Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

mercredi 27 juillet 2011 à 05h29min

C’est incontestablement une des figures majeures de la diplomatie burkinabè. Et il faut espérer qu’il va trouver le temps de rédiger ses mémoires. Michel Kafando était ambassadeur, représentant permanent du Burkina Faso auprès de l’ONU depuis… le 15 avril 1998 ; et il avait été ministre des Affaires étrangères et de la Coopération dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo au temps du CMRPN mais également dans les gouvernements du médecin-commandant Jean-Baptiste Ouédraogo au temps du CSP. C’est dire qu’il connaît mieux que quiconque l’histoire diplomatique de la Haute-Volta et du Burkina Faso.

Né le 18 août 1942 à Ouagadougou, Michel Kafando a suivi ses études secondaires au collège Jean-Baptiste de la Salle (1956-1963) où il obtiendra son BEPC puis un bac « sciences ex » comme on disait alors. Ses études supérieures vont le conduire à Dakar (1964-1968), Bordeaux (1968-1970), Paris (1970-1972) et Genève (1972). Licence de droit public, licence de sciences politiques, diplôme du Centre européen de la dotation Carnegie pour la paix internationale en poche, il rejoindra le ministère des Affaires étrangères où, après avoir fait ses premières armes en tant que diplomate, il sera successivement directeur de la coopération internationale (1976-1978), directeur des relations internationales (1978-1979), directeur des organisations internationales (1979-1981), conseiller technique du ministre des Affaires étrangères - en l’occurrence Moussa Kargougou - pour les questions juridiques et de coopération internationale (1978-1980). Kargougou était un instituteur formé à l’Ecole normale William Ponty de Dakar engagé dans les rangs de l’UDV-RDA ; il avait été ministre dès 1958 au temps de « Monsieur Maurice » mais avait été exclu brutalement du gouvernement en octobre 1963. C’est le général Sangoulé Lamizana qui, le 13 janvier 1977, en fera son ministre des Affaires étrangères à l’occasion de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. C’est dans ce contexte que Kafando va s’initier aux arcanes de l’univers politique voltaïque.

Le 25 novembre 1980, le colonel Saye Zerbo évincera du pouvoir le général Lamizana. Dans le gouvernement formé le 7 décembre 1980, c’est le lieutenant-colonel Félix Tientarboum qui deviendra le numéro 1 avec le portefeuille des Affaires étrangères et de la Coopération. Le 30 septembre 1982, c’est Kafondo - représentant permanent de la Haute-Volta auprès des Nations unies depuis 1981 - qui le remplacera (mais il n’est que le numéro 6 du gouvernement). Quelques semaines plus tard, le 7 novembre 1982, un coup d’Etat militaire va renverser Saye Zerbo. Le CSP remplace le CMRPN. Jean-Baptiste Ouédraogo se retrouve chef de l’Etat. Kafando va conserver son portefeuille et devient le numéro 3 du gouvernement ; il est, me semble-t-il, le seul « survivant » du précédent gouvernement. Il conservera son poste dans le gouvernement formé le 4 juin 1983 dont il sera, alors, le numéro 2 derrière l’homme clé du régime, le commandant Moné Harouna Tarnagba, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Entre-temps, du 19 janvier au 17 mai 1983, le capitaine Thomas Sankara aura été nommé premier ministre (il avait été, déjà, secrétaire d’Etat à l’Information, de septembre 1981 à avril 1982, au temps de Saye Zerbo).

Kafando sera alors considéré comme un de ceux qui ont suscité l’arrestation de Sankara (officiellement pour ses connexions avec Mouammar Kadhafi qui avait débarqué à Ouagadougou le 30 avril 1983, quelques mois après le séjour à Syrte de Sankara). Je rappelle que Jean-Baptiste Lingani, alors secrétaire permanent du CSP, a été arrêté en même temps que Sankara (ils seront libérés le 31 mai 1983 ainsi que les anciens dirigeants politiques : Maurice Yaméogo, Sangoulé Lamizana et Saye Zerbo) tandis que le capitaine Henri Zongo envisageait de faire du camp Guillaume un pôle de résistance et que Blaise Compaoré, ayant échappé au piège qui lui était tendu à Ouagadougou, avait regagné Pô. C’est le fameux « 17 mai 1983 » que la gauche révolutionnaire qualifiera de « nouveau coup d’Etat » : Guy Penne (« Monsieur Afrique » de François Mitterrand) est, à ce moment-là, en visite officielle à Ouaga ! Kafando, en charge des affaires étrangères, sera considéré comme un des promoteurs de ce « coup d’Etat » au nom du « libéralisme économique » et de « l’anti-communisme marxiste-léniniste ». Le 4 août 1983, Sankara, Compaoré, Lingani et Zongo s’emparent du pouvoir. Hama Arba Diallo (futur candidat à la présidentielle 2010) devient ministre des Affaires étrangères (Relations extérieures dans la dénomination d’alors) dans le gouvernement du CNR formé par Sankara le 24 août 1983.

Kafando est « out » tandis que la « Révolution » renforce ses positions diplomatiques. On le retrouvera bientôt sur les bancs de la Sorbonne. Il y prépare une thèse de doctorat qui a pour sujet « les Etats du Conseil de l’Entente (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Niger, Togo) et les pays de l’Est : de l’hostilité idéologique à l’ouverture diplomatique ». Nous sommes alors en 1990. A Ouaga, Compaoré a pris la suite de Sankara ; la « Rectification » est en marche, qui aboutira à la mise en place des institutions « démocratiques » (le premier congrès du Front populaire se tiendra du 1er au 4 mars 1990), et à Berlin le mur vient de tomber. C’est dire que la réflexion de Kafando s’inscrit dans l’air du temps. Un air du temps qui lui sera favorable et va lui permettre de revenir sur le devant de la scène, non pas politique mais diplomatique (quoi que l’ONU soit à la confluence des deux domaines d’action) : le 15 avril 1998, il présente ses lettres de créance au secrétaire général des Nations unies en tant qu’ambassadeur, représentant permanent du Burkina Faso. Ainsi, il aura exercé la même fonction pour la Haute-Volta (1981-1982) puis pour le Burkina Faso (1998-2011). Belle performance !

A New York, il prend la suite de Gaëtan Rimwanguiya Ouédraogo. 1998 est une année magique pour le Burkina Faso qui organise deux événements continentaux majeurs : la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football et le sommet des chefs d’Etat de l’OUA. Président en exercice de l’organisation panafricaine, Compaoré va s’exprimer dans Le Figaro (samedi 6-dimanche 7 juin 1998) sur les ambitions qui sont les siennes pour l’OUA, l’Afrique et les relations internationales de l’Afrique ; ce sera, en quelque sorte, la feuille de route de Kafando (bien plus que « Les voies de l’espérance », le fascicule publié par Compaoré en août 1998 qui, en matière d’action diplomatique, ne sort pas des grandes généralités). Kafando va débarquer à New York en un temps où, dix ans après l’accession au pouvoir de Compaoré, le Burkina Faso pense pouvoir émerger sur la scène sous-régionale, continentale et internationale. Mais « l’affaire Norbert Zongo » va mettre un coup d’arrêt à cette ambition.

On rappelle alors, à Paris comme à New York et Washington, que Compaoré c’est « la révolution marxiste », le soutien à Charles Taylor, l’amitié avec Kadhafi, etc. Pas de quoi enthousiasmer l’Amérique et les Nations unies. Il faudra, qu’à New York comme à Washington, les représentants burkinabè (qui ne seront jamais des ex-« révolutionnaires », bien au contraire : Kafando en est la preuve) multiplient les efforts pour redonner au Burkina Faso une visibilité internationale et une crédibilité diplomatique. L’implication de Compaoré dans la résolution des crises togolaise et ivoirienne (après sa gestion des dossiers touareg et tchadien) va changer la donne : le 16 octobre 2007, le Burkina Faso sera élu membre non permanent du Conseil de sécurité pour 2008-2009 et les 22-23 avril 2008, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se rendra en visite officielle au Burkina Faso.

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 26 juillet 2011 à 19:38 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Remarquez qu’il a fini ses études en 1972 et dès 1976 il a commencé à n’etre que directeur. C’est dire qu’à l’époque la jeunesse était valorisée. Pourquoi les gens de la génération des Blaise Compaoré quand ils avaient la quarantaine ont bénéficié de cette compréhension (promotion) des anciens de l’époque et aujourd’hui ils sont tous refractaires à se faire remplacer par des jeunes. A aller à l’alternance en un mot. C’est revoltant, 1)ils ont tous bénéficié des bourses d’études et quand ils sont arrivés au pouvoir, ils les ont supprimées 2) ils ont bénéficié des promotions de part les anciens de l’époque et quand ils sot arrivés aux affaires ils ont tout bloqué et aucun jeunes ne peut esperer etre DG, ministre, ambassadeur avant 40ans 3) ils ont bénéficié des logements moins chers des 1200 logements, cité an 2, an 3 an etc et quand ils se sont installés aux affaires ils l’ont bloqué (la parcelle coute en moyenne 4 brique à ouaga= 2ans de masse salariale d’un medecin. Je dis bien masse salariale). A ce dernier point ils ont fait semblant de construire des cellules (voir 10000logements sociaux, pardon cellules sociales) pour brandir qu’il ya une politique de logement.4) ils ont été temoins des alternances politiques et quand ils sont monté ils ont dit que Blaise est un messie si bien que les jeunes qui ont 25 ans aujourd’hui ne sont pas surs de voir un autre PF avant de mourrir car l’esperance de vie est 45 ans et baisse au fur et à mésure que ce regime perdure. Bon j’arrete comme ça. A quelqu’un d’autre de continuer.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 00:15, par l´homme En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      Mec. C´est bien tout ce que tu raconte. je suis parfaitement d´accor. Mais toi meme, quand tu y pense. à tu déjás été phisiquement actif pour des causes de ce genres. Ils ont, ils ont....
      Je pense que l´heure est d´agir. Car tout le monde peu écrire ici. Depuis que je li les commentaires sur lefaso.net, je remarque que 99% s´adonne à des critiques sans faires des propositions concrete et c´est ce que je déplore. Je réagi à ton commentaire mais en réalité je devrai réagir á beaucoup d´autres.
      Je pense qu´il faut que la jeunesse se cultive d´avantave pour connaitre elle meme les maux du pays afin de pouvoir participer à un débat digne.

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 00:19 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      En 1976n il y’avait combien de bacheliers au burkina ne parlons pas des maitrisards ? Burkina de 1976 n’est pas celui de 2011 donc reste patient et ton tour viendra. C’est n’est pas une courses contre la montre.
      Si tu te sens si compétent et que l’Etat ne veut pas te nommer et que tu es impatient, libre à toi d’aller faire valoir ton savoir faire ailleurs en attendant d’atteindre la quarataine

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 02:55, par yirmoaga En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      Il ne faut pas chercher si loin. A l’epoque, il n’y avait pas de nombreux diplomes ni de nombreux etudiants. La population de la Haute volta en 1977 etait autour de 6 millions d’hbitants. Il yavait une forte demande pour une offre tres faible. Il etait donc quaiment assure d’obtenir un poste apres ses etudes.

      On se plaint souvent en oubliant ce opint. Meme si gouverner c’est prevoir, les previsions sont vites depassees.

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 08:43, par Tapsoba En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      Pourquoi les tenants du pouvoir ne veulent promouvoir la jeunesse,parce que tout simplement ,sous les précédents régimes,on avait besoin des compétences qui puissent servir le pays.Or ,sous Blaise,on se sert prioritairement et inpuniment  ; donc pas besoin d ouvrir le mangeoire à un jeune loup encore moins à des compétences .

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 09:43, par karim En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      belle analyse mon frère. nous avons été les premiers NB : c’etait les lettres ecrit devant nos noms quand on est allé la direction de l’orientation et des bourses. ca voulait dire Non-Boursiers. Melegué, le souffreteux du CDP etait la source insultante de ns malheurs. nous avons été lacrymogené et detenu á la sureté en Janvier-Fevrier 1993. et ce fut le FONER que l’ANEB a essayé de defendre et de soutenir á defaut d’obtenir la bourse pour les fils de pauvres et de paysans que nous étions, car venus du Faso profond. cette generation au pouvoir depuis 1983 et avec sa horde de gourmands appatrides et insoucieuses barre la route aux jeunes qui contre vents et marrés ont puis sortir de l’ignorance intrellectuel. Nous sommes determinés, ambitieux et battant...le pouvoir est une question de génération, c#está nous de foncer car patriote, plein d’idées pour notre cher Faso que nous voulons debarasser de la corruption, du laxisme et du manque de strategie pour un developpement partagé et adapté aux besoins locaux

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 12:04, par Kayélé En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      Parfait analyse partagée par la majorité des jeunes et parents conscients qui s’échinent pour payer les études de leurs enfants pour qui l’avenir professionnel est plus que sombre. Que Dieu nous sauve de ce bourbier.

      Répondre à ce message

    • Le 27 juillet 2011 à 14:13, par Ben Ischam En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      La promotion des jeunes cadres est plus que nécessaire pour que de nouvelles idées, manières de voir puissent émerger dans ce Burkina et amorcer ainsi son développement. C’est le véritable gage d’une émergence assurée - pour utiliser un terme à la mode au pays sans qu’on sache à quoi cela rime. Souvenez vous que le parti au pouvoir a fait une "réunion/atelier/conférence" sur ce sujet sans qu’on ne soit avancé sur la question. C’est tout dire sur la mentalité.

      Répondre à ce message

    • Le 1er août 2011 à 15:42, par Le Gonze En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

      Je vous félicite et vous admire pour votre perspicacité. Ce que vous avez dit n’est même pas une critique, mais un simple constat...

      Brave Burkinabé !

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet 2011 à 21:38 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    69 ans. Tonton bonne retraite.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 08:04, par KONSIMBO En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Chapeau bas, Immortel Kafando !

    Ceux qui ont servi sous cet grand homme d’Etat ne tarissent pas d’éloges sur sa valeur pédagogique et son sens très élevé du professionalisme et du patriotisme ! Nous irons à votre école !

    Grand monument de l’histoire diplomatique du Burkina Faso ! Vivement que vous écriviez vos émoires qui serviront inconstestablement de source nourricière pour une plus grande émergence diplomatique du Faso et bien d’autres pays !

    Félicitations pour une carriére dorée et longue vie !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 09:35, par Pawalmdékiswendsida En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Au moins une nouvelle bonne décision sage du régime. Ceux qui ont des années de service, ont commencé très tôt, à un âge parfois insignifiant à jouer des rôles. Aujourd’hui"hui, aux Affaires Étrangères, les anciens ne veulent pas entendre parler des jeunes qu’ils qualifient fièrement" des enfants". Voyez-vous la carrière de ce "jeune vieux" KAFANDO ? Observez aussi les nominations dans les autres ministères, ce sont des jeunes qui avec leur premier échelon, sont nommés à des postes de responsabilité. Il faut que les choses changent et l’espoir est permis avec son Excellence BASSOLE.
    On attend avec beaucoup d’assurance qu’il renverse les murs construits par certains de ses devanciers comme YIODE (mes excuse, c’est plutôt YODA) et YISGOU (ça doit être YOUSSOUF) qui passaient le temps à faire la promotion des membres de la famille politique et biologique.

    Même si son expérience est riche, il reste que le fait d’avoir fait 13 ans dans le même poste ne me parait pas commode et remet en cause, tout ce que j’ai défendu dans les premières lignes"la promotion de la jeunesse". Si un jeune promu vieilli, qu’on le remplace.

    Il faut cependant admettre aussi, qu’il n’était pas le seul à mériter ce poste et qu’à ce titre, il aurait pu être remplacé il y a des années. Ce n’est pas louable d’envoyer quelqu’un pour 13 ans à l’ONU comme si l’État se limitait à lui seul.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 10:30 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Merci à ce Grand Diplomate burkinabè
    C’est un homme de grandes qualités tant humaines que professionnelles. Merci à lui pour tout ce qu’il a fait pour le Burkina Faso. Je lui souhaite une santé de fer et beaucoup de succès dans ses activités futures.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 11:45 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    69 ans ! 9ans de plus que l’age de la retraite. Combien de carrières avez vous bloqué pendant 9 ans, combien de jeunes sont resté dans le chômage pendant tout ce temps. J’espère que le gouvernement prendra la mesure des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 12:06 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Tous mes voeux de santé et de longévité accompagnent ce digne fils du Burkina !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 12:53 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Mon frère premier intervenant, c’est notre sale mentalité actuelle, les premiers dirigeants, LAMIZANA, par exemple, étaient plus ouverts, sans avoir été dans de très grandes ecoles....

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 13:10, par kario En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Ce monsieur merite un repos. vu le travail qu’il a abbatu. gràce à des gens comme monsieur KAFANDO, la diplomatie burkinabé a brillé et continue de l’ètre pour le bonheur de son peuple. je souhaite vivement qu’il ecrive ses memoires pour eclairer davantage les jeunes diplomates, et surtout pour ceuxx qui veulent entamer une carrière diplomatique. je connais beaucoup de burkinabés qui parlent de lui en bien. de sa modestie. d’aucuns disent qu’il a la diplomatie dans son sang. vivement une bonne retraite pour vous EXCELLENCE !

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 15:53, par merci king black En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    je l’ai connu ministre des affaire étrangère du CMRPN et depuis toujours il est diplomate.Il a toujours su faire briller le drapeau burkinabé au firmament de la diplomatie internationale.De même une carrière bien méritée,de même une retraite bien méritée.BRAVO excellence !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 16:07, par Gberdao Gustave Kam (Juge TPIR) En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Je voudrais dire que le Grand frère Michel Kafando que j’ai eu l’occasion de connaître est vraiment un grand homme. Je peux parfaitement témoigner que j’ai pu bénéficier de ses hautes compétences et qualités professionnelles lorsqu’il a soutenu avec succès mon dossier de candidature au TPIR devant l’Assemblée Générale des Nations Unies. Il se retire aujourd’hui de la vie publique après tant d’années de bons et loyaux services rendus à l’Etat Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 18:46, par Grand-frère. En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Cher frère KONSIMBO,
    Tous les hauts fonctionnaires de l’époque (sauf quelques très rares exceptions), étaient compétents et avaient un sens très élevé du professionnalisme et du patriotisme !
    Parce qu’ils avaient amplement mérité leur diplôme, que l’enseignement était correct et dispensé par des hommes consciencieux, que l’école était une courroie de transmission de valeurs positives de la société.
    Aujourd’hui, on ne peut pas en dire autant pour mille et une raisons.
    Grand-frère.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2011 à 21:43 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Oui pour la relève ! Oui pour la jeunesse ! Mais regardez à la tele une session de l Assemblée des Nations Unies. Ce sont des hommes d un certain age et de maturité confirmée. Et puis, nos ambassades regorgent de jeunes "pousses" en diplomatie qui feront surement de belles carrieres. Perseverez simplement et bonne chance. Mr Kafando, bonne retraite et l USO vous attend comme au bon vieux temps.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août 2011 à 21:26, par petitmalin En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Juste pour répondre, à ceux qui pensent que 69 ans c’est trop. J’en ai 30 mais sachez que au usa ou en angleterre, l’age de la retraite, pour ceux qui ont suffisamment cotisé est de 65-66 ans. Et ceux qui ont pris leur retraite vont encore travailler à mi-temps pour assurer leur revenus.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2014 à 02:55, par Justicier contre députés pourris En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Nous pas vouloir lui, 3/4 contre lui .c’est perdu d’avance ,s’il passe c’est que la révolution a été troquée. Et nous refusons cela et rejeterons cette magouille

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2014 à 09:48, par Yeral Dicko En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Pendant tout ce temps passée aux affaires le risque d’être efficace est bien réel.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2014 à 00:18 En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Félicitations à cette personnalité qui a servi loyalement le blaiso pour lui donner une image digne à l’international . Mais hélas. qu’il le fasse alors pour notre chère patrie aussi. Le faso a besoin plus que jamais de tous ses fils. Bon courage à tous et son excellence Michel Kaf.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2014 à 06:17, par Honore En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    Bon courage, que Dieu t’assiste dans cette fonction noble et que tu saches que tous les burkinabè entendent que sous toi une base démocratique solide et consolider soit mise en place et une base de la relance économique. Vue votre expérience vous connaissez bien notre pays. Nous te souhaitons plein succès dans la grâce de Dieu. Que Dieu bénisse le président, les fils et filles de la patrie. Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2014 à 06:42, par Le Sage En réponse à : Diplomatie : Michel Kafando quitte New York après une longue carrière

    félecitation,meme si vous avez servi le blaiso.c’est au regard de votre travail que le peuple burkinabè vous jugera

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés