Le PM aux cotonculteurs et aux élèves de Diébougou : “Je ne ferai pas de promesses démagogiques”

lundi 30 mai 2011 à 00h57min

En marge de la visite de chantier qu’il a entreprise le vendredi 27 mai dernier, le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, a rencontré les cotonculteurs et les élèves de Diébougou. Se refusant à faire des “promesses démagogiques” face aux différentes doléances, le chef du gouvernement a néanmoins dit que l’Etat fera ce qu’il peut pour y apporter des réponses.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Accompagnement dans la fabrication de la fumure organique, revue à la baisse du prix des intrants, augmentation du prix d’achat du coton.

Ce sont là les principales doléances des cotonculteurs de la Région cotonnière de Diébougou. Ils ont pu les formuler directement au Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, le 27 mai dernier au cours d’un face-à-face organisé à l’usine d’égrenage de la localité en marge de la visite de chantiers entreprise par le chef du gouvernement.

Accompagné des ministres de l’Agriculture et de l’Hydraulique (MAH), Laurent Sédégo, et de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) Arthur Kafando, le Premier ministre a discuté pendant près d’une heure avec les acteurs de la filière coton de la Région.

Les cotonculteurs par la voix de leur représentant se sont engagés à atteindre l’objectif national de production qui est de 700 000 tonnes cette année. D’où le satisfecit de M. Tiao : “Etant donné que la campagne a commencé, il ne faut pas se focaliser sur ces questions et risquer de la compromettre.

L’Etat et les sociétés cotonnières ont déjà fait beaucoup d’efforts en injectant plus de 9 milliards de F CFA.

De plus, le kg de coton graine coûte désormais 245 F CFA. Nous allons étudier soigneusement les doléances pour y apporter des réponses concrètes pour la saison prochaine”.

Ce fut ensuite le tour des élèves de Diébougou de s’entretenir avec le PM au centre Joseph Meiwes. Amélioration des conditions d’étude, tenue effective des examens scolaires, dossier Justin Zongo et situation nationale sont les points sur lesquels se sont appesantis les délégués des élèves. Et Luc Adolphe Tiao d’expliquer aux scolaires que la révolte peut s’exprimer autrement que par la violence.

A l’en croire, il n’est pas question pour eux d’avoir une année blanche. Il a salué à ce propos la signature de protocole avec les syndicats d’enseignants. Il a également assuré que tout est mis en œuvre pour que le procès du dossier Justin Zongo puisse avoir lieu en juin.

Ces deux rencontres ont eu pour objectif de toucher du doigt les réalités, a souligné le Premier ministre à l’issue de la journée à Diébougou : “Nous allons examiner toutes les doléances, et nous y apporterons des réponses en fonction des moyens de l’Etat. La gouvernance doit changer.

Si on peut, on le dit ; si on ne peut pas, on le dit aussi. Je ne ferai donc pas de promesses démagogiques. L’Etat fera ce qu’il peut” .

Hyacinthe Sanou

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 mai 2011 à 18:32
    En réponse à : Le PM aux cotonculteurs et aux élèves de Diébougou : “Je ne ferai pas de promesses démagogiques”

    Il y a une chose qui sauve encore la gouvernance au BF.C’est que le paysan quand il fait de mauvaises recoltes il y voit un sort du destin:le ciel(Dieu ou les ancetres,qu’importe)a refuse de lui accorder la pluie. Voila la grande erreur punitive pour le paysan et salutaire pour le gouvernement. Le jour ou le paysan (illetre) pourra faire le lien entre sa mauvaise recolte et l’irresponsabilite du gouvernement, on pourra revivre un encore un 3 Jan. 1966, je veux signifier par la un changement bien que d’apres le patriarche D’antioche Ignace Joseph III Younan, "changement ne signifie pas toujours pour le meilleur".
    C’est bien dommage que de nos jours nous soyons toujours au stade d’une agriculture conditionnee par les "alea" climatiques au lieu d’une agriculture mechanisee (le BF n’est pas le dernier au moins en matiere d’ingenieur et l’on peut transformer le soleil cuisant pour le paysan en force motrice salutaire)scientifique, largement repandue : la disette est encore un mot tres sigificatif et tres fort en sens pour une bonne partie de la population paysane...
    On a pas besoin de milliards mais juste d’un FOCUS serieux.
    Mr le ministre s’il y a une chose que le gouvernement ne peut pas faire, il s’agit bien de celle de resolution des affaires populaires.
    La demagogie n’est pas Luc Adolphe, elle est politique et partisane, ne nous tournez pas au minus habens !
    Changer de gouvernance avec les memes tetes, c’est pas impossible, c’est meme tres serieux et on vous prend au serieux. Les parlent par eux-memes.
    On ne peut etre exhaustif...

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2011 à 18:34
    En réponse à : Le PM aux cotonculteurs et aux élèves de Diébougou : “Je ne ferai pas de promesses démagogiques”

    Il y a une chose qui sauve encore la gouvernance au BF.C’est que le paysan quand il fait de mauvaises recoltes il y voit un sort du destin:le ciel(Dieu ou les ancetres,qu’importe)a refuse de lui accorder la pluie. Voila la grande erreur punitive pour le paysan et salutaire pour le gouvernement. Le jour ou le paysan (illetre) pourra faire le lien entre sa mauvaise recolte et l’irresponsabilite du gouvernement, on pourra revivre un encore un 3 Jan. 1966, je veux signifier par la un changement bien que d’apres le patriarche D’antioche Ignace Joseph III Younan, "changement ne signifie pas toujours pour le meilleur".
    C’est bien dommage que de nos jours nous soyons toujours au stade d’une agriculture conditionnee par les "alea" climatiques au lieu d’une agriculture mechanisee (le BF n’est pas le dernier au moins en matiere d’ingenieur et l’on peut transformer le soleil cuisant pour le paysan en force motrice salutaire)scientifique, largement repandue : la disette est encore un mot tres sigificatif et tres fort en sens pour une bonne partie de la population paysane...
    On a pas besoin de milliards mais juste d’un FOCUS serieux.
    Mr le ministre s’il y a une chose que le gouvernement ne peut pas faire, il s’agit bien de celle de resolution des affaires populaires.
    La demagogie n’est pas Luc Adolphe, elle est politique et partisane, ne nous tournez pas au minus habens !
    Changer de gouvernance avec les memes tetes, c’est pas impossible, c’est meme tres serieux et on vous prend au serieux. Les parlent par eux-memes.
    On ne peut etre exhaustif...

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2011 à 18:58, par l’Enseignant !
    En réponse à : Le PM aux cotonculteurs et aux élèves de Diébougou : “Je ne ferai pas de promesses démagogiques”

    C’est maintenant q j vs dis "bonne arrivée !" Voyez-vous, c’est le language qu’on devrait entendre depuis le début de cette crise :"l’Etat fera ce qu’il peut ".vous avez passer le temps à promettre tt à tt le monde, comment donc voulez vous qu tous ne croient qu’il y a une caisse remplie à ras-bords où l’on puise tant qu’on veut.
    on est pas sortis de l’auberge.a peine parliez-vous à Diébougou qu ça recommençait à tirer à Kaya ;à Dori,à.......Bon courage !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés