Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

jeudi 5 mai 2011 à 00h53min

Enumérons très rapidement les catégories de parents entre lesquelles le mariage est strictement et unanimement prohibé (au moins dans la région de Diapaga). En ce qui concerne le clan restreint d’Ego, nous avons vu que la règle d’exogamie ne souffrait aucune exception. La relation entre membres d’un même clan est jugée absolument incompatible avec la relation d’alliance (lityuatieli), et de nombreuses légendes rendent compte de la scission d’un obuolu, autrefois unifié en deux ibuoli restreints par un mariage (ou une union sexuelle) malencontreusement réalisé en son sein.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les sanctions contre les transgressions d’interdits perdent aujourd’hui de leur sévérité et les règles de mariage se transforment graduellement. L’évolution en ce domaine se manifeste particulièrement dans les relations d’Ego avec I) les parents agnatiques de sa mère 2) les enfants des femmes appelées sœurs ou tantes (les bipwolimba). En théorie, le mariage avec toute femme du clan d’Ego (appelée kiyarga) est aussi strictement défendu que le mariage avec une femme de son propre clan.

Mais aujourd’hui apparaissent des dérogations à cette règle en proportion variable selon les régions. Dans le Gobnangou où les normes traditionnelles restent très vivaces, elles sont encore peu nombreuses. Nous n’avons repéré que quelques cas de mariage avec une « mère » ou « une sœur » et il s’agissait toujours avec des parentes très éloignées : l’épouse appartenait soit à un autre patrilignage maximal que celui de la mère du mari, soit avait pour mère une femme issue d’un autre patrilignage maximal que celui du mari. L’opinion publique se montrait très sévère dans les jugements qu’elle portait sur de pareilles unions.

Dans la région de Fada N’Gourma, beaucoup plus affectée par les changements économiques et sociaux survenus ces cinquante dernières années, les dérogations sont beaucoup plus nombreuses. Les vieillards déplorent qu’il y ait un nombre croissant de jeunes gens qui n’hésitent pas à se marier dans leur uyatiegu. Nous avons vu que le principe de l’inclusion dans une même catégorie terminologique de parents appartenant à des générations différentes ne s’applique pas seulement, dans cette société, aux parents agnatiques de la mère, mais également - bien qu’à un moindre degré – aux parents agnatiques des deux grand-mères : tous les membres du lignage de celle-ci (le clan n’est plus concerné), quelle que soit la génération où ils se situent, sont pour Ego des grands-parents : les hommes sont des biyadjamba et les femmes des biyamba. Inversement, Ego est pour eux un n’yabli.

Mais la reconnaissance de cette parenté n’a pas la même importance selon qu’il s’agit de la relation entre les parents (agnatiques) de la mère du père et les enfants des fils des femmes du lignage ou de la relation entre les parents (agnatiques) de la mère de la mère et les enfants des filles des femmes du lignage.

Dans le premier cas, elle entraîne l’interdiction du mariage avec toute ya (grand-mère) du lignage maximal de la mère du père (et inversement avec toute yabli issue d’une femme du même lignage maximal qu’Ego). Dans le second cas, l’interdit ne porte plus que sur les bibarsiaba de l’udiegu dont la mère de la mère était sortie (et inversement sur toute yabli issue d’une femme du même udiegu qu’Ego).

Dans la région de Diapaga et de Fada N’Gourma, les Gourmantché insistent beaucoup sur la différence des liens qui rattachent Ego aux parents agnatiques de ses deux grand-mères. Ils justifient principalement cette différence en termes religieux. Dans certaines circonstances, le géomancien pourra prescrire à un individu de faire un sacrifice auprès des ibuli des ancêtres paternels de la mère du père. Pour offrir un tel sacrifice, le yabli devra donc faire appel à l’onikpelo du lignage de son aïeule (onikpelo du patrilignage nucléaire, ou du patrilignage mineur, ou du patrilignage maximal). Les ancêtres paternels de la mère de la mère n’étant, par contre, jamais l’objet d’un culte, Ego n’a pas de lien rituel avec leurs descendants. De ce fait, disent les Gourmantché, les liens de parenté s’amenuisent et tendent à se réduire à des liens d’amitié.

Aux interdits portant sur les classes de parents que nous venons d’énumérer, il faut ajouter les interdits portant sur des parentes qui, bien que n’appartenant pas toutes à ces classes, sont néanmoins considérées comme trop proches pour être des épouses possibles. C’est ainsi que le fait d’avoir un arrière-grand-père commun est un obstacle au mariage. Il y a cependant une exception à cette règle : elle concerne les enfants des filles des filles et cet arrière-grand-père commun.

Les divers interdits exposés ci-dessus portent non seulement sur le mariage mais également sur les relations sexuelles. Cependant, en cas de transgression, la faute n’est pas considérée comme de même nature ou comme également grave dans tous les cas. Les Gourmantché distinguent deux grandes catégories d’interdits :I) ce qui est likuali ; notion déjà rencontrée et qu’on peut traduire par le terme « tabou », dont la violation peut attirer sur le coupable ou l’un de ses parents des châtiments d’ordre mystique ; 2) ce qui est tiachgendi : terme difficilement traduisible mais qui évoque un interdit dont la transgression est jugée si grave, du point de vue de l’ordre social, qu’on considère qu’elle doit être légalement sanctionnée (enchaînement, bastonnade, exclusion de la communauté).

Source : Michel Cartry

Par Bendré

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mai 2011 à 10:37
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    C’est un article enrichissant à mon avis, malheureusement, il n’ya pas de préambule ou une introduction qui permettrait aux individu de comprendre les ’’gros’’ mots utiliser !
    Je pense qu’il fallait bien situé le cadre et donner une explication claire des mots dans ce contexte. Bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 10:43, par Donmozoun
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    C’est bien beau ! Mais combien de personnes ont compris ce que vous avez écrit ? Les personnes qui sont les plus concernes sont celles qui ne comprennent rien et qui pensent qu’elles comprennent les choses mieux que tout le monde. Il aurait fallu être plus concret en donnant des exemples par rapport à Ego et à tous ces concepts que vous utilisez. Ce qui est évident pour vous et moi, ne l’ai pas pour le commun des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 13:35
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    J’avoue que je n’ai rien compris après lecture.Je trouve effectivement qu’il aurait été plus interessant de nous expliquer en des mots plus simples vos propos.Vous savez de plus en plus les gens s’interesse a la culture à ce qui se fait dans les différentes ethnies que compte le BF donc aidez nous à apprendre en expliquant mieux vos mots.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 13:56, par le bon citoyen
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    Vraiement j’ai sauté sur l’article pour comprendre car j’ai une copine Gourmantchée, mais je vous assure que je n’ai rien compris.
    D’abord trop de terme en gourmantchement alors que c’est qui sont pas de cette ethnie qui s’intérese plus à la chose.

    Il y a telma de tournure que l’on se demande si c’est du français qu’on li.

    Bonne journée

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 15:05
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    Vous avez raison, il aurait pu simplifier. Moi j’ai compris l’article mais c’est parce que je suis Gourmantché. Comme Michel Cartry and Bendre ne sont pas Gourmantchés, je ne peux que saluer leur vocabulaire Gourmantché.

    Washington, DC

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 17:05, par cric crac
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    Dommage,
    j’ai sauté sur l’article pour le lire goulument et me suis buté à des expressions qui me dépasse A koi sert un article publié dans u journal ? il ne s’agit pas d’une publication scientifique. il aurait du être retravaillé pour nous autres.
    Meilleures salutation

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 18:02, par ko
      En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

      Merci à l’auteur de l’écrit pour les efforts consentis pour porter l’information au grand public et relever malheureusement les déclics constatés dans le respect de nos traditions et donc de nos valeurs qui nous distinguaient en tant peuple.
      Je constate que malgré mon niveau d’études universitaires, en sociologie, certains concepts utilisés ne sont si digestes. Je pense que cet article gagnerait à être repris en des termes plus acceccibles (expliquer le terme Ego, lignage, clan et autres gros mots) pour permettre aux lecteurs srtout ceux du milieu de bien vous suivre.
      Egalement les mots en Gourmachéma gagneraient à être expliqués.
      Merci pour ces éclairages.

      Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2011 à 00:15, par koro tosira
    En réponse à : Les prohibitions matrimoniales chez les Gourmantché

    salut !
    je pense que l’article aurai pu beneficier d’un vocabulaire plus simplifié.le fond est a encourager mais la forme a encore besoins d’un travail pedagogique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés