Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

lundi 23 mai 2011 à 02h42min

Après avoir rencontré les étudiants et les scolaires de la ville de Sya, le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, Albert Ouédraogo à la tête d’une délégation gouvernementale, a échangé, samedi 21 mai 2011, avec les forces vives de la région des Hauts-Bassins.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Avant de s’entretenir avec les forces vives de la région des Hauts- Bassins, la délégation gouvernementale a rendu visite aux autorités coutumières et religieuses de la ville de Sya. Le ministre Albert Ouédraogo tenait ainsi, à traduire la reconnaissance de l’Etat aux chefs traditionnels de Dioulasso-Bâ, de Dagasso et aux premiers responsables des communautés musulmane, catholique et protestante de Sya, pour « avoir su contenir une crise, qui ailleurs, aurait pu dégénérer en guerre civile ». C’est le même message de reconnaissance que les envoyés du gouvernement ont renouvelé devant les forces vives des Hauts-Bassins, à l’endroit des autorités politiques, administratives et de la jeunesse.

En effet et selon le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, « l’onde se choc » partie de Koudougou suite au décès de l’élève Justin Zongo a atteint la plupart des grandes villes à l’exception de Bobo-Dioulasso « où on n’a pas entendu qu’on a cassé quelque chose ». Et le ministre de féliciter les acteurs qui ont œuvré à maintenir ce calme pour « leur maturité d’esprit » et leur « management ». « Un calme qui ne saurait être assimilé à de la lâcheté ou à la couardise », a-t-il toutefois précisé. Abordant l’objet de la rencontre avec les chefs de services déconcentrés de l’Etat, les représentants des collectivités territoriales de la région, le chef de la délégation a précisé qu’elle fait suite à la crise qui secoue le pays après les événements de Koudougou. « Le Burkina souffre des troubles survenus à la suite de cette crise. Raison pour laquelle le président du Faso, Blaise Compaoré et le Premier ministre Luc Adolphe Tiao, nous ont commis de véhiculer un message de paix, de rassurer que les institutions sont en place, et que les différents messages envoyés ont été entendus », leur a signifié le Pr. Albert Ouédraogo. Sans détour, les émissaires du gouvernement ont reconnu que des boutiques ont été cassées, des diplomates violés dans des hôtels, qu’on a tiré en l’air et fait des victimes et que cela est une honte pour les Burkinabé.

Ils ont ainsi soutenu que le pays n’est pas à sa première crise, ni à la dernière, et qu’une crise « n’est pas mauvaise en soi et peut constituer une occasion de nouveau départ ». Les membres de la délégation ont aussi fait le point des efforts de l’Etat en matière de la lutte contre la vie chère, de l’apurement des avancements des fonctionnaires, avant de se prêter aux questions, et de recueillir les commentaires, appréciations et suggestions des forces vives de la région. Les intervenants ont apprécié les qualités d’écoute du gouvernement en relevant toutefois qu’il fallait que la crise éclate pour que cette qualité soit mise en avant. Certains ont apprécié la pertinence des mesures sur les prix des produits de grande consommation, qui à leurs yeux, aura un impact sur la vie des populations en s’inquiétant que l’Etat ne se laisse absorber par l’urgence au détriment des réformes institutionnelles nécessaires pour une paix véritable.

D’autres encore ont suggéré aux personnes investies d’une charge publique à la retenue. Des questions précises ont été également adressées aux ministres, à l’image du député Célestin Koussoubé qui voulait s’enquérir de l’avancement des dossiers pendants en justice suite aux événements. En réponse, le ministre de la Justice, Jérôme Traoré, a fait un point sur les procédures judiciaires en cours dans quatre affaires, dont celle du dossier de Justin Zongo où cinq policiers sont inculpés. Il a fait remarquer que certaines familles de victimes refusent qu’on autopsie les corps, mais que cela ne constitue pas une entrave à la procédure. Le ministre de la Justice a promis que d’ici à la deuxième quinzaine du mois de juin 2011, l’affaire Justin Zongo va être jugée, car l’Etat a mis les moyens nécessaires au traitement diligent de tous les dossiers.

A propos des autres préoccupations, la délégation dit les avoir bien notées pour être transmises au chef du gouvernement. En attendant, le gouverneur de la région, Temai Pascal Benon, s’est engagé à régler les problèmes liés aux parcelles et à la tarification des actes médicaux qui peuvent trouver des solutions au niveau régional.

Car, a-t-il souligné, ce n’est pas parce que la situation est calme à Bobo-Dioulasso, qu’il ne faut pas régler les problèmes.

Mahamadi TIEGNA (camerlingue78@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 mai 2011 à 09:57, par Nayala
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Bobo est mort, s’il fallait détruire le peu obtenu pendant le cinquantenaire, je ne dis plus rien de cette ville. Bravo à sa population !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 10:33
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Les gens de Bobo , c’est des buveurs de thé et des partisans du moindre effort donc laisser les labas boire leur thé "baro".

    Répondre à ce message

    • Le 23 mai 2011 à 12:35
      En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

      Bois ton dolo, ajoute ta bière et même si tu veux ajoute la drogue et laisse nous avec notre thé et notre paresse. Si nous sommes partisans du moindre effort, présente toi et mets toi sur notre chemin, nous allons t’écraser comme une mouche et tu comprendras ta douleur.

      Répondre à ce message

    • Le 23 mai 2011 à 12:43, par ALSDRA
      En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

      OUI NOUS SOMMES DES BUVEURS DE THE ET A APRES ???VOUS NE NOURRISSEZ PERSONNE ICI A BOBO. CEST VOUS AUTRES TARRER JUSQUE AU NEZ QUI PENSENT DE LA SORTE CONCERNANT NOTRE CITE VILLE DE PAIX. BOBO A ETE EN GENOUX SUR LE PLAN ECONOMIQUE PAR UNE POLITIQUE QUI NE DIT PAS SON NOM PAR CE SYSTEME MAIS BOBO VA ETONNER LE BURKINA UN JOUR.
      MOI JE TROUVE CA UNE MATURITE DE LA POPULATION UNE CONSCIENCE POSITIVE, ON PREFERE SAUVEGARDER NOS ACQUIS POUR MIEUX ENVISAGER L AVENIR. YA T IL PARTISANS DE MOINDRE EFFORT QUE CEUX QUI PARTENT VOLER, CASSER LES BIENS DES HONNETES CITOYENS,VIOLER DES DIPLOMATES ?C EST CA VOUS APPELLER ETRE BURKIABE JE SUIS DESOLER TU VAUT RIEN TOI

      Répondre à ce message

    • Le 23 mai 2011 à 13:12, par ZORRO
      En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

      Mon cher ami, quand on exprime une idée aussi grave que celle que vous écrivez, il faut avoir le courage de le faire à visage découvert au lieu de se cacher derrière l’anonymat.

      Comme ça les Bobolais sont des buveurs de thé et des partisans du moindre effort !

      Laissez-moi vous poser ces questions-là :
      1. qu’est-ce que ce pouvoir là fait pour la ville de Bobo et ses habitants ?
      2. qu’est-ce que ce pouvoir là fait pour l’économie de cette ville qui se meurt depuis longtemps mais surtout depuis le début de la crise ivoirienne ?
      3. qu’est ce que ce pouvoir là fait pour que la décentralisation dont il parle depuis longtemps soit effective (tant dans le public que dans le privé) ?

      Lorsque vous aurez des réponses à ces questions, faites moi signe, je suis disposé à débattre en long et en large sur l’opinion que vous vous faites des Bobolais.

      En attentant ça ne vous coûte rien d’être respectueux de ces gens là.

      Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 11:03, par hermes
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Moi j’ai un gros problème avec ce ministre ! il passe le plus de son temps avec les autorités coutumières et religieuses comme si le problème était à leur niveau. J’ai beaucoup de respect pour ces autorités mais honnetement sommes nous dans une republique où les élus doivent plus rendre compte aux administrés ou dans une monarchie constitutionnelle ? Es-ce parce que les autorités coutumières ont parlés que les militaires ont cessé de tirer ? si c’était le cas y allait-t-il avoir des coups d’Etat dans ce pays ? Arrêter de tenter de regler les problèmmes par une médiatisation folklrorique et proposez nous des solutions à nous les jeunes qui constituons plus de la moirié de la population de ce pays. Je crains que ces gars n’aient rien compris à la grongne de la jeunesse. C’est une question de justice et de bonne gouvernance et non un manque de reconnaissance des autorités coutumières. En plus ça veut dire quoi féliciter la ville de Bobo ? Même si les dispositions ont été prises dans cette ville pour qu’il n’ y ait pas de manifestations cela ne veut pas dire que cette jeunesse bobolaise n’est pas solidaire de ce qui s’est passé dans les autres villes du pays. Vous voulez maintenant qu’il y ait de la casse à Bobo pour que vous soyez satisfait ?
    Je suis franchement dechu par l’incapacité de ses intellectuels à chercher les causes profondes aux problèmes et de s’y attaquer resolument plutôt que de passer leur temps dans des demarches folkloriques d’un certain âge. le cri de coeur de la jeunesses est profond et les faits que nous déplorons tous ne sont que des conséquences collétarales d’une forme de révendication encore mal coordonnée. Ouvrer l’oeil et le bon pendant qu’il est temps afin d’avoir une approche ciblée et efficace des problèmes qui nous ont conduit à ces tristes journées plutôt que de nous saouler avec vos sorties médiatiques. On veut des actes et non des déclarations de bonnes intentions

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 11:53, par wendbenedo
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    J’apprends avec stupefaction que même des diplomates ont été violées par nos "braves soldats" et que penser du ministre des affaires étrangères qui dit que les étrangers n’ont pas été visés et qu’il n’y a pas eu de cas de violence recencé" !!! C’est bien de proteger l’image du Burkina mais ces diplomates resteront marquées à jamais !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 12:26, par Rachelle Traoré
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Forces vives ou corps constitués, je n’en sais rien. Ce que je sais, il y a une grande partie de la population qui n’était pas au courant de cette rencontre. Moi, je tire mon chapeau aux commerçants et aux élèves malgré l’incitation à la destruction de la ville de Sya par une certaine presse, ont su garder raison. Je demande toujours aux élèves de ne jamais détruire quoi que ce soit pendant leurs manifestations car c’est eux qui ramasseront toujours les pots cassés.
    Au gouverneur de ne pas promettre devant la télé et une fois le dos tourné, qu’il abadonne les gens à leur trite sort.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 15:29
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Bonjour

    je suis convaicu que la prochaine crise viendra des sorties arrogante de ce monsieur.les examens des enfants approchent ;et ce n est pas son probleme c est gaspiller l essence du contribuable pour remuer son couteau dans une plaie pas encore cicatrisee.
    La nomination de ce monsieur constitue la plus grosse erreur de luc a tiao et de blaise.c est avec lui qu on a appris que des diplomates ont ete violees ;ca va venir encore des revelations sorddes.je ne serai pas etonne qu il demissionne avec fracas de ce gouvernement pour dire que les autres ne veulent pas travailler ou qu on l empeche de faire librement son travail. WAIT AND SEE

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 16:08
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    et toi, tu penses qu’en écrivant en grand caractère tu sera mieux lu !? les grands caractères font mal aux yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2011 à 17:35, par GO
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    On n’ait tous contre les casses, mais pas les manifestations pour des causes justes. ça commence à changer et c’est pour pour le bien de tous. Mr Albert OUEDRAOGO à toujours dit qu’une jeunesse qui ne revendique pas est une jeunesse morte. Peut être ceux de Bobo sont satisfaits de la vie qu’il mène, et c’est t’en mieux.
    Beaucoup de choses vont changer, ceux qu’on va mettre à la tête vont venir pour travailler pour le peuple et non pour leur propre intérêt. S’enrichir.
    La population de Bobo va bien et les autre manifestent pour être aussi bien. Ou se trouve le problème.
    GO

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2011 à 09:38, par Yes
    En réponse à : Manifestations et actes de vandalisme : L’exception bobolaise saluée par les membres du gouvernement

    Bonjour à tous
    Je suis parfaitement d’avis avec Hermes.
    Je pense que nos "autorités" doivent être plus responsables que cela.
    Remercier la ville ou la population de Bobo s’est opposer cette population a celle qui a manifesté alors que nous somme de cœur avec tout le Burkina.
    Certes Bobo il n’ya pas eu de casses mais c’est simplement fortuit et ne tombons pas dans la manipulation dangereuse du gouvernement qui ne pense qu’a sauver ses arrières.
    Constatez vous même, ce gouvernement n’a tiré aucune leçon de la crise. Il ya des évidences d’injustice et de mal gouvernance qui crèvent les yeux.
    Au lieu de cela, la parade c’est de penser que la population a été achetée, ou pire c’est de nous mettre les uns contre les autres.
    Remarquez que c’est la nouvelle stratégie actuellement. Comme les enseignants n’ont pas d’armes pour se faire entendre, on tente de les mettre en désaccord avec la population en faisant croire que c’est eux qu’ils tiennent l’année des élèves en otage. Le problème de la scolarité n’est elle pas suffisamment grave pour que Blaise rencontre dans l’urgence ces enseignant a Kosyam comme il la fait pour ces groupe de militaires si on peut les appeler encore ainsi ?
    Prenons du recule et ne nous laissons pas manipuler par des incapables qui ne pensent qu’a leur poste.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés