AMENAGEMENT DE TOUKIN YAAR : Les commerçants délogés crient à l’injustice

jeudi 9 juin 2011 à 02h57min

Le marché de Toukin à Somgandé, secteur 25 de Ouagadougou, dispose depuis un bout de temps, de nouvelles boutiques. Mais ce joyau peine à être opérationnel. La raison : les anciens occupants avant la construction de boutiques ne figurent pas parmi les bénéficiaires. Présent sur les lieux, le 7 juin 2011, afin de procéder à l’ouverture des boutiques, un conseiller municipal ayant accompagné la délégation s’est vu opposer un refus catégorique des commerçants déguerpis.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le marché de Toukin Yaar à Somgandé a connu une ambiance particulière dans la matinée du 7 juin 2011. De nombreux commerçants sont sortis pour manifester leur mécontentement face à ce qu’ils qualifient d’injustice dans l’attribution des nouvelles boutiques.

Que se passe t-il à Toukin Yaar ?

Dans le processus d’aménagement des marchés dans la commune de Ouagadougou, il a été procédé à l’aménagement du marché de Toukin, dans le secteur 25 de Ouagadougou. C’est ainsi que 46 boutiques ont été construites en remplacement des installations quelque peu anarchiques. Il a ainsi été procédé au déguerpissement des commerçants afin de les doter de nouvelles boutiques. Mais force est de constater que la presque totalité des commerçants déguerpis n’ont pas eu de boutiques. Alors, ceux-ci entrent en colère. Des rencontres ont eu lieu avec les conseillers municipaux ainsi que les responsables chargés de l’aménagement des marchés. Rien n’y filtrera car, des conseillers présents à la rencontre, aucun ne pouvait donner une explication quant à la disponibilité des boutiques. Selon Florent Ouangrawa, un des commerçants victimes, les incompréhensions entre eux et les conseillers ont abouti à une rencontre entre les commerçants, les autorités municipales et les forces de sécurité.

A l’issue, décision a été prise de suspendre l’attribution des boutiques afin d’y voir beaucoup plus clair dans un délai, expiré le 4 juin 2011, sans que rien n’y fit. Le 7 juin dernier, une délégation accompagnée par un conseiller municipal s’est présentée au marché pour procéder à l’ouverture des boutiques. Les commerçants s’opposent à cette ouverture. Ils n’ont pas voulu courir le risque de permettre l’ouverture de ces boutiques sans être sûrs de les occuper. En attendant ils ne savent pas où aller et attendent que les autorités communales règlent le problème pendant qu’il est encore temps. Les reproches faits par les commerçants sont l’injustice dans l’attribution des boutiques. Leur porte-parole, Florent, dit ne rien comprendre. "Que les boutiques soient ouvertes, que des commerçants inconnus bénéficient de boutiques pendant que les anciens locataires ne sont nullement informés, c’est le comble" fait remarquer Florent Ouangrawa.

En plus, les déguerpis ne comprennent rien quant aux prix des boutiques. Certains commerçants ayant payé leurs boutiques reconnaissent avoir versé 400 000 F CFA, pendant que les autorités municipales affirment aux commerçants que la boutique coûte 490 000 F CFA. Une incohérence qui laisse les éventuels acquéreurs dubitatifs quant aux prix réels des boutiques et où certains font du "recel". Convoqués pour une rencontre à la mairie, les commerçants n’ont pas eu le temps matériel de s’y rendre, explique Florent Ouangrawa. Au cours de la journée du 8 juin 2011, une rencontre a été programmée afin de désigner les délégués des commerçants déguerpis pour entreprendre les négociations.

Le maire de l’arrondissement de Nongr-Massom, approché, estime avoir des informations mais préfère que le deuxième adjoint du Maire central de Ouagadougou puisse s’exprimer là-dessus. C’est ce dernier, qui est le président de la commission d’aménagement des marchés et aurait, selon le maire de l’arrondissement, les informations ainsi que toute la documentation sur le marché de Toukin Yaar.

Aimé NABALOUM (Collaborateur)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 juin 2011 à 11:48, par SAM
    En réponse à : AMENAGEMENT DE TOUKIN YAAR : Les commerçants délogés crient à l’injustice

    Salut ! Je pense qu’il est temps d’arrêter de prendre nos pauvres populations comme des "nez percé". Comment être dans un lieu depuis un certain temps puis un jr on est déguerpi sans aucune autre forme ? C’est le même problème au niveau des lotissements. Soyons serieux mettez vs à leur place quelle serait vtre reaction ? Ne voyons pas l’argent sur place pensons un peu à demain. j’appelle la vigilance des autorités competentes pr y mettre fin avant que ce ne soit le noeud d’une grande crise. merci !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés