Retraités burkinabè de Côte d’Ivoire : Chaude matinée devant la CNSS Bobo

jeudi 19 mai 2011 à 00h47min

Les retraités burkinabè de Côte d’Ivoire étaient véritablement en colère contre la direction régionale de la Caisse nationale de sécurité sociale de Bobo-Dioulasso. Ils ont tenu à exprimer leur mécontentement le lundi 16 mai 2011 dans la matinée, en érigeant des barricades sur la rue Delafosse passant devant les services de paiement des pensions. Ces personnes du troisième âge entendaient ainsi protester contre les retards et le paiement partiel de leur pension, qu’ils attendaient depuis huit mois.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ils avaient subitement retrouvé leur fougue d’il y a plusieurs années lorsque, pour exprimer leur colère et leur indignation, ces anciens ont pu trouver l’énergie nécessaire pour perturber momentanément les activités des services de paiement des pensions et bloquer dans le même temps la circulation.

Visiblement remontés contre la CNSS, ces retraités ont utilisé leurs engins à deux roues et placé de grosses pierres sur la chaussée pour barrer le passage aux usagers de la route. Le mouvement allait se poursuivre en plein milieu de la voie lorsque les retraités s’étaient rassemblés pour dénoncer « le mépris » dont ils disent faire l’objet depuis un certain temps.

A l’origine de cette situation, le retard constaté dans le paiement des pensions. « Cela fait huit mois que nous n’avons rien perçu. A chaque fois, on nous fait comprendre que le virement n’a pas été effectué par la partie ivoirienne. Nous avons toujours patienté, et aujourd’hui (NDLR nous étions le lundi 16 mai 2011) on nous apprend que nous passerons à la caisse pour le paiement du dernier trimestre de 2010.

Mais pour ce qui est du premier trimestre de 2011, rien. Alors nous ne pouvons pas accepter cette façon de nous payer », dit indigné un des manifestants. L’ambiance était de plus en plus électrique et les retraités, qui ne voulaient plus rien comprendre, s’en prenaient ouvertement à la CNSS qu’ils accusent de détournement ; car à leur dire, les virements ont été effectués, mais c’est la partie burkinabè qui n’arrive toujours pas à leur remettre leur dû.

Une idée fondée sur de prétendues informations selon lesquelles le déblocage des fonds s’est effectué dès la prise du pouvoir par Alassane Dramane Ouattara. De simples rumeurs que les retraités burkinabè de Côte d’Ivoire avaient pourtant prises pour argent comptant.

Mais ils reviendront à la raison après qu’ils eurent été rejoints dans la rue par deux agents de la CNSS pour leur apporter des éclaircissements sur la nature du partenariat entre la CNSS au Burkina et la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) de Côte d’Ivoire pour la régularisation de leur pension.

Des explications on retiendra que la Caisse nationale de sécurité sociale ne joue qu’un simple rôle de courroie de transmission entre les retraités burkinabè de Côte d’Ivoire et la CNPS. « Nous n’avons aucun intérêt à bloquer les fonds destinés à ces personnes âgées. Le retard que nous accusons ne dépend pas de la CNSS mais de la Côte d’Ivoire ; parce que nous effectuons les paiements sur la base des états, qui nous sont transmis par la CNPS.

Et tant que nous n’avons pas ces états, nous ne pouvons pas procéder aux paiements », ont expliqué les émissaires de la direction régionale de la CNSS. Le moins que l’on puisse dire est que les échanges entre les deux parties ont permis de trouver dans l’immédiat un terrain d’entente. Les échanges ont aussi apporté du baume au cœur des manifestants, eux qui se disent souvent victimes d’un manque de considération de la part les services de la CNSS.

Tout a fini par rentrer dans l’ordre et la rue a été progressivement débarrassée des barricades pour une reprise normale du trafic. Cette crise entre la CNSS et les retraités burkinabè de Côte d’Ivoire, qui n’est pas la première, mérite qu’on s’y penche sérieusement ; car il s’agit de personnes du troisième âge qui ont besoin de plus d’égards et de considération.

Jonas Apollinaire Kaboré

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 mai 2011 à 10:57, par Le Burkinabè
    En réponse à : Retraités burkinabè de Côte d’Ivoire : Chaude matinée devant la CNSS Bobo

    ce que tu as relaté est une realité.les retraités burkinabè de cote d’ivoire sont très souvent victimes de cette situation.mon père est dans la meme situation.lui et sont voisin, retraité aussi me font cas regulièrement de cette situation qu’ils vivent.il faut que l’Etat se penche reellement sur ce problème, surtout avec l’arrivée de nouvelles autorités en CI.ces anciens qui n’ont plus de force pour travailler n’attendent que leurs pensions leur soient verséés pour vivre un peu heureux.merci pour avoir parlé de cette situation.Cependant je te suggere de mener une enquête sur cette situation pour comprendre reellemnt la souffrance des retraités burkinabè de côte d’ivoire.pour la region de Bobo, ils sont à Bobo, à Dandé, à Bama, etc.et un peu partout dans le houet

    Répondre à ce message

    • Le 20 mai 2011 à 01:39, par S. DIOP
      En réponse à : Retraités burkinabè de Côte d’Ivoire : Chaude matinée devant la CNSS Bobo

      Le système en vigueur basé sur le virement par la Caisse de Cote d’ivoire des pensions à la CNSS du Burkina pour les Burkinabè résidant au Burkina est anachronique et non pertinent eu égard à l’état du système de paiement de l’UEMOA. Il serait plus éfficace que ces travailleurs ouvre un compte dans une banque ivoirienne qui emet des cartes de retrait GIM-UMOA et fasse virer leur pension sur ce compte.
      Le retrait au DAB avec la carte-GIM ne coute que 500 F CFA quelque soit le lieu ou se trouve le distributeur dans l’UMOA et quelque soit le pays de l’UEMOA ou le compte a été ouvert. En tant que retraités, la Banque pourait consentir des réductions spécifiques comme la supression des frais de tenu de compte notamment....etc

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 19:52, par paligui
    En réponse à : Retraités burkinabè de Côte d’Ivoire : Chaude matinée devant la CNSS Bobo

    Il faut voir ce problème de près car il touche tous les retraités de Côte d’Ivoire au Burkina, pas seulement le Houet.
    Faites un tour à la CNSS, non loin de la gare de train pour voir la souffrance de nos pauvres vieillards.Que dire des veuves de ces retraités de CI, qui attendent des mois et des mois,juste avoir de quoi nourrir les enfants.
    ils faut que les autorités Ivoirienne se penchent sur le problème.Sérieux et très sérieux

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés