MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

mercredi 17 août 2011 à 02h20min

Le 13 août 2011 est à marquer d’une pierre blanche dans les annales du mouvement syndical du Burkina. Plus de 200 médecins venus des quatre coins du pays ont porté sur les fonts baptismaux le Syndicat des médecins du Burkina (SYMED). Harouna Doro, médecin au district Sanitaire de Gaoua en est le premier secrétaire général.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Défendre les intérêts matériels et moraux de ses membres, défendre la place du médecin dans le système de santé, contribuer à la formation des médecins et développer et encourager toutes les formes de mesures visant à améliorer la santé de la population, tels sont les objectifs du SYMED , créé le 13 août 2011 dans la salle de réunion du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC). Cette assemblée générale constitutive marque une étape importante dans le processus de maturation d’un organe pour défendre les intérêts de ce corps. Des consultations ont été entamées depuis quelques mois et selon le nouveau secrétaire, son organisation a eu des concertations avec le SYNTSHA, seul syndicat jusque-là dans le secteur de la santé humaine et animale.

Le SYMEB se positionne comme une force de propositions pour améliorer l’exercice de la profession de médecins. Le tableau que le secrétaire général dresse est pour le moins noir : des médecins mal payés travaillant dans des structures souvent mal équipés. Toute chose qui affecte nécessairement la qualité des soins et la dignité des médecins. C’est cela que les médecins du Burkina veulent changer.


Composition du bureau

Secrétaire général : DORO Harouna
Secrétaire général adjoint : ZABSONRE Inoussa
Secrétaire aux affaires juridiques : OUEDRAOGO Alfred
Secrétaire aux relations extérieures : KAMBOU Dieudonné
Secrétaire à l’information : YAMEOGO R. Aristide
Secrétaire à l’organisation : DIAO W. Rodrigue
Secrétaire aux finances : KABORE Ida
Secrétaire aux finances adjoint : HEMA Mariam Noélie
Secrétaire à la formation : DA Kopara

Par A. T.

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 août 2011 à 03:00, par Guigma Alice
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Ainsi naissent les fractures des mouvements syndicaux au Faso.Les medecins ont rejoint leurs camarades de l’Education qui ont cree le mouvement des Inspecteurs. Je ne predis rien mais une ecole peut exister sans l’Inspecteur et un dispensaire existe sans medecin a` la satisfaction de la population.Mr le SG BIENVENU a` OUAGADOUGOU car Gaoua n’est pas facile.No matter what,les syndicats existant feront oujours l’affaire de l’Education ou de la Sante. Dans la lutte syndicale on ne cree pas un "commando invisible" meme si ici les regles du jeu ne conduisent pas a` la mort physique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 09:44
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    SALUT A TOUS

    DOMMAGE POUR CE GROUPUSCULE DE SE SOUSTRAIRE DE CETTE MASTODONTE DU SYNSHA. ILS NE SERONT PAS ASSEZ ÉCOUTÉS EUT ÉGARD A LEUR POIDS NUMÉRIQUE.
    CES GENS LA NE POURONS RIEN ARRACHER A CE GOUVERNEMENT SANS LEUR ALLIES HISTORIQUE INFIRMIERS, KI SONT LE PILIER DE LA SANTE HUMAINE.
    ET PUIS LEUR MOUVEMENT NE SERA JAMAIS SUIVIS CAR ILS NON PAS LES MEMES INTERETS. VOUS REMARQUEREZ QUE LES MEDECIN DES DISTRICTS SERONT MOINS MOBILISES QUE LEUR COLLEGUES DE L’HOPITAL. PAR CONSEQUENT CE SYNDICAT NE SERA NI PLUS NI MOINS QU’UNE ASSOCITION DE MEDECINS.
    ET Cè LA QUE LE BAT BLESSE.
    NEAMMOINS BON VENT AU FAMEUX SYMED CAR Cè LE DROIT LE PLUS ABSOLU DES MEDECINS. ET JE PENSE QUE CELA METTRA FIN A LA GUEGUERRE MEDCINS-INFIRMIERS  !

    Répondre à ce message

    • Le 17 août 2011 à 16:45, par El pacifico (Dr)
      En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

      Bienvenue et bon vent au SYMEB !
      Dans un pays qui se veut être de droit et où la liberté d’association est parfaitement reconnu je m’étonne de lire ces violents diatribes en réaction à la création d’un syndicat.
      Avec de tels comportements comment voulez vous que notre démocratie soit florissante. De grâce reconnaissez et respectez les droits et les libertés des autres, surtout quand ceux-ci ne s’en prennent nullement aux vôtres. Pour le reste le devenir du SYMEB, au delà de la bonne foi et de la motivation des médecins qui l’animent, ne dépendra que du bon vouloir du créateur.
      Que Dieu nous délivre de cette malédiction des trois "M" qui planent sur notre Burkina, ainsi que de l’influence négative de cette sombre espèce de citoyens alter-démocrates aux idées bakouniniennes, afin que vienne enfin le printemps de notre nation.

      Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 10:43, par garçondesalle
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Au Burkina la dérogation de prescription faite aux infirmier fait que plus de 90% de prescription médicale sont assurées par ces derniers donc votre syndicat est bien pour prendre en charges vos problèmes spécifiques mais militer pour la céation d’une fédération des syndicat des travailleurs de santé sinon une grève des médecins sans les infirmiers au Burkina ne fera pas grande pression au gouvernement.Et si vous ne prenez garde, le syndicat de médecins ne sera là que pour gérer les problèmes de médecins du privé laissant à la touche le plus grand nombre exerçant au public. Je vous rappelle que les pharmaciens ont un syndicats depuis des années mais leurs problèmeS restent entiers.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 10:55, par annonyme
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Encore des envieux de pouvoir. monopoliser la santé seulement est votre objectif, tout comme si on n est pas médecin, on n est pas intelligent, donc pas à mesure de dirriger ! on ne veux pas que vous contaminer l enseignement de base ! on est démo mieucrate là bas non !! c est en tout cas mieux chez nous ! bande de vantard

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 12:29, par Jamanatigui
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Fini donc l’hégémonie de la puissante centrale syndicale (SYNTSHA) dans le département de la santé. La puissance de ce syndicat résultait de l’unité de tous les corps formant la santé. Mais hélas, dépuis un certains temps les médecins se sentaient mal dans cette camisole. Ils ne concevaient pas surtout, qu’eux qui ont passé des bac+n soient dirigé par des simples attaché de santé et autres infirmiers. C’est l’une des raison qui ont guidé à la mise en place de cette structure.
    Mais quelle sera la marge de manoeuvre de cette organisation sans les autres corps (Attachés, infirmiers, sage femmes, technologiste, radiologue, préparateurs et que sais je encore).
    Il faut le dire le morcellement du SYNTSHA n’est point à l’avantage du personnel. Et, ceci n’est que le debut du morcellement.
    Reste maintenant la naissance du syndicat des AIS, AA, AB, SFE, Attachés et peut être des génycologue, endocrinologue, gastrologues.... puisque les médecins spécialistes n’ont pas grand égard envers les généralistes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 14:48
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Pourquoi déclarer la guerre à un nouveau né qui ne demande qu’à vivre avec toute la société ? Je pense que ce syndicat n’est pas né contre les autres corps de metiers de la santé mais pour les médecins. Je vois pluôt une collaboration avec les autres forces syndicales et non une concurrence. De plus la grève n’est pas le seul moyen de se faire entendre de son employeur.
    Longue vie et courage au STMED (ou SYMEB ?)

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 15:59, par zongo
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    quand on lis les interventions la santé des burkinabés peu etre gérée uniquement par des infirmiers !!!! puisqu’ils prennent en charge la plus grande partie des malades (vrai puisque c’est le système qui le veux ainsi pour plus d’efficacité) : ils peuvent suivent les pvvih, ils font des echo ; il font et interprete des ecg, il font des cesarienne , ils opère des os, le cerveau, l’abdomen ; .les infirmier peuvent meme etre des chef des service de gyneco ; chirurgie ; pediatrie ; cancerolgie ;en gstrologie ......
    vraiment les infirmiers du burkina sont très forts.mes encouragements.

    ecouter on ne parle pas de nombre ici ; on parle plutot du système de santé constituer en soins primaires et soins spécialisées.les premiers devouer aux infirmiers( utile puisque ca permet de desengorger les cma ;chr ;chu) et les soins specialisées devoués aux medecins généraliste et specialistes.
    a vous attendre les medecin en greve cela veut dire que les soins spécialisés vont continuer :
    les blocs vont continuer a fonctionner
    les echo, ecg ;vont continuer a etre géré
    les pv vih seront toujour suivi
    les tuberculeux seront toujour suiv
    on va continuer a enlever des fibromes, faire cesariennes etc

    imaginer un instant un chr ; chu ; cma sans des médecins : c’est la catastrophe.donc eviter de faire des comparaisons qui ne tienne pas.autant l’infirmier est important pour certains diagnostiques (palu diarrhe- pneumonie etc) autant le medecin est important car c’est le sommet du systeme.
    les médecins forme les infirmiers ; les attachées etc.donc eviter de créer un débat qui na pas lieu d’être.partout dans le monde c’est ainsi.
    de nos jour le niveau d’instruction des burkinabé evolue .voila pourquoi la demande en soins specilisé est très forte (ex : 3 mois pour un rdv en cardiologie ; 5 mois en chirurgie pour se faire opéré etc). on evolue de plus en plus vers des systèmes ou a partir du premier contact le patient peu avoir des soins spécialisés.c’est le cas au mali et dans certains pays.de plus en plus les Burkinabés savent ce que c’est qu’un pediatre, un gynecologue, un gastro-gastro-entérologue, un urologue.cela veut dire que les patients savent maintenant faire la diffrence entre des soins primaires et specilisés.

    le problème de la santé c’est qu’il ya beaucoup d’amalgames et aucunes responsabilités.je reve vraiment du jour ou les plaintes des patients vont continuer a pleuvoir sur le systeme.en ce moment chacun aura sa part de responsabilités et se sera tant mieux pour la santé des burkinabès car il ya trop de bordelles dans le système : des infirmiers qui se prennent pour des medecins , des medecins généraliste qui se prenne pour des médecins spécialistes.

    ce sndicat a été créer et compte de ja plus de 350 medecins tous au niveau des cma, chr et chuyo. nous allons tous faire pour defendre nos intérets et ceux des malades car le medecin est victime du systeme et le malades est egalement victime du medecin et du systeme.donc ne voyer pas toujour l’aspect pecunier d’une lutte meme si c’est le nerf de la guerre.il s’agit également de redorer l’image de la santé au Burkina.CAR les malades en ont marre ( mais aucun choix possible sauf ceux qui ont des moyens)
    nous ne voulons plus simplement nous laissez faire par le systeme car comme l’a dit l’autre : un medecin economiquement faible est dangéreux pour lui meme et pour son malade.

    nous ne somme opposé a personne .mieux nous avons rencontrer le sytsha pour voir comment mener ensemble la lutte.car le syntha la meme reconnu . : les médecins se sont peu mobilisés au sein du sytsha et ce syndicat offre l’opportunité de mobilisé d’avantage les medecins dans le cadre de la lutte (soit du syntha soit du symeb).
    chers infirmiers , attachées et medecins : les patients souffres et cela du faits de nos conditions et egalement du systemes.reveillons nous
    si le syntsha adopte ce syndicat comme un partenaire se sera tant mieux car je vous le dit nous seront solidaires a tout moment du syntsha.
    ce syndicat se veux un cadre de dialogue car un syndicat ce n’est pas seulement les grèves.

    pensons toujours utile pour le bonheur des malades au lieu de faire des comparaisons qui ne tienne pas.
    nous n’avions jamais dis que nous étions les plus intelligent mais reconnaissez qu’être médecin demande un quotient intellectuel qui doit être largement au dessus de la moyenne sinon bonjour les morts a gogo.

    Répondre à ce message

    • Le 17 août 2011 à 18:23, par sergy
      En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

      mon ami ,une seule question.Quelle est la proportion des malades qui passent dans le système de santé et qui sont vus par un médécin ?Vous venez de semer la graine de la division dans la lutte ;et cela est dommageable ;tout ce qui vous irrite c’estque vous ayez les memes indemnités que les autres corps qui sont en categorie A.sinon quand les autre n’avaient que 4500 comme logement et 10000 comme sujetion vous ne trouviez à redire.

      Répondre à ce message

    • Le 17 août 2011 à 18:28, par sergy
      En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

      mon ami ,une seule question.Quelle est la proportion des malades qui passent dans le système de santé et qui sont vus par un médécin ?Vous venez de semer la graine de la division dans la lutte ;et cela est dommageable ;tout ce qui vous irrite c’estque vous ayez les memes indemnités que les autres corps qui sont en categorie A.sinon quand les autre n’avaient que 4500 comme logement et 10000 comme sujetion vous ne trouviez à redire.

      Répondre à ce message

    • Le 17 août 2011 à 18:40, par Lucie
      En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

      Mon cher Zongo, si vraiment vous faites partie de ce syndicat, ceci signifie que vous êtes médecin et par conséquent très dangereux pour les malades. Avec un français si lamentable et truffé de fautes, je me demande comment vous avez décroché votre parchemin. C’est vrai que le niveau baisse dans nos écoles mais quand même...

      Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 16:17, par elkouand
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    ainsi après le syndicat des pharmaciens, des infirmiers et des sages-femmes est né celui des des médecins. je ne fait qu’un constat. pendant que dans l’enseignement secondaire et supérieur on parle de fédération des syndicats existants, chez nous à la santé c’est la division. pour ce qui ne le savent en 1965 c’est la multiplication des syndicats à la santé qui a motivé la création du SYNTSHA. comme on le dit l’union fait la force. bon vent au SYMEB

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 18:23, par le Pionnier
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Merci à ces jeunes médecins pour ce nné dans la sphère syndicale de la santé.A voir certains noms qui ont fait trembler ce pouvoir avec l’assassinat de Norbert Zongo j’ai foi en leurs idéaux. Qu’ils travaillent de concert avec le SYNTSHA pour plus d’efficacité.Courage !!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 20:47, par youle
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Bon vent au nouveau syndicat. Mais ne dit-on pas que l’union fait la force ? Militez au SYNTSHA au lieu de proner la multiplicité des syndicats.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 20:51, par youle
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Bon vent au nouveau syndicat. Mais ne dit-on pas que l’union fait la force ? Militez au SYNTSHA au lieu de proner la multiplicité des syndicats.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 23:06
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    Qu’est-ce que tout cela apporte aux malades ? syndicats ci et là, ça ne change rien pour les malades ! On parles d’ordre des medecins, que fait-il au juste ? Que font tous ces personnes pendant que des malades meurent faute d’etre pris en charge ? demandez aux malades du souro sanou qui attendant et qui meurent parce que le bloc ne fonctionne pas, demandez-leur ce qu’ils pensent d’un nieme syndicat !

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2011 à 23:40, par afrika
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    bon vent docteur Doro..Vous allez arriver à federer le corps medical du Burkina et à defendre les valeurs importantes dans les professions de santé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2011 à 01:20
    En réponse à : MEDECINS DU BURKINA : Le premier syndicat est né

    A lire les différentes interventions, je retiens : Médecins, infirmiers, SYNTSHA,malades, populations, etc...
    Le constat reste accablant en terme d’indicateurs de santé au BF :
    - taux brut de mortalité : 11,8/1000
    - Espérance de vie : 56 années
    - Couverture médicale : 1 médecins pour 22.522 habitants en 2009 dans le public selon l’annuaire statistique du ministère de la santé, etc... Il est clair que pour beaucoup de personne de nos jours, au BF, il n’y a pas de différence entre être infirmier ou être médecin. Qui a crée cette cacophonie et à quelles fins ? Est-ce normal que des infirmiers se fassent appeler Docteur pour impressionner la population ou d’ajouter que dans tous les cas ils n’y a pas de différence entre eux et les médecins en termes de salaires et de compétences. Bref pour me résumer, si vous pensez que le Burkina pourrait bien se passer des médecins il ne vous reste plus qu’à suggérer au gouvernement de fermer la faculté de médecine. S’il vous plait, la médiocrité dans laquelle nous baignons soit faute de moyens ou de négligence ne devrait pas être une fierté ni une opportunité de railleries et attaques entre corps. Vous remarquerez que tous ceux qui ont un minimum de moyens n’hésitent pas à se rendre dans les cliniques privées ou aller se soigner à l’étranger avec le droit de voir un médecin dès le 1er contact. Qui n’aimerais pas consulter un médecin dès les 1ers symptômes de sa maladie ? Le faible effectif des médecins et donc leur rare disponibilité devrait-il faire mettre en question leur rôle et importance ? Pouvez-vous comparer au Burkina le statut d’un médecin à celui d’un magistrat ? Si vous voulez essayez de comparer leurs niveaux intellectuels et leurs apports respectifs à la société pour voir la différence. Pourquoi ? Tout simplement pare ce que les magistrats on su lutter grâce à leur syndicat autonome. En Côte d’Ivoire tout le monde a suivi la lutte autonome des médecins et les résultats auxquels ils sont parvenus. Je suggère au SYMED de collaborer effectivement avec tous les syndicats ayant les mêmes objectifs que lui tout poursuivant sa lutte.
    Il est temps que s’arrête le fait que "déclarer être médecin au BF rime avec être intelligent et hautement utile à la société mais misérable". Seule la lutte paye.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés