Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

mercredi 18 mai 2011 à 02h21min

Le mercredi 11 mai 2011, un groupe de manifestants a organisé une marche sur la préfecture de Pissila pour remettre une lettre dans laquelle il demande la démission du maire Emmanuel Nabasnogo Bamogo. Le samedi 14 mai, le domicile du maire, le véhicule de la mairie et les cases modernes du site d’implantation de la radio Manegmoogo de la localité ont été incendiés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Pissila, commune rurale de la province du Sanmatenga située à une trentaine de kilomètres sur l’axe Ouagadougou-Dori a été, le samedi 14 mai 2011, le théâtre d’attaques ciblées d’édifices privés et de biens publics.

La tension dans l’une des plus grandes communes rurales du Sanmatenga a commencé le mercredi 11 mai dernier par une marche d’un groupe de manifestants sur la préfecture. Le groupe a remis au préfet, une lettre signée par un certain Ambroise Ouédraogo, personne-ressource de la section UPR de Pissila et membre du comité villageois de développement de la localité.

A travers la lettre et selon les indiscrétions, les frondeurs demandaient la démission du maire Emmanuel Nabasnogo Bamogo avant la fin de la semaine. Afin de désamorcer la crise dans un esprit de dialogue, une rencontre des membres de la sous-section CDP de Pissila s’est tenue dans la nuit du vendredi 13 mai sur initiative du maire. Cette réunion devait semble-t-il, préparer un échange avec les mécontents.

Mais les choses sont allées très vite car le samedi 14 mai, aux environs de 7h 30 mn, un groupe de jeunes selon les témoignages, se sont rendus d’abord au domicile du maire. L’édifice et la voiture double cabine 4x4 immatriculée 23 C0351BF acquise par la municipalité en 2009 ont été incendiées. Ensuite, ils se sont rendus au siège de la radio Manegmoogo nouvellement ouverte dans la localité.

Sur les lieux, le bâtiment abritant les installations de la radio a été épargné mais les cases modernes de l’association communautaire Manegmoogo que préside le maire ont été incendiées. Espérons que les autorités coutumières, religieuses, administratives, politiques et les ressortissants de la localité s’impliqueront dans la résolution de la crise afin que le dialogue prenne le dessus sur la violence dans la belle commune rurale de Pissila.

D.D.O.

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 mai 2011 à 05:58, par Malick
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    Avec tout le respect que je vous dois, je prends sur moi de dire que c’est vraiment idiot ce que vous avez fait à Pissila. Il y a quoi chez vous ? Brulez et bruler encore.
    On voit ce village sur la route de Dori. Il n’y a pratiquement rien, tout est à faire ; et parce qu’on brule ailleurs, vous aussi vous brulez. Continuez.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2011 à 10:43
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    Pauvre de nous ! Ne copions pas toujours. Ces villageois n’ont pas compris que les casses de biens publics dans les grandes villes comme Ouaga, Bobo, Ouahigouya, Koudoudou, etc seront tres vite repares par necessite d’assurer le service public. Mais pour les communes rurales et les villes tres peu strategiques il faut savoir que ce ne sera pas de suite. On sait tres bien que ce sont les populations rurales et semi-urbaines elles meme qui demandent certaines infrastructures et les poursuivent durant des annees avant de les obtenir. Un beau jour vous decidez de les reduire en cendre.
    Bravo !

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2011 à 10:44, par TENGSOOBA
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    le gouvernement doit prendre ses responsailités pour empecher les maires de s’enrichir sur le dos des populations par des vols,detournements,escroqueries.Voilà pourquoi ils sont toujours la cible des manifestants sur toute l’etendu du territoire.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2011 à 12:45, par For the best
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    Nous déplorons ce qui est arrivé à la commune de Pissila. En tant qu’observateur de la vie politique de Pissila. Voici quelques constats.
    Il y a une opacité dans la gestion de la commune. Le maire seul est celui qui décide de tout. Ses collaborateurs directs n’ont aucun avis sur quoi que ce soit. Il ne fait confiance en personne. Pour lui, son élection n’ayant pas trouvé le consentement de tous prouve qu’il n’est pas aimé et fait les choses en fonction de ça. Il a, semble-t-il, été imposé par les dirigeants du parti. Tout ce qui se construit de façon obscur finira de la même façon. Ca fait plus de deux ans que les gens ont payé pour leurs parcelles et jusqu’à présent rien. Un conseiller a même eu des problèmes pour avoir suggéré qu’on ne fasse pas payer tant qu’on n’est pas sûr de trouver les parcelles pour les satisfaire. Ce dernier a failli être exclu sous prétexte qu’il est de l’opposition. Certains conseillers ne peuvent pas avoir la parole lors des sessions qui se terminent souvent en queue de poisson.
    Le village d’accueil appartient au maire pas à la mairie. Même la radio qu’on dit communautaire n’est pas sûr. Il y a certainement un problème de communication entre le maire et la population, et bien entendu les ressortissants. Il faut diligenter un audit pour voir le fond des problèmes.
    Le véhicule brûlé est comme la propriété privée du maire. Il se trouvait à son domicile au moment des faits. Son propre véhicule est déposé chez lui à Kaya depuis l’acquisition du véhicule.
    Les parcelles sont vendues nuitamment par le maire. Il a ses plans toutes les données sont sur son seul micro portable. Le dormait et travaillait chez lui à Kaya sous prétexte qu’il n’y a pas de l’électricité à Pissila. Il est devenu inaccessible. Il vaut mieux chercher à voir le premier ministre que le maire de Pissila.
    Peut-être qu’il est mal conseillé. Bref, la population veut de la transparence dans la gestion de la chose publique. Le maire veut s’est accaparé de tout et s’enrichit injustement sur le do des pauvres citoyens. Il est temps que l’état prenne les lotissements en main, sinon c’est la catastrophe.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2011 à 13:31
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    Il faut que ces actes de vandalisme cessent ! J’invite ces manifestants à faire preuve de grande intelligence et civisme. C’est pas par ce qu’on entend les autres bruler, qu’il faut aussi bruler. Arreter SVP

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai 2011 à 13:31, par For the best
    En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

    Nous déplorons ce qui est arrivé à la commune de Pissila. En tant qu’observateur de la vie politique de Pissila. Voici quelques constats.
    Il y a une opacité dans la gestion de la commune. Le maire seul est celui qui décide de tout. Ses collaborateurs directs n’ont aucun avis sur quoi que ce soit. Il ne fait confiance en personne. Pour lui, son élection n’ayant pas trouvé le consentement de tous prouve qu’il n’est pas aimé et fait les choses en fonction de ça. Il a, semble-t-il, été imposé par les dirigeants du parti. Tout ce qui se construit de façon obscur finira de la même façon. Ca fait plus de deux ans que les gens ont payé pour leurs parcelles et jusqu’à présent rien. Un conseiller a même eu des problèmes pour avoir suggéré qu’on ne fasse pas payer tant qu’on n’est pas sûr de trouver les parcelles pour les satisfaire. Ce dernier a failli être exclu sous prétexte qu’il est de l’opposition. Certains conseillers ne peuvent pas avoir la parole lors des sessions qui se terminent souvent en queue de poisson.
    Le village d’accueil appartient au maire pas à la mairie. Même la radio qu’on dit communautaire n’est pas sûr. Il y a certainement un problème de communication entre le maire et la population, et bien entendu les ressortissants. Il faut diligenter un audit pour voir le fond des problèmes.
    Le véhicule brûlé est comme la propriété privée du maire. Il se trouvait à son domicile au moment des faits. Son propre véhicule est déposé chez lui à Kaya depuis l’acquisition du véhicule.
    Les parcelles sont vendues nuitamment par le maire. Il a ses plans toutes les données sont sur son seul micro portable. Le dormait et travaillait chez lui à Kaya sous prétexte qu’il n’y a pas de l’électricité à Pissila. Il est devenu inaccessible. Il vaut mieux chercher à voir le premier ministre que le maire de Pissila.
    Peut-être qu’il est mal conseillé. Bref, la population veut de la transparence dans la gestion de la chose publique. Le maire veut s’est accaparé de tout et s’enrichit injustement sur le do des pauvres citoyens. Il est temps que l’état prenne les lotissements en main, sinon c’est la catastrophe.

    Répondre à ce message

    • Le 18 mai 2011 à 17:39, par Pagnagdé
      En réponse à : Commune rurale de Pissila : Des marcheurs incendient la résidence du maire

      Ce n’est pas une raison pour bruler les biens de la communauté
      Vous même qui connaissez le problème, vous êtes l’instigateur principal.
      C’est trop "con" surtout à Pissila que tout le monde connait
      Vous ne savez pas que il y a des voies pour destituer celui que tout le monde n’aiment pas ?
      Si vous étiez des vrais hommes et non des moutons à la solde du néant, il fallait égorger votre frère "le maire" et non bruler le véhicule car on dirai que le dit véhicule vaut mieux que le village de Pissila
      C’est écœurant ce que vous avez fait
      Malheureusement, vous êtes les premiers à déconner au Faso et heureusement que vous êtes les derniers
      Que Dieu vous pardonne et vous conduisent sur le droit chemin

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés