Risques d’inondations : L’appel du maire de Ouagadougou

jeudi 4 août 2011 à 04h04min

Le maire de la ville de Ouagadougou, Simon Compaoré, a demandé, ce mercredi 3 août 2011, aux populations installées dans les zones inondables de la ville de quitter les lieux. Les autorités municipales craignent un remake de la catastrophe du 1er septembre 2009, survenue après des pluies diluviennes, qui avaient causé la mort d’une dizaine de personnes et fait 150 000 sans-abri.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« A tous ceux habitent dans les zones dites inondables, dans les bas-fonds, dans le lit des trois barrages -N°1, N°2 et N°3- ceux qui sont à Lanoag-Yiri, pour ne citer que ces endroits emblématiques, je lance un appel à tous ceux qui sont encore dans ces zones-là de bien vouloir bouger. (…) On ne sait pas ce qui peut arriver demain. Qu’on ne soit pas obligé d’être mis devant le fait accompli… ». C’est là, en substance, l’appel lancé par le maire de la ville de Ouagadougou devant la presse nationale ce mercredi.

Simon Compaoré n’a pas la mémoire courte : le 1er septembre 2009, suite à des pluies diluviennes, plus de 150 000 personnes s’étaient retrouvées sans abri tandis qu’une dizaine d’autres trouvaient la mort, principalement dans la capitale. Plus de 17 milliards de francs CFA ont été déboursés pour secourir et reloger les sinistrés. L’occupation anarchique des zones inondables et des zones de servitudes par des habitations, des aménagements ou des installations inappropriées ; la précarité de l’habitat ; ainsi que l’absence et le dysfonctionnement des réseaux de drainage et d’évacuation des eaux avaient été pointés du doigt par le rapport publié par le Conseil de gestion des secours d’urgence (Cogesur).

On observe que l’avertissement du maire intervient après une alerte sur des risques d’inondations lancée par le ministère des Transports, des Postes et de l’Economie numérique (MTPEN). Simon Compaoré, qui note que « la météo a bien fait d’attirer notre attention », a par ailleurs indiqué que 300 kilomètres de caniveaux ont déjà été curés par la municipalité et ses partenaires pour faciliter l’écoulement des eaux de pluie. Ce qui le conduit à lancer un second appel aux citadins : « S’il vous plaît, n’encombrez pas ces caniveaux-là de détritus. Les caniveaux ne sont pas des dépotoirs d’ordures ménagères. N’utilisez pas les eaux de pluie pour écouler vos ordures. Cela bouche les caniveaux et les empêche d’être fonctionnels », a-t-il plaidé.

wendonde

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 août 2011 à 11:30, par SONGTAABA
    En réponse à : Risques d’inondations : L’appel du maire de Ouagadougou

    Bjr
    merci à Monsieur le Maire et à toute la municipalité pour les efforts consentis dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des Ouagadougoulais. Malgré les multiples appels du Maire Simon COMPAORE force est de constater que les caniveaux sont utilisés comme puisards et poubelles par certains de riverains. La Mairie ne gagnerait il pas a constituer des brigades de salubrités de de surveillance dans les différents secteurs moyennant renumération.Ce qui contribuerait à générer des économies sur les milliards utilisés chaque année dans le curage des caniveaux sans resultats concrets de même qu’il y aura création d’emplois permanents pour bon nombre de jeunes en quete d’emploi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés