multiples déplacements sans suite par absentéisme du prefet. Cela dure depuis plusieurs années ainsi et dans l’impunité totale. C’est ainsi que des actes d’états civils sont difficiles à établir notamment les actes de naissance des enfants depuis longtemps. Cela est aggravé par la résidence également du maire même si là les textes l’autorise jusque là.
    Comme d’habitude en pareils circonstance les interessés (prefet et maire) vont être parmi les premiers sur les lieux de visites du Premier ministre et parleront des besoins des populations sans vraiment eux mêmes donner le meilleur que l’Administration attend d’eux. La MATDS devrait se pencher sur ce problème de résidence du PREFET.
    Je suis du département et je sais bien de quoi je parle.
    Bon vent au Premier ministre que nos esclaves (Bissa) reclament dans leurs rangs .....

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2011 à 02:24, par YN
    En réponse à : Luc Adolphe Tiao en famille à Pouni

    Merci pour la visite à la maison. J"ai pas eu d’information sur cette visite malheureusement. J’aurai bien voulu y être pour entendre les voeux des populations et aussi les reponses apportées. J’ose croire que la difficulté principale des populations du departement de ZAWARA a été évoquée à savoir la non résidence du prefet. Il préfere dormir à TITA et laisser les populations avec un bureau vide. Cela entraine de multiples déplacements des population à la préfecture sans succès pour denombreux dossiers. Cela dure depuis plusieurs années et dans l’impunité totale. C’est ainsi que des actes d’états civils sont difficiles à établir notamment les actes de naissance des enfants depuis fort longtemps même durant l’opération spéciale de délivrance d’actes de naissance. En plus du prefet, l’absence du maire aggrave aussi la situation des populations car non résidence également( même si là les textes l’autorise jusque là).

    Comme d’habitude en pareils circonstance les interessés (prefet et maire) vont être parmi les premiers sur les lieux de visites du Premier ministre et parleront des besoins des populations sans vraiment eux mêmes donner le meilleur que l’Administration attend d’eux.
    Le MATDS devrait se pencher sérieusement sur ce problème de résidence du PREFET. Pour quelles raisons l’administration autorise t elle non résidence du prefet dans le chef lieu de la préfecture ? Peut il décider de ne pas se rendre au bureau certains jours ouvrables de la semaine ?
    Je suis du département et je sais bien de quoi je parle.
    Bon vent au Premier ministre que nos esclaves (Bissa) reclament dans leurs rangs .....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés