Atteinte des OMD dans les domaines de l’hygiène et de l’eau potable en Afrique : CREPA s’engage à y contribuer à hauteur de 12%

mardi 12 juillet 2011 à 03h18min

Le Centre régional pour l’eau potable et à l’assainissement à faible coût (CREPA) a procédé ce lundi, au lancement de son plan stratégique 2011 – 2015. En prélude à l’événement placé sous le haut patronage du Premier ministre Luc Adolphe Tiao, la direction de l’institution basée à Ouaga s’est entretenue avec la presse nationale spécialisée dans les questions d’hygiène, d’assainissement et d’eau potable.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Fort du nouveau mandat que le conseil des ministres vient de lui donner, à savoir œuvrer à l’accès des populations à l’hygiène, à l’assainissement et à l’eau potable dans l’ensemble des 54 Etats du continent, le CREPA est déjà à pied d’œuvre.
C’est dans cette optique s’inscrit le lancement hier du plan stratégique quinquennal de l’institution.

Ce plan stratégique vise, selon Idrissa Doucouré, directeur général, une amélioration des performances pour une grande efficacité dans la réalisation des objectifs de CREPA en matière d’assainissement et d’adduction d’eau sur le continent.

Le présent cadre d’action intervenant dans un contexte marqué par la lutte pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) dans le secteur, le Centre régional pour l’eau potable et l’assainissement à faible coût a pris un engagement. Il s’agit d’y contribuer à hauteur de 12,5% durant les années à venir ; ce qui équivaut à faire en sorte que 50 millions d’Africains aient accès à l’hygiène, l’assainissement et à l’eau potable.

Pour y parvenir, l’institution entend compter sur son réseau, fort aujourd’hui de 18 pays membres dont le Ghana ; sur l’expertise de son équipe (300 agents) et sur la qualité de sa gouvernance. Pour ce qui est de la mobilisation des ressources financières, le nerf de la guerre, le CREPA, en plus des bailleurs traditionnels, va mettre à contribution d’autres partenaires comme les fondations afin de réunir les 125 milliards de francs CFA nécessaires à la mise en œuvre du plan qui se décline en 4 axes. A savoir le développement de la recherche pour des solutions innovantes et durables ; le renforcement des capacités des acteurs ; l’influence des politiques et stratégies ; et le développement institutionnel et le management du changement.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés