Faits divers de Sacré : Petit cochon bien cuit, bien assaisonné

mardi 7 juin 2011 à 02h29min

Le nouveau-né de Koudbila est décédé après des pleurs incessants, signes de sa profonde et muette souffrance. Le mal n’a pas laissé le temps aux médecins de le découvrir et de le traiter. Il a été rapide, foudroyant, emportant dans son sillage meurtrier ce bout d’homme qui le jour d’avant était plein de gazouillis, de vie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce départ prématuré fut un choc terrible dans la famille de Koudbila. Personne n’accepta ce coup du sort et Koudbila lui-même sentit naître en lui comme une révolte contre le destin. Il voulait savoir pourquoi son bébé s’en est allé ainsi. Et comme les médecins ne l’avaient pas convaincu avec leur histoire d’accès palustre, il est rentré dans un de nos villages non loin de Ouagadougou voir un vieux qui avait la notoriété d’expliquer ce que l’esprit cartésien, matérialiste ne peut ni concevoir ni admettre. Mais Koudbila lui-même est né en brousse et par expérience, il sait que les yeux du blanc, qui sont ceux de bien de citadins africains, ne peuvent tout voir.

Et le vieux en question allait lui donner raison. Koudbila n’eut pas le temps d’expliquer le motif de sa présence. Il fut devancé par le vieux qui ne prit pas de gants pour lui annoncer la mauvaise nouvelle : ton enfant a été emporté par des sorciers. Puis se remettant à lancer ses cauris, il compléta cette

douloureuse information : "Je vois, dit-il, je vois ton enfant entre les mains d’une vieille... c’est elle... elle l’a partagé avec d’autres sorciers après l’avoir transformé en animal... tu as toi-même mangé et vomi un peu de la chair de ton bébé" .

Cette dernière phrase fit bondir le cœur de Koudbila dans sa poitrine. Il avait compris. Il connaissait la personne qui avait tué son bébé. C’était sa tante. Une vieille qui résidait dans le même quartier que lui. Il se souvenait clairement de tout. Cet après-midi-Ià elle était venue leur rendre visite après être passé par le petit marché de dolo où elle avait pris d’habitude de venir boire du "tchapalo". Pendant qu’elle parlait, elle prit

le bébé des mains de sa mère et le cajolant, elle s’en alla avec lui au marché. Ni Koudbila ni son épouse n’avait trouvé à redire ; c’était normal et s’y opposer aurait été un manquement grave au respect dû aux vieilles personnes de la famille. Peu de temps plus tard, leur enfant leur fut retourné non par la vieille

tante, mais par une femme de leur connaissance qui expliqua que la vieille voulant rentrer, l’avait chargée de leur ramener le bébé.

Le couple Koudbila la remercia chaleureusement pour tant de bonne volonté. Moins d’une semaine plus tard, c’est - à - dire la veille du décès de l’enfant, Koudbila s’était lui même rendu au marché pour s’envoyer une ou deux calebasses de dolo lorsqu’il y rencontra sa vieille tante vendant de la viande bouillie contenue dans une petite bassine. Devant l’étonnement de Koudbila qui ignorait que sa tante faisait ce petit commerce, celle-ci expliqua que c’est parce qu’elle avait fait abattre l’un de ses porcelets qui se sentait mal. Ne pouvant pas le consommer seule, elle était bien obligée de porter ses restes bouillis et bien assaisonnés, sur la place du marché.

Elle donna un morceau à Koudbila qui refusa. Elle insista, lui laissa le morceau dans une assiette et s’en alla à la recherche de clients. Koudbila prit le morceau de viande, le mangea et fut pris presqu’immédiatement de vomissement où il rendit jusqu’au dernier morceau de porc.

Assis devant le vieux dans ce petit village, Koudbila était complètement abasourdi. Sur l’heure, il se demanda comment se venger de sa vieille tante. Comme s’il lisait dans le fond de sa pensée, le vieux lui conseilla la retenue car le mal étant déjà fait ce n’est pas un autre mal qui ramènera son enfant à la vie.

Bien plus tard lorsqu’il a entendu à la radio de la bouche de certaines autorités que la sorcellerie sous sa forme mangeurs d’âmes n’existe pas, il n’a pû s’empêcher de venir me conter la fin tragique de son bébé.

Sacré Chédou Ouédraogo

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés