FOOTBALL : La ligue du Nord demande le départ de Zambendé Théodore Sawadogo de la fédération

mercredi 27 juillet 2011 à 05h27min

L’écrasante majorité des membres de la ligue régionale du Nord de football est remontée contre le président de la Fédération burkinabè de football (FBF), Zambendé Théodore Sawadogo. Ces membres, avec à leur tête, le premier vice- président de la Ligue, Ibrahima Barry, l’ont fait savoir au cours d’une conférence de presse le dimanche 24 juillet 2011 au stade municipal de Ouahigouya.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Sur les 13 membres que compte la ligue régionale du Nord de football, 9 étaient effectivement présents à la conférence de presse du dimanche 24 juillet dernier. Au centre du présidium, Ibrahima Barry, premier vice-président de la ligue. A sa droite, le secrétaire général adjoint, Aboubacar Sawadogo. Les conférenciers prennent le soin de s’assurer que tous les organes de presse officiant dans la région du Nord sont présents. A 16 h 27 mn, Ibrahima Barry peut alors entamer la lecture de la déclaration liminaire. A l’entendre, le bras de fer qui oppose la structure régionale à celle nationale remonte à avril dernier au moment où Ouagadougou vivait sous couvre-feu pour cause de mutinerie de soldats.

Se fondant sur ce "cas de force majeure", la Fédération burkinabè de football (FBF) avait décidé de reporter le match entre l’USO et l’USY qui devait se jouer le 16 avril 2011. Il s’en est suivi des échanges de courriers parfois incendiaires entre la FBF et la ligue régionale du Nord. Par la suite, un des responsables de la ligue nationale a effectué une visite privée à Ouahigouya au cours de laquelle il a pu rencontrer les sieurs Idrissa Ouédraogo et Abdoulaye Sawadogo, respectivement présidents de la ligue du Nord et de l’USY. Cette rencontre qualifiée de "deal" n’a pas été du goût des autres membres de la ligue d’où la montée de la tension. On assistera à des dissensions au sein de la structure sportive du Nord. D’un côté, il y a les modérés composés du président et du trésorier. De l’autre, le 1er vice-président et les autres membres.

Le match USO-USY, reporté à 4 reprises, s’est finalement joué à Gourcy le 24 juillet dernier au moment même où se déroulait la conférence de presse. Ceci a été possible grâce à l’accord des modérés et du président de l’USY. "L’accord tacite" est perçu comme une trahison par les radicaux qui disent ne plus reconnaître Idrissa Ouédraogo comme président de la ligue de football du Nord. En tout état de cause, une assemblée générale est prévue pour officialiser sa destitution.

Une saisine de la FIFA envisagée

Au sujet de la FBF, les contestataires demandent la démission pure et simple de son président, Zambendé Théodore Sawadogo. En outre, la ligue n’attend pas s’arrêter là puisqu’elle envisage d’envoyer le litige au niveau de la Fédération internationale de football association FIFA. Obtiendront-ils gain de cause auprès de la FIFA ? "Si nous ne trouvons pas satisfaction, nous explorerons d’autres voies. De toute façon, nous ne travaillerons plus jamais avec cette fédération", a laissé entendre le vice-président de la ligue. Au cours de ce point de presse, les animateurs n’ont pas été tendres avec certains responsables de la FBF, notamment avec son président, son secrétaire général et son premier vice- président.

En revanche, les frondeurs ne ferment pas la porte au dialogue à condition que cela soit postérieur au départ de Zambendé Théodore Sawadogo et de ses plus proches collaborateurs. Question d’un journaliste : "n’avez–vous pas placé la barre un peu haut en demandant la démission du président de la FBF ?" Pas du tout, répondent en chœur les conférenciers pour qui cette décision est irrévocable. "Ne craignez-vous pas de ternir encore davantage l’image de marque du sport après la finale avortée de la Coupe de l’espoir ?, questionne un autre journaliste. L’interrogation, est battue en brèche par Ibrahima Barry et ses proches collaborateurs qui ne veulent pas faire ce parallélisme.

"Nous désavouons toute l’instance dirigeante qui s’est montrée incompétente pour gérer cette crise qui est partie d’un déficit de communication", lâche un membre de la ligue. A signaler que les 4 autres membres n’ayant pas pris part à la conférence de presse sont le président de la ligue, le trésorier et 2 autres membres de la ligue résidant à Yako. Dans quel camp se situent ces membres, les conférenciers ne l’ont pas précisé.

Hamed NABALMA.

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés