JMJ 2011 : Voir le pape et espérer

jeudi 18 août 2011 à 01h36min

Ce jeudi, plus d’un million de jeunes des quatre coins du monde seront face au souverain pontife, Benoît XVI. La Journée mondiale de la jeunesse (JMJ) est devenue un rendez-vous incontournable pour des milliers de jeunes en quête de repères, qui veulent donner un sens à leur existence grâce à la parole divine dans un monde qui va à vau-l’eau. Beaucoup d’espoirs ont donc été transportés dans la capitale espagnole. Voir le pape, le toucher pour les plus chanceux, est déjà un pari gagné pour tous ceux qui auront fait le déplacement. Mais le plus important sera de toucher le cœur de tous ces jeunes gens qui, malmenés au quotidien par des politiques économiques et sociales impitoyables, ont envie de prendre leur destin en main. La 26e JMJ se tient dans un contexte difficile.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’église est ballotée entre la crise des vocations et les affaires de mœurs de certains de ses dirigeants qui ont fait la "Une" des journaux tout au long de l’année écoulée. Pour ne rien arranger, le monde fait face à une crise financière dont on ne mesure pas encore tous les effets. Entre les « Indignados » de l’Espagne, les casseurs en colère de Londres, les protestataires de Tel-Aviv et les Desperados africains qui, au prix de leur vie, fuient le continent pour un hypothétique bonheur de l’autre côté de la Méditerranée, le message du pape, s’il doit rester épiscopal, ne saurait cependant occulter cette triste réalité. La jeunesse se cherche un peu partout dans des économies qui ne créent plus assez d’emplois.

Le chômage et la précarité dans lesquels se trouve la jeunesse constituent une grande source d’inquiétude pour la stabilité et la cohésion des Etats. En Afrique, les émeutes de la faim avaient pour visage des jeunes de 18 à 30 ans. On l’a vu avec les casses de Londres, que tout peut être prétexte pour exprimer son ras-le-bol. Dans le cas d’espèce, c’est plus un appel de détresse qu’il convient de bien interpréter. C’est en cela que le message du pape ne s’en tiendra pas probablement aux aspects strictement religieux ou spirituels. Raffermir et raviver la foi des jeunes fidèles en ces périodes d’incertitudes économiques est très important. Aller au-delà et demander aux leaders politiques mondiaux d’humaniser les systèmes économiques afin qu’ils sécrètent moins d’exclusion, de précarité et de chômage, serait rendre service à la jeunesse mondiale et à l’humanité soumise à la dictature des chiffres et des gros bénéfices financiers pour quelques-uns et la misère pour la grande majorité.

Le pape, du haut de sa chaire, devrait pouvoir interpeller les acteurs de ce système sur leurs responsabilités dans cette détresse matérielle qui guette de plus en plus les moins de trente ans. La foi dont il est question à cette JMJ, serait alors une bouée de sauvetage opportune pour espérer gagner le rivage : celui qui permet de vivre décemment et de s’épanouir spirituellement. Connaissant le rôle politique que joue aussi l’église, notamment en Afrique, il est presque certain que le pape ne dérogera pas à cette mission.

Abdoulaye TAO

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés