Missive de Mexique : le bonjour mexicain !

lundi 20 juin 2011 à 11h30min

Ce matin à mon réveil, une énorme surprise m’attendait. Qui l’aurait cru ? Le Mexique, le grand pays, le voisin de la surper-puissance, les Etats-Unis d’Amérique était « sectoriellement » plongé dans le noir ! Pas de jus. J’ai dû frotter mes yeux plus d’une fois avant de l’admettre ! Je croyais que ça n’arrivait qu’à nous autres pays pauvres. Et dire que je maudissais la SONABEL ! C’est vrai, ce n’est pas parce qu’il y a eu coupure d’électricité chez les nantis une fois tous les 3 mois (en plus elle n’a duré que

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

3 petites heures) que je vais accepter dorénavant les longs, pénibles et fréquents délestages chez nous au Faso. Cependant, à voir ces techniciens mexicains en détresse sur les poteaux électriques, à voir la police règlementer la circulation dans les rues de Querétaro faute de jus pour alimenter les feux tricolores, j’ai senti une petite consolation. Ça peut aider désormais à tenir les nuits noires de Ouaga. Je suis tombé également tombé des nues face à un mouvement d’humeur qui a paralysé le centre-ville de Querétaro, 48h durant. Il est né suite à une colère des automobilistes qui en avaient assez de payer le litre d’essence et de gasoil trop cher. Cependant « trop cher », me paraît de bien gros mots au Mexique en ce qui concerne le carburant. Tenez ! le litre d’essence coûte à peine 8 pesos soit environ 320 F CFA à la pompe en ce moment ! « Caaaadeau » ! Je vous entends le dire.

Diable, pourquoi alors une grève ? Peut-être parce que ce sont ces mouvements sociaux et cette pression de la rue qui ont, en partie, empêché les prix de grimper à la pompe. Le week-end, j’ai pensé que peu de musique latino-américaine allait me faire du bien. Me voici alors chez le distributeur le plus proche. Là, je découvre l’ingéniosité mexicaine face à la piraterie. Des sélections musicales entières déjà enregistrées sur des clés USB sont officiellement vendues. En voyant cela, je me suis dit, tiens ! Voilà une idée qui peut aider dans le même combat au Burkina. Sur-le-champ, je décide d’appeler Ouaga « pour vendre » l’idée. C’est là que je vais comprendre toute ma douleur. La communication au Mexique est chère, doublement plus chère même qu’au Burkina Faso. Pour une communication de 6 mn, j’ai payé 120 pesos soit 4 800 F CFA ! Et dire que l’idée allait aussi profiter à Smokey, Boanssa, Sami Rama… vous aviez compris ? les Bissas artistes-musiciens ! Ils ne perdent rien pour attendre.

Dès que je descends au pays avec la coupe bien sûr, ils vont me rembourser pièce après pièce. En attendant, il est temps que vous vous hâtiez pour être à l’heure devant vos postes de télévision, à 23h GMT pour voir la victoire certaine des Etalons cadets ! J’espère que vous n’en doutez pas.

Jérémie NION : Envoyé spécial au Mexique

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés