Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

lundi 2 mai 2011 à 22h29min

Six membres (*) du nouveau gouvernement nommé le 21 avril dernier par Luc Adolphe Tiao ont donné un point de presse ce samedi 30 avril 2011.A l’ordre du jour, le bilan humain de la manifestation des fonctionnaires de police les 27, 28 et 29 avril derniers et qui ont entrainé la mort d’un écolier. Une enquête serait en cours pour retrouver les éventuels responsables. Morceaux choisis.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Du bilan de la mutinerie des policiers

Le bilan est « particulièrement lourd », selon Jérôme Bougouma, le ministre burkinabè en charge de la Sécurité. Une dizaine de blessés ont été enregistrés à Manga, mais aucun décès n’est à déplorer, a dit le ministre. Mais à Ouagadougou, un élève a perdu la vie après qu’une balle perdue se soit logée dans son cerveau. Il s’agit d’Amadou Maïga, 11 ans, élève de CM1 de la circonscription Ouaga I, décrit comme brillant (il était le premier de sa classe), touché alors qu’il était en train de réviser ses cours. Il est décédé dans la nuit du 29 avril et l’annonce de sa mort a provoqué la colère des élèves qui se sont rendus à la morgue de l’hôpital Yalgado ce 30 mars 2011. Jérôme Bougouma a promis que cette mort ne restera pas impunie. « Toutes les enquêtes seront menées pour que les auteurs de ces coups mortels soient traduits en justice », a promis le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la Sécurité, révélant qu’une enquête balistique avait été ordonnée pour repérer l’arme et éventuellement celui qui la manipulait. Un dispositif de prise en charge intégrale et gratuite des blessés par balles des différentes mutineries a été mis en place, assure le ministre. Ce décès porte à six le nombre total de personnes qui ont perdu la vie à Ouagadougou depuis que les mutineries militaires et paramilitaires ont éclaté.

De la suspension du service SMS à la veille de la manifestation de l’opposition

Les abonnés des différentes compagnies de téléphonie mobile l’ont constaté : depuis vendredi à midi, il était impossible d’envoyer ou de recevoir un SMS. Une situation que beaucoup ont immédiatement lié à la manifestation organisée par l’opposition ce samedi 29 avril. Jérôme Bougouma a effectivement confirmé que c’est sur demande du gouvernement que les opérateurs de téléphonie mobile ont suspendu ce service. « Nous avons constaté que les SMS étaient utilisés pour diffuser des nouvelles alarmistes et semer la panique au niveau de la population », s’est –il justifié, avant de préciser que ce service était de nouveau fonctionnel ce samedi à partir de midi.

De la fermeture des établissements scolaires dans la matinée du samedi

Selon les ministres en charge de l’éducation, les écoles, lycées et collèges ont été fermés ce samedi, jour choisi par l’opposition pour tenir son meeting, par mesure de prudence. Le gouvernement craignait de voir les élèves déserter les salles de classes pour grossir les rangs des manifestants, et a pris les devants pour éviter les débordements qui auraient pu faire d’autres victimes. « Nous savions que c’était une journée à risques et nous avons pris nos responsabilités » a argumenté Koumba Boly/Barry, la ministre en charge de l’Education nationale, tandis que son collègue des Enseignements secondaire et supérieur, Albert Ouédraogo, expliquait que « gouverner, c’est prévoir ».

Des origines de la mutinerie de la police

C’est une défaillance de la chaîne de commandement qui serait à l’origine de la crise, assure Jérôme Bougouma. « Les policiers contestent la légitimité de ceux qui les ont représenté à la rencontre avec le chef de l’Etat le 11 avril dernier. Ils estiment que leur vraies doléances n’ont pas été transmises », a-t-il relevé. Selon le premier responsable du département de la Sécurité, les différentes mutineries ne visent pas le « sommet de l’Etat ». « Vous avez pu constater qu’au regard de la mobilisation obtenue ce matin par ceux qui réclamaient le départ du président, le peuple burkinabè dans sa majorité soutient le chef de l’Etat », a-t-il dit. Des concertations seront entamées dès ce 1er mai avec les autres corps paramilitaires à titre préventif : Douanes, Eaux et Forêts, Police municipale, Gardes de sécurité pénitentiaire. Ces derniers menaçaient eux aussi de manifester pour les mêmes raisons que les policiers.


*Il s’agit :

- du ministre de la Justice, de la Promotion des Droits Humains, Garde des Sceaux, Jérôme Traoré
- du ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, Jérôme Bougouma
- du ministre de la Communication, Porte parole du Gouvernement, Alain Edouard Traoré
- du ministre de la Santé, Adama Traoré
- du ministre des Enseignements Secondaire et Supérieur, Albert Ouédraogo
- du ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Koumba Boly/Barry

Desire T Sawadogo

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 avril 2011 à 21:30, par Burkinabè en colère
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Enquêtes, enquêtes, enquêtes. Vous n’avez que ce mot là à la bouche dès que ça chauffe. Après c’est le flou total jusqu’àààà au silence. Le fiasco de l’opposition ne signifie pas du tout que le peuple soutient Blaise Compaoré. Qu’il essaye de modifier l’article 37 en sa faveur et vous saurez si le peuple le soutient ou pas. Il n y’a plus aveugles que ceux qui ne veulent pas voir.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2011 à 21:58, par Beurk
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Pour cet assassinat crapuleux,permettez moi de vous dire que les auteurs sont connus.Il s’agit de ceux qui ont manifesté avec des armes.Traduisez-les en justice....mon oeil oui,c’est de la pure comédie.Si les autorités nous présentent des coupables,cela ne peut être que des voyous ramassés à la Maca en les faisant enfiler des tenues militaires pour les faire passer pour des policiers mutins parceque le pouvoir appartient maintenant à ceux qui détiennent des armes.Avec la faillite de l’autorité,on ne peut même plus toucher à un seul cheveu d’un militaire,policier,gendarmes et autres.Tout cela est très regrettable

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2011 à 22:28, par Tapsoba
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Une etude balistique devrait être faite sur la balle qui a atteint mortellement la fille évacuée en France pour designer le coupable et le condamner,sinon ce serait de la discrimination judiciaire et une injure à ses proches .Ainsi que les autres victimes des mutineries militaires .

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2011 à 22:32
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Les morts occasionnés à l’occasion des différentes mutineries mettent à mal les efforts consentis par les plus hautes autorités de ce pays et surtout par une grande frange de la population. Les revendications, aussi légitimes soient-elles, perdent toute crédibilité aux yeux de l’opinion lorsque la mort d’honnêtes citoyens devient le moyen le plus facile de se faire entendre. Un mort de plus doit donner à réfléchir à tous ceux que la nation a doté d’armes pour la protection de ses fils et filles. Si cela continue, ce ne sera plus seulement une crise de confiance mais un conflit ouvert. Revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail ne peut justifier la mort de citoyens qui n’ont rien à avoir avec ces choses. Si justice n’est pas rendu, et au fur et à mesure que le nombre de morts s’accroit, la crise deviendra insoluble et plongera le pays dans un chaos inimaginable. Il appartient aux autorités de veiller à ce que les citoyens se sentent protégés ou lorsqu’il y a mort, que les responsabilités soient situées. C’est à ce prix que le nouveau gouvernement méritera ses galons. La paix est un potentiel qu’il faut savoir préserver !!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2011 à 23:08, par kidb-koure
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Jérôme Bougouma a promis que cette mort ne restera pas impunie. « Toutes les enquêtes seront menées pour que les auteurs de ces coups mortels soient traduits en justice », révélant qu’une enquête balistique avait été ordonnée pour repérer l’arme et éventuellement celui qui la manipulait. Un dispositif de prise en charge intégrale et gratuite des blessés par balles des différentes mutineries a été mis en place, assure le ministre.

    Avez-vous agit pareillement pour les victime de koudougou et des autres localites en passant par la balistique ? Et que dire des anciens dossiers Norbert Zongo et autres qui sont tous mort par des balles ? pouvez-vous aussi nous assurer qu’ils ne resteront pas impuni ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2011 à 00:00
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    suis vraiment decus de ce qui arrive au pays........ le BURKINA a perdu toute credibilite aux yeux de tous... pourquoi........ parce que personne n’a pas pu anticiper quoi que ce soit. vivemment que tous se retrouve.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2011 à 00:33
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Albert Ouédraogo,toi tu pars trop rapidement dè ! « gouverner, c’est prévoir » ? N’guaou !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2011 à 09:20
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Nous déplorons le cas de décès,personne ne souhaite la mort de quelqu’un.Mais voyez vous ?Pourtant c’est de cela qu’on lutte:l’injustice.l’Armée est -elle au dessus de tous ?de la loi ? pourquoi une information n’a pas été ouverte quand leur balle perdu a tué l’élève ?pourquoi une étude ballistique n’a pas été mené pour savoir de quel arme provenait la balle et éventuellement celui qui la manipulait ?tant que cette discrimination règnera, il y’aura toujours de la revolte et à tous les niveau.Oubien vous pensez que les Policiers ne sont pas si courageux pour aller libérer leurs collègues innocents detenus injustement à la MACO (sans aucune preuve sois disant que c’est pour calmer les esprits) ?je ne pense pas si non ils ne tireraient des balles en l’air........................

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2011 à 09:22
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Nous déplorons le cas de décès,personne ne souhaite la mort de quelqu’un.Mais voyez vous ?Pourtant c’est de cela qu’on lutte:l’injustice.l’Armée est -elle au dessus de tous ?de la loi ? pourquoi une information n’a pas été ouverte quand leur balle perdu a tué l’élève ?pourquoi une étude ballistique n’a pas été mené pour savoir de quel arme provenait la balle et éventuellement celui qui la manipulait ?tant que cette discrimination règnera, il y’aura toujours de la revolte et à tous les niveau.Oubien vous pensez que les Policiers ne sont pas si courageux pour aller libérer leurs collègues innocents detenus injustement à la MACO (sans aucune preuve sois disant que c’est pour calmer les esprits) ?je ne pense pas si non ils ne tireraient des balles en l’air........................

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2011 à 14:58
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Y A T IL UNE ENQUETE BALISTIQUE POUR L ELEVE BOUDA MADINA QUI A ETE EVACUEE ET MORTE EN FRANCE ???????????????

    OUI OU NON MR BOUGOUMA

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2011 à 12:08, par wendbenedo
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    Non non Monsieur le Ministre !! Vous allez vite en besogne !! Ce n’est pas parce qu’il n’y avait pas du monde à l’appel de l’opposition burkinabè que ceux qui ne sont pas sortis soutiennent Blaise !!! moi je ne suis pas sorti mais ce n’est pas pour autant que je soutiens Blaise ! Voyez vous, les Burkinabè sentent l’usure à tous les niveaux, et du côté du pouvoir et aussi celui de l’opposition où c’est les mêmes têtes depuis un quart de siècle ! les burkinabè attendent l’alternance, la vraie !!!
    Monsieur le ministre dites nous aussi pourquoi après avoir porté Blaise au pouvoir à 80%, le Faso brûle dans toutes les villes !

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2011 à 16:58, par l’enseignant
    En réponse à : Mort de l’élève Amadou Maïga : « Les auteurs seront traduits en justice »

    la 1ère chose que je n’ai pas entendue jusqu’à présent :"quels militaires sont coupables des viols, casses , pillages et vandalismes " passés ? "justice y sera faite ?" pourquoi aucun des journalistes présents n’a posé ces questions aux ministres ? pourquoi ? voyez-vous ! nous re-rentrons dans "2 poids 2 mesures" qui va nous éloigner encore de ce qui devrait être fait.
    la 2ème est qu’aucune autorité ( jusqu’au Président ) n’a assez clairement dit aux militaires que cétait : nuls, nuls, nuls comme actes et donc que le Peuple qui les nourrit,soigne, blanchit, véhicule,....ne doit pas être apeuré et traumatisé par les armes qu’il vous a confié !!! d’ailleurs Monsieur Le Ministre, combien nous ont coûté toutes ces munitions gaspillées ? ça aussi ça restera impuni ? VRAIMENT !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés