MANIFESTATION D’ELEVES A OUAHIGOUYA : Le siège du CDP échappe à une nouvelle mise à sac

vendredi 6 mai 2011 à 00h48min

Le mercredi 4 mai 2011, les élèves de Ouahigouya sont sortis dans la rue pour réclamer une fois de plus vérité et justice pour leur camarade décédé, Justin Zongo. Au cours de leur manifestation, ils ont sérieusement perturbé la circulation, contraint commerces et banques à fermer et tenté d’incendier à nouveau le siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP parti au pouvoir). Même si le pire a été évité, les élèves comptent ressortir ce vendredi 6 mai si rien n’est fait d’ici là pour leur défunt camarade.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

"Dirigeants incompétents, A bas !" Cette phrase écrite en grands caractères se lisait aisément sur un morceau de carton qui servait de pancarte. La pancarte de circonstance est donc tenue par un élève qui, visiblement, formait le noyau dur du mouvement de contestation. Suivant le mot d’ordre de leurs responsables, les élèves ont déserté les classes pour prendre la direction de la place de la Nation dans la matinée du mercredi 4 mai 2011. A ce niveau, le cortège s’est subdivisé en plusieurs groupes pour occuper les principales artères de la ville.

Soudain, et comme si c’était un cortège présidentiel, tous les grands axes routiers sont bloqués, obligeant les usagers à changer d’itinéraire. Des zones dites rouges ont ainsi été délimitées par les élèves. Fait nouveau dans cette contestation : des filles filant à vive allure sur des motos étaient les plus bruyantes. Après une marche perlée d’une heure environ, les contestataires se sont retrouvés à nouveau à la place de la Nation aux alentours de 10 h. Surexcités à souhait, ils lançaient des slogans très hostiles au pouvoir de la 4e République. Ils ont aussi eu des mots durs à l’endroit de certains membres du gouvernement dont ils ont dénoncé le manque de compétence et remis en cause leur moralité.

Prolongeant la liste de leurs récriminations envers des personnes physiques et morales, le CDP, parti au pouvoir, a été la cible privilégiée des mécontents. Dans un meeting improvisé, Daouda Sawadogo, président de la Coordination des scolaires de Ouahigouya, n’a pas non plus été tendre avec le régime de Blaise Compaoré. Très satisfait de la mobilisation du jour, le leader des élèves a posé cette question à ses militants : "Pensez-vous que Blaise Compaoré peut aujourd’hui mobiliser autant de monde ?" Et ses vis-à-vis de répondre en chœur par la négative. Evoquant les récents événements qui ont impliqué militaires et policiers, le patron des scolaires a prévenu : « 

Quand il s’agit de nous les élèves qui manifestons, on ne prend pas en compte nos revendications parce que nous n’avons pas d’armes. Mais lorsqu’il s’agit des militaires, ils sont très vite satisfaits. Nous aurons désormais notre mot à dire… ». Dressant la liste des crimes impunis au Burkina, Daouda Sawadogo a cité les noms de Madina Ouédraogo et de Amadou Maïga avant de supplier humblement les autorités judiciaires de rendre justice à toutes ces personnes.

La réfection du siège du CDP très mal vue

Avant la fin de son adresse, il a invité ses camarades à être disciplinés et à suivre les mots d’ordre. "Aujourd’hui, nous ne sommes pas sortis pour casser", a-t-il relevé. Alors que le harangueur des foules s’apprêtait à remercier ses camarades et à leur donner rendez–vous vendredi prochain pour une autre mobilisation, le ton change brusquement dans les rangs. L’un d’entre eux venait de faire savoir que le siège du CDP a été réfectionné après avoir été incendié le 9 mars dernier. Colère et incompréhension dans la foule. "Ce n’est pas possible, des établissements publics ont été incendiés au même titre que ce siège et restent en l’état.

Allons le brûler !" Ce point de vue d’un élève est vite partagé par une centaine d’autres. Reste que le président des scolaires ne sera pas entendu quand il a voulu appeler ses amis à y renoncer.

Comme un seul homme, la foule s’est dirigée vers le secteur 6 où se trouvent les locaux du parti au pouvoir avec pour objectif de saccager et de brûler une fois de plus le siège. Une dizaine de militants qui s’y trouvaient s’y opposent à travers des négociations âpres. Mais quelques irréductibles déchaînés ont commencé à lancer des pierres et à forcer le portail. Des partisans du CDP postés à l’entrée ont usé de leurs biceps pour repousser les "envahisseurs". Pendant que le dialogue se poursuivait entre les deux parties, les radicaux tenaient à pénétrer dans les locaux et à y mettre le feu.

Retranché à quelques mètres du bâtiment, le président des scolaires improvise un discours qui a pu convaincre les déchainés de se retirer. Mais l’alerte a été si forte que certains responsables communaux du CDP ont été appelés à la rescousse. Après la tempête, les partisans du CDP se disent prêts à en découdre avec les élèves le vendredi 6 mai si toutefois ils tenaient à y venir comme ils l’ont promis. On retiendra de la marche qu’elle a fortement ralenti les activités de la ville. Par exemple, les audiences du jour au palais de justice à peine commencées, ont été purement et simplement interrompues sur instruction du procureur.

Hamed NABALMA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 mai 2011 à 10:56, par Ydan
    En réponse à : MANIFESTATION D’ELEVES A OUAHIGOUYA : Le siège du CDP échappe à une nouvelle mise à sac

    Si ce sont ces hommes résolus à protéger le siège du CDP qui sont considérés comme des milices par l’UGEB...alors on en a cure. L’on ne peut pas permettre à des élèves de détruire des biens publics et privés sans rien faire parce qu’on serait taxé de milice.

    Si la police qui est inexistante depuis peu dans les villes, ne peut pas venir en aide aux hommes qui en ont besoin alors, il est de la responsabilité de chacun de se protéger avec les moyens de bord. Pour éviter tout affrontement, il suffit que les élèves arrêtent de s’en prendre aux biens privés et publiques.

    Oui à la justice et à la vérité pour le camarade Justin et non aux actes de vandalisme et à l’irresponsabilité des élèves paresseux !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés