Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

NTIC et mondialisation : Quel avenir pour les médias francophones ?

Accueil > Actualités > Multimédia • • mardi 28 septembre 2004 à 07h13min

Du 27 au 29 septembre 2004, notre capitale abrite une importante rencontre dénommée les premières Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO).

Organisée par le ministère de l’Information, en partenariat avec d’autres départements ministériels et le Conseil supérieur de l’information, cette rencontre porte sur le thème : « NTIC et mondialisation, les médias francophones face aux mutations technologiques ».

Il s’est ouvert le 27 septembre et ce jusqu’au 29 du même mois, sous l’égide du président Luc Adolphe Thiao du Conseil supérieur de l’information, les premières Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO). Cette rencontre, qui se déroule sous le thème « NTIC et mondialisation, les médias francophones face aux mutations technologiques », connaît la participation d’éminentes personnalités du monde de la communication venues d’Afrique et d’Europe.

Ces assises, qui visent surtout la promotion de la communication sur le continent, ont comme objectifs spécifiques : constituer un cadre de réflexion et d’échanges sur la communication ; offrir aux communicateurs africains une opportunité de partager leurs expériences avec leurs homologues du reste du monde ; permettre aux communicateurs africains d’être au diapason des techniques modernes et performantes en matière d’information et de communication ; offrir une tribune aux chercheurs africains en communication pour exposer les résultats de leurs travaux ; offrir aux structures de formation en information et en communication un espace de présentation et de promotion de leurs programmes ; valoriser l’expertise africaine en matière de recherche et de formation en sciences de l’information et de la communication.

Cinq panels sont inscrits au programme de ces assises. En introduction aux échanges, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Mahamoudou Ouédraogo, président du comité scientifique de l’UACO, a laissé entendre que l’Afrique, en dépit de sa pauvreté, ne doit pas rester en attente de ce qui vient d’ailleurs. Elle a le devoir de dire ce qu’elle pense des NTIC et de leurs effets sur l’information. Le continent doit donc s’ouvrir aux NTIC.

A sa suite, c’est le président de l’Union de la presse francophone (UPF), Hervé Bourges, qui est intervenu sur le thème des assises. « Tous les journalistes francophones, a-t-il dit, doivent être des soldats de la diversité culturelle ». Il a condamné au passage la prise d’otages de Georges Malbrunot et de Christian Chesnot.

Pour lui, les ennemis des journalistes sont des ennemis de la vérité. Il a souhaité qu’il y ait plus de liberté de circuler pour les journalistes, laquelle liberté leur est aussi indispensable que l’eau l’est pour la vie. Il a invité les hommes de médias à faire du journalisme une arme contre l’intolérance.

« L’Afrique, une poubelle d’ordinateurs obsolètes »

Le premier exposé du panel a été présenté par Boureima Jérémy Sigué, le directeur des éditions « le Pays ». « Presse privée et écrite, quelle problématique ? » ; tel était l’intitulé de sa contribution. En Afrique, introduit-il, c’est parfois à notre corps défendant que « Nous sommes entrés dans les NTIC ».

Ces NTIC, dit-il, présentent des avantages comme des gains de temps. Mais, regrette-t-il, il manque une véritable politique de vulgarisation de celles-ci dans nos pays. Ce qui l’amène à déclarer que « La presse écrite privée se retrouve à la fois heureuse et désemparée ».

Il souligne que l’environnement manque d’un cadre normatif, réglementaire, législatif… Selon M. Sigué, à défaut de bon matériel informatique, le continent se contente d’ordinateurs obsolètes alors que ceux-ci contiennent des produits polluants. Par ailleurs, les NTIC, de l’avis de M. Sigué, altèrent la fiabilité de l’information, qui se dénaturera davantage avec la pléthore des sites Web.

« L’écrit aura toujours le dernier mot » ; c’est la deuxième réflexion du panel, présentée par Jean Miot, ancien directeur de l’Agence France presse.

Pour celui-ci, « Face aux NTIC, le journal papier a encore un avenir, mais à condition qu’on ne plaque pas tout son contenu sur l’écran ». De son point de vue, l’école a tout à gagner à une bonne collaboration avec la presse écrite, qui forme l’esprit critique de nos enfants.

Apprendre aux enfants à lire les journaux, c’est leur apprendre à devenir des citoyens. La presse écrite, paraphrasait-il Albert Camus, est la conscience de la nation. Alors, conclut-il, « L’écrit aura le dernier mot ». Une conclusion que le modérateur, Mahamoudou Ouédraogo, réfutera en exaltant les valeurs de l’audiovisuel.

Hamidou Ouédraogo
L’Observateur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Universités africaines de la communication : La responsabilité des acteurs de l’information et de la communication dans un contexte sécuritaire et sanitaire au cœur de la 12e édition
Suspension de l’internet mobile : Une violation des droits à la liberté d’expression et d’information, selon la CNDH
Suspension de l’Internet mobile au Burkina : Une perte économique de plus de 20 milliards de francs CFA selon l’index netblocks
Internet mobile au Burkina : La suspension prorogée de 96h à compter du mercredi 24 novembre 2021
Cybersécurite au Burkina : Des acteurs nationaux renforcent leurs capacités
Suspension de l’internet mobile au Burkina : Les professionnelles des médias dénoncent une atteinte grave à la liberté d’expression
Coupure d’Internet sur mobile au Burkina : Le CFOP s’offusque
Internet au Burkina : Le Gouvernement admet officiellement avoir fait suspendre la connexion sur mobile
Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"
Rupture de l’internet mobile : Le Collectif pour un peuple uni compte déposer une plainte contre les fournisseurs mobile
Votre journal Courrier confidentiel N° 253 est disponible chez les revendeurs de journaux
Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés