Eglise et promotion de la démocratie en Afrique : Des intellectuels catholiques engagent la réflexion à Ouagadougou

jeudi 11 août 2011 à 01h46min

Le Réseau des anciens jécistes d’Afrique (RAJA), regroupant les anciens militants de la Jeunesse étudiante catholique, a tenu sa 6e Assemblée générale du 4 au 7 août 2011, dans la capitale burkinabè. La rencontre a été placée, sous le thème « Responsabilité du chrétien dans l’Eglise et dans le monde : quel engagement
pour le RAJA ?"

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’Assemblée générale du Réseau des anciens jécistes d’Afrique (RAJA), tenue dans la capitale burkinabè, a marqué un tournant important dans la vie de l’association, au regard des conclusions obtenues. Cette rencontre de Ouagadougou a, en effet, permis d’adopter les textes réglementaires du mouvement, de définir un plan d’action, de désigner un siège (Burkina Faso), d’élire un nouveau coordonnateur, le Béninois Vivien Houkpé, en remplacement de l’Ivoirien Aimé Essienne.

Les anciens jécistes, venus du Gabon, du Nigéria, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire et leurs « frères » du Burkina ont surtout eu une session studieuse, à travers la réflexion portée sur la responsabilité du chrétien dans l’Eglise et dans le monde. En effet, ils ont eu droit à des communications sur des thématiques d’actualité : « responsabilité du chrétien dans l’Eglise et dans le monde : quel engagement pour le RAJA » , « l’engagement de l’ancien jéciste dans la construction d’une société démocratique et la promotion de la bonne gouvernance », « l’engagement de l’ancien jéciste dans la résolution des conflits en Afrique » ou encore « l’engagement de l’ancien jéciste pour une autoprise en charge de l’Eglise en Afrique ».

Et ces communications ont été, à chaque fois, suivies de témoignages d’anciens jécistes.
Pour le président des anciens jécistes du Burkina, Félix Kaboré, le vœu est que la rencontre de Ouagadougou soit un nouveau départ pour le RAJA et qu’elle consolide la mobilisation des membres du Burkina, surtout, au regard du siège qui vient de lui être attribué. Le coordonnateur sortant du RAJA, Aimé Essienne, s’est dit heureux de voir adopter les textes réglementaires du mouvement et a assuré de sa disponibilité à soutenir la nouvelle équipe. Il a indiqué qu’il n’y a pas plus douce vision que de voir des frères et des sœurs rassemblés pour penser à un avenir qu’ils veulent prometteur et radieux pour l’Afrique.

Le parrain de la 6e Assemblée générale, Justin Damo Barro, conseiller spécial à la Présidence du Faso, s’est dit ému du choix de sa personne et agréablement surpris des conclusions des travaux. Faisant le constat, selon lequel la mondialisation a transformé la planète en un vaste marché unique favorisant des inégalités, le parrain s’est adressé aux participants en ces termes : « C’est dans ce contexte que l’Afrique doit choisir sa voie et les intellectuels que vous êtes, vous avez le devoir de jouer le rôle de premier plan, autrement, je crains que vous ne manquiez votre rendez-vous avec l’histoire ».

L’archevêque de Ouagadougou, Mgr Philipe Ouédraogo, qui a présidé la cérémonie d’ouverture est resté dans la même dynamique. « A l’heure où l’Eglise est interpellée face à la souffrance humaine, la mauvaise gouvernance et les conflits de tous ordres dans notre région africaine, vous, anciens jécistes, intellectuels catholiques, avez une grande part de responsabilité dans la transformation de cette triste réalité en une réalité plus joyeuse, plus épanouissante et pleine d’espérance », a déclaré Mgr Ouédraogo.

Et d’indiquer que l’Eglise encourage fortement la promotion de la pastorale des groupes sociaux, c’est-à-dire l’évangélisation du semblable par le semblable… Au cours de la rencontre de Ouagadougou, un hommage appuyé a été rendu à l’abbé Robert Ouédraogo, premier aumônier africain de la JEC du Burkina Faso, à travers une exposition et un concert de chants religieux
Les anciens jécistes se sont donné rendez-vous au Gabon, en 2013, pour leur prochaine assemblée générale.

Gabriel SAMA

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 août 2011 à 16:30, par too yellé
    En réponse à : Eglise et promotion de la démocratie en Afrique : Des intellectuels catholiques engagent la réflexion à Ouagadougou

    Au nom du Père,du Fils ,et du Saint Esprit,Amen ,si je fais ce signe et je n’ai pas l’amour de l’autre ce geste n’est rien.Saul je vais mangé chez toi aujourd’hui t (il décidât de rendre tout ce qu’il a voler,et suivit le Nazaréen.Aime ton prochain comme toi même.Mais Jésus qui est mon prochain (l’homme de Jéricho.La démocratie est le pouvoir du grand nombre sur le petit nombre moi j’ai peur de la démocratie.Pronom l’Amour partout celle de Jésus.que sont devenus tous ces groupes JEC JOC SCOUT AVE CV qui donnaient un plus a notre jeuness.Hum

    Répondre à ce message

  • Le 11 août 2011 à 19:36, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Eglise et promotion de la démocratie en Afrique : Des intellectuels catholiques engagent la réflexion à Ouagadougou

    Chers amis,

    Toutes mes félicitations pour cette rencontre qui même si elle n’arrive pas trop tôt, marque une grande étape sinon un pas de géant du mouvement jéciste en Afrique.

    Cependant en tant qu’ancienne jéciste, j’aurais tout de même voir figurer dans les différentes communications : « Le rôle de l’ancien jéciste dans les communautés de bases ». Mais je présume que ce thème a été sous-entendu dans les communications que je trouve d’ailleurs excellentes.

    Je voudrais également ajouter, qu’étant donné que l’ancien jéciste a évolué dans les différentes situations et turpitudes de la vie, il lui faut également beaucoup de courage dans ses opinions pour témoigner du Christ dans les différentes structures politiques de nos états et des couches sociales. Et vous savez que le mot martyre aussi bien dans le sens étymologique que dans le sens courant n’est pas un vain mot. En plus il faut beaucoup d’humilité, de persévérence dans les prières invocant l’Esprit du discernement, car vous savez, témoigner du Christ en tant que laïc signifie également que nous devons tenir nos hiérarchies ecclésiales informées des problèmes de nos différents pays et du monde, les écouter afin d’aller proclamer . Croyez-moi ce n’est pas une tâche facile,il faut de l’abnégation et seule la foi donne ce dynamisme.

    Courage à tout le monde et bonne continuation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés