Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

mardi 9 août 2011 à 01h49min

La rencontre périodique entre la mairie de Ouagadougou et les médias a eu lieu le lundi 8 août 2011 dans les locaux de la municipalité. Conduite des projets en cours ; mise en œuvre des actions d’envergure futures, dont le projet pilote de lutte contre le paludisme dans la capitale ont été, entre autres, les points au menu des échanges avec les journalistes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Consécutivement aux inondations du 1er septembre 2009 qui ont touché bien des secteurs d’activités, la ville de Ouagadougou a initié un projet d’appui aux maraîchers qui en ont été victimes. Au total, trois arrondissements ont été concernés par cette réponse à la politique de développement de l’agriculture urbaine qui entend contribuer à la lutte contre la pauvreté. Avec une enveloppe de 45 642 500 FCFA, le projet, financé par le bureau de la coopération suisse au Burkina et exécuté entre janvier et mai 2011, a permis d’augmenter la disponibilité de la ressource en eau pour le maraîchage, d’améliorer le rendement des cultures maraîchères dans la zone du projet, d’améliorer les revenus des maraîchers, de renforcer leurs connaissances sur les techniques de productions maraîchères.

Dans la série de projets de la municipalité déjà mis en œuvre ou à venir, figure en bonne place le « Projet pilote de lutte contre le paludisme par l’utilisation de biolarvicides dans la ville de Ouagadougou ». La Commission de l’UEMOA a signé en avril 2009 avec la république de Cuba un accord de coopération pour la mise en œuvre d’un programme de contrôle du paludisme par l’utilisation de produits biologiques pour la lutte antivectorielle dans ses Etats membres. C’est le Burkina qui a été retenu pour tester l’efficacité de la stratégie avant son extension aux autres pays.

La signature de la convention entre l’UEMOA, le ministère de la Santé du Burkina, la mairie de Ouagadougou et le groupe cubain LABIOFAM pour l’exécution du projet d’un coût de 1 225 806 044 FCFA prévu pour durer deux ans, est intervenue en août 2010. L’objectif dudit projet est de contribuer à réduire la morbidité et la mortalité liées au paludisme dans la ville de Ouagadougou, et plus spécialement la réduction de la densité larvaire de 80% et de 50% le nombre de cas de paludisme simple confirmé dans la capitale. Comme mode opératoire, a été retenue la lutte antivectorielle à travers le traitement des gîtes larvaires, la lutte contre les moustiques par pulvérisation extradomiciliaire d’insecticides chimiques, l’assainissement du cadre de vie par la destruction physique de gîtes larvaires.

Les biolarvicides qui n’ont aucun effet nuisible, ni sur l’homme ni sur la flore et la faune, sont présentement sous douane, selon le maire de Ouagadougou, Simon Compaoré, en attendant d’être sortis pour permettre la mise en œuvre effective de la phase pratique du projet.
L’assainissement des quartiers périphériques de la ville est un projet de cinq composantes qui est soutenu par la BAD et dont les études de faisabilité sont à ce jour terminées. Son financement, qui est à rechercher, est estimé à 480 160 524 FCFA et est assuré à 80% par la « Facilité africaine de l’eau », et par le Burkina à 12%.

En prévision d’éventuelles innondations, 321 km de caniveaux ont déjà été curés.
La réalisation d’un ouvrage de drainage des eaux pluviales à Boulmiougou, la question des cimetières, l’élaboration du plan d’occupation des sols de la commune de Ouagadougou (POS) et le programme d’amélioration de la mobilité dans la ville…ont également fait l’objet d’échanges avec les hommes de médias au cours de la rencontre.

Pour Simon Compaoré, le mandat du Conseil municipal actuel qui tire vers sa fin n’est pas une raison pour baisser les bras. Au contraire, tout est mis en œuvre pour laisser, le moment venu, à la nouvelle équipe un « portefeuille » de projets des plus consistants.

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 août 2011 à 13:36, par mackiavel
    En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

    Franchement,
    Avant toute modification sur son environnement, il faut bien savoir quelles en seront les conséquences. Les moustiques font partie de la biodiversité et à cet effet, ils ont bien leur place dans l’écho-système.
    Par conséquent, je propose de ben réfléchir avant d’éliminer nos moustiques afin que d’autres prédateurs ne viennent pas nous manger. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

    • Le 10 août 2011 à 17:28, par YamYid m zoa
      En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

      Vous avez raison de souligner ce point, ... on peut distribuer les moustiquaires aux gens, il y a des pommades en europe qui eloignent les moustiques des hommes, on peut voir comment les fabriquer au Faso et les vendre à très bas prix ou même les distribuer aux personnes vulnérables (enfants, femmes enceintes, personnes atteintes de maladies chroniques, ...). En france, en Camargue, ils ont utilisé des produits bio pour tuer les moustiques et ils se sont rendu compte qu’au bout d’un temps, la population des hirondelles qui se nourrissaient de moustique diminue aussi, les femelles produisant moins d’oeufs ! Ils sont en train de voir s’il faut arreter cette stratégie ou continuer et modifier franchement l’eco-système !
      Tirons benefice de ce qu’autres ont déjà fait, ...

      Répondre à ce message

    • Le 10 août 2011 à 21:10, par Bia
      En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

      Franchement,soyons serieux ! Entre ces milliers d’enfants qui meurent dans nos hopitaux et les moustiques ou les hirondelles il faut faire un choix.
      - le procedé est tout simple : l’on expend (ou l’on pulvérise de la poudre bio, (généralement des champignons microscopiques qui ont la capacité de s’attaquer et de détruire les larves de moustiques.
      En d’autres endroits c’est des poissons qu’on utilise...
      Il n’a rien de chimique ou d’artifice).
      Alors de quoi a-t-on peur ? De grâce si vous n’aviez rien à dire, taisez-vous au risque de désinformer les gens ! Ou bien si vous le voulez bien vas-t-en ailleurs élever vos moustiques et hirondelles. (vous deux) !

      Répondre à ce message

      • Le 11 août 2011 à 18:13, par YamYid m zoa
        En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

        Huuuum, huuummm, huummm,

        Jusqu’à preuve du contraire, personne n’a dit de ne pas pulveriser, il faut en toute chose mesurer les conséquences avant, ... juste vérifier qu’il n’y a pas d’autres effets non pris en compte qui pourraient se retourner plus tard contre ces mêmes populations ! Principe de précaution !

        Je me rappelle qu’enfant, on pulverisait un gaz pour tuer les moustiques mais ça n’empechait pas de choper le palu après, il faut d’autres mesures d’accompagnement à cette campagne d’assainissement (moustiquaires impregnées, pommade et spray pour le corps et les habits pour les avoir utilisés, je sais que ça marche).
        Ils vont lacher les poissons et les champignons où, dans chaque cour ? Sinon, si c’est juste pulveriser une nuit et faire croire qu’on a fait un bon truc, je vous attends quant aux résultats, ...

        Bon courage à tous !

        Répondre à ce message

  • Le 9 août 2011 à 13:37
    En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

    C’est trés bien et une très bonne initiative cette forme de lutte contre le Palu. Mais les produits sont toujours sous douane. Quand est-ce ils vont être liberés et les pulverisations réalisées. Il nous plait de nous souvenir de la merveilleuse idée de donner les mousticaires antimosutiques qui n’ont éte distribués pour la grande majorité qu’a partir de novembre. quand il n’avait moins de moustiques.

    Il faudra veiller à ne pas reéditer ce mauvais exploit au moment de l’éxecution.

    Merci bien et courage à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2011 à 15:31
    En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

    Les moustiques sont élevés dans les wc. Comment ils vont procéder, vont-ils renter dans la cour des gens ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2011 à 15:55, par Aliendé
    En réponse à : Lutte contre le paludisme à Ouaga : Des Cubains pour une destruction massive des larves

    Bonjour
    Je suis convincu d’une chose en regardant cette photo de nos amis Cubains : c’est que celui qui en veste et cravate est un Burkinabé. On devient de plus en plus ridicule devant nos étrangers en se sentant obligé de s’habiller de cette façon à toutes les occasions de regroupement.
    C’est ainsi qu’un jour, en suivant la télé, lors d’une visite du Ministre de l’Agriculture dans un champ de mil, j’ai vu quelqu’un (un burkinabé) en veste et cravate juste à côté de celui-ci. Quand même !!!!!!!!! Faites pardon !!!!!!!
    Même les français que nous singeons tant n’ont plus ce comportement.
    Excellent séjour à nos Amis Cubains !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés