Football commerçants/militaires : La réconciliation après la mutinerie

jeudi 4 août 2011 à 04h03min

Il y a quelques semaines, personne n’aurait parié sur de telles retrouvailles entre les commerçants de la ville de Bobo-Dioulasso et les militaires de la deuxième région militaire. Principales victimes des casses et des pillages lors des mutineries du 31 mai au 2 juin 2011, les commerçants avaient fini par vouer aux gémonies les bérets rouges de la ville de Sya. Deux mois après, les voilà sur la même pelouse, disputant un match. C’est la réconciliation qui est désormais en marche entre ces deux corps de métier, après plusieurs jours passés à se regarder en chiens de faïence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Jeudi 2 juin 2011. Il est 8 heures lorsque des attroupements de commerçants sont constatés partout dans le centre-ville. Le réveil encore une fois a été douloureux pour ces derniers, qui venaient de subir une troisième nuit consécutive de casses et de pillages.

Trop, c’est trop, chantaient en chœur ces victimes, qui n’avaient que leurs yeux pour pleurer devant ces pertes énormes dont ils avaient fait l’objet depuis le déclenchement du mouvement de la soldatesque. Visiblement excédés par cette situation de mutinerie qui n’avait que trop duré, des commerçants se décident alors à manifester leur colère dans les rues de la ville au cri de « militaires voleurs ».

Les plus audacieux empruntent l’avenue de la République pour se diriger vers le camp Ouezzin-Coulibaly, qui était le QG des mutins. Mais leur marche sera stoppée trois cents mètres plus loin, car les jeunes soldats n’étaient pas du genre à plaisanter. Ce qu’ils feront d’ailleurs savoir en sortant de la caserne dont ils s’étaient rendus maîtres pour tenir les commerçants en respect et à distance par des coups de rafales en l’air. Un semblant de face-à-face s’installa aux environs de 11 heures mais avec le déséquilibre des forces, les manifestants finiront par rebrousser chemin.

Des commerçants impuissants et visiblement remontés contre des militaires qu’ils accusent de vols et de pillages. Et malgré leur détermination à se rendre justice, ces victimes des casses n’avaient pas d’autre choix que d’abdiquer devant la force de frappe des mutins. Et depuis, les relations entre commerçants et militaires dans la ville de Bobo-Dioulasso en avaient pris un sérieux coup et les rapports entre eux étaient plus que jamais tendus.

Il a fallu engager d’âpres négociations avec l’implication de responsables des différentes parties pour parvenir à un dégel de la situation. Le retour de la confiance et de la sérénité dans les deux camps s’est traduit par ce match de gala que les « ennemis » d’hier ont livré le week-end dernier au stade Wobi de Bobo-Dioulasso. Et au-delà du résultat de ce match remporté par des commerçants revanchards sur le score d’1 but à 0, c’est plutôt l’esprit de cette rencontre qu’il faut saluer.

Et avec cette ambiance qui a prévalu durant toute la partie, on peut dire sans risque de se tromper que les nuages qui obscurcissaient les relations entre commerçants et militaires se sont dissipés à jamais. Même que les deux parties se sont retrouvées au mess mixte de garnison pour trinquer en toute convivialité.

C’était en présence du commandant de la 2e région militaire, le colonel Léon Koné ; du commandant de la 2e région de gendarmerie, le colonel Serge Alain Ouédraogo, ainsi que d’un nombreux public témoin de l’évènement.

Un trophée en bronze, symbole de la réconciliation, a été remis au représentant des commerçants sous les ovations du public ; signe d’une adhésion populaire à cette démarche de réconciliation mais aussi de l’aboutissement heureux des nombreuses démarches qui ont permis ces retrouvailles entre commerçants et militaires.

Jonas Apollinaire Kaboré

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés