COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

jeudi 19 mai 2011 à 00h48min

L’auteur de ce courrier adressé au locataire de Kosyam ébauche une batterie de propositions dans le but d’améliorer les conditions de vie des Burkinabè.
Monsieur le président du Faso, Ie pays brûle ; il est confronté à des problèmes militaro-sociaux, si je peux les qualifier ainsi. Cependant, le gouvernement de situation, avec à sa tête Luc Adolphe Tiao, vient de prendre certaines mesures qu’il qualifie de grandes mesures. Je ne sais pas si ces mesures méritent une telle qualification mais ce sont des mesures tout de même. Le problème n’est pas le qualificatif mais l’effet de ces mesures sur la population qui aspire à une vie meilleure. Vous reconnaissez avec moi que tout fait social est lié à un fait économique et que la résolution de ce fait social nécessite des dépenses budgétaires.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Mais que faire pour toucher le problème quand on n’a pas d’argent dans les comptes ? Monsieur le président, augmenter les salaires pour ma part n’est pas une solution à ce fait social qui ronge la population mais un « calme- cœur ». Souvent, je me pose la question de savoir de combien sera cette augmentation. Ce qui est sûr, c’est entre 0 et 10% d’augmentation ; très insignifiant, si l’on sait que le fonctionnaire moyen touche 80 000 F CFA. Quand on parle d’augmentation des salaires, il faut parler aussi d’augmentation des prix parce que mes amis commerçants et bailleurs n’attendent que cela. Il faut reconnaître aussi que l’augmentation des salaires touche au plus 100 000 personnes, tout en sachant que l’Etat burkinabè n’a pas encore atteint 100 000 fonctionnaires.

Mais de quel secteur proviennent les autres travailleurs ? Evidemment du privé. Monsieur le président, allez-vous augmenter les salaires de ceux du privé ? Avez-vous une solution pour ces derniers ? Ne sont-ils pas des Burkinabè ? Comment allez-vous augmenter les salaires pour ne pas dire les revenus des tâcherons, des mécaniciens, des commerçants, des maçons, des videurs de toilettes, des plombiers, etc. Cette catégorie de personnes ne dépense-t-elle pas ? J’attends votre réponse. Quelle politique économique ou sociale faut-il mener pour toucher toutes les couches sociales ? C’est ici qu’il faut comprendre que ce pays a besoin de ses fils intelligents, convaincus et engagés et non des diplômés non-engagés et vaincus qui vous entourent et gravitent autour de notre Trésor public.

Depuis votre prise de pouvoir, vos gouvernements se succèdent et se ressemblent en actes et en hommes. Ils passent leur mandat à vous présenter la ville de Simon et vous cachent le vrai Burkina Faso. Votre RTB vous fait écouter les points de vue des membres de votre tribu et non ceux du peuple. Pour que votre clan puisse parvenir à ses fins, Tertius a fait chanter l’intégrité, ou du moins, a fait la publicité de l’intégrité burkinabè. Etre Burkinabè, ça se mérite. Bien sûr que ça se mérite. Pouvez-vous me dire, Monsieur le président, depuis 1991 lequel de vos gouvernements mérite d’être Burkinabè à plus forte raison intègre ? Il nous demande d’être intègres alors qu’ils nous volent nuit et jour. Monsieur le président, on récolte toujours ce qu’on a semé. Les semences de la corruption, de l’impunité et de détournement ont bien donné. Haaaaa, quelle récolte !

Comme elle est fructueuse ! Mon président, je n’ai pas que des reproches et des critiques à faire ; j’ai aussi des solutions à vous proposer. Monsieur le président, 70% de la population réelle dorment dans des maisons mises en location. Cependant, pour augmenter le revenu des Hommes intègres, même ceux qui ne le sont pas, sans augmenter ou réaménager le budget de l’Etat, il faut réglementer le secteur de l’habitat. Monsieur le président, une chambre-salon à Ouagadougou déclarée habitable coûte 25 000 à 30 000 F CFA ; celle déclarée non-habitable comme la mienne coûte 15 000 à 17 500 F CFA. Je vous informe par ailleurs que le SMIG au Burkina Faso est de 32 000 F CFA au plus ; alors qu’il y a des entreprises qui payent des pères de famille en dessous du SMIG et ces derniers doivent payer le loyer au prix ci-dessus indiqué.

Mon président, combien leur restera t-il pour manger et se soigner, payer le courant et l’eau ? Je n’ajoute pas les frais d’essence parce qu’avoir une moto est un rêve pour ces derniers. Ils se débrouillent avec les Zongos (vélos). Concrètement, il faut plafonner le loyer à 10 000 F CFA/mois pour les chambres- salons, 15 000 F CFA pour deux chambres-salons et 20 000 F CFA pour les mini villas et veillez au respect de ces prix. N’en déplaise aux bailleurs. De 30 000 F, si le loyer d’une chambre-salon tombe à 10 000F cela permettra à toutes les personnes de cette catégorie d’économiser entre 15 000 et 20 000 F CFA. Un surplus fort important se dégage. Donc une augmentation du revenu pour ne pas dire une augmentation des salaires de tous les Burkinabè quelle que soit l’activité menée, sans toucher au budget de l’Etat.

Réorganisez ce secteur de sorte que sur 10 000 F CFA de loyer perçu, le bailleur soit à mesure de donner au moins 500 F CFA au Trésor public. Le Peuple gagnera ainsi que le Trésor. Augmentez le SMIG à 50 000 F CFA et exigez son application dans toutes les entreprises. Demandez aux employés de dénoncer sans crainte les employeurs qui payeront leurs agents en dessous du SMIG comme le font actuellement certains PDG d’hôtels que je connais très bien. Pire, ils déclarent qui ils veulent à la CNSS. Monsieur le président, j’ai juste dit ce qui est venu dans ma tête concernant ce genre de PDG sinon il y a pire à l’intérieur. Si vous voulez découvrir davantage les malversations que font ces gens à leurs employés, faites une descente musclée dans les hôtels à 3 étoiles seulement ou dans les BTP.

Vous saurez le calvaire que vivent certains Burkinabè. Vous pouvez faire un tour chez le voisin de l’avenue du Docteur Kwamé N’krumah. Monsieur le président, quel est le rôle de l’Inspection du travail ? Si elle n’existe pas, créez-la et si elle est morte ressuscitez-la sinon certains Burkinabè iront à la retraite et d’autres mourront sans bénéficier de leurs droits. Ensuite, libéralisez le marché de tous les produits des biens normaux (riz, huile, lait, poisson). Ne les laissez pas aux mains de votre tribu qui nous impose les prix, pire une tribu allergique au fisc. Certains de votre tribu font rentrer des voitures, soit au nom de l’Etat, soit au nom du Club de destruction du peuple (CDP) hors taxe, hors douane et les revendent très cher aux Burkinabè, mais pas aux Hommes intègres puisqu’ils ne peuvent pas en acheter. Plafonnez les prix des biens normaux, communiquez-les et mettez en place une brigade mobile de surveillance des prix et un numéro vert pour dénoncer ceux qui ne respectent pas ces prix et les punir à la hauteur de leur acte.

Et enfin, démocratisez le secteur des marchés publics. Ne les laissez pas aux mains de quelques privilégiés et leur suite qui payent mal leurs employés et les exploitent jusqu’à la moelle. Mes amis des syndicats passent toujours à côté des problèmes réels qui touchent la population. Je les comprend puisque leurs leaders dorment dans leurs propres maisons, ils ne peuvent pas s’en rendre compte. Je demande à mes amis des syndicats de resserrer les rangs parce qu’aucune mesure n’est encore prise. La suppression de la TDC n’est pas une mesure ; l’abattement de l’IUTS à 10% n’est pas une mesure non plus et l’augmentation des salaires n’a aucun effet sur la vie de la population. S’il y a une augmentation des salaires, au plus 100 000 personnes y bénéficieront.

Mais de combien ? Ne vous laissez pas endormir par la résolution de ces vieux problèmes. Demandez aux Maliens à partir de quel montant du salaire l’IUTS est perçu ? Les mesures qui viennent d’être prises risquent d’entraîner une spéculation des produits concernés à la fin du deuxième mois et au début du troisième mois si on n’y prend pas garde. Que faire après les trois mois de subvention des produits concernés ? A quand la fin réelle de la crise ?

Merci pour votre aimable attention, Monsieur le président.

Cordialement M. Son : L’Oeil des yeux perdus.

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 mai 2011 à 01:21
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    ah oui m.son ?
    kan je souffrais pr la construction de ma maison la plus part du temps t étais o maquis avec...
    et maintenant t veu dormir cado dans ma maison.
    les millos n’ont rien fait.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 03:07, par le presi
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      toi tu fais rire quoi.les milos n’ont rien fait ?on va dormir cadeau.wait and see.

      Répondre à ce message

      • Le 19 mai 2011 à 16:33, par Vagabond
        En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

        Bravo mr. Son ! Belexemple de courage et de citoyenéte ! Tu as oublié une chose en passant ! Le prix de la tonne du ciment doit baisser pour permettre aux uns et aux autres de constuire ! Les bailleurs doivent payer des taxes au trésor ! Il est inconvevable, qu’il gagne de l’argent sans taxe ! De meme dans l’enseignement les vacations ou heures supplémentaires doivent etre taxées ! Voilà un secteur, ou l’Etat peut se faire des sous ! Il faut passer par le rencensement des célibatoriums ! De plus l’Etat se doit de construire des maisons pour la location vente de type HlM. Des Batiments ou des familles entières vont loger des cités et peut encourager les opérateurs privés à se lancer dans ce secteurs !
        A vous de voir !

        Répondre à ce message

        • Le 19 mai 2011 à 17:19
          En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

          Le revenu des depiutes et des ministres doit etyre aussi soumis au fisc. En un mot, ils doivent aussi payer l’ impot. Meme les belles- meres , beaux- freres, gendres nationaux ainsi que nos maitresses bien introduits. Les Dg de la douane doivent etre monsieur n’ importe qui s’ ils ont affaire a la justice. Vous avez raison, Mr. Son mais si Blaise doit reellement mettre en application vos conseils si judicieux, le cdp n’ existera plus, puisqu’ il sera un parti qui s’ interesse au devlpt du pays. Mais j’ai peur que ce ne soit du reve parce que c’est ca, le regime de la 4eme republique. Ne demande pas a un Bwaba buveur de chapalo de devenir Peul amoureux des vaches et du lait comme moi.

          Le Grand Peul de Barani.

          Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 05:23
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      C vraiment dommage de reagir comme ca...

      Il ne fait que dire des vérités, sans indexer personnes. Lui au moins propose des solutions, quitte a ce qu’elles ne soient pas appliquées. Soyons moins égoïstes, et luttons pour que disparaisse a jamais la vie chere au Faso.

      Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 08:23, par missiri
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Monsieur Son a raison.Ils sont combien ces "marchands de sommeil" qui ne paient pas les taxes et autres impôts à l’Etat ? Comment peut-on comprendre qu’il y ait des gens qui ont plus de 50 cours ou même plus à Ouaga ? Revoir à la baisse ces loyers serait louable. "quand je contruisais ma maison, tu étais dans les maquis", c’est comme ça que les véreux s’expriment. Crois-tu qu’avec 80.000cfa/mois on peut avoir facilement un "chez-soi" ? Une parcelle coûte combien ? n’en parlons même pas des matériaux de construction.
      IL FAUT METTRE DE L’ORDRE DANS CETTE HISTOIRE !!
      Malheureusement le site censure toujours mes écrits

      Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 10:38, par Aime ton prochain comme toi même
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      mon cher "kan je souffrais pr la construction de ma maison la plus part du temps t étais o maquis avec... " tu es simplement égoiste.tu as pu construire Dieu merci, mais si tu étais parmi ceux qui paient chambre salon entre 25000 et 30000f tu allais comprendre.c’est vrai que tu as souffert pour construire ta maison, mais pas pour exploiter ton prochain. M. Son a raison, tout ces problèmes que nous avons aujourd’hui sont liés et ils forment une chaine.il faut soigner toute la chaine et chacun à sa part de responsabilité. l’Etat a trop laisser les genres faire et personne n’a pitié de son prochain. chacun veut s’enrichir sans se soucier des autres. LE BENEFICE A OUTRANCE. Un commerçant m’a dit "SI TU PEUX VA A DOUBAI TU VA PAYER AUSSI VENIR VENDRE".

      Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 12:14, par Oued
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Avec kel argent tu as construis ? Un fonctionnaire burkinabé honnete ne peux jamais construire avant l’age de 50 ans c’est a dire après 25 ans de services minimum. Est ce que tes locataires ont plus de 50 ans ?????

      Répondre à ce message

      • Le 19 mai 2011 à 16:57
        En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

        La mon frere Oued, je ne suis pas tout a fait d’accord ! Je connais un example palpable...un couple que je connais tres bien(la famille) a construit en 10 ans leur maison...ils n’ont toujours pas finit...ils vivent dans la maison tout en achevant les autres details...la femme et le mari mettent leur salaire ensemble pour construire leur maison, ils n’ont que 2 enfts et par la grace de DIEU, ils ne sont pas malades...juste pour dire qu’il ya des fonctionnaires burkinabes qui peuvent construire une maison dans un temps raisonable si Mr et Mme travaillent, si ils ont juste 1 ou 2 enfts, si ils ont la sante, si Mr ne donne pas son argent aux demoiselles de dehors et Mme devient aigrit et ferme aussi son porte monnaie....si ils savent quel est la priorite...oubien Mme veut construire de son cote car elle n’a pas confiance a son mari..ils ne s’entraident pas...bref...Neanmoins, je suis d’accord que cela n’est pas facile..autant le gouvernement doit faire des efforts pour permettre l’acquisition de parcel autant, les burkinabes doivent s’unir et viser l’essentiel...

        Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 21:09, par gorgui
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      salam tt le monde.je suis sénégalais j’ai lu la lettre ouverte et franchement c trés intressant et c le même probléme partout.J’ai lu qlq part que la tonne de ciement coùte 135000frs, je me demande si c vrai.Entout cas si c vrai, là vous pouvez vous estimez heureux car au sénégal la tonne coùte moins de 75 000 frs et je vous assure pour avoir une cbre+salon(studio) dans la banlieue et encore lointaine DAKAR cad à 15- 20km du centre ville il faut débloquer au moins 50.000frs si c pret du centre ville il faut 100.000frs à 150.000frs, si c en centre ville n’en parlons même pas.
      je pense que les autorités africaines doivent réglementer les loyers car il y a une folle spéculation de la part des proprios. je ne connais pas le burkina mais c t’un pas qui me plait bcp.vive l’afrique.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 02:28
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Il faut demander à faire baisser le prix du ciment. Tu est certainement fou toi ; tu penses que tous les gens qui mettent leurs maisons à votre disposition ont volé l’argent ou quoi ? Vous avez voté Blaise, laissez le faire ce qu’il veut. Si vous ne le vouliez pas vous seriez sortis battre campagne pour Arba ou un autre. Laissez Blaise en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 02:47, par papson
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je pense qu’à ouaga il ya des locations de 5000F dans les non lotis et les locations non careaulées,non plafonnées et qui se trouvent plus éloignées du centre ville sont accessibles (10000F à 15000F) mais si l’interessé préfère des chambres salons de luxe(careaulée, douche interne et ventilée...etc) et etre proche du centre ville il payera entre 25000F à 40000F. Par conséquent c’est à lui de choisir pour économiser ses maigres revenus

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 02:47, par Bakarijan
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Tu as le mérite de proposer ta solution même si elle n’est pas la plus ideale. Peut on acheter latonne du ciment à 135000f, construire sa barque et ceder ce taudis à 10 000F par mois ? N’est il pas préferable d’adopter une politique d’habitat plus que des solutions conjocturelles ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 03:30, par Ouedraogo Abdou
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je suis sidere’ par la reponse ironique du premier internaute. Certes l’ecrit est gonfle’ de certains passages que je ne qualifierai pas mais force est de reconnaitre la pertinence des problemes de loyer.J’etais cadre de la fonction public et je comprends la douleur de mes camarades qui y sont restes.Je pleure beaucoup plus ceux de la categorie B et C car je ne vois pas comment un honnete fonctionaire marie’ pere de 4 enfants peut se louer une maison assurer le carburant de 2 engins et manger de maniere decente.Actuellement, ma maison 4 pieces, salle a` manger, cuisine et douche internes, court unique dans une zone tres habitable est louee a` 50.000frs juste pour ne pas etre comme les autres. Les choses peuvent changer de cette maniere jusqu’a` ce que nous comprenions tous que nous exagerons les prix et que l’Etat se doi d’etre tres regardant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 03:41, par Judikael
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Toi qui parle de construire maison pendant que Mr. Son est au maquis la, tu n’as vraiment rien dit car ce n’est pas pour autant qu’il faut exagérer avec les prix des loyers. Il vous faut combien seulement pour construire une maison pour monter le prix si haut ? Une fois la maison construite, il n’ya jamais de perte tant que la maison dure...Alors celui qui a construit va recoller le prix de construction et le reste ce ne serait que des milliers de francs de bénéfices...Ce qu’on appelle ’haram’. Maudits soient ces bailleurs qui veulent s’enrichir au dos des misères de leurs locataires !

    Mr. Son, vous avez ecrit une tres belle note, courage a vous et que Dieu vous benisse.
    Puisse le soi-disant président de blaise compaore en prendre acte !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 03:44
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    le prix d un bien ou d un service ne peut être fixer par un état.pour le bon fonctionnement de l économie nationale la confrontation entre l offre et la demande déterminera le prix d un bien. certes u ne comprend rien .c a d laissons le marche de la location de maison déterminer le prix de la location d une maison.l état n a pas a imposé les prix.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 17:40
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Encore un idiot qui a mal appris sa lecon d’ economie classique. Je le vois venir comme un letre mais pas intellectuel. Le voila pret a nous balancer la these mal apprise de la main invisible de Dieu secretee par l’ economiste Adfam Smith. Quand ce dernier parlait de la main invisible de Dieu, il voulait dire qu’ il faut laisser les acheteurs et les producreurs decider eux- memes du prix des produits sans que l’ etat ne s’ en mele. Mais il a fait cette proposition dans le cadre de l’ Angleterre. Londres n’est pas ouagadougou. Vous avez vu comment la liberalisation des marches est une grosse blague, n’est-ce pas ? Parce que nos comercants tropicaux se rencontrent et fixent ensemble le meme prix pour les memes articles. Ou est la concurrence ? Ou est cette main invisible de Dieu. Moi je suis enseignant a l’ universite. Je suis assez bien paye, relativement par rapport a la majorite des fonctionnaires. J’ai meme des consultations et chaque annee, au bas mot je peux avoir 7 millions sans taxes. C’est encore la faute de l’etat qui devrait prendre toutes mesures pour imposer totu revenus. Mais s’ il ne le fait pas, s’ il ne prend pas l’argent ou il se trouve, je ne serai paspresse et tout ce qui n’est pas defendu par la loi est permis. Je raconte totu ca, pour vous dire que malgre ma position supra- privilegiee, je n’ai pas pris moins de 12 ans pour finir ma maison habitable. Et pourtant, je ne suis pas n’ importe qui pour imiter les paroles betes des nouveaux riches de Ouaga. QUID ALORS de ceux de nos freres et soeurs qui ne sont pas loges a a la meme enseigne ? Il ne s’ agit pas de rire de ceux qui ne sont pas a notre hauteur et meme de les pressurer. Notre bonheur est indissociable de leur bonheur. Aucune societe ne s’ est jamais construite en pietinant les plus faibles. Sauf si ce n’est pas une societe d’ hommes mais une societe animale , un societe de monstres. Avec ce qui se passe aujourd’ hui au BF, ce pays est devenu une sopciete de sauvages ou on s’ en fout de ceux qui sont derriere. Il nous faut ajouter un supplment d’ ame a cete societe en decadence. Si la folie de nos bidasses ne npis a pas encore enseignes une lecon de sagesse, la p[rochaine fois, ca pourrait etre le feu.
      LOP

      Répondre à ce message

      • Le 20 mai 2011 à 11:04, par Turas
        En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

        Pas l’intention de vous choquer mais vous ne faites pas mieux en voulant vous hisser en feignant de compatir avec la majorité des burkinabè. Simplement pour vous dire que vous êtes un paranoa qui veut qu’on vous envie.

        Répondre à ce message

        • Le 20 mai 2011 à 22:12
          En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

          Mon cher leche- bottes, normalement si on etait dans une societe ou le delit de facies voulait dire quelque chose, on devait envier quand meme des gens de ma classe sociale. Tu comprends vraiment francais ? Tu sais ce que veut dire le mot paranoiaque ? Je refuse la fausse modestie qui est la plus affreuse des hypocrisies. Ce que je dis, je le dis en conformite avec ce que je pense qu’ une societe bien organisee doit etre. Malheureusement, nous sommes dans une societe ou des rampeurs a - plat- ventristes comme toi meme si tu n’as pas reussi a cueillir les fruits de ta reptation peuvent devenir milliardaires du jour au lendemain. Je ne reve pas. Ce n’est pas dans le Burkina de Blaise Compaore qu’ on enviera un enseignant souffreur et "aigri" comme moi. Il y a trop de nouveaux- riches dont les enfants se lavent les vehicules au champagne pour envier un gars qui lutte toujours comme moi. Mais je n’essaie pas de cacher ma position de privilegie, ce qui serait etre simplement un faux type de ton genre. Mais malgre cette position priovilegiee, je ne peux meme pas construire une villa comme on construit un poulailler a Bendogo non loti. Dis- moi honntetement que ta colere est a ailleurs, pauvre type. Si je veux qu’ on admire, pourquoi ne vais- je pas decliner mon nom en entier et mon adresse complete ? Tu te trompes de bagarre. Montre ton museau et j’ ai de quoi te museler. J’ai de la farine pour ca. Tu prouves vraiment que tu es un gnougnoufouss dans l’ ame.
          LOP

          Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 03:47, par shynkoy
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    mr votre courrier dit les gbes(la verite) mais aller jusqu,a proposer une chambre salon a 10.000f et une mini villa a 20.000f vaudrait mieux faire le sac de ciment a 2000f pr que chacun construise sa propre piole sinon c,est du bon j,espere que mr le prisident recoiveton courrier.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 06:04, par Sniper de Chicado
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    je ne suis pas d’accord avec certains point mais je sais que Palm beach hotel et Splendide ont des salaires qui commence a 22 500 et plus de la moitie de leur personnel n’est pas declare a la cnss (c’est normal vu le salaire). Il ne faut pas plafonner les loyers mais il faut interdire de donner des parcelles a ceux qui en ont deja. il faut aussi que le president donne surtout a la justice sont independance et trouve la perle rare a l’inspection d’etat pour traquer et enfermer les auteurs de malversations (aussi bien dans le public que dans le prive). si on arrve a limiter l’enrichissement sans cause qui est un sport national au burkina il y aura un peu d’argent dans les caisses pour faire du social. il faut aussi investiguer les comptes des associations.il faut enfermer les voyous de la republique. la revolte est due u sentiment d’injustice et a l’orrogance des nouveaux riches. Kanazoe, amado banfrin, sogebaf, et autres n’ont jamais ete insolent. ce sont les gens du systeme qui nous pissent dessus alors qu’ils nous ont voler. lorsque le voleur nargue la victime on en appel a se rendre jsutice soit meme. c’est deplorable. mais vos propositions ne tiennent pas sur beaucoup de point. on ne demande pas au gouvernement de tout nous donner. on leur demande d’appliquer les lois.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 07:24, par lilboudo
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    C’est à se demander si les gens pensent souvent aux effets et conséquences de leurs demandent sur l’activité économique en général. Diminuez les loyers, certes, mais qui supporte la charge ? Pas sûrement les bailleurs, parce qu’ils y ont investis leurs épargnes et attendent un retour. Pas l’Etat non plus, parce que ce n’est pas son rôle. Les autres mesures préconosés par M. Son sont similaires : irréalistes et inéquitables.... C’est à penser que pour certains burkinabé, le gouvernement a une maguette magique pour résoudre tous les problèmes : le décret !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 08:04, par TK
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Vous etes courageux Mr SON ! Merci pour cette batterie de solutions. Cependant pour que l’Etat decide de plafonner les prix de location de maisons, il faudrait que lui meme construise ces maisons et pour les louer ensuite. Si non un prive qui a investi dans le batiment pour se faire de l’argent mettra 20 ans ou beaucoup plus pour avoir un retour pour son investissment avec votre solution. E vous verrez les gens construirons plutot des paillotes ou des boites d’allumettes plutot que des maisons. Pourquoi vous ne proposeriez pas que le prix de la tonne de ciment soit ramenee a 50000 FCFA

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 10:56, par AFO
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Cet écrit met l’accent sur une préoccupation majeur de la société Burkinabè.Effectivement le loyer coûte très cher au Faso et celà ne date pas d’aujourd’hui.Ce coût élevé du loyer trouve son explication dans la chèreté des matériaux de construction qui pour la plupart sont importés avec tous ce que nous savons sur les charges liées à l’importation.Aussi les citoyens supportent passivement le fardeau du loyer dû au fait qu’au delà de ce facteur coût de la construction,l’aspect gestion du domaine foncier est gangréné (cf relèvement d’un de nos maires d’arrondissement).C’est effectivement dans cet environnement nocif à toute possibilité pour le Burkinabè moyen de Se construire un toit que certains ont tout de même réussi à se batir une maison.Des loyers sociaux ont été mis en oeuvre par le gouvernement ;mais celà reste très insuffisant.Bref nous n’avons pas la prétention de loger gratuitement dans des bâtiments en location:c’est la pire des bassesses pour un citoyen intègre parce que nous sommes de ceux qui payons le loyer d’abord avant toute autre dépense.Toutefois nous proposons effectivemnet au gouvernement de mediter sur la question qui traumatise beaucoup de travailleurs et joue sur l’espérance de vie des populations.Réunissez ces bailleurs et demandez leur de fléchir un peu pour rendre agréable ce séjour sur terre déjà truffé d’intemperie de plusieurs natures.Aucun Burkinabè n’est aussi inconscient au point de privilégier les maquis et femmes de bars (que je respecte au profit de la construction d’une maison) ;mais que faire si après vos dépenses "de gestion du quotidien",il ne vous reste que le prix de la "guigui" ?C’est pourquoi bon nombre opte pour le suicide dans les débits de boisson Où foisonnent toutes sortes de boisson frélatées.Après ce déluge,les bailleurs auront soit leurs batiments bien vides soit occupés par une nouvelle génération de locataires dont les réactions se font de plus en plus sentir.

      Répondre à ce message

      • Le 19 mai 2011 à 17:50
        En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

        Bien dit, good ol’ bro. Meme ces nouveaux locataires ne seront pas la. Car ils ont fait le bruit parc ue viim yaa kanga. Mais tant que y aura pas une politique volontariste de loger les gens moins cher, y aura rien. Au temps de la revolution quand on le voulait, on l’a fait. Apres on ne le voulait plus et il y a une ou deux individues qui ont ete chargees de loger tout le burkina sur nos terres a nous tous. Donc comprenez que les bailleurs puissent fixer leur prix comme ils veulenet. Le poisson ne pourrit jamais par la queue.

        Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 08:28, par Le chef
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    L’analyse n’est pas si caduque que ça mais nécessiterais d’être plus affinée (intégré la notion d’amortissement des constructions par exemples ?, des mesures compensatrices pour les bailleurs ? logements sociaux ?...).
    Je crois que le pays a besoin de personnes comme vous dans l’esprit de rechercher les meilleurs conditions d’existence possibles par des réflexions simples et constructives ; reste qu’il faut avoir des dirigeants peu cupides !!!!
    Bon courage mon frère

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 12:23, par Rastapop
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      "L’analyse de M. Son n’est pas si caduque que ça". par contre c’est la votre qui en coure le risque. Il faut éviter de rendre nos problèmes scientifiques. Ils sont simples.Les histoires d’amortissement de construction, compensation des bailleurs...,ce ne sont pas ces histoires qui fontle problème actuel. Le problème, c’est que beaucoup de personnes vivent dans la misère maintenue par l’injustice sociale. Un logement, c’est pour s’y abriter. Un logement, ce n’est pas pour en faire de commerce. Comment peut - on accepter qu’une personne ait plus trois logement pour lui seul pendant que dix personnes n’en ont pas un pour s’abriter ? C’est l’injustice qu’il faut voir et résoudre car tôt ou tard, l’injustice sera la cause l’instabilité sociale. La situation actuelle n’est qu’un prélude à ce qui nous attend !

      Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 14:26, par skil
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      je pensais etre seul contre tous au faso pour penser que l’augmentation de salire de 10ù étais utopique. je me suis toujours sentis seul quand dans certains milieux je defends ce point de vue. et l’on me taxais parfois de deformé professionel. que le ciel soit loué car pour uen fois, il ya quaelqu’un au moins au faso qui pense comme moi.

      l’economiste que je suis a fait des reflexions sur le sujet dans certains milieux en 2003 et on m’a dit ceci : c’est parceque tu viens tous droit de l’université que tu parles comme çà, quant tu vas commencer à travailler tu changera de langage.

      et depuis je n’s cessé de défendre cette position qui est la suivante :
      1- au BF, supposons qu’il y’ait 100 000 agents de l’Etat sur une population totale de 15 000 000 hbts. ce taux correspond à 0,67 donc moins de 1% de bénéficiaires directs.

      2- lorsqu’il ya une augmentation de salaire les autres agents économiques que sont les commerçants et autres entrepneurs tentent d’ajuster les prix dans la mesure où nous sommes dans un système d’économie libérale. ainsi, les commerçants qui pour la plupart du temps sont pas analphabète augmentent les prix de leurs produits d’un taux plus que proportionnelle au taux d’augmentation du salaire. par exemple le savon qui coute 100 fr, coutera dessormais 125 fr au lieu de 110, soit une hausse de 25% en lieu et place des 10%. ce comportment contrbue fortement à appauvrir le fonctionnaire pour lequel il ya eu une augmentation de salaire. aussi, le proprietaire d’une maison dira, au nom de cette augmentation de 10% que le loyer est passé de 10 000 fr à 12 500 soit un surplus de 2 500 fr au lieu de passer de 10 000 fr à 11 000 fr. tout simplement parceque le monsieur ne connait l’ampleur d’uneaugmentation de salaire de 10%plus qu’il ne connait pas le salaire du fonctionnaire qui est la base de calucul.

      3- une augmentation de salaire dans le secteur public ne touche pas le secteur privé parcequ’on ne peut pas obliger par exemple le propriétaire d’un station d’essence à augmenter le salaire de son gerant ou du gardien.

      4- pour les travailleurs du secteurs informels, on ne peut pas parler d’augmentation de salaire plus qu’il n’en a meme pas.

      5- pour la grande majorité de la population qui vit en milieux rural et dont l’existence est tributaire du secteur agricole et de l’élévage, on ne peut pas parler de salaire aussi à ce niveau.

      de ce qui précède une augmentation de salaire va entrainer :
      - chez le fonctionnaire lui-mem une reduction de son pouvoir d’achat du faite de la volatillité des prix. donc une baisse de son mieux etre.
      - chez les aents du secteur privé, ils sentiront les effet induit de l’augmentation des prix des produits lié à la non augmentation de leur salaires.
      - chez les acteurs du secteurs informels ils seronty soit obligés d’augmenter les prix de services qu’ils rendent ou de subir les conséquence de la hausse du niveau des prix.
      chez le paysan qui n’a pas de salaire et qui represente au 82%de la population active subit directement les affres de cette augmentation de salaire.

      au regard de ce qui précède j’en appel au bon sens de mes confrères économistes d’en haut et d’en bas, au intellectuels de tout bord à proposer des mesures qui tendent à rehausser le niveau de vie des populations en lieu et place de l’augmentation des salaires.

      pour conclure je trouve que c’est domage que tous les Prémiers Ministres qui nous dirrigé et qui ont fait lu les memes ouvrages d’économies, qui ont bénéficié des mems enseignements bien avant nous n’est pas perçu cela.

      merci

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 08:55, par Zaksoba
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Monsieur Son,

    Vous avez certes relever des causes vraies de la crise au Burkina Faso.Mais voilà quand vous arrivez au niveau des solution, là vous dérapez totalement. Comme quoi c’est facile de critiquer.
    Quand vous parlez de baisser les loyer à 10.000FCFA, c’est l’État qui a construit ces maisons pour les propriétaires ? Est ce que vous savez que des gens à la retraite ont passé honnêtement toute leur vie à construire, afin de se mettre à l’abri du besoin quand la force de travailler viendrait à leur manquer ?
    Savez vous combien coûte la construction d’une chambre salon aujourd’hui ? non
    Avez vous déjà construit,non !!Sachez que des gens se sont saigner toute la vie pour construire pendant que d’autres étaient dans les maquis et se la coulait douce avec des femmes de bar.
    Demandez à ce que des mesures soient mises en place pour permettre à ceux qui ont des revenus moyens ou qui n’en ont pas d’ailleurs d’accéder à la propriété.ça passe par des politique de distribution des terrains (aux jeunes surtout), des subventions des matériaux de constructions, des prêts à très longue durée (30 à 40) ans....
    Il y’a aussi qu’aujourd’hui nous manquons de politique fiable et peu couteuse en matière de construction. Il y’a aujourd’hui des techniques de constructions qui permettent de minimiser les coûts de constructions tout en conservant la fiabilité et même l’esthétique des constructions.Alors il faut les vulgariser.
    Je demande à l’État de trouver un mécanisme pour que tout jeune fonctionnaire qui accède à la Fonction Publique accède prioritairement à un terrain viabilisé.C’est très faisable.
    Je demande qu’on s’intéresse aussi à l’amélioration de l’habitat en milieu rural, pour que nos parents qui vivent dans les villages ne vivent plus comme des "sauvages".
    Car il faut que le fruit de la croissance bénéficie à toutes les couches de la sociétés burkinabè.
    Voilà monsieur Gon, sans remettre en cause votre écrit, ce qu’il faut aussi penser. C’est ma contribution !!

    Zaksoba

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 17:13
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Zaksoba...je suis a 100% d’accord avec toi...sur toute la ligne...donner des parcelles viabilises aux jeunes, fonctionnaires et subventioner les materiaux de construction...et que chaque couple se mettent en accord pour construire...qu’ils sachent reconnaitre les priorites, limites le nombre d’enfants...3 au maximun...investir ensemble...2 valent mieux qu’un...un fonctionnaire moyen avec sa femme qui travaille aussi, avec 2 enfts en bonne sante, et une parcelle viabilises, si ils connaissent leur priorites, si ils s’accordent, ils pourront faire beaucoup de choses...le gouvernement n’est pas le seul responsable de la misere...il faut aussi que certains individus changent de mentalites et de comportement...il ya des gens meme avec une augmentation de salaire de 50%, ne construiront pas car leur priorites ceux sont buget porcal, budget, bierre, budget filles de dehors...la famille n’est pas la priorite..manque de sagesse...juste une partie que je voulais signaler...

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 08:58, par Jeune Intègre 2050
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Pertinente analyse !
    Je m’inscrit favorablement à la règlementation des prix des loyaux. C’est essentiel, il faut une assise entre les bailleurs et les autorités pour déterminer des prix convenables.
    Augmenter le salaire ne resoud en rien au problème au contraire c’est une occasion pour les commercants d’augmenter le prix de leurs produits et au finisse il n y pas d’impact favorable.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 09:26, par GO
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Voila un monsieur qui croit qu’il a construit parce qu’il n’ait pas allé au maquis. Très facile ça.
    Il faut vraiment une politique pour les loyers sinon, c’est du n’importe quoi. Ceux qu’on trouve tout le temps dans les maquis, c’est bien les propriétaires de ces maisons.
    Il y a problème et il faut faire un tour pour constater tous ça. On augmente quand on veut, on chasse quand on veut et voila aussi la vie de la majorité des Ouagalais.
    GO

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 09:27, par le citoyen lamda.
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    vraiement des bonnes propositions. mais c’est mieux aussi de chercher à desengorgé le centre ville en contruisant des locaux administratifs dans les quartiers peripheriques( saaba, basinko, yagma) ; mettre le courant et l’eau dans toutes les zones loties( surtout nouvellement) et même dans les quartiers non loties ; ouvir des voies praticables vers ses zones. beaucoups ont des parcelles dans ces lieux mais faute d’electricité, d’’eau courante et de voies d’accès ils prefèrent rester au centre ville en location et vous le savez que c’est la demande qui fait grimper les prix. c’est mieux d’opter cette solution qui lésera personne mais qui contribuera à resoudre le problème de logement le plus vite possible et à moindre coût.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 09:49, par le citoyen lamda.
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    vraiement des bonnes propositions. mais c’est mieux aussi de chercher à desengorgé le centre ville en contruisant des locaux administratifs dans les quartiers peripheriques( saaba, basinko, yagma) ; mettre le courant et l’eau dans toutes les zones loties( surtout nouvellement) et même dans les quartiers non loties ; ouvrir des voies praticables vers ses zones. beaucoupé ont des parcelles dans ces lieux mais faute d’électricité, d’’eau courante et de voies d’accès ils prefèrent rester au centre ville en location et vous le savez que c’est la demande qui fait grimper les prix. c’est mieux d’opter cette solution qui lésera personne mais qui contribuera à resoudre le problème de logement le plus vite possible et à moindre coût.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 09:51, par yamame
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    C’est une batterie de mesure que je trouve tres réaliste et réalisable. Si ceux qui ont des maison en location trouve ca trop compliqué, je complete mon ami Son par cette proposition : que l’Etat donne des millions d’hectare à certaine agences immobilières avec des materiaux de construction subventionnés, afin que ces gencs construisent des cités à moindre coût pour les mettre en location vente à ceux qui le voudront aux conditions des 1200 logements, surtout pas aux condition de Azimo. Pas des poulailler comme ceux construits par DABILGOU au vu et au su de tous.
    Pour les vehicules qui rentrent sans aucune taxe et qui sont revendus , que l’Etat ait un regard pointu au niveau des Organisations Non gouvernementales(ONG). Ces dernieres font rentrer des Véhicules hors taxe soit disant que c’est pour leur activité, ou pour l’humanitaire et malheureusement ces vehicules se retrouvent sur le marché après ou entre les mains de certains individus, sans aucune forme de contrôle. Je ne sais pas au Burkina qu’elle structure s’occupe de la surveillance de ces gens là, mais il faut y mettre de l’ordre. Tout y passe, si on y prend pas garde ?????

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:02, par azoul
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    je sait que ce SON a de quoi dans sa tête pour ameliorer les conditions de vie des oprimés du faso. Monsieur le président veuillez a ce que son analyse soit intégré dans votre politique d’apaisement

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:03, par Pawalmdékiswendsida
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Bonne réflexion. J’ai eu déjà a échanger avec certains agents des finances sur les raisons qui expliquent que locataires ne paient pas leurs taxes au trésor. A ma grande surprise, leur réponse a toujours été qu’en réalité, ce n’est pas forcément la faute des propriétaires des maisons en location mais la leur. En effet, accusant le nombre peu important des agents de recouvrement, les agents dans les différentes directions chargées de la collecte des taxes ne font aucun effort pour amener les propriétaires des maisons à payer leurs taxes. Certes, un citoyen éduqué et émancipé peut aller, sans qu’on ne l’oblige, payer ses taxes mais, au Burkina Faso, nous n’en sommes pas là. C’est pourquoi, l’État devra mettre les moyens pour obliger ces proprio des maisons à verser ce qu’ils doivent à tout le Burkina.
    Ceci exige aussi que l’État fasse plus d’effort pour s’impliquer davantage dans l’organisation du secteur pour faciliter la fixation des prix. Qu’il y ait des prix fixes, négociés avec les proprios que les services de l’État veilleront à faire appliquer.
    Concernant les fameuses augmentations de salaires, l’État doit se mettre à l’idée qu’il ne gère pas seulement ses fonctionnaires mais tous les burkinabè quel que soit le domaine d’activité et dans ce sens, il devra faire en sorte que les décisions prises s’appliquent à tous les travailleurs.
    Du reste, je ne crois pas qu’il existe une volonté politique réelle de Blaise et son clan à appliquer de telles mesures, puisque beaucoup d’entreprises au niveau du privé leur appartiennent. Il est temps que ça change ; qu’ils arrêtent de boire le sang des burkinabè pour s’enrichir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:12, par Lasso
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mr Son les mots me manquent pour vous remercier ; depuis que j’ai commencé a travailler ca me 15 ans de services mais tous mes revenus vont la poche de mon bailleur,et la sonabhy. Ma famille ne beneficie que de 10% de mon salaire chaque mois, imagine...Quant est j’aurais les moyens pour construire.Pour construire il te faut epargner ou recourir a un pret, mais avec quoi tu vas epargner ou prendre un credit etant donné a chaque fin plus de 70% de mon salaire sont reservés pour mon bailleur(loyer), la sonabhy (carburant),etc....
    Mr le President, revoyez sincerement le systeme de location des maisons a ouagadougou.
    Je vous remercie

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:17, par GROS COEUR
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Merci pour cette contribution. Le burkinabé moyen ne vit pas, il vivote et survit avec toutes ces charges que représente l’hébergement, la scolarité des enfants, la flambée du coût des vivres, etc. Certes, la réduction des loyers est un problème mais je pense que le secteur et la politique de l’habitat dans notre pays doit être revu. Aujourd’hui l’accent est mis sur les parcelles et non les logements ce qui fait que chacun veut une parcelle, chacun veut construire et les villes s’étendent à l’infini sans les infrastructures de base et pourtant l’État pourrait revoir sa politique pour la focaliser sur les logements afin qu’un même bâtiment à niveau puisse appartenir à plusieurs personnes (comme ce fut le cas de certaines cités). Nos experts nationaux pourraient peut être ébaucher des portes de sorties. Quant au coût des loyers, il y a effectivement lieu de revoir le coût des matériaux mais en tout état de cause, les états généraux du l’habitat et de l’urbanisme sonnent comme une nécessité. Bonne chance à nous tous

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:19, par paco
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    ce je peux dire c’est que la majorité des maisons aujourd’hui qui sont construites le sont avec l’argent du vol.il faut même faire un recensement et demander la justification de la provenance des moyens qui ont servi à bâtir toutes ces maisons car on ne toucher en fin de mois 80000 et construire des maisons

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:33, par TATA
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je suis tout a fait d’accord pour la baisse des prix des maisons en location !!! les prix sont exagérés et ces bailleurs se permettent d’augmenter ces prix comme bon leur semble et n’importe quand. Par exemple, moi mon bailleur a eu à augmenter ma maison de 5 000 F comme quoi la vie est chère. Courant avril, le bailleur de ma soeur aussi leur demande une augmentation, à défaut, elle devrait degager.

    Il est vrai que ces maisons ont été construites a la sueur des fronts de nos bailleurs, mais je me dis que vivant la réalité du pays, de l’économie avec nous, il ne devrait pas y avoir une exagération de cette envergure sur les prix des maisons en location !!! Un bailleur peut se prendre environ 320 000 par mois sur une parcelle ou des chambres salon sont construites a raison de 40000/maison. J’en connais pleins dans Ouaga !

    Il n’y a meme pas de contrats de bail dument signé. Les cautions, versées au moment de la prise d’une maison n’est pas reversé a l’interessé au moment ou celui ci decide de quitter !!! les bailleurs avancent les raisons qui ne tiennent meme pas debout pour pouvoir confisquer ton dû (peinture sale par çi, fenetre gaté par la, etc...). Une maison doit s’amortir avec le temps non ??? ou je me trompe ??

    A QUOI SERT LE MINISTERE DE L’HABITAT ???? s’il ne peut pas prendre des mesures pour reglementer le secteur de la location des maison. Les bailleurs paient ils leurs taxes convenablement ?

    Aussi, Le Président du Faso devrait revoir l’attribution des parcelles !!! Des personnes se retrouvent avec 10 voir meme 40 parcelles pendant ce temps, d’autres cherchent ne serait ce une seule parcelle en vain !!! Si tout un chacun de nous avait une parcelle, je me dis qu’au moins le Burkina serait alors cet pays emergeant tant parler ou tant souhaiter !!!! Il ne faut pas se baser sur les maux tels que l’excision, le SIDA, le palu sans parler de l’Habitat !!! On neglige cet point pourtant, il est très sensible !!!!

    De Grâce revoyer la location des maisons Mr Le Président !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:42, par fils du Nungu
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Ton acte est louable !pour la pertinence de tes solutions cè discutable oui, mais l’essentiel cè de l’avoir fait et en toute conscience.Malheureusement la majorité des burkinabé meurt sans avoir le courage d’exprimer ces nobles idées qui les rouillent la cervelle ou préfère les noyer dans des verres de thé ou d’alcool.Crg M SON vous avez la bénédiction de tous

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:45
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    rès belle analyse, merci mon frère.que le president prenne cela en compte et ne l’ignore pas."on a souvent besoin de plus petit que soi"

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:51, par Témoin
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Bonjour M. SON,
    votre contribution pour sortir le Burkina de la crise semble fort appréciable. cependant à force de vouloir tout analyser vous passez à côté de certains paramètres de l’économie."qui embrasse trop, mal étreint". vous semblez tiré la couverture vers vos propres besoins du moment sans penser aux autres acteurs de l’économie. régler un problème social peut en créer d’autres. évitons le culte de la médiocrité en voulant tirer tout vers le bas. un bon nivellement se fait toujours par le haut. Décréter que le plafonnement ou le rabattement des loyers c’est bloqué un pan de l’économie car tout le monde sait que "quand le batiment va, tout va". Du courage pour votre contribution mais pensez à affiner certaines analyses.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:55, par sisco
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Moi je pense que sur la question du logement l’état devrait faire en sorte que tout burkinabé marié puisse obtenir un lopin de terre ; tant qu’on n’est seul on peut gérer mais lorsqu’on est en couple, on aspire a un certaine sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 10:56
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mon cher SON c’est pathétique, ton courrier pour kosyam fera rigoler plus d’un.
    Les gens de votre espèce profitent de la situation nationale pour faire des revendications unitiles .
    je te conseil dès à présent d’aller feliciter ton bailleur qui lui au moins contribue à loger ses compatriotes la ou l’Etat himself a montrer ses limites.
    Pour etre juste tu devais jondre un autre courrier a la cimat pour ramener la tonne de ciment à 35000, un autre a hage materiaux de reduir le prix du fer et des tôles,un autre au convoyeur de sable et gravier ainsi les maçons et ouvriers etc.....

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:06, par Passala
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    je pense que Mr Son a eu le mérite de soulever un problème crucial dont la résolution apportera une solution pertinente aux difficultés de beaucoup de citoyens des villes. Je pense que le gouvernement doit ouvrir le bon oeil pour réglementer ce secteur. le cas des lotissements en dit long sur ce secteur. Il faut revoir le cas des logements sociaux car nous ne devrions pas être des cas sociaux. une bonne politique permettrait à chaque citoyen lamda d’avoir un chez soi et décourager du même coup les spéculateurs de "bailleurs". sinon, la crise du logement va faire exploser le pays un jour. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:08
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Ecouter ce sont des proposition qui ne demande qu’a etre pris en compte et analyser. Je t’encourage et je souhaite que le débat soit engagé autour de ses propositions. Que l’auteur ne cesse d’écrire jusqu’à ce qu’il ait au moins une réponse des dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:15, par Burkina ya kanga
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    je pense que le pb de l’habitat est très important au Faso. A mon avis, ce qu’il faut faire c’est faire adopter une loi qui n’autorise qu’une parcelle/individu sur toute l’étendue du territoire comme en Libye. dc si tu veux construire à Ouaga et chez toi au village (soit 2 parcelles) madame et monsieur prennent chacun une parcelle et le tour est joué. Nous souffrons beaucoup de la speculation. Pour favoriser la construction, l’Etat doit s’y mettre en favorisant le partenariat public-privé (un mot savant qui veut tout juste dire que l’Etat fait construire par le privé et paye un loyer a ce privé sur 20 ans par exemple, histoire de maîtriser ses deficits budgetaires).
    Je suis fonctionnnaire à Ouaga avec 120000f de salaire (categorie A c’est à dire le plafond à l’entrée à la FP), j’arrive même pas à joindre les deux bouts à fortiori rêver d’avoir un chez moi. Et ma solution est toute simple : l’exil vers l’occident pour espérer un avenir meilleur...Et pourtant combien j’aimerais apporter mon savoir à la construction de ce pays qui a investit dans ma formation...mais ainsi va la vie...les besoins physiologiques sont plus forts que ceux d’accomplissement de soi (pyramide de Mavlov)...

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:17
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je pense que vous fetes de bonnes sggestions, mias rappellons que le pays est pauvre.Vous allez faire courrir le gouvernement à une vitesse supérieur à la normale et ce sera la catastrophe.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:18, par la vision
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    c’est bien dit Mr SON mais faut revoir d’abord le coût de matériau de construction à la baisse et libéralisé le marché et ne pas donner le monopole a une seule personne comme on le vois maintenant.et privilégié la construction des logements sociaux et veiller au suivi lors de attribution.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:18
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Moi je pense que les burkinabé doivent avoir le courage et les couilles pour oser faire ce que M. Son a fait, critiquer sans complaisance et proposer des solutions. A etre realiste, on constate que dans ces propositions tout n’est pas relisable, mais il a eu le merite de faire des propositions, dans l’intention de faire avancer les chose. Agissons comme lui, proposons des solutions, les bonnes seront prises, les mauvaises ameliorees ou rejetees, mais proposons quand-meme. Cependant pour reagir à une proposition de M Son, quand vous dites qu’il ne faut pas augmenter le salire des fonctionnaires et de hausser le SMIG a 50000F, vous-vous contredisez. En effet, un fonctionnaire de categorie C touche autour de 50 000F, en maintenant son salaire tel, il aura à peu pres le meme salaire qu’un de 3 categories inferieures à la sienne.
    Neanmoins mes felicitations pour votre diagnostic, le Faso en a fort besoin par ces temps de crise.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:22
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Franchement si le président arrivait à revoir rien que le prix des loyés en baisse il aurait sauvé tout les Burkinabés quel en soit son appartenance. Le vrais problème des Burkinabés c’est le loyé même ceux qui dorment aujourd’hui chez s’ils se souviennent ils peuvent témoignés le calvaire qu’ils ont vécus quand ils étaient en location. Si le Président revoyait cela je vous jure qu’aucun ne demandera son départ du pouvoir. l’analyse de mon ami est bien réel je suis fonctionnaire et je vis le même problème rien que le loyé et tout est déprogrammé tu est là tu ne sais même pas où est parti ton salaire tu veux nourrir ta famille de l’essence la santé tu est obligé de faire des prêts et cela s’empire à l’autre fin du mois ; on ne peut pas resté au village puis travaillé à Ouaga si non certains allais le faire c’est pourquoi quand d’autres disent que Ouaga n’est pas forcer et qu’on peut retourné au village ça choc ils ont rien dans leurs crânes si non un fonctionnaire vit pas à Ouaga par plaisir mais plutôt par obligation de service. Aidez nous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:23, par MBOYE
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Moi je pense qu’au lieu de demander à l’Etat de planifier les coûts de location de maisons, on pourrait demander à l’Etat de faire comme le mali en construisant des cités et mettre mettre ces cités au prix social. ATT a bien réussi de ce côté. En plus ce sont de belle cité pas comme on voit ici, des cités avec des maison fissurées et non habitable et très chères.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:23, par gorko
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mon cher SON c’est pathétique, ton courrier pour kosyam fera rigoler plus d’un.
    Les gens de votre espèce profitent de la situation nationale pour faire des revendications unitiles .
    je te conseil dès à présent d’aller feliciter ton bailleur qui lui au moins contribue à loger ses compatriotes la ou l’Etat himself a montrer ses limites.
    Pour etre juste tu devais jondre un autre courrier a la cimat pour ramener la tonne de ciment à 35000, un autre a hage materiaux de reduir le prix du fer et des tôles,un autre au convoyeur de sable et gravier ainsi les maçons et ouvriers etc.....

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:23
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    M. Son, fils d’esclave merci pour cette analyse et les propositions. Nous méritons mieux que ça.
    actuellement, il y a une augmentation des prix de savon, lait... dans les boutiques, je ne comprends pas cela. le prix de la boîte moyenne de nido qui faisait 2000f est passé à 2300f la semaine dernière.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:24, par ICEBERG
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    M. Son, votre péoccupation concernant les prix des loyers est très légitime et se loger décemment à Ouagadougou demande de gros scrifices ! Malheureusement, votre solution consistant à baisser les prix des loyers risque de provoquer d’autres frustrations. Je pense plutôt qu’il appartient à l’Etat de créer les conditions pour permettre à la majorité des citoyens de se loger décemment. Pourquoi ne pas voir du côté des prix des matériaux comme l’a suggéré quelqu’un ? L’on pourrait également déclarer par exemple un quinquennat du logement où pendant cinq ans les taxes sur les matériaux de construction seront supprimées, permettant ainsi aux commerçants d’importer à moindre coût avec une réglementation de l’Etat concernant les prix des matériaux. Une telle mesure permettra de baisser sérieusement les coûts de construction et de ce fait, ceux du logement. Mais on peut toujours rêver, même des projets publics comme les 10 000 logements sociaux avancent à pas de tortue...Il faut comprendre que bon nombre de personnes (pas toujours ceux que l’on croit) n’ont pas intérêt à ce que les logements décents soient accessible à la majorité et c’est de bonne guerre...Dieu bénisse le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:24, par proposition
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mr SON je vous remercie pour votre courage et cette initiative. Malheureusement je crains fort que ta lettre arrivera à destination car tu le sais, la censure est le fort de la majorité de nos médiats.
    J’approuve l’idée de revoir les prix des logements dont tu as faciliteras la comprehension de certains en éteigeant avec des exemples palpables.
    En plus de tes propositions de solutions à la cherté de la vie au Faso, je pense que le gouvernement doit revoir certaines taxes et ce qui me revient à la tête sont les taxes à hauteur de 1200F sur toute facture de l’ONEA. "l’eau c’est la vie", donc le premier des produits de premiers nécéssités. il faut cependant ramener cette taxe à 500F.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:26, par Silence
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    M. Son, tu fais une proposition parmi tant d’autres. Tout le monde sait que le Burkina est dans une malaise sociale très profonde dont on ne sait ou commencer du fait que les problèmes se sont accumulés.
    Quand à mes camarades syndicats qui marchent depuis les années pour éviter que le pays ne sombre comme c’est le cas aujourd’hui, je les demande d’excuser M. Son qui vient de se réveiller.
    Aujourd’hui s’il des gens qu’il faut pas critiquer au Burkina c’est bien les militants des structures membres de la CCVC qui ont su posé en temps réel les problèmes du peuple burkinabè.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:33, par kandia
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Merci M SON pour votre belle intervention. J’espère que le président du Faso et son premier ministre pourront saisir ce message.
    Je pense que c’est pas la peine pour les fortunés bailleur d’en vouloir à sa proposition mais qu’ils voient eux aussi comment on peut vraiment diminuer les prix des maisons avec l’accompagnement du gouvernement et leur bonne volonté aussi. le mois passé j’ai demandé le prix d’une mini villa à la patte d’oie on m’a dit 120 000/mois. vous pensez qu’avec ça on ne vas pas se manger un jour ? Imaginez vous qu’on soustrait chaque mois 120 000f de son salaire ?

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 18:37, par Pacco
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Quand tu vois ça, faut te dire que c’est pas pour toi et tu continues ta route. Il y 2 ans, je tournais dans Ouaga pour chercher maison. J’étais coincé car je devais déménager forcement parce que je venais de me marier et que ... patati, patata. Je devais donc quitter ma chambre-salon que je louais au sect 28 à 25.000 CFA. Je suis resté dans cette baraque durant 5 ans. Dans mes fastidieuses recherches, je suis tombé dans une baraque en finition à Tanguin. Je suis rentré voir et j’étais stupéfait. Un burkinabè à l’étranger a fait construire 2 mini-villas qu’il loue à 100.000 F/mois. Quand je passe, je vois la pancarte qui indique que les villas sont toujours en location.
      Bonne chance à nous tous, comme aimait le dire le bon vieux Goama !

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:34, par Liberty
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Chapeau M. Son, pour le courage verbal (à demi ?) que vous avez eu. Cependant, l’essentiel a été occulté en mon humble sens : la formation ! A partir de la Base. En effet, notre pays ne pourra combattre ses inégalités que si tous, je dis bien tous les Burkinabés atteignent une certaine "hauteur d’esprit"... même le cultivateur (noble métier en autre) devrait savoir lire et écrire por facielement se transformer en AGRICULTEUR. Mais,j’en prend à témoin ces cas de Députés, Ministres, DGs d’Etat, etc. chez qui chaque week-end s’amasse 1 garnison de courtisans sollicitant 1 aide matérielle ; j’en prend pour témoin, toutes nos familles actuelles où cas tu as "1 poste juteux" (Genre Ministre, DG,Sonabhy, Douane, CNSS, Sonabel etc.), tous les membres veulent que tu les cases, point final (et bien payés), même si le fils, neveu, cousin, oncle ou frère est 1 cancre de 1ère, qui a passé son temps à faire l’école buissonnière et des petits coups de malfrat : en d’autre termes, ils vous encouragent à voler et mal gérer (pour leur estomac) !!!

    Vraiment, le problème c’est l’ignorance, pour arriver à s’arracher de cette tendance naturelle africaine à gérer la société à travers la lunette "famille, connaissance" et non "mérite". Voyez vous-même, si, par exemple, l’on essaie de refuser de bon gré 1 service genre, "recevoir 1 neveu chez vous" car l’on n’est pas assez solvable sur les loyer, eau électricité (c’est à dire que c’est dur, et ledit neveu deviendra 1 charge de plus), même la famille ne comprendrait pas !!! Et oui : par "coureté" de vue, elle dira que puisque vous êtes en ville et y restez, vous refusez par mauvaise fois !!!

    La mentalité, voilà notre problème... Alors que, comme l’a dit l’auteur "pour changer 1 seule habitude dans 1 collectivité humaine, comptez au moins 50 ans". Alors, armons-nous dès maintenant, notre pays est jeune, formons dès maintenant les esprits (école obligatoire donc gratuite) et RDV dans 50 ans.

    Même si nous, contemporains de cette époque troublée, ne profitons pas maintenant de cet état de fait, nos descendants jouiront de l’État de grâce semé par nous !

    Cependant, nous n’oublions pas pour l’heure NOS DEVOIRS, même si nous sommes de plus en plus revendicatifs de nos droits (dixit, Greve Onatel, Manif des Milo, Policier, Commerçant), car nous vivant dans notre Pays, nous devons en faire 1 NATION.
    Peut-être ne la verront-nous pas, mais nos enfants hériterons de ce que nous avons semer aujourd’hui.

    Merci pour votre "coup de gueule" très à propos, cela m’a inciter à réagir.
    Bonne journée à tous et que Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:45, par la vision
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    c’est bien dit Mr SON mais faut revoir d’abord le coût de matériau de construction à la baisse et libéralisé le marché et ne pas donner le monopole a une seule personne comme on le vois maintenant.et privilégié la construction des logements sociaux et veiller au suivi lors de attribution.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:47, par la vision
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    c’est bien dit Mr SON mais faut revoir d’abord le coût de matériau de construction à la baisse et libéralisé le marché et ne pas donner le monopole a une seule personne comme on le vois maintenant.et privilégié la construction des logements sociaux et veiller au suivi lors de attribution.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 11:54
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    D’après ce monsieur, pour peu que vous ayez les moyens de vous acheté une voiture vous êtes malhonnête.
    Comment peut on le prendre au sérieux ?
    Il y a des problèmes pertinents mais avec des propos d’aigri et de paresseux (eh oui il y a des honnêtes gens qui ont travaillé dur pour se faire une place) comment voulez vous u’on vous prenne au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:14, par kdt
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Pour moi M Son est félicité , il n’a pas seleument fait des critriques objectives mais il à proposé une ebauche de solutions... c’est vrai il y’a des privé qui investissent dans les maisons a louer, mais il fo néamoin un mecanisme de fixation des prix, dans la mésure ou c les mm qui peuvent se construire des maisons, c’est pas normal qu’un seul individu possède une trentaine de terrains, il faut simplement limité la possibilité d’avoir plusieurs terrain, le propriétaire de la maison que j loue en possède Cinq rien que dans l quartier ou j’habite et j’ignore le reste. on est foutu de toutes façon je refuse de croire que tous ces individus super diplomés sorti des grandes université du monde , qui entourre le président ne sont pas capables de mener de telles analyse, en réalité le système est basé sur le maintient de la pauvrété, il veulent qu’on soit des affamés pour pouvoir gouvernés sans souci, par ce que si tu es mal logé, mal payé, mal nutri c pas les reformes politique qui t’interesseront. Que Dieu sauve le burkina

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:20, par yac
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je salue le courage de Mr SON...je suis d’avais avec les autres toute fois, la solution la meilleure pour sauver ce pays ne réside pas dans"augmentation des salaires" ; effectivment trop peu de fonctionnaires dans ce pays qui en demande plus... Baisser radicalement les prix de 1ères necessités en adoptant des subventions serieuses sur l’imprtation des produits de grande consomation... Vraimment baisser les prix à la boutique du quartier...Merci

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:25, par oood
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    le comble dans cette histoire de logement pour moi reside dans les frais qu’il faut debourser pour faire les permutation après qu’on se soit saigner jusqu’au os pour acheter une parcelle a coup de million. Pour avoir une parcelle lors des lotissement il faut avoir un mentor dans le sillage du pouvoir, pour l’acheter au main de ces gens qui n’ont rien meriter on te demande 3 million, pour mettre les papier à ton nom il faut depourser plus d’un million et acheter le ciment à 6500/sac. tout cela avec un salaire de 100000. comment peut on s’en sortir ? Alors que la dignité d’un homme sous nos cieux se mesure par sa capacité de se loger. faites nous donc retrouver notre dignité au risque de nous voir dans la rue près à se faire tuer. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:27, par Patrie
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Bravo chère MR SON ! Il faut que le gouvernement trouve une solution a ce problème de loyer exagéré qui rend la vie difficile a la majorité de la population Burkinabè et Ouagalais en particulier. je suis en colère contre ceux qui ont eu la chance de construire pour se loger et mettre en location, je les félicite au passage ! mais est-ce une raison pour loyer une chambre salon a 25000, 30000, 35000 quand on connait les salaires au Faso. L’idiot qui pense que celui qui n’a pas construit a tort et est complètement beurré , voila des propos qui révolte sérieusement. le cout élevé du loyer a Ouaga est un facteur qui encourage :la corruption et les détournement ect... IL FAUT QUE LE GOUVERNEMENT AGISSE ET VITE.....

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:47, par Ablo
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    merci mr Son. mon vrai souhait est que le president arrive a lire cet ecrit. meme si les maisons vont pas baisser jusqu a ce niveau que cela baisse au moins. rien na dimunier dans les magasins.si le president pouvait lire cet ecrit nous seriont tous content parcequ on moins il saura le probleme reel de son peuple.merci mr Son

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:50
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    mon très cher monsieur, je ne sais pas si vous connaissez les B.a.ba de la finance, mais pour votre information, ces personnes propriétaires de mini villa et de "chambre-salon" comme vous le dites on du contracter des prêts qu’il rembourse en plus des intérêts engendrés par ceux ci.
    alors expliqué moi comment un propriétaire d’une villa de 3 pièces qui a un salaire de disons a tout va 200000 ayant investi 10 millions et qui doit remboursé 80000 pendant près de 10 ans peut il amortir son investissement n’en parlons pas de le rentabiliser si il doit le louer 20000 ? somme 8 fois inférieur a ses propres traites mensuelles ?
    une telle proposition découragerait l’investissement immobilier et dans notre pays franchement on ne peut parler de "marchand de sommeil" dans la mesure ou la demande n’est pas vraiment supérieure a l’offre au point que des propriétaires sans vergogne louent des logement insalubre limite porcherie a des locataire qui n’ont d’autre choix que d’accepter...
    par contre vous auriez pu proposer au président et a son gouvernement d’envisagé la construction de logement sociaux..
    ceci dit je suis tout a fait d’avis avec vous que les propriétaires se doivent de reversé une somme au fisc (si bien sur la fiscalité du Burkina stipule que tout revenu autre que ceux engendré par le travail et le capital sont frappés d’impôt dans ce cas il faudrait pensé a assujettir aussi les les plus values générées par toute transactions financière si ce n’est fait et même taxé les fortune de ces richissimes personnes qui ont même l’audace de fêter leur milliards pour instaurer un fiscalité équitable).

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 18:56, par Pacco
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Mon cher anonyme. Si tu vérifies, tu te rendras compte que les proprios de mini-villas et autres chambres salons n’ont contracté aucun prêts pour faire ces investissements. Soit, les gens ont eu de l’argent dans un "deal" (bon ou mauvais), soit c’est un ladji, soit un koswéogo (va voir à Niago, Béguédo et consorts). Donc, ces gens ne remboursent à la banque. Dans la maison dans laquelle j’habite appartient à un bissa. Ce monsieur exerce un modeste métier de coiffeur mais à la fin du mois, il passe collecter 200 000 CFA. Je ne pense qu’il ait construit sa maison en ayant eu un prêt bancaire avec le métier qu’il fait. Si les cadres A de l’Administration ne s’en sortent pas avec les banques, je ne pense pas que ce soit facile avec ceux du secteur informel.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:53, par darathier
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mon frère tu as vraiment raison. Le loyer a ouaga est vraiment cher. Puisse le gouvernement trouver une solution

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:58, par adamus
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    à ce prix vous dormirez dans la rue il faut 15 à20 ans pour amortir une cour construite en chambre salon. même la viande de bœuf coute plus cher au Burkina chercher des solutions(habitats sociaux baisse du cout de ciment du fer et même le sable qui très cher par rapport a toute la sous région) au lieu de vous plaindre

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 12:59, par sama
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    poignant comme analyse,en effet j’attends toujours les mesures qui nous sortirons de la crise car celles qui sont prisent n’ont pas encore d’incidence sur la vie des burkinabés.c’est juste des effet d’annonce pour faire baisser la fièvre et une fois la fièvre tomber les bonnes et vieilles pratiques reprendrons de plus belle. je ne croit pas à la bonne fois de ces gens qui ont toujours manger dans le même plat depuis toujours.quand a ceux qui ne pense qu’a leurs intéret je leurs dis qu’ils ont assez profité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 13:08
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    M. Son, je vous trouve très égoïste dans votre proposition de solution. Savez-vous combien coûte la construction d’une bonne maison à Ouaga ? Pourquoi n’avez vous de maison à vous ? Je pense que c’est parce que vous n’avez pas les moyens pour le faire. Je trouve que vous êtes passé à côté de la vraie solution pour les Burkina bé. Si Blaise applique la solution que vous proposez je pense que beaucoup d’entre vous dormirez dehors. Ca fait presque 10 ans que j’ai commencé mon chantier mais je ne peux pas l’achever parce les matériaux de construction coûtent chers. Renseignez-vous sur le coût d’une bonne fosse septique à Ouaga et je vous assure que si vous n’avez pas encore entamé votre projet de construction vous l’annulerai simplement.
    J’ai bien aimé votre introduction mais je trouve que votre analyse est égoïste ou vous êtes jaloux des courageux burkinabé qui se sont privés de bonnes choses pour entamer leur chantier.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 13:22
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    le Burkina faso a mal à sa gouvernance. le libéralisme sauvage et le capitalisme oppresseur qui constituent les fondements de notre économie ne finiront pas de nous acculer jusqu’aux portes de l’enfer grandement ouvertes pour nous absorber. Nous passerons le temps à pleurer, à crier,à nous morfondre sur les dures réalités du vécu quotidien mais rien n’y fera. Nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive puisque ceux qui comprennent l’urgence du drame ne font pas assez pour réveiller les imbéciles qui refusent de comprendre. On a cultivé en nous l’égoïsme pour nous diviser, ce qui permet de mieux nous controler.Certains pensent que leur salut se trouve dans le combat individuel qu’ils mènent pour leur survie oubliant que lorsque les problèmes sont communs, il n’y a que la solidarité dans la lutte qui peut nous tirer d’affaire. Ce qui vient de se produire au Burkina n’est qu’un avant-goût des malheurs "terrestrement infernaux" à venir.
    je voudrais me permettre de réagir à présent sur votre cri de coeur qui pourrait être celui de bon nombre de burkinabè. Mais quand vous parlez de fonctionnaire moyen qui touche entre 80000 et 100000 je remets en cause mon titre de fonctionnaire : je suis un cadre supérieur de l’Etat Burkinabè c’est-à-dire recruté avec une maîtrise, formé pendant 2 ans et classé dans la catégorie A mais je me titre avec 98000f à la fin du mois ainsi que tous ceux de ma categorie et de mon corps. les agents des catégories inférieurs du même corps se retrouvent avec moins de 100 dollars le mois. Et ce n’est nulle part, c’est au pays des hommes intègres. Je dis cela pour que les prochaines fois vous cherchiez l’information vraie avant d’avancer vos chiffres. Sinon je ressens beaucoup de frustrations lorsqu’on dit que le fonctionnaire moyen a 100000f alors qu’en tant que cadre supérieur, j’ai à peine le minimum que vous avancez pour les cadres moyens.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 13:29, par Bwa Zo
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Du courage M.Son pour cette réflexion qui concerne au moins 8O% des habitants de Simonville.
    Votre mesure est une alternative aux questions de vie chère, de pauvreté et serait sans doute plus bénéfique aux ménages qu’une augmentation de salaire.
    D’un point de vue technique, le loyer est doit être logiquement fonction : du standing de la maison, de sa situation géographique et du nombre de pièces. Cela dit, l’autorité peut planifier le loyer en tenant compte de ces paramètres. D’une part cela va encourager les gens à construire et d’autre part, les locataires seront satisfaits.
    Par exemple, une maison "chambre salon" avec carreaux, plafonds, douche et WC internes peut coûter 15000 F CFA, alors qu’une autre dans le même quartier et qui n’a pas ce confort couterait moins de 10000 F CFA
    la réflexion doit être traduite en mesure politique et c’est là qu’on attend l’intervention du Ministère en charge de l’Habitat

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 13:46
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Merci M SON pour votre belle intervention. J’espère que le président du Faso et son premier ministre pourront saisir ce message.
    Je pense que c’est pas la peine pour les fortunés bailleur d’en vouloir à sa proposition mais qu’ils voient eux aussi comment on peut vraiment diminuer les prix des maisons avec l’accompagnement du gouvernement et leur bonne volonté aussi. le mois passé j’ai demandé le prix d’une mini villa à la patte d’oie on m’a dit 120 000/mois. vous pensez qu’avec ça on ne vas pas se manger un jour ? Imaginez vous qu’on soustrait chaque mois 120 000f de son salaire ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 13:49
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    J’ai apprecié vraiment l’article qui comporte des pistes de solutions intéressantes.
    Le Faso a besoin des gens comme vous.

    Il faudrait agir sur les opérations de masse plutot que l’augmentation des salaires.

    1-Faire cessez dès demain le monopole de TAN-Aliz sur l’immobilier (allez voir en RCI il y’à prêt de 100 sociétés immobilières
    2-Faite baisser le prix de l’essence immédiatement (suppression des taxes)
    3-Subventionner le prix de l’eau et de l’eclectricité (c’est bien possible, si on écarte les voleurs de ces sociétés).

    Ils nous revient de nous battres pour meriter toutes ces reformes, alors la balle est dans notre camp.Arretons de nous plaindre dans nos salons !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 14:01, par l’oeil du cyclop
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Chacun a plus au moins des idées pour améliorer les conditions de vie de tous les citoyens.
    Comme l’a dit un de nos ainés :"si on se parle, on se comprend"...
    Des ténèbres jaillira la lumière...
    En consolidant les apports des eux et des autres on pourrait dégager de bonnes solutions...
    Pourquoi l’état n’accompagnera-t-il pas les bailleurs et les promoteurs immobiliers en leur octroyant des crédits et/ou en baissant les prix des matériaux de construction afin que les prix de la location soit abordable ???
    Comment faire pour aider les citoyens à acquérir des parcelles ?? Je pense qu’il faut développer les infrastructures routières afin d’élargir la superficie à lotir pour permettent aux citoyens de rejoindre leur lieu de travail avec le moins de temps possible....

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 14:04
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Bonjour,
    Je suis d’avis avec M. Son. A l’arrivée de la Révolution avec Thomes SANKARA, je ne travaillais pas, mais j’ai suivi un peu les actions prises. Thom SANK a fait baisser, si mes souvenir sont bons, les prix du loyer immobilier, les frais de scolarité etc... et dans le même temps il avait rabattu les salaires.
    Pour ce qui est du loyer, il se faisait au mètre carré habitable et en fonction des matériaux utilisés. Une étude peut être menée et des solutions acceptables trouvées. Sinon, c’est l’anarchie de nos jours. Que les bailleurs m’excusent, mais il y en a qui veulent rentabiliser leur maison dans un délai aussi court que le temps de construction. Une maison bien construite existera pendant des générations.
    La bonne politique sociale est celle qui maîtrise et contrôle le marché de la grande consommation en commençant par le loyer. Car il y a des pays où le salaire est lourd comparé au Burkina, mais les ménages survivent à cause de chèreté du marché.
    Bonne journée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 14:33, par Yin-koutaa
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mon frère SON vous savez,il ya des gens au Burkina surtout ceux qui entourent le PF qui pensent qu’il faut obligatoirement avoir fréquenté la harvard pour avoir des idées nobles et pragmatiques pour "un Burkina Emergent". Or, il suffit de connaitre les réalités de son peuple pour prévoir et resoudre certaines crises sociales qui empêchent sérieusement le décollage réel de cher patrie. En plafonant effectivement les frais de loyer à un somme raisonnaible,on éviterait par la même ocasion la spéculation foncière et la recherche à tout prix d’un chez soi et cela pourrait aider à résorber un temps soit peu le problème du foncier.
    Courage !Vivement que pour notre développement,nous n’allons pas chercher les idées loin de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 14:54, par Daa Djiia
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    voici une réaction courageuse de plus.que les gens arrêtent de s’en prendre à lui de cette façon. Mr Son a proposé.Proposez aussi.Tout les bailleurs de Ouaga ne sont pas des aganeces immobilières dignes du nom et qui se sont spécialisées dans ça.Des particuliers acquièrent illégalement des parcelles qu’ils viabilisent et mettent en location cher.D’ailleurs arrêtons ces calculs plus machiaveliques qu’économistes qui consistent à vouloir "amortir" son capital en un temps record.Où se rouve alors l’idée de logement sociaux qu’on nous cassent les timpans avec chaque jour ?

    Courage mon frère ! si seulement notre Président pouvait t’entendre

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 14:58, par tounsida
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mossieur Missiri,

    Tu as bien demande combien coute une parcelle a Ouaga.
    Combien coute le ciment ? Tres bonnes questions. Pourquoi alors soutenir l’idee que les bailleurs se saignent pour construire et que tu veuilles dormir cado ? N’est ce pas contradictoire ? A cette allure personne n’investira dans ca pour perdre et a un moment donne tu n’auras meme plus de maison a louer bien que tu aies ton argent pour payer. Si c’etait aussi facile tu aurais construis ta propre maison. Alors il faut plutot chercher de bonnes solutions : augmenter convemablement les salaires, revoir le cout des materiaux de constructions etc. On ne resouds pas une injustice en commettant une injustice..

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 15:32
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mes salutations les plus sincères à M. Son pour les idées réalistes et réalisables émises dans son article.Encore une fois merci pour votre solide réflexion qui ne peut que procurer le bonheur à tous les Burkinabé.Dans cette période de crise vous avez vraiment osez attraper le taureau par les cornes.Pour consolider la paix et promouvoir un vrai Etat de droit,il est plus que nécessaire d’avoir un contrôle claire et net sur le prix des produits de consommation ainsi que que le logement.Voici deux(2) volets sur lequels doivent se focaliser un vrai régime politique digne de ce nom.
    On peut ne pas augmenter le salaire mais lutter à faire baisser de façon considérable le prix des produits de consommation,le loyer et le coût de la santé.Lorsqu’il y a manifestations pour demander une augmentation du salaire cela s’explique par la cherté de la vie car il y a une forte flambée des prix ? Mais si le coût de la vie n’est pas élevé,il n’y aura point de manifestation car les uns et les autre arrivent à joindre les deux bouts.Augmenter le salaire c’est bon mais ainsi vont augmenter les prix des produits et par conséquent on reviendra à la case départ où on assistera à la réprise des manifestations.
    Quel bonheur la démocratie a-t-elle procuré aux Burkinabé et aux Africains en général dès lors que nous vivons toujours sous des régimes qui se disent démocrates et pourtant ils n’ont aucun projet social digne de ce nom bénéfique aux citoyens ?
    Si le regime en place ne peut pas gérer la situation alors qu’elle démissionne et permette aux autres citoyens de proposer à leur tour des projets sociaux bénéfiques aux populations.
    Encore une fois M. Son merci pour votre engagement et votre bravoure car vous méritez d’être aimé dignement et franchement.Vous avez vraiment osez et votre lutte aboutira car les citoyens ont compris le jeu politique maintenant et vont se mettre à pied d’oeuvre pour le changement.
    Abdoul

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 16:56, par Christopheur
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je remercie Mr Son pour cette reflexion.

    Je souhaite que le président lise toutes nos réactions sur ce site et y trouve des solutions avec son équipe. parce que je trouve qu’il ya de très bonnes idées dans chacune des réactions et que le juste milieu pourait être exploité.

    Je souhaiterais enfin que le président se penche sur le cas des cités de la CNSS qui étaient au départ mis en location vente et après quelques temps ces cités se sont retrouvées en location simple.cela a déprogrammé la quasi totalité des locataires de ces dits cités qui avait bon espoir.Je veux parler plus précisément de la cité de l’avenir au secteur 28 à Bendogo.A l’heure actuelle les maisons sont amorties car datant de plus de vingt ans, les murs fissurés, plafond foutus.
    Quand on interpelle la CNSS sur l’état des maisons,elle ne fait rien, il faut emmerder les agents pour qu’ils réagissent. alors qu’elle ne veut pas vendre la maison.

    Je remercie encore une fois Mr Son pour ce sujet car j’en ai profité pour parler du cas de la cité de l’avenir, il faut que le chef de l’état se penche sur la question ;

    Merci à tous pour votre réaction.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai 2011 à 18:52, par Bossaka
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Merci à monsieur Son pour la pertinence des propositions parfois humoristiques. Je félicite tous les internautes pour la richesse et la qualité des points de vue qui enrichissent le débat. Ce forum est une véritable tribune démocratique qu’un dirigeant de haut niveau doit faire suivre de près pour se servir de certaines des très bonnes propositions qui se dégagent. Espérons que la vague des réformes et des changements en cours jouera sur le bien-être du peuple burkinabè historiquement GRAND et CELEBRE par son ardeur au travail.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 18:12
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je suis jaloux de mon esclave Mr. Son qui a eu le hit- parade dans lefaso.net aujourd’ hui. Avec cette popularite , il risque de lorgner sa liberte mais je vais bien l’ attacher a un rhonier. Commeca il ne va plius emmerder le president. Puisqu’ il aura un logis, colle a son arbre ou il pourra boire sa biere de bangui snas meme aller en buvete. Comme ca meme il pourra economiser plus vite et quand je vais le lacher, tout le probleme est resolu. Bravo mon esclave avec ton nom camerounais.

    Fahite Kambire

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 18:40, par Dambé
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Merci à tous les internautes pour les critiques et les propositions.
    Même si les propositions de mr SON ne sont pas si réalisables, au moins, il a eu le mérite de poser un problème. Avoir un "chez soi" fait partie de notre dignité.
    le problème tel que analysé par certaines personnes est un peu injurieux. Quand on pense que ceux qui n’ont pas construit sont dans des maquis. Cela est faux. je suis une femme, je ne fréquente pas les maquis. Mais avec ma muultitude de familles (neveux orphelins, cousines malades,etc. c’est l’Afrique !) et mon salaire dérisoire,je n’arrive pas à construire ma parcelle que j’ai acquis de mes sueurs depuis 12 ans. je ne dilapide pas mon argent.
    Donc, soyons réalistes. Interpelons le gouvernement pour la construction de logements sociaux ou, comme certains l’ont proposé, revoir le prix des matériaux de construction.
    Bonne chance à nous tous. Paix dans nos coeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 19:10, par JEUDI 19
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Quand Mr son dit de ne pas augmenter les salaire des fonctionnaires, je suis pas d’accord. parce-que quand tu travails tu prends en charge beaucoup de personnes dans la ffamille. N’oublions pas que nous ne sommes pas en Europe où quand tu travail ton salaire n’est reservé qu’à tes enfents, ta femme et toi. Conbien de fonctionnaires en plus des scolarités de leurs enfents payent la scolarité des frères, soueurs et cousines et j’en passe.Et parfois avec un salaire qui n’atteigne même pas 80 000. Et comment voulez vous que celui-ci assure bien la scolarité de ses enfents correctement et arrive a construire.Voulez vous que le fonctionnaire qui est dans cette situation se laisse corronpre ? Mr Son se demande comment augmenter les salaire des travailleurs tu privé si on augment celui des fonctionnaire.Moi je dis qu’il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable. un travail du privé touche 4 fois le salaire de celui de l’administration publique avec le même niveau d’etude. Il faut aussi que l’Etat fasse des reformes salariales. il y’a des fonctionnaires qui ont dix indemnités et d’autres n’ont aucune. Ce qui fait qu’on se retrouve avec des fonctionnaires de catégorie C qui touchent deux fois le salaire d’un de catégorie A. Moi je trouve que c’est de l’injustice et que l’Etat doit faire des reforme salariales.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mai 2011 à 22:17
      En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

      Les heurts et malheurs des burkinabe ne se trouvent pas dans la quantite de billets bceao qu’ ils recoivent ou ne recoivent pas. Leurs misere se trouvent dans ce qu’ ils peuvent acheter ou ne peuvent pas acheter avec leurs billets. Si l’ etat veut, meme un fonctionnaire paye a 5.000f pourrait vivre comme un pacha. C’est ca le pouvopir d’achat. Ca n’a vraiment iren a voir avec le niveau du salaire. Dans les annees 1970, mon pere qui fut enseignant du primaire n’avait que 45.000f mais on vivait comme des fils de grands cadres directeurs de societe. Je n’exagere rien. Aujourd’ hui, il y a des instituteurs qui commencent leur carriere sans femmes ni enfants avec 74.000f mais c’est la galere. Donc Mr Son a bien parle a disant qu’ augmenter le salaire n’est pas la solution. L’etat peut augmenter les salaires mais en reprenant le meme salaire par des voies detournees comme la TDC -Double Imposition que les militaires nous ont aidee a faire avaler au grand dam de certains qui disaient que tchogo tchogo on va payer. Seul Dieu est fort.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 19:20, par Fasobiga
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Salut à tous

    Moi je pense bien que l’Etat peut bien faire de la péréquation dans le secteur de l’immobilier. Que les juristes m’éclairent, je pense savoir qu’il existerait une zatu ou un kiti des années 84 dans ce sens qui ne soit pas encore abrogé. Pour une question de justice sociale et d’équité pour nombre de burkinabé qui veulent toujours rester intègres, une structuration des coûts des loyers est à envisager. il faut seulement des dirigeants courageux pour aller dans ce sens.
    Je pense que si le Burkina avait une loi sur le délit d’apparence beaucoup de nos responsables, ne seront pas dans leur propre maison. Donc un peu d’encouragement pour les hommes honnêtes du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 19:21, par On avance
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Je propose au patron du site lefaso.net de transmettre par mail tous les articles les plus lus et les réactions y relatives des internautes au Président du Faso et à son premier ministre.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 19:24
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Très belle analyse Mr. SON et surtout tous ms encouragements a continuer ds ce sens vs avez touché du doigt les réalités o Faso. Parlant du traitement salariale ds les Entreprises privé et surtout des BTP quand à chaque fois on voi ces braves Messieurs bravant la poussière et le chaud soleil et qui ne son ni déclaré à la CNSS, qui son payer sans bulletin de salaire pcq ne respectant aucune norme, travaillant même la nuit et 7j sur 7. On peu continuer à citer car ici au Faso cè la loi du plus fort. A la prochaine analyse faite aussi allusion à la chèreté des Etablissements d’enseignement privé du secondaire comme du supérieur, du coût des prestations dans les cliniques privé de santé... et j’en passe.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 20:18, par le diaspo
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mr Son au moins !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 20:25, par Ovigil
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mes chers forumistes, je suis d’avis avec ceux qui pensent qu’il faut reglementer le secteur du logement. Il en va d’abord de la politique du logement du gouvernement qui, à ce jour, est défaillante. C’est la raison pour laquelle certains pensent qui faut diminuer les loyers qui, de l’avis général sont trop élevés, à l’image des produits de première nécécité qui fait l’objet d’un abaissement de leurs prix. Le problème ici, c’est qu’il y a deux catégories de propriétaires de maisons :
    - Ceux qui, selon certains, ont acquis honnêtement leur maison au prix de multiples sacrifices ;
    - et ceux qui ont volé ou spolié le peuble pour être propriétaires de maisons.
    Statistiquement, la 2è catégorie est celle qui possède la majorité des maisons en location tandis que la première catégorie ne possède qu’une infirme part des maisons en location.
    En effet, cette 1ère catégorie est constituée essentiellement de salariés qui en réalité ont difficilement la possibilté d’avoir plus d’une maison. En conséquence, ils résident dans cette maison pour ne pas avoir à supporter les caprices d’un bailleur inconscient. C’est dans les rares cas où ceux-ci arrivent à avoir 2 maisons (Fonctionnaires dans les institutions internationales, certains travailleurs du privé, etc) que l’autre est mise en location ou alors le propiétaire ne réside plus à Ouagadougou (affectation, retraite, etc)
    Au total, il me semble que faire baisser les loyers serait plus de justice car bénéfierait à une large majorité tandis que le tort ne sera porté que par une toute petite minorité !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2011 à 23:38
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mon frère, tu as raison. Les pauvres ne savent pas comment faire pour survivre. Pendant ce temps, les privilèges sont maintenus et consolidés. Un exemple, les ministres rémaniés doivent garder tous leurs avantages pendant six mois (c’était 3 mois et ils ont fait prolonger à 6 mois)au nom de quoi ? eux seuls le savent. Voilà comment l’argent du pays est bouffé par un petit groupe de copains.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2011 à 17:56, par Nambia
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Bonsoir,
    Ah oui voilà enfin des gens qui réfléchissent et qui n’ont pas l’esprit tordu par la cupidité, l’égocentrisme et l’égoïsme qui est en grande partie à l’origine de nos souffrances. Sinon comment comprendre qu’on parle de croissance à une vitesse supérieure à celle des pays développées et que sous le nez du président les gens croupissent dans la misère.
    SEM Luc A. Tiao, je pense qu’il faut dépasser les mesures hative et à la sauvettes qui vous rendent ridicules et montre une fois de plus votre mauvaise fois.
    Voici au moins des propositions qu’il faut prendre et analyser. Ajouter 2000 à 5000 F à quelqu’un qui a pris des armes pour revendiquer un mieux être ne change rien en sa situation. Subventionner les produits à la pelle n’est pas durable.
    Voyer vous le rythme de vie de l’Etat ne rime pas avec le quotidien des burkinabè. EN plus de ce que propose M. SOn prenez des mesures courageuses : réduction du train de vie de l’Etat par..., construction de logement sociaux à mettre en location dans toutes les régions et province du Burkina avec des entrepreneurs et fonctionnaires consciencieux, Réduisez l’affairisme surtout et surtout cela. Les gens sont frustrés, aigris devant des faits qui se passent sous le nez de l’administration et quand on dénonce rien à l’horizon.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2011 à 18:21
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    Mesdames mesdemoiselles et messieurs, tout d’abords je tien à remercier l’administrateur qui juge bon que je passe la censure et je remercie également le frère pour ses solutions idoines, tes propositions sont bonnes mais elles ne font pas l’unanimité dans la mesure ou les bailleurs eux aussi soufrent de cette vie chère (le ciment n’est pas à la porté de tous si non comment comprendre qu’au 21ème siècle dans une métropole on construit toujours avec de la terre<>) certes, il faut diminuer les loyers mais il faut aussi diminuer tout ce qui rentre dans ce domaine ainsi qu’Alleur.

    Monsieur SE le président du Faso, S.V.P s’il doit avoir un changement il faut que cela profite à tout Burkinabé quelque soit le rang social ou son opinion politique.
    je vous remercie

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2011 à 22:06, par man
    En réponse à : COURRIER POUR KOSYAM : "Monsieur le président, une chambre-salon coûte entre 25 000 et 30 000 F CFA"

    VIVRE N²EST PAS UNE OBLIGATION,SE LOGER DE SURCROIT.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés