Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

ASSASSINAT DE DABO BOUKARY : L’ANEB exige des autorités toute la lumière

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 19 mai 2011 à 00h47min

Ceci est une déclaration de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) à l’occasion du 21e anniversaire de l’assassinat de Dabo Boukary, du nom de cet étudiant, jadis en 7e année de médecine.
Camarades étudiantes et étudiants !
Le 19 mai 2011, cela fera exactement 21 ans que le camarade Dabo Boukary, alors étudiant en 7e année de médecine à l’Université de Ouagadougou (UO), a été assassiné dans les locaux du tristement célèbre Conseil de l’Entente, abritant aujourd’hui une partie du Régiment de sécurité présidentielle du capitaine Blaise Compaoré.

En rappel, tout est parti du 3 mai 1990, date à laquelle la corporation ANEB de l’Institut des sciences naturelles/institut du développement rural (ISN/IDR), actuelle Unité de formation et de recherche en sciences de la vie et de la terre (UFR/SVT), convia les étudiants dudit institut à une assemblée générale (AG) pour discuter de leurs conditions d’études. Suite à cette AG dont l’administration avait tenté d’empêcher la tenue, le Directeur de l’ISN/IDR, à l’époque le "bien-connu" professeur Alfred Traoré, accusa la corporation d’occupation illégale d’amphithéâtre, de perturbation de cours, d’agression d’enseignants, etc. Une vaste campagne mensongère sera ainsi orchestrée à la télévision et à la radio nationale contre l’ANEB.

Le 15 mai 1990, cette campagne aboutira à l’exclusion du Comité exécutif de l’ANEB, de la direction de la corporation de l’ISN/IDR et de militants de base. C’était sans compter avec l’esprit de lutte des étudiants de l’UO. En effet, déterminés à défendre leur cadre authentique de lutte et à se battre pour de meilleures conditions de vie et d’études, les étudiants réagiront dès le lendemain 16 mai en organisant une marche de protestation en direction du rectorat (actuelle présidence de l’UO).

Les autorités du Front populaire (aujourd’hui animateurs du pouvoir de la IVe République) déclencheront alors une escalade répressive contre les étudiants. Les militaires du Conseil feront une descente musclée sur le campus. La répression était conduite par l’un des hommes de main du régime, le sieur Salif Diallo (à l’époque conseiller à la présidence du Faso et aujourd’hui ambassadeur du Burkina en Autriche), flanqué à l’occasion d’un Alain Nidaoua Sawadogo, à l’époque recteur et responsable du Comité révolutionnaire (CR) de l’UO, habillé en treillis et pistolet au poing.

Les étudiants seront ainsi poursuivis et bastonnés ; les dirigeants et les militants de l’ANEB seront traqués, leurs domiciles illégalement perquisitionnés ; certains étudiants verront leurs bourses suspendues pendant 5 mois, d’autres seront exclus de l’UO et d’autres enfin seront enlevés et conduits de force dans des centres de torture et autres camps militaires où une vingtaine d’entre eux restera plus d’une année. C’est dans ces circonstances que notre camarade Dabo Boukary, sera enlevé le 19 mai 1990 et conduit au Conseil de l’entente où il sera torturé jusqu’à ce que mort s’en suive.

Camarades !

Plus de deux décennies après, les auteurs et commanditaires de cet odieux assassinat jouissent toujours de l’impunité érigée en mode de gouvernance par le pouvoir de la IVe République. En effet, pour ne citer que le cas des élèves et étudiants, après Dabo Boukary, Zigani Emile et Sidiani Blaise en 1995, Flavien Nébié en 2000 et cette année même Justin Zongo, Assad Aboubacar Ouédraogo, Michel Bouda, Ahmed Zoubga et Wendkouni Kissou sont tombés fauchés par des balles assassines d’éléments des forces dites de l’ordre. Le sursaut qu’a provoqué la mort de l’élève Justin Zongo suites à des sévices infligés sur sa personne par des agents de police renforce notre conviction qu’aucun crime de sang ne restera impuni. Du reste, c’est par la lutte des étudiants et de notre peuple en 1997 que le pouvoir a fini par reconnaître la mort du camarade Dabo Boukary. C’est pourquoi la lutte contre l’impunité doit se poursuivre et se faire en synergie avec les autres composantes du peuple.

En ce 21e anniversaire, l’ANEB :

- exige des autorités de la IVe République toute la lumière sur l’assassinat de notre camarade Dabo Boukary, l’arrestation et la traduction en justice des auteurs, commanditaires et complices de ce crime ;
- appelle l’ensemble des étudiants à rester mobiliser dans la lutte contre l’impunité et à s’engager davantage aux côtés de notre peuple pour un changement et un progrès social véritable.

Elle les invite par ailleurs à participer massivement aux activités commémoratives qu’elle organise ce 19 mai 2011 :

- grève générale de 24 h ;
- meeting sur le terrain Dabo Boukary à 7h 30 ;
- exposition photos sous le hall des amphis A600 et C à partir de 9h ;
- finale du tournoi Dabo sur le terrain du même nom ;
- ciné-débat à l’amphi A600 sur le film Steve Biko à 19h 30.

Tous ensemble, faisons des activités commémoratives du 19 mai 2011 un succès éclatant ! Vérité et Justice pour Dabo Boukary et toutes les autres victimes de crime de sang !

Pain et liberté pour le peuple !

Le Comité exécutif

Le Pays

Messages

  • Belle déclaration, mais sans armes pas de justice. A propos un soldat"lacourou" touche plus qu’un etudiant de niveau licence de la fonction publique !

  • Que ce regime me prouve le contraire,la verite’sur la mort de DABO comme celle de Sankara et de Norbert Zongo verront le jour certainement apres Blaise.C’est dommage mais c’est cela l’Afrique, L’afrique de ceux qui refusent d’avoir le courage democratique.

  • Courage a ceux qui se battent nuit et jour pour la liberte
    la verite est comme les fesses
    on finira tot ou tard par s’asseoir dessus

  • Très beaux disscours je vous applaudis avec un rire ironique.N’est ce pas cette même structure(aneb) qui orchestre chaque année des affrontements entre étudiants,qui incite à la violation ?Vous me parlez de lumière dans ce cas je crois bien que vous n’allez pas échapper ça j’en suis sur.Et puis il est triste de constater que les victimes de notre pays son comme des trophés pour vous pour faire la fêtes,c’est triste,pitoyable de votre part.Merci et bonne journée

  • oui ! justice ! justice et vérité pour tous les crimes de sang commis dans ce pays sous tous les régimes en occurrence celui de la IVe République ayant comme chapeau le Triste capitaine blaise compaoré. ANEB,le peuple te soutient ; le peuple du pays réel te soutient. ou du reste je te soutiens. Je reste aussi persuadé que les vrais démocrates, les progressistes et l’ensemble des hommes sincères,conscients et soucieux de l’avenir de ce pays, épris de justice et aspirant à un véritable développement social te soutiennent et te soutiendront. oui ! il t’accompagneront dans ta lutte de longue halène.
    Ah ! je pense que l’ANEB en faisant cette déclaration sait bien qu’il peut avoir des rires ironiques tout comme des applaudissements hypocrites. C’est votre choix. La connaissant, elle a un et un seul objectif : défendre les intérêts matériels et moraux des étudiants ; un seul souhait : obtenir une amélioration consequentes des conditions de vie et d’étude des étudiants. Maintenant, si vous ne savez pas comme elle que les étudiants ne peuvent se soustraire du peuple à qui ils doivent de soutenir, vous êtes libre. Si cela est un choix, courage à vous, mais si c’est la peur ou l’ignorance,ouvre les yeux et courage à vous.
    Je ne suis pas âgé mais je crois que l’ANEB à travers sa structure mère qu’est L’UGEB est plus vieille que tous les syndicats et les partis politiques de ce pays.Alors merci pour vos enseignements. Soyez rassuré qu’elle saura en tirer les bons.
    Aussi, ne soyez pas inquiet ; si une justice, une justice digne de ce nom, une justice à l’image de celle que le peuple recherche devra un jour condamné l’ANEB ou un militant de l’ANEB, que cela soit au seul profit du peuple burkinabè.l’ANEB en sera fier. Cela va de choix avec ses convictions.
    Bonne journée commémorative de l’assassinat de DABO.Justice sera faite tôt ou tard.

  • bon courage a vous qui lutter pour la liberte et la justice dans le pays des hommes integre et courage a l,ANEB

  • courage chers camarades, l’avenir appartient à ceux qui se battent ;
    le camarade Dabo Boukary est mort pour un idéal qui est "pain et liberté pour le peuple"
    en ce 21ème anniversaire de CES tristes événements prenons l’engagement de se battre conséquemment de façon organisée pour que la lumière soit faite sur son assassinat et aussi que son idéal triomphe

  • 1990 à 1997:DABO s est evadé du conseil de l’Entente !
    1997:DABO est devenu FEU DABO

    ce sont les mémes methodes que ce gouvernement à toujours utilisé:essayer de mentir(sankara:mort naturelle,Norbert:accident,Justin:meningite),et sous pression reconnaissance mais sans justice !

    Et maintenant :où se trouve sa tombe ?comment est il mort ou du moins qui l’as tué,commanditeurs comme exécuteurs ?

    On peut mentir à une partie du peuple tout le temps,on peut mentir une partie de temps à tout le peuple mais on ne peut pas mentir au peuple tout le temps !!

    JUSTICE ET VERITE POUR DABO et les autres crimes impunis !!!!
    VIVE l’ANEB !VIVE L’UGEB !PAIN et LIBERTE POUR LE PEUPLE !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
Santé humaine et animale : Un programme de recherche validé
Lutte contre l’incivisme dans les établissements scolaires : Les délégués des élèves reçoivent une formation
Protection de l’enfant : L’ONG Educo plaide pour la mise en œuvre de « la Cellule de veille communautaire »
ZACA : "Tous les cas de parcelles simplement clôturées de terrains seront considérés comme non mises en valeur"
Communication inclusive : Des journalistes découvrent les mots appropriés pour parler des personnes handicapées
Procès du peuple contre la Françafrique : L’ONG Urgences panafricanistes attend au minimum 1000 personnes à la Maison du peuple
Plan international Burkina : Le projet Yewa pour booster l’autonomisation des jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés