ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

jeudi 18 août 2011 à 01h37min

La Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) est l’une des unités paramilitaires du Burkina. Ni vieux, ni jeune, ce corps a célébré le 17 août 2011 son 27e anniversisaire au sein de la République. L’occasion a été saisie pour en savoir plus sur ce corps, ses missions pas toujours bien perçues, la crise que le pays a connue, la participation du corps aux missions internationales de maintien de la paix. Le Directeur général (DG) qui vient de prendre fonction déborde d’énergie pour ce corps et souhaite lui donner plus d’éclat. C’est ce qui ressort de l’interview à nous accordée par Monsieur Adama Rouamba le 15 août 2011. Un véritable plaidoyer pour la GSP, fait par l’inspecteur Adama Rouamba.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

"Le Pays" : Présentez-nous le corps des Gardes de sécurité pénitentiaires (GSP)

Adama Rouamba, Directeur général de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) : La Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) est une unité paramilitaire créée par décret en date du 17 août 1984. Aux termes de ce décret et en son article premier, il est dit qu’il est créé au niveau du ministère de la Justice, une Garde de la sécurité pénitentiaire (GSP) chargée de l’application des lois et règlements relatifs à la sécurité dans les établissements pénitentiaires. L’on peut dire que cette définition est de l’époque de la création de l’unité. Mais en réalité, le corps de la GSP a des missions qui vont bien au-delà de la mission qui lui avait été attribuée à ses débuts. Sans doute parce que les gens ne maîtrisaient pas totalement ce que le corps allait avoir à occuper sur le terrain. En termes de missions générales, et au-delà de la mission de sécurité publique, la GSP a pour but d’assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire ; elle se charge de protéger les institutions de la République, d’instaurer la sûreté de l’Etat, la paix et la tranquillité au Burkina. Au-delà donc de cette mission, il y a la participation à l’exécution des peines privatives de liberté, des peines d’emprisonnement ferme. Là, l’individu est appelé à purger une peine d’emprisonnement dans une cellule.

"On aurait formé des animaux, des fauves contre l’Homme"

En plus des deux missions, il faut mentionner comme troisième mission la contribution à la réinsertion sociale des détenus. Vous savez que si notre activité était limitée à l’enfermement des individus, c’est-à-dire à leur neutralisation pour les reverser plus tard dans la société à la fin de leur peine, on aurait reversé à cette société des individus plus haineux, plus endurcis, plus caïds. En ce moment, on aurait formé des animaux, des fauves contre l’Homme dans notre société. Dès lors, notre activité serait considérée, à juste titre, comme dangereuse et exposée au mépris de tout le corps social burkinabè.

On ne demanderait donc pas à un citoyen de consentir l’impôt pour créer un corps comme la GSP. Mais par notre activité de réinsertion sociale, nous contribuons à préparer le retour de l’individu à une vie libre et normale dans la société, à préparer sa réinsertion pour qu’il puisse savoir s’amender et être utile à la société qu’il avait offensée. Ce sont là, les principales missions de la GSP qui, malheureusement, jusqu’à présent, même dans la maison de la justice, ne sont pas totalement comprises. Quant à notre organisation, avec un nouvel organigramme qui a été adopté en Conseil des ministres le 4 août 2004, la direction générale de la GSP comprend quatre directions centrales et deux directions régionales qui coiffent 27 établissements pénitentiaires sur toute l’étendue du territoire. Toutes ces directions et les établissements pénitentiaires sont le relais de la direction générale dans l’exécution des trois missions déjà décrites plus haut.

Relativement au fonctionnement, la GSP est pilotée par une direction générale directement rattachée au cabinet du ministre de la Justice. Le directeur général a sous son autorité les quatre directions centrales, les deux directions régionales et les 27 établissements pénitentiaires avec des hommes et des femmes qui animent ces services. Ces établissements sont les maisons d’arrêt et les maisons de correction. Malheureusement, chez nous, les deux types de maison sont situés dans le même local. Nous avons également les centres agricoles, les centres de rééducation et de formation professionnelle qui, pour le moment, ne sont pas fonctionnels. Les centres disponibles aujourd’hui sont ceux qui appartiennent au ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale (MASSN) et qui sont à Gampéla et à Orodora. A ces établissements, il faut ajouter celui pour mineurs de Laye où interviennent nos hommes en donnant leur expertise.

Vous venez d’être nommé à la tête de ce corps. Quelles sont vos priorités ?

Lors de la passation de charge, je l’avais déjà dit. Ma priorité, c’est la cohésion et la discipline. On aime dire que la discipline est la force principale des armées. Mais qu’on le sache, ce n’est pas seulement les armées, mais dans toute organisation humaine, il faut de la discipline. A partir du moment où il n’y a pas de discipline, il ne saurait y avoir de cohésion. Dans une organisation où il n’y a pas la cohésion, c’est le laissez-aller avec la pagaille qui s’ensuit. Nous allons oeuvrer à ce que la discipline qui existait dans notre corps puisse continuer et qu’une certaine cohésion nous permette d’atteindre des résultats beaucoup plus honorables. Comment il faut s’y prendre ? Déjà, nous nous félicitons du fait que les GSP n’aient pas suivi ceux qui se sont levés contre leur République, contre les honnêtes citoyens qui ont contribué, par l’impôt qu’ils consentent, à les recruter, à les former, à les nourrir, à prendre soin de leurs familles.

La GSP n’a pas connu tant d’égarements. Nous allons beaucoup travailler à renforcer l’esprit de loyauté et de discipline de ce corps. Mais je profite vous dire que la devise de la GSP est "Honneur-Dévouement-Loyauté". Il faut donc former et sensibiliser les hommes, communiquer et insister sur la concertation. En cela, nous pensons pouvoir atteindre les résultats voulus. Mais sachez qu’en plus de cela, chaque année, il est organisé une "conférence annuelle des inspecteurs de la sécurité pénitentiaire". Cette rencontre annuelle sera redynamisée en l’appelant dorénavant, "conférence annuelle du personnel de la GSP" afin de prendre en compte toutes les sensibilités pour se comprendre autour de l’essentiel. Ce sera l’occasion de recentrer certains comportements et de s’entendre autour de l’essentiel.

Quelle lecture faites-vous des troubles que le pays a connus ?

Permettez-moi, au nom du ministre de la Justice et de la direction générale de la GSP ainsi qu’au nom de toutes les autorités de ce pays, de présenter toutes nos excuses et nos regrets pour ce que le pays a connu.

"Il faut être solidaire dans l’honneur et dans le déshonneur"

A tous ceux qui ont connu des pertes en vies humaines, à leurs familles, à ceux qui ont eu des pertes de matériel, des atteintes à l’intégrité physique, je présente donc les excuses au nom de la tenue. Quand on dit qu’il faut être solidaire dans la tenue, il faut être solidaire dans l’honneur et dans le déshonneur aussi. Il faut reconnaître qu’on appartient à une famille. Le citoyen lambda ne fera pas la distinction entre militaires, policiers, forestiers, gendarmes ou douaniers qui ont été fautifs. Il dira tout simplement, que ce sont des hommes de tenue par respect pour la population et pour le pays. Certes, je n’étais pas là, mais j’ai suivi ces événements de près. Je suis venu trouver que les choses s’étaient vraiment exacerbées. C’était vraiment choquant et regrettable pour un homme qui porte la tenue pour défendre son pays.

Quelles sont les mesures prises pour restaurer l’unité dans le corps de la GSP et lui redonner une belle image ?

Il y a toujours l’unité au sein de la GSP. Nous ne connaissons pas de division en notre sein. Lui donner une belle image, je dirai oui, il faut lui donner plus d’éclat. Nous estimons que nous avons déjà une belle image pour ceux qui le savent bien sûr. Depuis la création du corps jusqu’à ce jour, il y a certainement eu des brebis galeuses. Nous n’essayerons pas de justifier leurs actions par un quelconque manque de professionnalisme, de formation ou de déontologie. Nous assumons ce qu’ils ont pu commettre comme actes regrettables. Mais ces dernières années, avec la formation, l’échange et la communication, il y a lieu de s’en féliciter avec les résultats auxquels la GSP parvient. Le travail se poursuivra aux côtés des autorités et de la hiérarchie pour imprimer à ce corps l’image de marque, d’efficacité qu’il doit posséder pour être utile à la République.

Des problèmes d’effets d’habillement avaient été posés lors de la rencontre avec le ministre de la Justice. Cela relève-t-il du passé aujourd’hui ?

Là-dessus, avec l’appui du gouvernement, la question semble avoir trouvé une solution pour les corps militaires et paramilitaires. Dans les jours à venir, nous espérons que ces effets d’habillement feront la fierté des hommes de tenue et du peuple burkinabè. Je profite de l’occasion pour saluer la volonté des plus hautes autorités pour avoir voulu trouver non pas seulement une solution de sortie de crise mais aussi et surtout redorer le blason à tous ceux qui portent la tenue dans le pays même si par ailleurs, il faut reconnaître qu’on a des collègues dans la tenue qui ont vraiment empiété sur les règles de base de l’armée et d’une vie sociale organisée. Les retombées sont d’abord la question de la tenue et aussi cette réorganisation dynamique de la GSP qui répond à nos attentes et qui fait notre fierté. Cette réorganisation, je l’espère, prépare la GSP à donner beaucoup plus de résultats et à répondre aux attentes de la population en matière de traitement de la délinquance et de lutte contre la criminalité nationale et internationale.

Que dire de la participation de la GSP aux missions de maintien de la paix de l’ONU ?

A ce sujet, il y a lieu de mentionner que depuis 2006, nous participons à des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Ce sont les missions des Nations unies en République Démocratique du Congo, la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, l’opération des Nations unies pour la Côte d’Ivoire et la mission des Nations unies en République Centrafricaine. Je puis vous affirmer avec fierté que par rapport à un bilan des activités établi au sein des Nations unies en 2010, le Burkina Faso s’est retrouvé en matière pénitentiaire comme étant le leader mondial suivi du Sénégal. Dans ces missions, nous envoyons des hommes et des femmes qui accomplissent avec fierté les tâches à eux confiées. Rien que le mois dernier, nous avons eu en République Démocratique de Congo (RDC), sur un effectif de 40 personnes, tous pays confondus, affectées à la sécurité pénitentiaire dans ce pays, 29 Burkinabè qui ont été décorés. Nous estimons que c’est une satisfaction et une fierté pour notre pays.

La GSP a eu 27 ans le 17 août 2011. Quel bilan peut-on faire de son action dans la République ?

Il faut préciser qu’à l’époque, la sécurité des prisons était assurée par les gardes républicains qui appartenaient à l’armée nationale. Par la suite, la Garde républicaine a connu une mutation. Une partie a été reversée dans l’armée et l’autre dans la police nationale. Dans tous les cas, le point commun est que les normes internationales en matière de traitement des détenus étaient méconnues. C’est dire que ce personnel n’était pas formé pour la sécurité dans les prisons avec tous les risques que cela comportait. Ensuite, lesdits agents répondaient de l’autorité militaire et étaient plus aptes à respecter les instructions données par la hiérarchie militaire que celles données par les magistrats dans le cadre de l’application des décisions judiciaires. Si les principes internationaux en matière de traitement des détenus ne sont pas respectés, ce ne sont pas les questions d’amendement et de réinsertion sociale qui le seront.

C’est cette situation qui a conduit sans doute les autorités à créer en 1984 la GSP avec les premiers fonctionnaires en 1989. Je profite présenter mes hommages, mon respect et mes félicitations à cette première promotion des GSP de 1989. Ce sont des gens qui se sont sacrifiés, qui ont beaucoup souffert du fait de la précarité statutaire de l’agent pénitentiaire à l’époque dans notre pays. Quand ils ont été recrutés, ils ont été envoyés au centre d’entraînement commando de Pô pour trois mois. Trois mois après, ce sont des militaires qui nous ont été renvoyés et, du même coup, nous sommes retombés dans la situation de départ. Ils ne sont pas formés aux droits de l’Homme, aux droits des détenus, au traitement de la délinquance et autres. Des militaires formés pour la guerre qui ont été envoyés dans les établissements pénitentiaires avec tous les risques que cela peut comporter. Certains ont été radiés, licenciés ou sanctionnés parce que les gens ont dû poser des actes qu’ils croyaient à tort comme étant des actes justifiés avec le contexte révolutionnaire à l’époque.

C’est là le début et le côté sombre de la GSP. Tout cela fait partie de l’histoire de ce corps. Par la suite, en 1996, il y a eu des séminaires de formation en matière de normes internationales de traitement des détenus et sur les activités de production dans les établissements pénitentiaires. C’est une activité qui a été le moteur d’une prise de conscience généralisée dans ce corps en matière de traitement de la délinquance, de respect des droits et de la délinquance dans les prisons au Burkina. Une autre étape a été les concours professionnels. Ce sont des individus qui ont été brimés pendant huit ans sans concours professionnel de 1989 à 1997. C’est en 1997 que la première promotion a eu la chance de faire un stage de recyclage à l’Ecole nationale de police (ENP) et depuis cette date, les GSP ont accès aux concours professionnels. C’est en ajoutant les concours directs que nous sommes parvenus à l’effectif actuel et à la qualité sur le terrain.

Cela reste insuffisant mais avec les stages à l’extérieur et aujourd’hui avec les opérations de maintien de la paix, les hommes reviennent plus aguerris avec l’expérience qu’ils acquièrent en s’approchant de leurs camarades et collègues des autres nationalités. Au début, on avait au total neuf établissements pénitentiaires sur toute l’étendue du territoire avec plus de 200 éléments. Aujourd’hui, nous avons 27 établissements avec plus d’un millier de GSP sur le territoire, toute chose qui permet de rapprocher la justice du justiciable. Quant à l’impact de l’action de la GSP dans la République, malheureusement, il n’y a pas eu d’étude d’impact en matière de lutte contre la grande criminalité, la récidive des délinquants, de réinsertion sociale. Cet état de fait ne se rencontre pas seulement au niveau de la GSP mais dans la plupart des corps militaires et paramilitaires à ma connaissance. Il n’y a pas eu d’étude mais sans doute que si ces corps existent toujours, c’est qu’ils ont des résultats palpables.

A l’occasion du 27e anniversaire de la GSP, le 17 août 2011, quelles sont les activités qui seront menées ?

L’occasion que vous nous donnez de nous faire connaître à la population est un plus. Ce qui n’est pas toujours évident, parce qu’on ne connaît l’agent GSP que comme celui qui est à l’intérieur de ses mûrs d’horreur, prêt à torturer des prisonniers et à les maltraiter. Par moments, on dit qu’il exécute sommairement les détenus, les dépouille de leurs biens, rançonne leurs parents. C’est la vision que les gens ont des GSP et qui ne correspond pas exactement à la réalité. C’est à travers ce genre d’actions que les gens peuvent mieux nous connaître pour le bonheur de tous dans la République. Il n’y a pas un corps qui puisse à lui seul organiser la vie en société. Il faut l’action concertée, intelligente et orientée de tous pour pouvoir atteindre l’harmonie sociale souhaitée par le Burkinabè.

En plus de votre action, nous organisons un don de sang qui concernera toute la GSP au profit du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), une journée de reforestation à Wayen avec tous les autres corps militaires et paramilitaires et enfin une minute de silence le 17 août à l’endroit de tous ceux qui ont perdu la vie lors des événements récents, les agents du ministère de la Justice, ainsi qu’à l’endroit des agents GSP qui ne sont plus de ce monde.

Vous avez un dernier message à l’endroit de l’ensemble des GSP du Burkina ?

Le message que j’ai, c’est d’inviter tous les agents à la cohésion et au souci du travail bien fait en insistant sur trois points professionnels. Il s’agit d’abord de l’accueil des usagers des services publics pénitentiares en bonne intelligence et avec respect et il faudra ensuite qu’ils fassent leur travail avec professionnalisme et humanité. Enfin, ils devront garder à l’esprit qu’ils sont là pour la République, rien que pour la République et jamais contre elle.

Propos recueillis par Aimé NABALOUM (Collaborateur)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 août 2011 à 07:59, par Georges
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Voilà qui est bien dit ! La formation est nécessaire pour maintenir la discipline, la loyauté et l’honneur au sein de ce corps paramilitaire et, de façon générale, au sein des forces de défenses et de sécurité. Il faut a tout prix mettre fin à la corruption qui gangrène certains éléments de nos forces de défense et de sécurité. Quand j’ai lu l’interview du militaire radié dans Le Reporter(www.reporterbf.net), j’ai compris qu’il y avait et il continue d’avoir de graves problème dans l’armée. Il faut un remède de cheval pour que notre pays ne rebascule pas dans une crise profonde. Comme l’a dit le DG de la GSP, il faut insister sur la formation. Mais il ne faut pas se limiter à cela, car un militaire qui n’est pas dans de bonnes conditions financières et matérielles, même s’il est formé, cherchera, dans 80% des cs, à s’adonner à la corruption ou à d’autres pratiques malsaines pour arrondir ses fins de mois. Alors, ouvrons l’oeil et le bon ! Courage sutout au DG de la GSP !

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 09:17, par simpos
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Mais dit donc. Ces gens accomplissent des merveilles. Il faut des occasions du genre pour mieux connaitre certaines personnes que nous discreditons tous les jours et qui sont pourtant des braves. Et voyez même qu’ils sont les meilleurs sur le plan international. Quelle fierté pour l’Etat. Il faut mieux les equiper et les former pour qu’ils puissent toujours porter plus haut les couleurs du pays. Je ne connaissait pas le DG, mais on sent tous son engagement pour un meilleur devenir de son corps a travers cet interview. Des jeunes cadres aussi ambitiuex que dynamique, le Burkina en a besoin. Bon vent a la GSP. Mais arreter de prendre les mille francs de nos mamans qui viennent rendre visite a nos freres emprisonnés. C’est ca qui terni votre image, sinon vous etes un modele.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 09:25, par Tiraogo
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Dès lors que ce corps n’est plus assigné qu’à sa seule mission de surveillance des détenus, il doit fusionner avec la police ou la garde républicaine pour éviter la nomination de ces directeurs généraux aux missions fictives et budgétivores. Très sérieusement, quelle est la différence entre ce corps et la police, la garde républicaine voire l’armée ou la gendarmerie ? Dès lors qu’il joue le rôle de militaire (mission de maintien de la paix à l’étranger).Que mes amis gendarmes et militaires m’excusent de la comparaison. Tout cela est un signe de désordre dans ce pays où personne ne sait qui fait quoi. On peut se faire arrêter, torturer voir tuer par n’importe quel corps habillé en tout impunité. Il est temps de revoir tout cela surtout pour redonner à ces pauvres agents,une mission bien précise dans leur fonction.

    Répondre à ce message

    • Le 18 août 2011 à 17:52, par Espérance
      En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

      "Ces dircteurs generaux et budgétivores"c’est tellement decevant que des Hommes intègres s’expriment de la sorte.si le monsieur explique que ce corps compte plus 1000 agent sur toute l’étendue du territoire,n’est il pas indispensable qu’il soit bien organisé ? budgetivores:c’est bien car tout le monde veut être douanier ou policier Hum hum hum l’argent.
      je doute sincerement de ta moralité. je crois qu’il y a lieu d’encourager ce monsieur de faire bien son travail pour maintenir les criminels en prison pour que les honnêtes citoyens vivent tranquillement en paix.
      Souviens toi que c’est parce que "vous" les deliquants sont gardés dans les prisons que les commerçant ,les douaniers,les opérateurs éconmiques ,les enseignant,infirmiers ect.. peuvent circuler librement avec leurs biens pour developper l’économie du pays mais on te comprend bien car celui qui deteste policier,gendarme,GSP connait son métier

      Répondre à ce message

    • Le 18 août 2011 à 18:19, par Espérance
      En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

      "Ces dircteurs generaux et budgétivores"c’est tellement decevant que des Hommes intègres s’expriment de la sorte.si le monsieur explique que ce corps compte plus 1000 agent sur toute l’étendue du territoire,n’est il pas indispensable qu’il soit bien organisé ? budgetivores:c’est bien car tout le monde veut être douanier ou policier Hum hum hum l’argent.
      je doute sincerement de ta moralité. je crois qu’il y a lieu d’encourager ce monsieur de faire bien son travail pour maintenir les criminels en prison pour que les honnêtes citoyens vivent tranquillement en paix.
      Souviens toi que c’est parce que "vous" les deliquants sont gardés dans les prisons que les commerçant ,les douaniers,les opérateurs éconmiques ,les enseignant,infirmiers ect.. peuvent circuler librement avec leurs biens pour developper l’économie du pays mais on te comprend bien car celui qui deteste policier,gendarme,GSP connait son métier

      Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 09:55, par Franck
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Messieurs de la GSP, n’oubliez pas que vous devez votre participation aux missions Onusiennes à un homme à qui la plupart d’entre vous a tourné le dos comme on aime à dire ! Sans lui, vous ne connaitrez pas l’éclat qui est le votre, et beaucoup d’entre vous auraient fini leur carrière sans un toit et sans espoir !...

    Répondre à ce message

    • Le 18 août 2011 à 18:16, par Espérance
      En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

      je pense que ce monsieur confond Nations Unies avec certaines entreprises de Ouaga(OK,EBOMAF,Entreprise ouedraogo et frères ect.).Si je comprend bien c’est au SG des Nations Unies oubien c’est un Burkinabé qui demande des recompenses à ces agents.Il faut cesser les pétits esprits .Une questions simple:c’est des GSP burkinabé seuls qui se trouve dans cette mission de maintien de la paix oubien c’est avec d’autres pays ? Alors dites à ce monsieur qu’il ne fait que faire son devoir et d’arrêter ces esprits corrumpus.Je crois que ce corps a eu une bonne politique en recrutant des jeunes diplômés qui peuvent valoriser leur expertises à l’international .

      Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 10:54, par haya
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Moi je ne comprends plus les journaleux du journal "le pays". Vous posez une question au DG GSP sur la mutinerie et vous ne lui demandez pas si des soldats mutins sont effectivement à la MACO et si oui, leurs conditions de détentions ? Vous posez même pas une question sur les militaires impliqués dans les histoires de mœurs qui étaient en prison, même pas de question sur les policiers de Koudougou en prison, etc etc.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 11:13, par Ahmed
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Franck, c’est qui ce brave monsieur ? Il est à féliciter et à décorer pour ce qu’il a fait ! J’espère que les autorités de son Ministère sauront le lui reconnaitre...

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 11:21, par CorvéeTableau
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Felicitations Lavoisier, j’ai fait le Big Bog avec toi et je suis agréablement surprise de te lire plein d’enthousiasme comme ça pour ton métier.

    En tout cas, pour le moment, tu es plein de bon sens, on espère que tu ne vas pas tomber en cours de route, ... mais toi meme tu connais comment le pays est, ... je ne suis jamais allée à la MACO par exemple mais les gens semblent dire que si tu as les sous, tu peux officiellement y etre alors qu’officieusement, tu vis dehors normalement, ... il faut penser à balayer la maison pour remettre les valeurs morales au gout du jour sinon, tout ce que tu proposes sera vide de sens !

    Bon courage ! Dieu te protège !

    Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 13:35, par Franck
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    il semble que ce soit un Magistrat plutot discret ! J’ai entendu parler de lui voici peu, mais je doute, au vu la réserve qui leur est imposée, qu’il intervienne sur ce site. Il aurait fourni d’importants éclairages sur ces missions et faire mentir beaucoup d’agents de ce corps qui me semble parler trop et faux sans connaitre l’origine des choses...

    Répondre à ce message

    • Le 18 août 2011 à 19:00, par Espérance
      En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

      Mr Simpos,il faut comprendre certains délinquants qui veulent pas sentir ces agents GSP.Il a raison car il sait que ces GSP sont bien formés.Vraiment je ne le comprend pas dans sa vaumissure.
      Mais c’est simple ,il est aigri .
      Je crois que Mr Franck et ses collègues doivent cesser la délinquance et trouver un autre boulot pour éviter ces messieurs dans leur service afin qu’on puisse supprimer ce corps qu’il deteste tant car aucune republique ne peut se fonder sans une prison mais il faut avoir des baggages intellectuels pour le comprendre malheureusement pour lui parce qu’il a passé ces etudes à la MACO.

      Répondre à ce message

    • Le 18 août 2011 à 20:32, par Justinien
      En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

      Ecoutez, Monsieur Franck, c’est ainsi que vous semez la diversion. Quel homme ? Vous pensez que les GSP sont incapables d’ouvrir eux-memes une voie vers l’extérieur ? Bien sur, dans certaines démarches, il y a des personnes qui aident ou qui facilitent en raison de leurs responsabilités administratives. Ils peuvent etre des diplomates, des militaires ou des magistrats. Mais de la à lui devoir à ce ’’discret magistrat’’ la paternité de tout ce succes de la GSP, soyons honnetes. Meme s’il a montré le tuyau, il fallait bien plus d’investissement de la part des responsables de la GSP pour l’exploiter et le developper. Pas de sournoise recupération, Monsieur Franck. Vous etes bien mal informé.

      Répondre à ce message

      • Le 19 août 2011 à 12:29, par Franck
        En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

        C’est bien de cet orgueuil dont vous vous gonflez sans raison qui risque de vous conduire un jour à de graves conflits internes comme dans l’Armée au sujet des missions Onusiennes. Ce monsieur (qui tarde d’ailleurs à vite intervenir dans ce débat pour clarifier les choses) n’a pas fait que vous indiquer le chemin comme vous semblez faire croire, et pas seulement s’agissant des GSP quand il était en poste au Ministère. J’étais au CNLS, et j’ai pu apprécier son dynamisme et son efficacité. N’insultez pas son silence ; il mérite mieux comme considération et estime de vous tous !

        Tchrrrrrrrrr !

        au

        Répondre à ce message

  • Le 18 août 2011 à 17:51, par simpos
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Mais ce franck est qui ? Tu sais, si tu ne connais rien d’un corps evite de dire des betises du genre. Tu sais comment on postule pour la mission de maintien de paix ? Et tu dis que c’est grace a un individu que les GSP y sont ? Qui alors ? Dit le nous on va le remercier. D’ailleurs c’est grace a quelqu’un qu’on devient quelqu’un. C’est grace a quelqu’un que tu connais ordinaire meme si c’est pour y pondre des conneries. Tu continu dans ton egarement en disant que sans la mission beaucoup de GSP n’auront pas de toits ou s’abriter. Dit toi que meme sans abrit aucun GSP ne sera autant abrutis que toi. C’est vous autres echecs et vomissures de la nature qui creé les problemes. Si t a rien a dire alors tu la boucle. J’espere que ce n’est pas toi encore qui nous a chanté que Mr Rouamba est un magistrat. Sinon cela prouve toute ton ignorance sur toutes les questions de la GSP. Sinon le DGGSP est un inspecteur de la Garde de Sécurité Pénitentiaire en bonne et du forme. Merde a ces gens.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2011 à 01:44
    En réponse à : ADAMA ROUAMBA, DG DE LA GSP : "Notre mission n’est pas de déverser des fauves dans la société"

    Honneur Dévouement Loyauté,cela doit être le crédo de tout GSP où qu’il soit et je voudrais ajouter que nous (GSP) ne devons plus nous cacher parce qu’on a honte du métier de gardien de prison.Bien au contraire,nous devons en être fiers et c’est le lieu pour de remercier le PG Bobo pour tout ce qu’il a fait pour ce corps même s’il a été souvent incompris.merci à monsieur Ouédraogo,ancien PF de Koudougou,il se reconnaitra.nous ne sommes pas ingrats comme veut le faire croire monsieur Franck.la GSP a connu bien de commandement,que tous ceux qui ont animé ce jeune corps jusqu’à ce qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude.militaire,gendarme qui sont passés au commandement de ce corps,nous vous disons merci car l’arbre que vous avez planté va maintenant produire.soyez fiers où que vous soyez de nous et nous resterons solidaires comme un seul homme derrière notre DG pour l’accompagner dans sa mission.qui l’eût cru ?une GSP dirigée par des GSP et avec une direction générale.
    par un GSP fier de ce qu’il est.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés