Vrai ou faux : Filière coton, les producteurs frondeurs passent à une autre vitesse

vendredi 3 juin 2011 à 03h07min

Le mouvement des producteurs de coton qui ont demandé l’augmentation du prix du kilogramme de coton et la réduction de celui des intrants a pris une autre tournure. En effet, selon certaines sources, des paysans frondeurs auraient arraché des plants de coton de leurs camarades qui ont décidé de ne pas respecter leur mot d’ordre de boycotte de la production cotonnière. Si cela est avéré, ce serait très dangereux et il faut tout de suite agir pour éviter le pire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Car le milieu paysan est très différent de ce qu’on voit en ville. Il ne serait pas exclu que des producteurs qui veulent produire du coton décident à leur tour de prendre leurs responsabilités face à ces actes. Chacun a le choix de produire ou de ne pas produire du coton. Mais en empêchant les autres de le produire, il y a comme un objectif avéré qui est d’affaiblir l’économie nationale qui dépend en grande partie du coton. C’est pourquoi, l’Etat doit prendre ses responsabilités s’il ne veut pas que d’autres les prennent à sa place.


Solenzo, le couvre-feu définitivement levé

Le couvre-feu qui était instauré à Solenzo depuis le 17 mai suite aux événements douloureux qui ont opposé deux communautés et qui ont fait deux morts et plus d’une vingtaine de blessés a été définitivement levé le 1 er juin 2011. Ce qui va permettre aux Solenzois de vaquer tranquillement à leurs occupations la nuit venue. Autrement, c’est une autre vie à laquelle, ils doivent à nouveau s’habituer. Tant mieux car les conséquences de ce couvre-feu, tant sur le plan moral qu’économique sont incalculables. Seulement, il faudrait que les deux communautés, au nom de la paix et du développement de leur localité fassent preuve de dépassement et enterrent pour de bon la hache de guerre.


SOFITEX : la direction rencontre le personnel

La direction générale de la Société des fibres textiles du Burkina (SOFITE) a rencontre lundi dernier l’ensemble des chefs de services et certains personnels pour leur expliquer la situation que vit actuellement la filière suite au refus de certains producteurs de ne pas produire du coton. A cette rencontre, semble-t-il, le DG et son staff auraient expliqué aux agents la place de la filière cotonnière dans l’économie nationale, le rôle même de la SOFITEX, sa place en tant qu’entreprise employeuse de personnel etc. Tous ces éléments ont été portés à la connaissance du personnel afin qu’il puisse être un relais sûr au cas où il serait appelé à parler de la filière et de la SOFITEX. Pour des participants à cette rencontre, c’est bien une belle initiative car si la filière tangue, c’est toute l’économie nationale qui le ressentira. C’est pourquoi, chacun à son niveau doit jouer son rôle qui n’est pas de contraindre quelqu’un à produire du coton, mais à expliquer clairement la situation afin de permettre un choix judicieux.


Des commerçants refusent de rencontrer des membres du gouvernement

Avec les événements malheureux qui se déroulent actuellement à Bobo, deux membres du gouvernement sont arrivés hier et devraient rencontrer les commerçants victimes. Mais malheureusement, ces derniers ont choisi de ne pas les recevoir. Certains d’entre eux sont allés lapider la façade de la salle de conférence du gouvernorat. La rencontre a donc été reportée sine die. Ce qui est tout à fait incompréhensible puisqu’il devrait être question de discuter des conditions de leur dédommagement. Pire ces jeunes commerçants sont allés lapider le bâtiment de l’hôtel de ville et y ont mis le feu à du matériel roulant et de bureau. Ce qui a conduit à une intervention de la gendarmerie.

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 juin 2011 à 03:59
    En réponse à : Vrai ou faux : Filière coton, les producteurs frondeurs passent à une autre vitesse

    Donc les travailleurs de la Sofitex viennent seulement d’en savoir sur l’importance du coton dans l’economie nationale ? interessant, ca. Eh bien si le coton est si interessant, qu’on s’occupent mieux de cuex qui le produisent, qu’on arrete de boire le sang des paysans, que la Sofitex diminue son rythme de vie et revoit la question des prix au kilo et autre. Voyez-vous le paysan n’est pays celui qui se laisse tirer par le nez devant ses interets. S’ils ont decide de boycotter, chose que je n’aurais pas encourage, c’est que c’en est de trop. Mr Tiendrebeogo, arretez de parler de l’importance du coton, parlez de l’importance du paysans et son droit au bonheur, au bonheur de ses enfants, meme si c’est un bonheur indibutablement inferieur au votre et a celui de vos enfants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés