Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

vendredi 1er juillet 2011 à 03h23min

Les lotissements ou plutôt leur suspension, les révocations de maires et la grève du Syndicat des travailleurs des TP, du bâtiment, de l’hydraulique et assimilés (SYTTPBHA) ont fait l’objet d’un point de presse gouvernemental hier 30 juin 2011 à la TNB. Face aux journalistes : Jean-Bertin Ouédraogo (Infrastructures et Désenclavement), Toussaint Abel Coulibaly (délégué aux Collectivités territoriales), et le porte-parole, Alain Edouard Traoré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Que peut faire un citoyen qui a payé, mais qui n’a pas obtenu sa parcelle ? "D’abord, dira le ministre Abel Coulibaly, la suspension des lotissements permettra de faire l’état des lieux... quelles solutions envisagées pour résoudre les problèmes... si des citoyens ont payé pour des parcelles, ils ne doivent pas être brimés", répondra le ministre Toussaint Abel Coulibaly. Simon Compaoré, le maire de Ouaga, a proposé récemment que les maires soient désaisis des lotissements. Y a-t-il toujours des parcelles à lotir ? Quoi lotir alors ?

Pour le ministre en charge des Collectivités territoriales, il faut savoir que c’est le MATD qui a la tutelle des mairies. "Simon n’a fait qu’une proposition, le moment venu, on avisera". Il est d’accord cependant que, compte tenu de la démographie galopante, il y a peu de terres, mais il n’est pas normal, dira-t-il en substance, qu’il y ait des SDF (sans domicile fixe) alors que des marchands de sommeil spéculent sur le foncier. Pour le ministre, il y a les spéculateurs administratifs, mais il y a ceux qui se promènent de non-loti, en non-loti qui revendent les parcelles obtenues et qui exercent donc une autre forme de spéculation.

Y aura-t-il d’autres sanctions après celle du maire de Koubri ?

Selon le ministre, si c’est la seconde révocation d’un maire à Koubri, "c’est qu’il doit y avoir des spécifités là-bas, et il doit y avoir des fautes graves... mais le code des collectivités stipule qu’un maire révoqué ou suspendu a des voies de recours pour rétablir ses droits".

Quel sort réserve-t-on aux 200 contractuels du SYTTBHA ?

"Concernant la plate-forme revendicative du SYTTBHA, nous avons mis un point d’honneur à la satisfaire. Elle concerne 42 points de revendication, nous avons mené un dialogue soutenu avec ce syndicat et on a entrepris de mettre sur pied une commission ad hoc pour examiner les questions, qui sont, grosso modo, au nombre de 3 :

- la question indemnitaire (suggestion, logement, prime de risque...) ;

- la valorisation du capital humain, car il y a des problèmes de contractualisation, entamées dans le cadre de la poursuite du renforcement des capacités... 64 agents ont été retenus sur la base d’un test ouvert, et ils ont obtenu des CDD qui expirent en fin 2011.

Que faire d’eux après ? Que faire pour reprendre ceux qui ont été libérés ? On suggère de les reverser à la Fonction publique, et une commission va y travailler ;

- enfin il y a la question du reclassement des ingénieurs qui ont acquis les diplômes en cours de carrière", répondra Jean-Bertin Ouédraogo.

Du reste, après la rencontre du 27 juin dernier, le ministre des Infrastructures et du Désenclavement se dit surpris de voir que le SYTTPBHA a débrayé, car il y a eu un protocole d’accord qui a été signé, et octobre prochain la rencontre syndicat/gouvernement allait s’y pencher globalement.

Avec toutes ces revendications venant de toutes parts, le gouvernement ne risque-t-il pas de faillir côté budget ?

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, y a répondu en disant en substance qu’il y a à peu près 107 000 fonctionnaires au Faso, qui absorbent 1/4 du budget dans les salaires. "Gouverner, c’est prévoir, c’est pourquoi nous ne promettons pas, nous discutons pour trouver des solutions viables".

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er juillet 2011 à 11:18, par Bonzango
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Il faut que les résidents soient d’abord les prioritaires. J’ai eu l’aubaine d’assister à une session ordinaire d’une mairie de Bobo,où deux conseilleurs de secteur 19 ont adressé une au de ladite mairie. Il ressort dans la correspondance que le maire avait dit qu’aucun résident dudit secteur n’aura pas droit à une parcelle et que les non résidents(les demandeurs) en seront les prioritaires. Ce qui a engendré des tiraillements entre le maire ses deux conseillers qui luttaient pour leur population. Le doute est permis, mais renseignez-vous bien et vous découvrirez la vérité sur mes propos de tout à l’heure.

    Répondre à ce message

    • Le 2 juillet 2011 à 21:23, par lespecialiste
      En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

      salt
      le lotiissement est au coeur du developpement ; a travers celuis on securise les investissemnts des personnes et de l etat mais aussi on planifie les equipements.
      nous sommes presqu ala croise des chemin c est pourquoi le maire reagit ainsi.
      tous les specialistes du domaine sont conscient que ouagadougou
      en terme de superficie n a pas d egale au monde.
      et tout le monde ne peut pas avoir une parcelle a Ouaga.
      c est pourquoi dans le projet Grand Ouaga ; on a retenue un moratoire de 10 ans pour arreter de lotir et de resoudre les problems en cours mais ce document chaque fois arriver en conseil des ministres est rejeter pour des interet dont on igonre
      bref le probleme aujourd hui c est la politique a pris le dessus sur les solutions techniques.
      merc

      Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 12:18, par sidsoré
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Avec tout le respect que j’aie pour le Maire central de Ouaga et de surcroit Président de l’AMBF, je trouve sa proposition irresponsable pour son statut. j’ose croire qu’il a des raisons "beton" pour nous convaincre de sa bonne foi après avoir assisté passivement pendant plusieurs années à la spoluation des populations de sa propre commune par des maires d’arrondissement à sa solde.
    Monsieur le "super" maire central, sois raisonable, implique toi pour l’assainissement de la gestion des opérations de lotissement avec les maires dans la barque et cela contribuera au respect de l’esprit de la décentralisation

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 12:21, par G
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Tout ce que nous souhaitons est que nous les résidents sans discrimination des non lotis ayons nos parcelles le plus tôt afin d’avoir nos esprit tranquilles . Car si cette suspension dure il y aura d’autres spéculations .Il faut aussi éviter de parler d’autochtones et de non autochtones car nous sommes tous des Burkinabé et ce sont ces mêmes qui nous ont vendu les terrains pour que nous construisions donc on doit être pris au même pieds d’égalité . L’idéale serait que d’ici la rentrée prochaine nous puissions être situer pour la scolarisation de nos enfants . Nous souhaitons bon courage au gouvernement pour que les brebis galeux soient débusqués .

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 13:34, par Sans fautes
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Moi, je salue vivement cette décision de suspendre les lotissements en vue de faire l’état des lieux au niveau des mairies. Cela a été une décision très sage et la suite devra aussi être des résultats constructifs et non discriminatoires.

    Sinon, les questions de vie chère et autrtes revendications ne sont rien devant ce qui couvait comme exposif au niveau du foncier. Un exemple parmi tant d’autres : vous arrivez dans un département (devenu commune rurale), vous voyez vos parents, laborieux dans leur quête quotidienne de mieux être, et un jour c’est ceux qui passent leur temps sous les arbres et autres hangars à boire le dolo, qui commencent à s’octroyer qui des motos dernier cri, qui des maisons en dur et que sais-je encore ??? Informations prises, il ressort que ces derniers sont avec le maire : vente de parcelles, usurpation de titre foncier, changement de destination de terrain, ventre de parcelles avant lotissement, etc. Et tout compte fait, les braves paysans sont dépossedés de leur outil de survie : la terre. Et le comble, les acteurs sont leurs enfants, leurs coussins, leurs frères (maires, conseillers, CVD, Ministres, DG, etc.). Et quand on parle, l’interprétation est autre : celui - là est contre nous. Pour eux, la courte échelle est maintenant la voie officielle de réussite sociale.

    Au vu de tout ce qui précède, je pense que la revue de la question du lotissement est vraiment à saluer. Je cite un des propos d’un haut cadre de développement rural, qui essayait de persuader des villageois du bien fondé du lotissement de leur village, car ces villageois n’en voulaient pas. Voici, ce que ce haut cadre a dit aux villageois : "Vous savez, il n’ y a pas de développement sans lotissement, ..., si on lotit notre village, il va se développer, ...". Que répondre ???

    Répondre à ce message

    • Le 1er juillet 2011 à 15:33, par souverainété africaine
      En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

      Voici une question difficile à laquelle on ne peut pas se dérober. Si des mairies, connaissant bien le nombre disponible des parcelles décident quand même de vendre au delà de leur stock, ils faut honorer le contrat avec les demandeurs. La question de foncier au Burkina mérite un regard particulier surtout quand des individus s’en accaparent à leur volonté pendant que juste à coté d’eux d’autres plaident juste pour un lopin de terre pour abriter leur famille.

      Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 14:17
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    ceux qui ont plusieurs maisons à leurs noms faut commencer par eux !!!!

    il faudra penser à informatiser toutes ces opérations on y gagnerait beaucoup en papier et en traitement de dossier la trace écrite est primordiale il faudra penser à faire une trame claire et obligatoire des procédures pour toutes personnes souhaitant acquérir un logement avec le nom du conseiller en charge de l’affaire en cas de plaintes remonter jusqu’au coupable

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 14:51, par autre-façon-de-voir
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Ces ministres parlent de spéculation dans le foncier ? C’est l’Etat même qui encourage ces spéculations. Allez voir comment se font les évaluations des parcelles à la DGI, une parcelle attribuée en 2005 à environ 1 900 000 fcfa est évaluée aujourd’hui à 6 500 000 par les services des impôts, ce n’est pas de la spéculation ça. comme quoi pour gagner est taxe (8%) sur les mutations. après on accuse les commerçants. Mon oeil oui.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet 2011 à 20:38, par Yiidpembo
    En réponse à : Lotissements, révocations de maires, grève TP : Le gouvernement explique

    Un des adjoints au maire de Dafra au Sya a pris mes millions pour une parcelle depuis 2007 ,mais jusau’à present je n’ai rien reçu et quand je l’appelle il refuse de me decrocher.
    Règle mon problème avant qu’il ne soit tard mon frère.
    Je me suis beaucoup patienter.
    Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés