ROYAUME DU YATENGA : Bagarre autour de la désignation du Rassamb Naaba

mardi 14 juin 2011 à 01h33min

L’intronisation du Rassamb Naaba, ministre des captifs de sa Majesté Naaba Kiiba du Yatenga, devait se dérouler le samedi 11 juin 2011. La cérémonie coutumière de cette intronisation a finalement été reportée en raison d’un litige né au sein de la famille royale. Preuve de cette tension : la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) et un détachement de la police nationale ont été envoyés de Ouagadougou pour prêter main forte à la gendarmerie qui a pris position aux alentours de la cour royale. Aussi, sur instruction du Premier ministre Luc Adolphe Tiao, deux émissaires du gouvernement ont été dépêchés à Ouahigouya pour rencontrer les parties belligérantes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Qui sera le prochain ministre des captifs du roi du Yatenga ? Cette question, tout le monde se la pose avec acuité dans la cité de Naaba Kango, d’autant plus que la cérémonie d’intronisation qui était prévue le 11 juin dernier, n’a pas eu lieu pour une raison simple : deux familles rivales se disputent le droit à la succession. Chacune d’entre elles était soutenue par de nombreux partisans et ne souhaite pas perdre le fauteuil. Le samedi 11 juin 2011 dans la matinée, la tension était palpable au secteur 7 de Ouahigouya. Le climat y était tendu. Une foule prise d’hystérie attendait d’un moment à l’autre la proclamation du nouveau chef pour jubiler ou contester véhémentement le camp adverse.

Tous les regards étaient alors tournés vers la cour royale d’où devait sortir le nom du nouveau Rassamb Naaba. Le collège des électeurs, présidé par sa Majesté Naaba Kiiba du Yatenga, tenait à respecter une coutume. En tout état de cause, le dernier mot revenait au roi suprême des Yadsé qui, après moult tractations, procède à la désignation du nouveau promu. Il était presque 13h 30 mn et le nom du nouveau chef n’était toujours pas connu. Conscient du climat très délétère qui prévalait autour de cette succession, le gouvernement a dépêché deux émissaires en vue de rencontrer les protagonistes. Selon nos informations, les ministres Yacouba Barry et Noël Gilbert Ouédraogo sont les émissaires en question qui sont donc venus à Ouahigouya pour apaiser la tension.

Sur instruction du Premier ministre Luc Adolphe Tiao, cette mission, avions-nous appris, avait pour but d’amener sa Majesté Naaba Kiiba à reporter la cérémonie d’intronisation. Cette délégation ministérielle n’avait donc aucune intention d’influer sur la désignation du nouveau Rassamb Naaba. La mission s’est révélée finalement fructueuse puisque les envoyés ont réussi à convaincre un tant soit peu Naaba Kiiba d’ajourner la cérémonie dite du don du bonnet. Lors de ce rite, le chef fraîchement désigné est présenté à ses sujets et à tout le royaume. Son autorité se trouve ainsi officialisée, légitimée et renforcée par le roi des rois du royaume du Yatenga.

A partir de cet instant, il est coutumièrement interdit de l’appeler par son nom. Dès l’intronisation, le nom de règne du nouveau promu est annoncé et constitue en réalité la devise du souverain coutumier. A Ouahigouya, ce n’est pas la première fois qu’une succession au trône engendre des conflits. "De toutes façons, il y aura un et un seul Rassamb Naaba au royaume du Yatenga. Nous allons nous haïr, mais nous allons finir par nous entendre" , a fait savoir un sage de 80 ans, membre de la famille royale. Un doyen du lignage est tout aussi optimiste : "Si les choses se passent comme le veut la tradition, il ne devrait même pas y avoir de contestation. Mais au-délà de toutes nos querelles, je suis sûr que les uns et les autres vont revenir à de meilleurs sentiments. Il faut dire que c’est dans quatre semaines que le nouveau ministre des captifs devrait être désigné et présenté à tout le royaume."

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 juin 2011 à 02:14
    En réponse à : ROYAUME DU YATENGA : Bagarre autour de la désignation du Rassamb Naaba

    un bon article mais incomplet. Quelles sont les parties qui se disputent le trone ? pourquoi ? Monsieur le journaliste repartez comprendre la sources de la dispute pour nous infromer s’il vous plait.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juin 2011 à 15:37
      En réponse à : ROYAUME DU YATENGA : Bagarre autour de la désignation du Rassamb Naaba

      Très bien dit ; mon frère. C’est sur que ya politique encore dédans. Honte à nous.

      Répondre à ce message

    • Le 14 juin 2011 à 19:17, par tounsida le prince
      En réponse à : ROYAUME DU YATENGA : Bagarre autour de la désignation du Rassamb Naaba

      Bien dit pourquoi une bagarre ? De plus pourquoi un candidat peut s’opposer à la décision du chef supreme des yadcés . Puisque il faut toujours un gagnant et un perdant dans toutes compétitions et il faut que le perdant accepte se soumettre à la décision du yatenga naba qui intronise qui il veut.Laisser la population vivre en paix et chercher le developpement de votre region au lieu de creér des querelles qui nous amènent nulpart. Aux hommes politiques de se demarquer de la cheferie traditionnelle car la plupart de ces querelless c’est eux qui les créent en prenant partie pour un camp donné. Sachez que vous ne pourrer désunir les fils du yatenga et chercher toujours la vérité au lieu de battir vs convictions sur du mensonge. Vive le yatenga pour que vive le BURKINA FASO

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés