Sortie des masques : Entre la coutume et les débordements

mardi 24 mai 2011 à 02h06min

Comme de coutume, le moment est à la célébration des fêtes culturelles et traditionnelles chez les bobos. Et ces fêtes, dites des grandes funérailles sont suivies de sorties de masques dont la présence dans les grandes villes n’est pas toujours agréable pour certains citoyens.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Après Dioulasso-Bâ, Tounouma, Noumoundara et bien d’autres localités bobos, Koro va sortir ses masques en fin de semaine. Ces masques ont toujours attiré du monde. Mais les attitudes ou les comportements de certains d’entre eux à l’endroit des spectateurs ou autres passants anonymes ont toujours été la pomme de discorde entre organisateurs et populations. Car en effet, il n’est pas rare d’assister à des séances de correction physique en bonne et due forme sur certaines personnes qui n’ont rien à voir avec les masques. De nature, certains masques sont simplement agressifs alors qu’en réalité, ils ne doivent pas l’être. Cette année, encore il semblerait que la fête a failli tourner en bataille rangée entre les masques et des spectateurs venus les admirer.

Une femme du quartier vendeuse de fruits a raconté une scène qui s’est déroulée devant sa porte. Ce jour-là, selon elle un masque a poursuivi un jeune homme qu’il connaissait certainement. Le jeune n’ayant pas pu supporter les coups de fouet s’est réfugié dans la maison de la femme. De l’avis de la femme si les voisins n’étaient pas intervenus le masque serait rentré dans la maison pour frapper le jeune homme. C’est pourquoi, des personnes sans doute assez avisées soulignent que la sortie des masques est très souvent une période de règlement de compte pour des raisons diverses dont particulièrement la rivalité entre deux prétendants, ou tout simplement une jalousie quelconque. Il faut noter aussi que cette sortie des masques perturbe beaucoup la circulation des usagers dans les villes et est souvent source de nombreux accidents de la route.

C’est dans une telle situation que certains estiment, à juste raison qu’il faut regarder de très près l’organisation des cérémonies de masques dans nos villes. Qui ne sont plus habitées, comme par le passé, par les seules populations autochtones, propriétaires des masques. Mais en attendant, les autorités coutumières et religieuses sont interpellées pour se pencher franchement sur cette situation afin de mettre fin à ce qui s’apparente à une barbarie sur de simples et paisibles citoyens qui ne cherchent qu’à vivre en symbiose avec les autres.

Zanga Souleymene DAO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 mai 2011 à 18:07, par frusté
    En réponse à : Sortie des masques : Entre la coutume et les débordements

    si certains ne sont pas content ils n’ont qu’a passer leur chemins on n a pas demander à quelqu’un de venir regarder les masques ! ou bien y’ a eu communiquer à la rtb ? vous parler d’étranger à bobo ? ils n’ont qu’a respecter la culture de l’hote un point c’est tout.

    Répondre à ce message

    • Le 25 mai 2011 à 14:41, par Madeleine
      En réponse à : Sortie des masques : Entre la coutume et les débordements

      Comment tu peux parler ainsi ; moi je ne me suis jamais levee un jour pour aller regarder un masque, mais un soir apres, le service alors que je me rendais a la maison un marsque m’a arreter sur le boulevard Eboue et m’a donne rouee de coups.Est ce que la coutume a dicte cela ou chaque masque agit selon son humeur ? Il faut reconnaitre que les masques de Bobo-Dioulasso sortent non pas pour respecter la coutume mais pour semer du desordre. Pourquoi ne s’attaquent ils pas au militaires en armes ? Par ta reponse on peut tout de suite savoir qui tu es pendant la sortie des masques.

      Répondre à ce message

    • Le 28 mai 2011 à 21:40, par Bakarijan
      En réponse à : Sortie des masques : Entre la coutume et les débordements

      tant qu’il y’aura des esprits boiteux comme toi parmi les garants des coutumes, on aura toujours tendence à croire que les coutumes sont contre notre developpement.

      Bobo de 2010 n’est pas celle de 1800 et les coutumes doivent evoluer avec le temps. C’est des brigands comme toi qui ont été molesté la maman de jean pierre palme dans son domicile et au nom de la coutume.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés