EGLISE CATHOLIQUE : Les prêtres de Koudougou demandent pardon à Mgr Basile Tapsoba

mardi 7 juin 2011 à 02h31min

Depuis le 21 mai 2011, Mgr Basile Tapsoba n’est plus l’Evêque du diocèse de Koudougou, ville située au Centre-Ouest du Burkina Faso. Une retraite anticipée à la suite de la démission de ce dernier pour « raison de santé », après 29 ans d’épiscopat et 40 ans de sacerdoce. Ce même jour, le Pape Benoît XVI nommait Mgr Joachim Ouédraogo (Evêque de Dori) Administrateur apostolique du diocèse de Koudougou, en attendant la nomination d’un nouvel Evêque. Deux semaines après , soit le 4 juin 2011 , une messe d’action de grâce (avec et pour Mgr Basile Taposba) et d’accueil de Mgr Joachim Ouédraogo a été dite à la Cathédrale Saint Augustin de Koudougou. Prêtres, religieuses, religieux, catéchistes et fidèles laïcs ont répondu à l’appel. Des moments de louange, de repentance et de demande de pardon.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Avec son habituel sourire , les bras ouverts, Mgr Basile Tapsoba, célébrant du jour, lance à l’endroit de son successeur intérimaire cette phrase : « Mgr Joachim Ouédraogo , la famille diocésaine de Koudougou vous accueille les bras ouverts ». Après quoi, le désormais Evêque émérite de traduire à nouveau son humilité comme il l’a fait deux semaines auparavant dans la même Eglise : « J’ai demandé à partir, tout le monde sera content. Je ressens des sentiments de satisfaction pour tout ce que nous avons vécu ensemble et pour les progrès réels enregistrés. Je vous remercie pour les biens immenses que vous m’avez faits. J’aspire de tout mon être à un repos bienfaisant ». Et de poursuivre : « Pour mes maladresses, mes oublis répétés, pour n’avoir pas su interpréter les signes des temps, pour vous avoir blessés, je demande pardon. Je pardonne aussi à l’un ou à l’autre qui pense m’avoir offensé. L’autorité est un service. Notre fierté consiste à nous respecter pour que le Christ grandisse en nous ».

« Pardon pour notre désobéissance »

Quant au conseil diocésain des laïcs, à travers son représentant, reconnaissance a été traduite à Mgr Basile Tapsoba. Et à ces laïcs d’ajouter : "Mgr, nous ne vous oublierons jamais où que vous soyez". Idem pour le représentant des prêtres du diocèse, l’Abbé Frédéric Compaoré qui reconnaît que Mgr Basile Tapsoba a marqué l’histoire du diocèse de Koudougou. Pour les prêtres de Koudougou, « Personne ne peut écrire l’histoire du diocèse sans parler de Mgr Basile car il a été le pasteur du diocèse pendant 29 ans ». L’Abbé Frédéric Compaoré qui parlait au nom du presbyterium de préciser : « Mgr Basile fut un Evêque qui a été proche de nous. Merci pour cette leçon d’humanité ! Il a ordonné plus de 80 prêtres sur les 100 prêtres qui vivent aujourd’hui. L’un d’entre eux a même été nommé Evêque ; (ndlr, il s’agit de Mgr Justin Kientéga, Evêque de Ouahigouya) ».

Après avoir rappelé les « nombreuses initiatives » de Mgr Basile Tapsoba, la voix des prêtres de Koudougou traduit le merci de tout cœur à leur Evêque sortant. L’Abbé Frédéric Compaoré de préciser que le « merci ne saurait être sincère sans le pardon demandé et donné ». Alors, il s’en suit l’autocritique et la demande de pardon des prêtres du diocèse. Il revient encore à l’Abbé Frédéric Compaoré de les égrener : "Mgr Basile, nous vous demandons de nous pardonner. Pardon pour notre refus de l’autorité. Pardon pour notre désobéissance ! Pardon pour nos propos malveillants ! Pardon pour notre manque de foi ! Pardon pour nos critiques non constructives ! Pardon pour nos révoltes ! Pardon pour la vérité souvent dite sans charité !"

Ainsi, les prêtres de Koudougou reconnaissent qu’ils n’ont pas rendu aussi la tâche facile à leur Evêque. Il est heureux d’entendre cet acte de contrition. Pourvu que la suite de cette prière soit effectivement ceci : "Mon Dieu, je prends la ferme résolution, avec le secours de ta sainte grâce de ne plus t’offenser et de ne pas offenser l’administrateur apostolique et le futur Evêque. Je prends l’engagement de rester obéissant, de travailler à l’unité et à la concorde pour le bonheur de mon diocèse". Cet engagement ne devrait pas être seulement pris par le clergé, mais par l’ensemble de la famille diocésaine de Koudougou, car sans l’union et la fraternité, rien de vrai et de beau ne peut se construire.

C’est à l’issue de toutes ces interventions que la voix de l’Administrateur apostolique retentit pour la première fois dans la Cathédrale de Koudougou. Mgr Joachim Ouédraogo n’a pas caché son émotion du jour. A l’endroit de Mgr Basile Tapsoba, il pose cette question : "Un pasteur peut-il se reposer tant que toutes ses brebis n’ont pas rejoint le bercail ?". Et de répondre lui-même par l’infirmative. Des mots de gratitude et de reconnaissance à l’endroit des fidèles et un engagement à « travailler avec tous, dans la confiance et la concertation », un souhait de voir la paix revenir au Burkina Faso ont été les mots si brefs de Mgr Joachim Ouédraogo qui, pour une première adresse, n’a pris que 7 mn. La procession de la fin de la messe qui a duré 2h 33mn s’est terminée en dehors de l’Eglise. Et Mgr Basile de lever les deux bras vers tous ses prêtres comme pour leur dire : « Aurevoir ! »

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés